Poeme-France : Les Poètes

Poésie : Dez que cette oraison fut par luy prononcée

Écrit par Jean De La Ceppède

Dez que cette oraison fut par luy prononcée,
Il laisse un peu sa teste à main droite pancher :
Non tant pour les douleurs dont elle est offensée
Que pour semondre ainsi la Parque d'approcher.

Voila soudain la peau de son front dessecher,
Voila de ses beaux yeux tout à coup enfoncée
L'une et l'autre prunele et leur flamme éclipsée,
Leur paupiere abatuë et leurs réaux se cacher.

Ses narines à peine estant plus divisées
Rendent son nez aigu : ses temples sont crusées,
Sur ses levres s'espand la pasleur de la mort.

Son haleine est deux fois perduë et recouverte ;
A la tierce il expire avec un peu d'effort,
Les yeux à demy clos, et la bouche entr'ouverte.

Mis en favori par

Aucun membre a mis cet écrivan en favori.