Poème-France.com

Prose : Lettre De Guerre



Lettre De Guerre

CERTAINES PAROLES DE CETTE LETTRE PEUVENT PARAITRE CHOQUANTES. JE VOUS PRIE D’AVANCE DE M’EN EXCUSER MAIS JE VOULAIS UN MESSAGE FORT. ALORS AMES SENSIBLES S’ABSTENIR

------
Cher père,
L’été ne m’a jamais paru aussi long. Avant j’aimais l’été, mais j’ai changé.
J’ai changé de figure. La petite mine potelée que maman aimait tâter le matin avant de me laisser prendre le chemin de l’école, le chemin que tu nommais le chemin des grands Hommes. Cette mine est devenue explosée, comme celles que j’ai le privilège de croiser sur le chemin des dames à présent.
J’ai changé de voix. Ce n’est plus le petit enfant candide du premier chapitre qui parle mais celui de la métairie à la fin. Cependant je n’ai pas de jardin à cultiver, même si de façon morbide, je pourrai dire que le compost ne manque pas autour de moi.
J’ai changé de vêtements. Les vêtements militaires me font mal. Le remède à la guerre est aussi douloureux que la maladie elle-même.

J’ai changé d’amis. Enfin, ici le terme même d’humain est inconstant. On devient tous des animaux là-bas, derrière les tricots gris mêles de boutons rouges.
Oui car j’ai aussi changé de jeu. J’ai changé pour des jeux qui ne sont plus marrants. Ils me terrifient à présent.
J’ai changé parce que j’ai cru que tu voulais ce changement. Père, imagines moi. Ais-je grandi selon les plans ? Et me savoir dans un No man’s land te rend t’il fier ? Vas tu voir l’homme d’église pour lui dire que ton fils fait la guerre pour la patrie ? C’est une ineptie père. Une supercherie. Personne ici ne compte les gamins perdus qui se sont engagés par curiosité comme personne ne compte plus les pertes. La vérité c’est que je ne suis pas le fils que tu espères. Moi aussi j’ai peur. Bien sur que j’ai peur. Je pleure, je pleure devant tout le monde, je pleure comme tout le monde. Désolé mais je ne peux pas être parfait. Les Hommes sont imparfaits père. . Sinon pourquoi ferions nous cette guerre ?
J’essaie de ne pas penser à la douleur que je ressens. Savais-tu que tu étais mon héros ? Tous les jours passés avec toi me semblent si loin à présent. En fait, j’ai l’impression que tu n’en as plus rien à faire. Est-ce qu’au moins tu vois ce que les Hommes peuvent se faire ? Ces gens. Les nuits, qui maintenant ne m’apportent plus sommeil, je pense à eux. Je me demande si ils ont une famille. Qui dois-je tuer ? Un père ? Un fils ? Un frère ? Un amant ? Peut-être était-il bénévole dans une église ? Peut-être j’aurai pu être son ami ?
J’emporte cette lettre contre moi. Je veux qu’en revenant auprès de toi, tu la trouves et tu la médites.
Soldat n°519757
Melly-Mellow

PostScriptum

Ce texte peut se lire de deux points de vues. En effet, le soldat qui parle ici parle toujours à son interlocuteur en l’appelant Père, et non papa (il appelle sa mère maman dans le premier paragraphe) . Il peut s’adresser à Dieu, et lui demander ce qu’il pense de la guerre, ou il peut s’adresser à son père, et lui demander ce qu’il ressent face aux actes qu’il mène.
J’ai introduit plusieurs images que je vais détailler ici.

Pour commencer, le chemin des dames est un lieu célèbre de la guerre 14-18.
L’allusion à Candide vient du livre éponyme de Voltaire où ce dernier dresse le portrait d’un personnage naïf qui au fil de ses aventures va comprendre que tout n’est pas « pour le mieux dans le meilleur des mondes », notamment en découvrant la guerre, dès les premiers chapitres. La métairie est le lieu ou il s’installera finalement à la fin du livre et où il y developpera sa propre philosophie du bonheur, ici impossible pour le soldat.
Les tricots gris mêlés de boutons rouges désignent les barbelés.
Le No man’s land est une partie d’un terrain de guerre, littéralement « L’endroit ou il n’y a pas d’Hommes ».
Le soldat reste anonyme, car cette lettre aurait pu être le fruit de n’importe quel soldat.

PS : Je tiens encore à m’excuser si cette lettre choque. J’ai essayé d’y faire passer l’horreur que je ressens en pensant à la guerre. Je me suis surtout basé sur la guerre de 14-18 mais même les guerres actuelles peuvent nous faire remettre en cause nos titres d’humains.


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

sεʁtεnə paʁɔlə də sεtə lεtʁə pəve paʁεtʁə ʃɔkɑ̃tə. ʒə vu pʁi davɑ̃sə də mɑ̃n- εkskyze mε ʒə vulεz- œ̃ mesaʒə fɔʁ. alɔʁz- amə sɑ̃siblə sabstəniʁ
ʃεʁ pεʁə,
lete nə ma ʒamε paʁy osi lɔ̃. avɑ̃ ʒεmε lete, mε ʒε ʃɑ̃ʒe.
ʒε ʃɑ̃ʒe də fiɡyʁə. la pətitə minə pɔtəle kə mamɑ̃ εmε tate lə matɛ̃ avɑ̃ də mə lεse pʁɑ̃dʁə lə ʃəmɛ̃ də lekɔlə, lə ʃəmɛ̃ kə ty nɔmε lə ʃəmɛ̃ dε ɡʁɑ̃z- ɔmə. sεtə minə ε dəvənɥ εksploze, kɔmə sεllə kə ʒε lə pʁivilεʒə də kʁwaze syʁ lə ʃəmɛ̃ dε daməz- a pʁezɑ̃.
ʒε ʃɑ̃ʒe də vwa. sə nε plys lə pəti ɑ̃fɑ̃ kɑ̃didə dy pʁəmje ʃapitʁə ki paʁlə mε səlɥi də la metεʁi a la fɛ̃. səpɑ̃dɑ̃ ʒə nε pa də ʒaʁdɛ̃ a kyltive, mεmə si də fasɔ̃ mɔʁbidə, ʒə puʁʁε diʁə kə lə kɔ̃pɔst nə mɑ̃kə pa otuʁ də mwa.
ʒε ʃɑ̃ʒe də vεtəmɑ̃. lε vεtəmɑ̃ militεʁə mə fɔ̃ mal. lə ʁəmεdə a la ɡeʁə εt- osi duluʁø kə la maladi εllə mεmə.
ʒε ʃɑ̃ʒe dami. ɑ̃fɛ̃, isi lə tεʁmə mεmə dymɛ̃ εt- ɛ̃kɔ̃stɑ̃. ɔ̃ dəvjɛ̃ tus dεz- animo la ba, dəʁjεʁə lε tʁiko ɡʁi mεlə də butɔ̃ ʁuʒə.
ui kaʁ ʒε osi ʃɑ̃ʒe də ʒø. ʒε ʃɑ̃ʒe puʁ dε ʒø ki nə sɔ̃ plys maʁɑ̃. il mə teʁifje a pʁezɑ̃.
ʒε ʃɑ̃ʒe paʁsə kə ʒε kʁy kə ty vulε sə ʃɑ̃ʒəmɑ̃. pεʁə, imaʒinə mwa. εs ʒə ɡʁɑ̃di səlɔ̃ lε plɑ̃ ? e mə savwaʁ dɑ̃z- œ̃ no manεs lɑ̃d tə ʁɑ̃ til fje ? va ty vwaʁ lɔmə deɡlizə puʁ lɥi diʁə kə tɔ̃ fis fε la ɡeʁə puʁ la patʁi ? sεt- ynə inεpti pεʁə. ynə sypεʁʃəʁi. pεʁsɔnə isi nə kɔ̃tə lε ɡamɛ̃ pεʁdys ki sə sɔ̃t- ɑ̃ɡaʒe paʁ kyʁjozite kɔmə pεʁsɔnə nə kɔ̃tə plys lε pεʁtə. la veʁite sε kə ʒə nə sɥi pa lə fis kə ty εspεʁə. mwa osi ʒε pœʁ. bjɛ̃ syʁ kə ʒε pœʁ. ʒə plœʁə, ʒə plœʁə dəvɑ̃ tu lə mɔ̃də, ʒə plœʁə kɔmə tu lə mɔ̃də. dezɔle mε ʒə nə pø pa εtʁə paʁfε. lεz- ɔmə sɔ̃t- ɛ̃paʁfε pεʁə. sinɔ̃ puʁkwa fəʁjɔ̃ nu sεtə ɡeʁə ?
ʒesε də nə pa pɑ̃se a la dulœʁ kə ʒə ʁəsɛ̃. savε ty kə ty etε mɔ̃n- eʁo ? tus lε ʒuʁ pasez- avεk twa mə sɑ̃ble si lwɛ̃ a pʁezɑ̃. ɑ̃ fε, ʒε lɛ̃pʁesjɔ̃ kə ty nɑ̃n- a plys ʁjɛ̃ a fεʁə. ε sə ko mwɛ̃ ty vwa sə kə lεz- ɔmə pəve sə fεʁə ? sε ʒɑ̃. lε nɥi, ki mɛ̃tənɑ̃ nə mapɔʁte plys sɔmεj, ʒə pɑ̃sə a ø. ʒə mə dəmɑ̃də si ilz- ɔ̃ ynə famijə. ki dwa ʒə tɥe ? œ̃ pεʁə ? œ̃ fis ? œ̃ fʁεʁə ? œ̃n- amɑ̃ ? pø tεtʁə etε til benevɔlə dɑ̃z- ynə eɡlizə ? pø tεtʁə ʒoʁε py εtʁə sɔ̃n- ami ?
ʒɑ̃pɔʁtə sεtə lεtʁə kɔ̃tʁə mwa. ʒə vø kɑ̃ ʁəvənɑ̃ opʁε də twa, ty la tʁuvəz- e ty la meditə.
sɔlda εn dəɡʁe sɛ̃- sɑ̃ diz- nəf milə sεt sɑ̃ sɛ̃kɑ̃tə sεt