Poeme-France : Lecture Écrit Enfant

Prose : Un Regard Dans Le Ciel.

Prose Enfant
Publié le 29/10/2014 14:18

L'écrit contient 263 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Delideal

Un Regard Dans Le Ciel.

La vie se reflétait dans les yeux d’un enfant qui regardait les nuages. Dans le ciel se dessinaient des êtres fantastiques : des corps sans tête, des têtes sans corps, une tête sans visage… Un visage sans contour émergeait de la brume un bref moment, souriait à l’enfant, puis se perdait dans les vapeurs blanches. La silhouette d’une jeune femme bien faite faisait rougir l’enfant, sans qu’il ne sache pourquoi. Parfois, son visage se dessinait, elle accordait alors un regard attendrit à ce petit prince qui lui donnait vie, et l’enfant se sentait bien. Il était encore ignorant des rites de l’amour, mais de cette déesse des cieux que son imagination de petit homme dessinait, il était amoureux. Un monstre terrifiant qui faisait une grimace, comme pour rassurer l’enfant de son apparence repoussante, le faisait rire. Les grandes personnes ne comprenaient pas pourquoi riait l’enfant. Ils avaient peur de la pluie et de l’orage que laissait présager le monstre qu’ils ne voyaient pas. Ils trouvaient ça plutôt triste toute cette agitation dans le ciel, ils devraient reporter le barbecue au lendemain.
Quand tous les êtres que son imagination avait distingués dans le ciel, se rassemblaient et se gonflaient en une épaisse grisaille, l’enfant s’impatientait. Il devinait le fabuleux spectacle qu’ils préparaient. Pendant que le tonnerre grondait, l’enfant riait aux éclats. Lui seul savait que toute cette agitation émanait du rire bruyant d’un monstre malicieux, qui jetait des éclairs de feu sur la planète, juste pour tourmenter les adultes.
  • Phonétique : Un Regard Dans Le Ciel.

    la vi sə ʁəfletε dɑ̃ lεz- iø dœ̃n- ɑ̃fɑ̃ ki ʁəɡaʁdε lε nɥaʒə. dɑ̃ lə sjεl sə desinε dεz- εtʁə- fɑ̃tastik : dε kɔʁ sɑ̃ tεtə, dε tεtə sɑ̃ kɔʁ, ynə tεtə sɑ̃ vizaʒə… œ̃ vizaʒə sɑ̃ kɔ̃tuʁ emεʁʒε də la bʁymə œ̃ bʁεf mɔmɑ̃, suʁjε a lɑ̃fɑ̃, pɥi sə pεʁdε dɑ̃ lε vapœʁ blɑ̃ʃə. la siluεtə dynə ʒənə famə bjɛ̃ fεtə fəzε ʁuʒiʁ lɑ̃fɑ̃, sɑ̃ kil nə saʃə puʁkwa. paʁfwa, sɔ̃ vizaʒə sə desinε, εllə akɔʁdε alɔʁz- œ̃ ʁəɡaʁ atɑ̃dʁi a sə pəti pʁɛ̃sə ki lɥi dɔnε vi, e lɑ̃fɑ̃ sə sɑ̃tε bjɛ̃. il etε ɑ̃kɔʁə iɲɔʁɑ̃ dε ʁitə də lamuʁ, mε də sεtə deεsə dε sjø kə sɔ̃n- imaʒinasjɔ̃ də pəti ɔmə desinε, il etε amuʁø. œ̃ mɔ̃stʁə teʁifjɑ̃ ki fəzε ynə ɡʁimasə, kɔmə puʁ ʁasyʁe lɑ̃fɑ̃ də sɔ̃n- apaʁɑ̃sə ʁəpusɑ̃tə, lə fəzε ʁiʁə. lε ɡʁɑ̃də pεʁsɔnə nə kɔ̃pʁənε pa puʁkwa ʁjε lɑ̃fɑ̃. ilz- avε pœʁ də la plɥi e də lɔʁaʒə kə lεsε pʁezaʒe lə mɔ̃stʁə kil nə vwajε pa. il tʁuvε sa plyto tʁistə tutə sεtə aʒitasjɔ̃ dɑ̃ lə sjεl, il dəvʁε ʁəpɔʁte lə baʁbəkɥ o lɑ̃dəmɛ̃.
    kɑ̃ tus lεz- εtʁə- kə sɔ̃n- imaʒinasjɔ̃ avε distɛ̃ɡe dɑ̃ lə sjεl, sə ʁasɑ̃blε e sə ɡɔ̃flε ɑ̃n- ynə epεsə ɡʁizajə, lɑ̃fɑ̃ sɛ̃pasjɑ̃tε. il dəvinε lə fabylø spεktaklə kil pʁepaʁε. pɑ̃dɑ̃ kə lə tɔneʁə ɡʁɔ̃dε, lɑ̃fɑ̃ ʁjε oz- ekla. lɥi səl savε kə tutə sεtə aʒitasjɔ̃ emanε dy ʁiʁə bʁyiɑ̃ dœ̃ mɔ̃stʁə malisjø, ki ʒətε dεz- eklεʁ də fø syʁ la planεtə, ʒystə puʁ tuʁmɑ̃te lεz- adyltə.

Commentaire Sur La Poesie


Auteur de Poésie
29/10/2014 23:47Melly-Mellow

J’adore cette contradiction de vision adulte/enfant..Ta prose a en plus le "talent" de ne pas rester que sur l’aspect "amoureux", ou en tout cas de la découverte/imagination sexuelle/amoureuse/romantique etc.. J’aime cette recherche au niveau du champ lexical de l’enfant qui est dans l’émotionnel, l’image, les sens, et celui des adultes qui se résument à deux phrases, du réel, du concret. Cette vision globale de deux vues qui se séparent à travers le ciel...Tu l’as très bien décrite.. Et c’est fascinant.
Petit bémol au niveau de la phrase "Un monstre terrifiant qui faisait la grimace comme pour rassurer l’enfant..." => Je comprends les termes & leur utilisation, mais, à mon goût l’oxymore est beaucoup trop fort "monstre terrifiant" et "rassurant" ça sonne trop faux & irréaliste.. Mais c’est peut-être parce que je suis déjà une adulte ?...
Amicalement, merci du partage...