Poème-France.com

Poeme : Mostaganem



Mostaganem

Je suis d’Mostaganem
Toi de Jérusalem
Tous les deux circoncis
Par la Théocratie.
On s’est vue en prison
Chacun pour ses raisons
J’avais fauché une caisse
Toi piqué dans la caisse.
Je gagnais pas d’pognon
Nous récoltions des gnons
Quand nos mains de touchèrent
S’alluma la torchère.
Cette grande émotion
C’est notre commotion.
On s’est aimé d’amour
En chialant des toujours.
Les autres dans la piaule
Nous proposent leur gnole
Pour qu’on leur servent de femmes
Et ces propos infâmes
On les a rejetés
En toute honnêteté.
Les matons ulcérés
Nous changèrent de carré
Pour des questions morales
En taule c’est pas banal.
T’es sorti le premier
Pour les fleurs des pommiers
Tu m’attendais mon ange
Pour le mois des vendanges.
Dans notre pigeonnier
Tous les deux prisonniers
D’un amour interdit
Nous étions des maudits
Et puis vint un Imam
Qui me parla d’Islam
Vint aussi un rabbin
Qui te parla turbin.
Voulaient qu’on se sépare
Qu’on fasse vie à part.
Comme on n’a pas voulu
Nous ont botté le cul

Nous sommes le scandale
Ca vaut toutes les mandales
Les jeunes magrébins
Ont violé les rabbins
Les copains de David
Se tapèrent les Saïd.
Tout la haut dans le ciel
Mais c’est confidentiel
Dieu, Yahvé et Allah
De voir tous ces cons là
Se marraient comme des fous
Sur des cuirs de Corfou.
« L’amour n’a pas de sexe
» L’amour est plus complexe
« N’ont pas encore compris
» L’amour est incompris.
L’amour est incompris
L’amour est incompris…
Rimailleur

PostScriptum

Ce poème en forme de rap, de slam est en mémoire de deux hommes qui s’unirent dans la mort pour ne pas être séparés. Une musique existe si vous le souhaitez confiez moi votre e-mail et je vous l’envoie en mp3.


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

ʒə sɥi dmɔstaɡanεm
twa də ʒeʁyzalεm
tus lε dø siʁkɔ̃si
paʁ la teɔkʁasi.
ɔ̃ sε vɥ ɑ̃ pʁizɔ̃
ʃakœ̃ puʁ sε ʁεzɔ̃
ʒavε foʃe ynə kεsə
twa pike dɑ̃ la kεsə.
ʒə ɡaɲε pa dpɔɲɔ̃
nu ʁekɔltjɔ̃ dε ɲɔ̃
kɑ̃ no mɛ̃ də tuʃεʁe
salyma la tɔʁʃεʁə.
sεtə ɡʁɑ̃də emɔsjɔ̃
sε nɔtʁə kɔmɔsjɔ̃.
ɔ̃ sεt- εme damuʁ
ɑ̃ ʃjalɑ̃ dε tuʒuʁ.
lεz- otʁə- dɑ̃ la pjolə
nu pʁɔpoze lœʁ ɲɔlə
puʁ kɔ̃ lœʁ sεʁve də famə
e sε pʁɔpoz- ɛ̃famə
ɔ̃ lεz- a ʁəʒəte
ɑ̃ tutə ɔnεtəte.
lε matɔ̃z- ylseʁe
nu ʃɑ̃ʒεʁe də kaʁe
puʁ dε kεstjɔ̃ mɔʁalə
ɑ̃ tolə sε pa banal.
tε sɔʁti lə pʁəmje
puʁ lε flœʁ dε pɔmje
ty matɑ̃dε mɔ̃n- ɑ̃ʒə
puʁ lə mwa dε vɑ̃dɑ̃ʒə.
dɑ̃ nɔtʁə piʒɔnje
tus lε dø pʁizɔnje
dœ̃n- amuʁ ɛ̃tεʁdi
nuz- esjɔ̃ dε modi
e pɥi vɛ̃ œ̃n- imam
ki mə paʁla dislam
vɛ̃ osi œ̃ ʁabɛ̃
ki tə paʁla tyʁbɛ̃.
vulε kɔ̃ sə sepaʁə
kɔ̃ fasə vi a paʁ.
kɔmə ɔ̃ na pa vuly
nuz- ɔ̃ bɔte lə kyl

nu sɔmə lə skɑ̃dalə
ka vo tutə lε mɑ̃dalə
lε ʒənə maɡʁebɛ̃
ɔ̃ vjɔle lε ʁabɛ̃
lε kɔpɛ̃ də david
sə tapεʁe lε sajd.
tu la-o dɑ̃ lə sjεl
mε sε kɔ̃fidɑ̃sjεl
djø, iave e ala
də vwaʁ tus sε kɔ̃ la
sə maʁε kɔmə dε fus
syʁ dε kɥiʁ də kɔʁfu.
« lamuʁ na pa də sεksə
» lamuʁ ε plys kɔ̃plεksə
« nɔ̃ pa ɑ̃kɔʁə kɔ̃pʁi
» lamuʁ εt- ɛ̃kɔ̃pʁi.
lamuʁ εt- ɛ̃kɔ̃pʁi
lamuʁ εt- ɛ̃kɔ̃pʁi…