Poème-France.com

Poeme : Regard D’Une Petite Fille Sur Le Monde.



Regard D’Une Petite Fille Sur Le Monde.

Je n’aime pas ce monde, ces gens, ces grands
Qui se croient tous plus important
Qui ne pensent qu’à leurs petits plaisirs
Et qui s’insurgent de devoir souffrir

Je n’aime pas vos opinions, vos jugements
Vous dites que vous ne changez pas avec le temps
Vous dîtes que vous ne serez jamais comme vos parents
Mais au bout du compte, vous ne comprenez plus les enfants

Vous pensez tous savoir mieux que tout le monde
Vous pensez que c’est la faute aux voisins
Que ce sont eux qui rendent la Terre immonde
Mais prenez vos responsabilités, et tendez la main

Vous pensez vivre une belle et heureuse vie
Mais vous ne savez pas vraiment comment vivre
C’est pas vraiment votre faute, quand vous étiez petit
Vous avez vu les grands et machinalement vous avez voulu suivre

Je ne supporte pas votre égoïsme, votre hypocrisie
Vous pensez tout connaître de la Terre, de la vie
Mais que savez vous réellement, dites moi ?
Expliquez cela à une petite fille qui ne comprend pas

Je ne supporte pas cette haine, ces vengeances
Vous espérez toujours avoir la chance
Mais vous ne pensez toujours qu’à vous
Votre nombrilisme qui vous tuera, vous rendra fou

Vous espérez mais vous ne connaissez pas le mot « croire »
A part en vous même, en qui croyez vous, rien qu’un peu ?
Vous pensez connaître la douleur, la souffrance, le désespoir
Mais vous n’avez jamais vraiment été malheureux

Vous espérez qu’on vous sauve, qu’on vous épargne
Mais qui prendra la peine de venir vous aider ?
Que peut-on ressentir pour vous à part de la hargne ?
Est-il possible de vous aimer ? Un jour, je l’ai pensé.

Je hais toute cette souffrance que vous infligez
A ceux que vous êtes censé épauler, dorloter, aimer
Je suis plus vraiment une petite fille, seulement dans mon cœur
Pourtant, je suis faite de tant de Haine sans connaître vraiment le bonheur

Je hais tous ce qui fait de vous ce que vous êtes
Il faut avoir de la tolérance, je le sais mieux que n’importe qui
Mais vos Haines, vos combats, vos mots, tout ça me détruit
Je ne peux me résigner à être comme vous, je ne suis pas prête

Vous êtes tous faux, destructeur, haïssable, lâche,
Vous pleurez lorsque la joie on vous arrache
Vous riez du malheur des autres, amis ou non
Vous jugez, vous détestez sans véritable raisons

Vous êtes tous ce que je ne veux être, ce que je repousse en moi
Je n’ai aucune confiance en vous, plus que très peu d’Espoir
Mais je fais tout de même le voeu que les enfants, encore pleins de joie
Ne deviennent jamais comme j’ai eu mal de vous voir.
Cindy Limpens

PostScriptum

Il y a encore tant de choses à dire
Mais je n’ai plus les mots pour les décrire.
J’espère que personne ne se sentira visé,
Ce n’est pas vous que je me permet de détester.


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

ʒə nεmə pa sə mɔ̃də, sε ʒɑ̃, sε ɡʁɑ̃
ki sə kʁwae tus plysz- ɛ̃pɔʁtɑ̃
ki nə pɑ̃se ka lœʁ pəti plεziʁ
e ki sɛ̃syʁʒe də dəvwaʁ sufʁiʁ

ʒə nεmə pa voz- ɔpinjɔ̃, vo ʒyʒəmɑ̃
vu ditə kə vu nə ʃɑ̃ʒe pa avεk lə tɑ̃
vu ditə kə vu nə səʁe ʒamε kɔmə vo paʁɑ̃
mεz- o bu dy kɔ̃tə, vu nə kɔ̃pʁəne plys lεz- ɑ̃fɑ̃

vu pɑ̃se tus savwaʁ mjø kə tu lə mɔ̃də
vu pɑ̃se kə sε la fotə o vwazɛ̃
kə sə sɔ̃t- ø ki ʁɑ̃de la teʁə imɔ̃də
mε pʁəne vo ʁεspɔ̃sabilite, e tɑ̃de la mɛ̃

vu pɑ̃se vivʁə ynə bεllə e œʁøzə vi
mε vu nə save pa vʁεmɑ̃ kɔmɑ̃ vivʁə
sε pa vʁεmɑ̃ vɔtʁə fotə, kɑ̃ vuz- etje pəti
vuz- ave vy lε ɡʁɑ̃z- e maʃinaləmɑ̃ vuz- ave vuly sɥivʁə

ʒə nə sypɔʁtə pa vɔtʁə eɡɔismə, vɔtʁə ipɔkʁizi
vu pɑ̃se tu kɔnεtʁə də la teʁə, də la vi
mε kə save vu ʁeεllmɑ̃, ditə mwa ?
εksplike səla a ynə pətitə fijə ki nə kɔ̃pʁɑ̃ pa

ʒə nə sypɔʁtə pa sεtə-εnə, sε vɑ̃ʒɑ̃sə
vuz- εspeʁe tuʒuʁz- avwaʁ la ʃɑ̃sə
mε vu nə pɑ̃se tuʒuʁ ka vu
vɔtʁə nɔ̃bʁilismə ki vu tɥəʁa, vu ʁɑ̃dʁa fu

vuz- εspeʁe mε vu nə kɔnεse pa lə mɔt « kʁwaʁə »
a paʁ ɑ̃ vu mεmə, ɑ̃ ki kʁwaje vu, ʁjɛ̃ kœ̃ pø ?
vu pɑ̃se kɔnεtʁə la dulœʁ, la sufʁɑ̃sə, lə dezεspwaʁ
mε vu nave ʒamε vʁεmɑ̃ ete maləʁø

vuz- εspeʁe kɔ̃ vu sovə, kɔ̃ vuz- epaʁɲə
mε ki pʁɑ̃dʁa la pεnə də vəniʁ vuz- εde ?
kə pø tɔ̃ ʁəsɑ̃tiʁ puʁ vuz- a paʁ də la-aʁɲə ?
εt- il pɔsiblə də vuz- εme ? œ̃ ʒuʁ, ʒə lε pɑ̃se.

ʒə-ε tutə sεtə sufʁɑ̃sə kə vuz- ɛ̃fliʒe
a sø kə vuz- εtə sɑ̃se epole, dɔʁlɔte, εme
ʒə sɥi plys vʁεmɑ̃ ynə pətitə fijə, sələmɑ̃ dɑ̃ mɔ̃ kœʁ
puʁtɑ̃, ʒə sɥi fεtə də tɑ̃ də-εnə sɑ̃ kɔnεtʁə vʁεmɑ̃ lə bɔnœʁ

ʒə-ε tus sə ki fε də vu sə kə vuz- εtə
il fo avwaʁ də la tɔleʁɑ̃sə, ʒə lə sε mjø kə nɛ̃pɔʁtə ki
mε vo-εnə, vo kɔ̃ba, vo mo, tu sa mə detʁɥi
ʒə nə pø mə ʁeziɲe a εtʁə kɔmə vu, ʒə nə sɥi pa pʁεtə

vuz- εtə tus fo, dεstʁyktœʁ, ajsablə, laʃə,
vu pləʁe lɔʁskə la ʒwa ɔ̃ vuz- aʁaʃə
vu ʁje dy malœʁ dεz- otʁə, amiz- u nɔ̃
vu ʒyʒe, vu detεste sɑ̃ veʁitablə ʁεzɔ̃

vuz- εtə tus sə kə ʒə nə vøz- εtʁə, sə kə ʒə ʁəpusə ɑ̃ mwa
ʒə nε okynə kɔ̃fjɑ̃sə ɑ̃ vu, plys kə tʁε pø dεspwaʁ
mε ʒə fε tu də mεmə lə vø kə lεz- ɑ̃fɑ̃, ɑ̃kɔʁə plɛ̃ də ʒwa
nə dəvjεne ʒamε kɔmə ʒε y mal də vu vwaʁ.