Poème-France.com

Poeme : Merci À Toi, Seigneur



Merci À Toi, Seigneur

Du fond du cœur,
Je Te remercie Seigneur.
Merci pour cette femme exceptionnelle
Que Tu m’as envoyé tel un cadeau du ciel.

Si Tu pouvais imaginer tout cet Amour
Qui grandit en moi jour après jour…
Si Tu pouvais imaginer mes sentiments
Tu comprendrais mieux mes remerciements…

Cette femme est unique Tu sais.
Il m’est inutile de chercher pour vérifier
Car c’est une des rare certitudes que j’ai.
Nous sommes tellement fait pour nous aimer.

Du fond du cœur,
Je Te remercie Seigneur.
Merci à Toi de m’avoir envoyé
L’Amour comme je l’avais si souvent revé.

Comme je lui ai dit, elle est ma princesse,
Mon cœur, ma puce, mon ange, mon soleil,
Elle était, est et sera toute ma richesse
Et tant que je suis à ses cotés, je m’émerveille.

Cette femme est unique Tu sais.
Chaque minute passé avec elle n’est que douceur,
Chaque minute passé sans elle n’est que douleur.
Ce ne sont pas des certitudes mais des faits.

Oh oui, merci à Toi Seigneur
Car sans Toi, sans elle,
Je ne connaîtrai pas ce bonheur
Qui fait de chaque journée une merveille.
Oursmimi

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

dy fɔ̃ dy kœʁ,
ʒə tə ʁəmεʁsi sεɲœʁ.
mεʁsi puʁ sεtə famə εksεpsjɔnεllə
kə ty ma ɑ̃vwaje tεl œ̃ kado dy sjεl.

si ty puvεz- imaʒine tu sεt amuʁ
ki ɡʁɑ̃di ɑ̃ mwa ʒuʁ apʁε ʒuʁ…
si ty puvεz- imaʒine mε sɑ̃timɑ̃ɑ̃
ty kɔ̃pʁɑ̃dʁε mjø mε ʁəmεʁsimɑ̃…

sεtə famə εt- ynikə ty sε.
il mεt- inytilə də ʃεʁʃe puʁ veʁifje
kaʁ sεt- ynə dε ʁaʁə sεʁtitydə kə ʒε.
nu sɔmə tεllmɑ̃ fε puʁ nuz- εme.

dy fɔ̃ dy kœʁ,
ʒə tə ʁəmεʁsi sεɲœʁ.
mεʁsi a twa də mavwaʁ ɑ̃vwaje
lamuʁ kɔmə ʒə lavε si suvɑ̃ ʁəve.

kɔmə ʒə lɥi ε di, εllə ε ma pʁɛ̃sεsə,
mɔ̃ kœʁ, ma pysə, mɔ̃n- ɑ̃ʒə, mɔ̃ sɔlεj,
εllə etε, εt- e səʁa tutə ma ʁiʃεsə
e tɑ̃ kə ʒə sɥiz- a sε kɔte, ʒə memεʁvεjə.

sεtə famə εt- ynikə ty sε.
ʃakə minytə pase avεk εllə nε kə dusœʁ,
ʃakə minytə pase sɑ̃z- εllə nε kə dulœʁ.
sə nə sɔ̃ pa dε sεʁtitydə mε dε fε.

ɔ ui, mεʁsi a twa sεɲœʁ
kaʁ sɑ̃ twa, sɑ̃z- εllə,
ʒə nə kɔnεtʁε pa sə bɔnœʁ
ki fε də ʃakə ʒuʁne ynə mεʁvεjə.