Poème-France.com

Poeme : Le Retour



Le Retour

Coucou revoilà notre commerciale adorée
Enfin tu es de retour depuis le temps
Que s’es-il passé tu nous avais oublié ?
Tu t’es égarée sur les chemins des sentiments ?

Mais nous nous sommes toujours là
Nous adorons te voir blaguer, sourire
Tiens voilà une commande pour toi
Alors fais nous ton joli et commercial sourire

Elle est de retour enfin elle nous manquait tant
Pour ton plaisir chère princesse à toi nous achèterons
Pour te distraire c’est toi que nous inviterons
Dis petite fée raconte nous tes tourmants

Le vent a raconté que tu étais perdu
Nous nous sommes tant inquiétés
Nous ne savions plus où acheter
Mais enfin tu es parmi nous revenu

T’inquiète pas, nous allons t’épauler
Nous allons tous nous regrouper
Pour te refaire briller comme dans le passé
Car il y a quelques temps pour nous tu t’es dévoué

Nous t’avons mis à dur épreuve, nous les mysogines
Mais tu n’as pas cédé, les dents très fort tu as serré
C’est sûr nous t’en avons fait baver, on l’imagine
Mais aujourd’hui nous sommes là pour te faire avancer

Quand toi petit bout de femme tu es arrivée sur nos toits
Tu nous a bluffé par ton aisance, ta confiance, ton savoir
Tu te baladais comme une funanbule, tu étais chez toi
Nous abreuvant de tes connaissances jusqu’au soir

Chère petite commerciale vénérée
Ecoute les louanges de tes clients
S’il te plait, dis nous que nous sommes tes préférés
Et nos commandes seront pour toi indéfiniment

Et bien, je vous remercie pour tous ces compliments
Dorénavant c’est vous qui payez l’addition
Les commandes doivent arriver sans soustraction
Et de grâce, gardez tous vos « emmerdements »

Merci à vous
Mary M'amuse

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

kuku ʁəvwala nɔtʁə kɔmεʁsjalə adɔʁe
ɑ̃fɛ̃ ty ε də ʁətuʁ dəpɥi lə tɑ̃
kə sε il pase ty nuz- avεz- ublje ?
ty tε eɡaʁe syʁ lε ʃəmɛ̃ dε sɑ̃timɑ̃ɑ̃ ?

mε nu nu sɔmə tuʒuʁ la
nuz- adɔʁɔ̃ tə vwaʁ blaɡe, suʁiʁə
tjɛ̃ vwala ynə kɔmɑ̃də puʁ twa
alɔʁ fε nu tɔ̃ ʒɔli e kɔmεʁsjal suʁiʁə

εllə ε də ʁətuʁ ɑ̃fɛ̃ εllə nu mɑ̃kε tɑ̃
puʁ tɔ̃ plεziʁ ʃεʁə pʁɛ̃sεsə a twa nuz- aʃεtəʁɔ̃
puʁ tə distʁεʁə sε twa kə nuz- ɛ̃vitəʁɔ̃
di pətitə fe ʁakɔ̃tə nu tε tuʁmɑ̃

lə vɑ̃ a ʁakɔ̃te kə ty etε pεʁdy
nu nu sɔmə tɑ̃ ɛ̃kjete
nu nə savjɔ̃ plysz- u aʃəte
mεz- ɑ̃fɛ̃ ty ε paʁmi nu ʁəvəny

tɛ̃kjεtə pa, nuz- alɔ̃ tepole
nuz- alɔ̃ tus nu ʁəɡʁupe
puʁ tə ʁəfεʁə bʁije kɔmə dɑ̃ lə pase
kaʁ il i a kεlk tɑ̃ puʁ nu ty tε devue

nu tavɔ̃ miz- a dyʁ epʁəvə, nu lε mizɔʒinə
mε ty na pa sede, lε dɑ̃ tʁε fɔʁ ty a seʁe
sε syʁ nu tɑ̃n- avɔ̃ fε bave, ɔ̃ limaʒinə
mεz- oʒuʁdɥi nu sɔmə la puʁ tə fεʁə avɑ̃se

kɑ̃ twa pəti bu də famə ty ε aʁive syʁ no twa
ty nuz- a blyfe paʁ tɔ̃n- εzɑ̃sə, ta kɔ̃fjɑ̃sə, tɔ̃ savwaʁ
ty tə baladε kɔmə ynə fynɑ̃bylə, ty etε ʃe twa
nuz- abʁəvɑ̃ də tε kɔnεsɑ̃sə ʒysko swaʁ

ʃεʁə pətitə kɔmεʁsjalə veneʁe
əkutə lε lwɑ̃ʒə də tε kljɑ̃
sil tə plε, di nu kə nu sɔmə tε pʁefeʁe
e no kɔmɑ̃də səʁɔ̃ puʁ twa ɛ̃definime

e bjɛ̃, ʒə vu ʁəmεʁsi puʁ tus sε kɔ̃plimɑ̃
dɔʁenavɑ̃ sε vu ki pεje ladisjɔ̃
lε kɔmɑ̃də dwave aʁive sɑ̃ sustʁaksjɔ̃
e də ɡʁasə, ɡaʁde tus vɔs « amεʁdəmɑ̃ts »

mεʁsi a vu