Poeme-France : Lecture Écrit Sagesse

Prose : Habitant De La Terre

Prose Sagesse
Publié le 11/09/2011 12:43

L'écrit contient 145 mots qui sont répartis dans 2 strophes.

Poete : Jeanmi

Habitant De La Terre

Après mure reflexion, nous sommes a meme de dire :
ne pensez vous pas etre vos propre prisonniers,
dans une prison doré construite selon nos propres critères de choix ?
Car a force de délaisser nos devoirs, nos droits, nostraditions, notre savoir,
quelqu’un c’est permis de prendre les descisions à juste titre.
Ceci est le résultat d’une équation : (nos positions sur/nos actions = réactions)
Donc au lieu de nous complaire en ne penssant pas au prochain
car la situation nous semble comfortable et peux risquée
et bien ensemble changeons et construisons un demain digne
de ceux qu’on aurais étaient fière d’avoir a notre tour ! ! !
Dites vous, nous ne sommes pas seuls rejoignons ceux qui restent soit disant plus effacés
mais qui font bouger les choses pour que nous nous sentions bien.
Etre humain le choix d’appartient et la resultante aussi…

KP2011
  • Phonétique : Habitant De La Terre

    apʁε myʁə ʁəflεksjɔ̃, nu sɔməz- a məmə də diʁə :
    nə pɑ̃se vu pa εtʁə vo pʁɔpʁə pʁizɔnje,
    dɑ̃z- ynə pʁizɔ̃ dɔʁe kɔ̃stʁɥitə səlɔ̃ no pʁɔpʁə- kʁitεʁə də ʃwa ?
    kaʁ a fɔʁsə də delεse no dəvwaʁ, no dʁwa, nɔstʁadisjɔ̃, nɔtʁə savwaʁ,
    kεlkœ̃ sε pεʁmi də pʁɑ̃dʁə lε dεsizjɔ̃z- a ʒystə titʁə.
    səsi ε lə ʁezylta dynə ekasjɔ̃ : (nos pozisjɔ̃ syʁ slaʃ noz- aksjɔ̃z- eɡal ʁeaksjɔ̃s)
    dɔ̃k o ljø də nu kɔ̃plεʁə ɑ̃ nə pɑ̃sɑ̃ pa o pʁoʃɛ̃
    kaʁ la sitɥasjɔ̃ nu sɑ̃blə kɔmfɔʁtablə e pø ʁiske
    e bjɛ̃ ɑ̃sɑ̃blə ʃɑ̃ʒɔ̃z- e kɔ̃stʁɥizɔ̃z- œ̃ dəmɛ̃ diɲə
    də sø kɔ̃n- oʁεz- etε fjεʁə davwaʁ a nɔtʁə tuʁ ! ! !
    ditə vu, nu nə sɔmə pa səl ʁəʒwaɲɔ̃ sø ki ʁεste swa dizɑ̃ plysz- efase
    mε ki fɔ̃ buʒe lε ʃozə puʁ kə nu nu sɑ̃sjɔ̃ bjɛ̃.
    εtʁə ymɛ̃ lə ʃwa dapaʁtjɛ̃ e la ʁəsyltɑ̃tə osi…

    ka pe dø milə ɔ̃zə

Récompense

0
0
0

Commentaire Sur La Poesie


Auteur de Poésie
12/09/2011 11:29Marcel42

Bien malhabile cette leçon qu’il nous faut pourtant méditer.
Cordialement,
Marcel.