Poème-France.com

Prose : L’Amour C’Est Aveuglement Beau



L’Amour C’Est Aveuglement Beau

L’amour c’est aveuglement beau.
Sur la verdure encore trempée non loin de l’avenue de Bel Air, beaucoup lisent, respirent l’air humide, passent, repassent et trépassent même parfois. Au printemps, les rêveurs aiment s’aimer jusqu’à l’automne où l’amour au loin se voit faner. Alors à l’hiver, maintes poètes se retrouvent en harmonie, content, dansent et chantent longuement. Puis des amours, et des allers et des retours, sous les pluies torrentielles le parapluie à la main où la main dans la main, ils s’y promènent.
N’ont ’ ils jamais entendu le vieille homme derrière son journal de noir et de blanc crier au coin de sa longue barbe grise des appels à l’amour ? Lui aussi, il aurait aimé être aimé. Alors il attend qu’on entende ses appels de détresse car il ne sait pas encore que sa fin approche et que chaque minute est comptée. Les amoureux aveuglés n’ont pas non plus vu s’envoler tout près d’eux le léger dessin d’un petit garçon qui faisait naitre par quelques coups de crayons, sa tendre amoureuse aux boucles cuivrées qui paraissait aux yeux des passants comme un banal dessin d’enfant.
Comment ont-ils fait pour ne pas voir l’humide nostalgie dans les yeux d’une jeune fille ? Abritée d’un arbre solitaire, les larmes de cette mélancolique semblaient se mélanger au déluge qui frappait toute la ville. Alors elle pleure, tant qu’on ne lui sourit pas et pense dès l’aube jusqu’à l’aurore à son amour de jeunesse, qui n’a pu l’aimer comme elle voulait être aimée. Elle a toujours ressenti une sensation étrange lorsque le cœur serré, elle l’imaginait 10 ans plus tard - ou peut-être moins - en smoking entouré de son épouse et de ses beaux enfants. Ils ne se connaîtront plus et peut-être se croiseront-t’ils un jour, sans se soucier l’un de l’autre. Pourtant face au passé brûlant, n’espérant plus rien même du temps présent et de ses faux espoirs, rongée par la fatigue des durs labeurs, elle continuera au-delà des années qui passent à admirer les dernières cendres de son être qui resteront en sa mémoire.
L’amour c’est beau, mais rend aveugle. L’amour nous fait rêver mais fait pleurer aussi. Heureux amoureux, regardez autour de vous combien sont si fortement blessés que même si la flèche de cupidon entrait à toute vitesse dans leur chair, ils se sentiraient soulagés. Alors aimez tant que vous êtes aimés. Souriez, profitez puis ne laissez aucune chance passer.
Morgane

PostScriptum

Merci à Melly-Mellow pour ta critique, j’ai complété le texte publié l’autre jour grâce à toi. J’espere que c’est mieux


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

lamuʁ sεt- avøɡləmɑ̃ bo.
syʁ la vεʁdyʁə ɑ̃kɔʁə tʁɑ̃pe nɔ̃ lwɛ̃ də lavənɥ də bεl εʁ, boku lize, ʁεspiʁe lεʁ ymidə, pase, ʁəpase e tʁepase mεmə paʁfwa. o pʁɛ̃tɑ̃, lε ʁεvœʁz- εme sεme ʒyska lotɔmnə u lamuʁ o lwɛ̃ sə vwa fane. alɔʁz- a livεʁ, mɛ̃tə pɔεtə sə ʁətʁuve ɑ̃-aʁmɔni, kɔ̃tɑ̃, dɑ̃se e ʃɑ̃te lɔ̃ɡəmɑ̃. pɥi dεz- amuʁ, e dεz- alez- e dε ʁətuʁ, su lε plɥi tɔʁɑ̃sjεllə lə paʁaplɥi a la mɛ̃ u la mɛ̃ dɑ̃ la mɛ̃, il si pʁɔmεne.
nɔ̃til ʒamεz- ɑ̃tɑ̃dy lə vjεjə ɔmə dəʁjεʁə sɔ̃ ʒuʁnal də nwaʁ e də blɑ̃ kʁje o kwɛ̃ də sa lɔ̃ɡ baʁbə ɡʁizə dεz- apεlz- a lamuʁ ? lɥi osi, il oʁε εme εtʁə εme. alɔʁz- il atɑ̃ kɔ̃n- ɑ̃tɑ̃də sεz- apεl də detʁεsə kaʁ il nə sε pa ɑ̃kɔʁə kə sa fɛ̃ apʁoʃə e kə ʃakə minytə ε kɔ̃te. lεz- amuʁøz- avøɡle nɔ̃ pa nɔ̃ plys vy sɑ̃vɔle tu pʁε dø lə leʒe desɛ̃ dœ̃ pəti ɡaʁsɔ̃ ki fəzε nεtʁə paʁ kεlk ku də kʁεjɔ̃, sa tɑ̃dʁə amuʁøzə o buklə kɥivʁe ki paʁεsε oz- iø dε pasɑ̃ kɔmə œ̃ banal desɛ̃ dɑ̃fɑ̃.
kɔmɑ̃ ɔ̃ til fε puʁ nə pa vwaʁ lymidə nɔstalʒi dɑ̃ lεz- iø dynə ʒənə fijə ? abʁite dœ̃n- aʁbʁə sɔlitεʁə, lε laʁmə- də sεtə melɑ̃kɔlikə sɑ̃blε sə melɑ̃ʒe o delyʒə ki fʁapε tutə la vilə. alɔʁz- εllə plœʁə, tɑ̃ kɔ̃ nə lɥi suʁi pa e pɑ̃sə dε lobə ʒyska loʁɔʁə a sɔ̃n- amuʁ də ʒənεsə, ki na py lεme kɔmə εllə vulε εtʁə εme. εllə a tuʒuʁ ʁəsɑ̃ti ynə sɑ̃sasjɔ̃ etʁɑ̃ʒə lɔʁskə lə kœʁ seʁe, εllə limaʒinε diz- ɑ̃ plys taʁ u pø tεtʁə mwɛ̃z- ɑ̃ smɔkiŋ ɑ̃tuʁe də sɔ̃n- epuzə e də sε boz- ɑ̃fɑ̃. il nə sə kɔnεtʁɔ̃ plysz- e pø tεtʁə sə kʁwazəʁɔ̃ tilz- œ̃ ʒuʁ, sɑ̃ sə susje lœ̃ də lotʁə. puʁtɑ̃ fasə o pase bʁylɑ̃, nεspeʁɑ̃ plys ʁjɛ̃ mεmə dy tɑ̃ pʁezɑ̃ e də sε foz- εspwaʁ, ʁɔ̃ʒe paʁ la fatiɡ dε dyʁ labœʁ, εllə kɔ̃tinɥəʁa o dəla dεz- ane ki pase a admiʁe lε dεʁnjεʁə sɑ̃dʁə- də sɔ̃n- εtʁə ki ʁεstəʁɔ̃ ɑ̃ sa memwaʁə.
lamuʁ sε bo, mε ʁɑ̃t- avøɡlə. lamuʁ nu fε ʁεve mε fε pləʁe osi. œʁøz- amuʁø, ʁəɡaʁdez- otuʁ də vu kɔ̃bjɛ̃ sɔ̃ si fɔʁtəmɑ̃ blese kə mεmə si la flεʃə də kypidɔ̃ ɑ̃tʁε a tutə vitεsə dɑ̃ lœʁ ʃεʁ, il sə sɑ̃tiʁε sulaʒe. alɔʁz- εme tɑ̃ kə vuz- εtəz- εme. suʁje, pʁɔfite pɥi nə lεsez- okynə ʃɑ̃sə pase.