Prose : Rêves D’ Un Jardinier.

Rêves D’ Un Jardinier.

Hé bien voilà, il est arrivé ! Ho ! Que cette maison lui plait. Rose et blanche, toit de tuiles orangé, de jolis volets et portes bleu outremer rafraîchissant, illuminant. Des jardinières croulant sous les géraniums et pétunias, jaunes, rouges et violets, puis pour intensifier cette palette, du blanc. Devant, le terrain en espaliers, où se faufilent un tout petit sentier recouvert de pierres d’un ton saumon. À l’arrière de cette jolie habitation de la région du Languedoc Roussillon, un jardin poursuivit d’un petit champ qui se perd dans les vignes, des noisetiers parmi les châtaigniers entourés de grands pins maritimes, s’y mélangent en harmonie. Dans un enclos, un âne vit en compagnie de chèvres malicieuses, si joyeuses.
Derrière le petit portillon de bois, un gentil caniche blanc lui manifeste sa joie, l’accompagnant d’aboiements et frétillant de sa petite queue, touffe blanche, joli pompon. Sur la grande terrasse, une belle table rose, des chaises assorties, l’ensemble ressemblant à ces doux bonbons de l’enfance, que l’on savoure après l’école, cette teinte succulente y fait penser. Un très grand parasol violet cerné de volants roses anime ce lieu de détente, et là, sa muse ! Celle qui comble ses rêves, ses nuits qui le transportent dans les bras de cette belle. Il lève les yeux vers le ciel d’un bleu foudroyant, au loin les montagnes mauves, hautes cimes blanches délimitent ce décor.

Assise sous le parasol elle boit son café, une cigarette tenue d’un geste élégant.
Ses longs cheveux blonds coulent sur ses épaules, elle porte un peignoir de satin blanc, laissant émerger la naissance de ses seins, pieds nus, détendue. Une adorable chatte siamoise se repose couchée sur elle, les yeux bleus ravissants de l’animal rivalisent avec ceux, aussi extraordinaires, de sa maîtresse.

Nicolas se repasse un souvenir, Élise sortait en soirée avec des copines, ils se rencontrent dans un pub, lui sidéré par sa beauté radieuse, son élégance unique.
Longue jupe de gitane, sur un fond noir des grands motifs violets, oranges et verts. Portée avec un caraco noir en dentelle et dessus un boléro vert. Longs colliers de perles colorées des mêmes tons que la jupe, de multiples bracelets couvrant ses bras bronzés.
Ses cheveux longs coiffés en chignon vaporeux, négligé. Qu’elle est belle !

Élise l’invite à prendre un café en sa compagnie, il vient faire quelques travaux de jardinage, ils discutent, leurs narines comblées de parfums de thym et romarin, associés à la sublime lavande, chauffés par les premiers assauts du soleil. Ici, c’est sa maison de vacances, elle y vient en toutes saisons, elle habite près de Paris où son travail l’a retient, elle est avocate, il ne l’imagine pas exercer ce métier. Cela le fascine de la connaître si douce et agréable et qu’elle puisse plaider avec véhémence.

Mais voilà, il en rêve, sait que jamais la réalité ne fera que celui-ci se concrétise.
Il n’est qu’un simple ouvrier sans bagages ni études, et le comble se trouve laid ! Il ne voit pas son avenir s’améliorer dans ce village, cette région où les seuls travaux disponibles pour lui sont le jardinage, l’emploi saisonnier dans les magnifiques vignes, sous la chaleur de plomb. Mais en compagnie du piaillement des oiseaux, des abeilles et guêpes, des mouches agaçantes qui visitent son visage quand il transpire. Ces sauterelles et mantes religieuses, sautant devant ses pas. Pire, il peut trouver un emploi dans ces entrepôts qui partout s’implantent, enlaidissant le paysage, lieux sombres et poussiéreux, envahis d’un bruit infernal. Lui portant des palettes à un rythme effréné, non il préfère le plein air, cette beauté féérique de l’Aude.

Syllabation De L'Écrit

  • Syllabes Hyphénique: Rêves D’ Un Jardinier.


  • Phonétique : Rêves D’ Un Jardinier.

    e bjɛ̃ vwala, il εt- aʁive ! o ! kə sεtə mεzɔ̃ lɥi plε. ʁozə e blɑ̃ʃə, twa də tɥiləz- ɔʁɑ̃ʒe, də ʒɔli vɔlεz- e pɔʁtə- blø utʁəme ʁafʁεʃisɑ̃, ilyminɑ̃. dε ʒaʁdinjεʁə kʁulɑ̃ su lε ʒeʁanjɔmz- e petynja, ʒonə, ʁuʒəz- e vjɔlε, pɥi puʁ ɛ̃tɑ̃sifje sεtə palεtə, dy blɑ̃. dəvɑ̃, lə teʁɛ̃ ɑ̃n- εspalje, u sə fofile œ̃ tu pəti sɑ̃tje ʁəkuvεʁ də pjeʁə- dœ̃ tɔ̃ somɔ̃. a laʁjεʁə də sεtə ʒɔli-abitasjɔ̃ də la ʁeʒjɔ̃ dy lɑ̃ɡədɔk ʁusijɔ̃, œ̃ ʒaʁdɛ̃ puʁsɥivi dœ̃ pəti ʃɑ̃ ki sə pεʁ dɑ̃ lε viɲə, dε nwazətje paʁmi lε ʃatεɲjez- ɑ̃tuʁe də ɡʁɑ̃ pɛ̃ maʁitimə, si melɑ̃ʒe ɑ̃-aʁmɔni. dɑ̃z- œ̃n- ɑ̃klo, œ̃n- anə vit ɑ̃ kɔ̃paɲi də ʃεvʁə- malisjøzə, si ʒwajøzə.
    dəʁjεʁə lə pəti pɔʁtijɔ̃ də bwa, œ̃ ʒɑ̃til kaniʃə blɑ̃ lɥi manifεstə sa ʒwa, lakɔ̃paɲɑ̃ dabwaəmɑ̃z- e fʁetijɑ̃ də sa pətitə kø, tufə blɑ̃ʃə, ʒɔli pɔ̃pɔ̃. syʁ la ɡʁɑ̃də teʁasə, ynə bεllə tablə ʁozə, dε ʃεzəz- asɔʁti, lɑ̃sɑ̃blə ʁəsɑ̃blɑ̃ a sε du bɔ̃bɔ̃ də lɑ̃fɑ̃sə, kə lɔ̃ savuʁə apʁε lekɔlə, sεtə tɛ̃tə sykylɑ̃tə i fε pɑ̃se. œ̃ tʁε ɡʁɑ̃ paʁazɔl vjɔlε sεʁne də vɔlɑ̃ ʁozəz- animə sə ljø də detɑ̃tə, e la, sa myzə ! sεllə ki kɔ̃blə sε ʁεvə, sε nɥi ki lə tʁɑ̃spɔʁte dɑ̃ lε bʁa də sεtə bεllə. il lεvə lεz- iø vεʁ lə sjεl dœ̃ blø fudʁwajɑ̃, o lwɛ̃ lε mɔ̃taɲə movə, otə simə blɑ̃ʃə delimite sə dekɔʁ.

    asizə su lə paʁazɔl εllə bwa sɔ̃ kafe, ynə siɡaʁεtə tənɥ dœ̃ ʒεstə eleɡɑ̃.
    sε lɔ̃ɡ ʃəvø blɔ̃ kule syʁ sεz- epolə, εllə pɔʁtə œ̃ pεɲwaʁ də satɛ̃ blɑ̃, lεsɑ̃ emεʁʒe la nεsɑ̃sə də sε sɛ̃, pje nys, detɑ̃dɥ. ynə adɔʁablə ʃatə sjamwazə sə ʁəpozə kuʃe syʁ εllə, lεz- iø bløs ʁavisɑ̃ də lanimal ʁivalize avεk sø, osi εkstʁaɔʁdinεʁə, də sa mεtʁεsə.

    nikɔla sə ʁəpasə œ̃ suvəniʁ, elizə sɔʁtε ɑ̃ swaʁe avεk dε kɔpinə, il sə ʁɑ̃kɔ̃tʁe dɑ̃z- œ̃ pyb, lɥi sideʁe paʁ sa bote ʁadjøzə, sɔ̃n- eleɡɑ̃sə ynikə.
    lɔ̃ɡ ʒypə də ʒitanə, syʁ œ̃ fɔ̃ nwaʁ dε ɡʁɑ̃ mɔtif vjɔlε, ɔʁɑ̃ʒəz- e vεʁ. pɔʁte avεk œ̃ kaʁako nwaʁ ɑ̃ dɑ̃tεllə e dəsyz- œ̃ bɔleʁo vεʁ. lɔ̃ɡ kɔlje də pεʁlə- kɔlɔʁe dε mεmə tɔ̃ kə la ʒypə, də myltiplə bʁasəlε kuvʁɑ̃ sε bʁa bʁɔ̃ze.
    sε ʃəvø lɔ̃ɡ kwafez- ɑ̃ ʃiɲɔ̃ vapɔʁø, neɡliʒe. kεllə ε bεllə !

    elizə lɛ̃vitə a pʁɑ̃dʁə œ̃ kafe ɑ̃ sa kɔ̃paɲi, il vjɛ̃ fεʁə kεlk tʁavo də ʒaʁdinaʒə, il diskyte, lœʁ naʁinə kɔ̃ble də paʁfœ̃ də tim e ʁɔmaʁɛ̃, asɔsjez- a la syblimə lavɑ̃də, ʃofe paʁ lε pʁəmjez- aso dy sɔlεj. isi, sε sa mεzɔ̃ də vakɑ̃sə, εllə i vjɛ̃ ɑ̃ tutə sεzɔ̃, εllə-abitə pʁε də paʁiz- u sɔ̃ tʁavaj la ʁətjɛ̃, εllə εt- avɔkatə, il nə limaʒinə pa εɡzεʁse sə metje. səla lə fasinə də la kɔnεtʁə si dusə e aɡʁeablə e kεllə pɥisə plεde avεk veemɑ̃sə.

    mε vwala, il ɑ̃ ʁεvə, sε kə ʒamε la ʁealite nə fəʁa kə səlɥi si sə kɔ̃kʁetizə.
    il nε kœ̃ sɛ̃plə uvʁje sɑ̃ baɡaʒə ni etydə, e lə kɔ̃blə sə tʁuvə lε ! il nə vwa pa sɔ̃n- avəniʁ sameljɔʁe dɑ̃ sə vilaʒə, sεtə ʁeʒjɔ̃ u lε səl tʁavo dispɔniblə puʁ lɥi sɔ̃ lə ʒaʁdinaʒə, lɑ̃plwa sεzɔnje dɑ̃ lε maɲifik viɲə, su la ʃalœʁ də plɔ̃. mεz- ɑ̃ kɔ̃paɲi dy pjajmɑ̃ dεz- wazo, dεz- abεjəz- e ɡεpə, dε muʃəz- aɡasɑ̃tə ki vizite sɔ̃ vizaʒə kɑ̃t- il tʁɑ̃spiʁə. sε sotəʁεlləz- e mɑ̃tə ʁəliʒjøzə, sotɑ̃ dəvɑ̃ sε pa. piʁə, il pø tʁuve œ̃n- ɑ̃plwa dɑ̃ sεz- ɑ̃tʁəpo ki paʁtu sɛ̃plɑ̃te, ɑ̃lεdisɑ̃ lə pεizaʒə, ljø sɔ̃bʁəz- e pusjeʁø, ɑ̃vai dœ̃ bʁɥi ɛ̃fεʁnal. lɥi pɔʁtɑ̃ dε palεtəz- a œ̃ ʁitmə efʁene, nɔ̃ il pʁefεʁə lə plɛ̃ εʁ, sεtə bote feeʁikə də lodə.
  • Syllabes Phonétique : Rêves D’ Un Jardinier.


Récompense

0
1
0

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
07/10/2014 18:29Melly-Mellow

Moi qui aime la nature, les fleurs, moi qui aime l’amour, surtout quand il a la beauté de l’impossible.. Je ne peux qu’être comblée par cet écrit.. je me suis hésité au coup de cœur.. Je trouve juste un peu dommage, de rester sur une note abrupte et négative, du coup je reste sur un j’aime.. Mais je comprends le choix, qui reste tout de même très bon !
J’ai vraiment aimé ma lecture.. Cette façon de décrire la beauté des choses, vraiment magistral ! j’étais dans l’ambiance du début à la fin ! Bravo, quel brio ma chère !
Amicalement, merci encore du partage.. En espérant que d’autres viennent lire..

Auteur de Poésie
08/10/2014 20:04Coco-Nini

Oui, la fin dit ce que devient hélas cette belle région que je connais. Envahie progressivement d’horreurs, d’entrepôts où les conditions de travail, comme dans les dans les industries, usines, y deviennent extrêmes dans leur dureté, leur injustice, par rapport aux travailleurs.