Poeme-France : Lecture Écrit Rigolo

Prose : La Sainte Andouille !

Prose Rigolo
Publié le 28/11/2014 15:22

L'écrit contient 963 mots qui sont répartis dans 13 strophes.

Poete : Loic Rousselot

La Sainte Andouille !

La Sainte Andouille !

Si vous voulez vous faire aimer de ma personne,
et je n’ose imaginer qu’il vous vienne à l’esprit, ne serait-ce qu’une once
d’idée contraire.
Franchement, cela semblerait tellement grotesque, hors de propos et ridicule,
n’est ce pas ?
Outre, la perte de temps à supputer n’importe quoi d’aussi ubuesque, vous courez inutilement le risque de vous exposer, ultérieurement, à de fâcheuses représailles.

Donc, si vous voulez vous faire aimer de ma personne, il vous suffit simplement
de présenter face à moi et sur une table. Et là, il vous faut imaginer que je suis assis sur une chaise face à ce mobilier.
Essayez de choisir, si possible, une table assez sympa.
Pas ce genre de meuble fabriqué par des Suédois asiatiques, dont le simple montage vous a suffisamment énervé, en raison d’une notice traduite du Mandarin par un Coréen du sud habitant dans le 9. 3.
Vous finirez par avoir une sculpture Pop Art au milieu de votre salon au lieu d’un plateau à quatre pieds.

Bref, posez-y, dans un premier temps, un petit ballon d’un vin correct.
Je ne serai pas trop exigeant sur ce point, car les Français savent très bien en faire.
C’est d’ailleurs une des rares choses qu’ils font bien. Nul n’est parfait.
Vous avez donc l’embarras du choix.

Puis placez une assiette, blanche et carrée de préférence.
(Là c’est juste un petit caprice personnel. )

À côté, n’oubliez surtout pas, et c’est fondamental, d’y mettre quelques tranches d’un pain du matin.
Lesdites tranches devront être délicatement disposées sous une belle épaisseur de beurre demi-sel.
Il vous faut savoir, ici, que ce n’est pas le pain le plus important.
En effet, sachez, qu’une Armoricaine, ou qu’un Armoricain qui ne reçoit pas sa dose quotidienne de beurre demi-sel est femme ou homme mort.
Sur ce point, nous plaignons beaucoup nos voisins Français, (appelés aussi « ceux de l’intérieur » par nos amis Alsaciens) qui badigeonnent leurs tartines avec une sorte de graisse sans sel, sans goût, enfin, une véritable margarine immangeable et à peine bonne à lubrifier le moteur de ma tondeuse.
Tout en y pensant, il me semble, finalement, que j’ai une tondeuse électrique.
Oui, oui, c’est cela, puisque je ne vais jamais dans une station-service pour y chercher de l’essence destinée à ma tondeuse électrique.
De manière générale, je m’y rends parfois, pour faire tout bêtement, comme beaucoup, le plein d’essence de mon automobile.
Petite anecdote, les Bretons ne vont jamais dans une station-service pour prendre quelques litres d’essence, non, non ils disent « qu’ils font de l’essence ».
Ils sont forts tout de même ces gaillards ! Dès qu’ils ont une pompe en main, v’la t’y pas qu’ils se mettent à te fabriquer du pétrole ! J’en resterai toujours fortement impressionné.

Je cause, je cause… Mais, où en étais-je ?
.
Ah oui, vous vouliez vous faire aimer de ma personne.
Entre nous, je pense que c’est une bien riche idée. N’en abuser pas pour autant !

Placez, maintenant, dans l’assiette une andouille de Guémené.
J’ai bien dit une andouille de Guémené, pas une autre.
Croyez bien, que l’expert que je suis fera tout de suite la différence et s’apercevra de l’infâme supercherie.
Vous pouvez tenter de vous amuser à vous entêter dans votre crime de lèse-majesté.
Soyez toutefois garanti, que même si votre vulgaire copie d’andouille est bien imitée, la variation de la taille d’un boson de Higgs sera immédiatement détecté par mon fin palais.

Remercions au passage Peter Higgs, saluons-le dignement, prosternons-nous devant son infinie et immense sagesse, magnifions ses travaux etc, etc.
Bon, bon c’est bien, vous pouvez maintenant vous relever, nous n’allons pas passer notre journée à lui cirer les pompes. Tout de même !
Surtout quand on voit les moyens développés pour détecter ce foutu boson.
Incroyable, il y a des types complètement dingues qui ont dépensé des fortunes pour construire un grand anneau souterrain de plusieurs kilomètres de diamètre pour rechercher un truc que personne ne verra.

Revenons donc à nos andouilles !
Vous m’avez, in fine, servi une véritable Sainte andouille de Guémené.
Assurément vous êtes en train de vous faire aimer.
Et nous ne pouvons que vous faire grâce.
Toutefois, il est sage de vous éloigner de notre personne d’une bonne dizaine de mètres.
Pourquoi vous éloignez ? vous dites vous ?
Car, à ce moment s’opère la transformation, que dis-je, la mutation.
Un interrupteur, localisé quelque part dans le fin fond de mon cerveau, permute et fait « TILT ».
Les poils de mon dos se dressent, mes mains se tétanisent sur les couverts.
Mon regard scrute les alentours, surveille la moindre présence d’un éventuel vautour.
Il est alors, fort déconseillé à tout animal de tout poil une présence dans un périmètre d’au moins dix mètres.
De plus, la présence d’un autre Breton dans les cinq cents mètres est évidemment à proscrire.
Enfin je suis prêt à la bataille et, l’andouille ne survivra pas au quart d’heure. Je vous l’assure…
Fort amusant, non ?
Et vous vous êtes fait aimé.

Pour terminer, j’ai observé une chose rassurante.
Face à certains plats je ne suis pas le seul à avoir de bizarres comportements.
Si je prends le cas, par exemple, d’une amie proche. (Chut, entre nous, ne par répéter, c’est ma femme… )
Il vous suffit de placer au milieu d’une pièce un pot de cancoillotte.
Même équipé d’un collier étrangleur, l’animal vous cassera la laisse.
Incroyable ! Non !

Loïc ROUSSELOT
  • Phonétique : La Sainte Andouille !

    la sɛ̃tə ɑ̃dujə !

    si vu vule vu fεʁə εme də ma pεʁsɔnə,
    e ʒə nozə imaʒine kil vu vjεnə a lεspʁi, nə səʁε sə kynə ɔ̃sə
    dide kɔ̃tʁεʁə.
    fʁɑ̃ʃəmɑ̃, səla sɑ̃bləʁε tεllmɑ̃ ɡʁɔtεskə, ɔʁ də pʁɔpoz- e ʁidikylə,
    nε sə pa ?
    utʁə, la pεʁtə də tɑ̃z- a sypyte nɛ̃pɔʁtə kwa dosi ybɥεskə, vu kuʁez- inytiləmɑ̃ lə ʁiskə də vuz- εkspoze, ylteʁjəʁəmɑ̃, a də faʃøzə ʁəpʁezajə.

    dɔ̃k, si vu vule vu fεʁə εme də ma pεʁsɔnə, il vu syfi sɛ̃pləmɑ̃
    də pʁezɑ̃te fasə a mwa e syʁ ynə tablə. e la, il vu fo imaʒine kə ʒə sɥiz- asi syʁ ynə ʃεzə fasə a sə mɔbilje.
    esεje də ʃwaziʁ, si pɔsiblə, ynə tablə ase sɛ̃pa.
    pa sə ʒɑ̃ʁə də məblə fabʁike paʁ dε syedwaz- azjatik, dɔ̃ lə sɛ̃plə mɔ̃taʒə vuz- a syfizamɑ̃ enεʁve, ɑ̃ ʁεzɔ̃ dynə nɔtisə tʁadɥitə dy mɑ̃daʁɛ̃ paʁ œ̃ kɔʁeɛ̃ dy syd-abitɑ̃ dɑ̃ lə nəf pwɛ̃ tʁwa.
    vu finiʁe paʁ avwaʁ ynə skylptyʁə pɔp aʁ o miljø də vɔtʁə salɔ̃ o ljø dœ̃ plato a katʁə pje.

    bʁεf, pozez- i, dɑ̃z- œ̃ pʁəmje tɑ̃, œ̃ pəti balɔ̃ dœ̃ vɛ̃ kɔʁεkt.
    ʒə nə səʁε pa tʁo εɡziʒɑ̃ syʁ sə pwɛ̃, kaʁ lε fʁɑ̃sε save tʁε bjɛ̃ ɑ̃ fεʁə.
    sε dajœʁz- ynə dε ʁaʁə ʃozə kil fɔ̃ bjɛ̃. nyl nε paʁfε.
    vuz- ave dɔ̃k lɑ̃baʁa dy ʃwa.

    pɥi plasez- ynə asjεtə, blɑ̃ʃə e kaʁe də pʁefeʁɑ̃sə.
    (la sε ʒystə œ̃ pəti kapʁisə pεʁsɔnεl. )

    a kote, nublje syʁtu pa, e sε fɔ̃damɑ̃tal, di mεtʁə kεlk tʁɑ̃ʃə dœ̃ pɛ̃ dy matɛ̃.
    lεzditə tʁɑ̃ʃə dəvʁɔ̃ εtʁə delikatəmɑ̃ dispoze suz- ynə bεllə epεsœʁ də bəʁə dəmi sεl.
    il vu fo savwaʁ, isi, kə sə nε pa lə pɛ̃ lə plysz- ɛ̃pɔʁtɑ̃.
    ɑ̃n- efε, saʃe, kynə aʁmɔʁikεnə, u kœ̃n- aʁmɔʁikɛ̃ ki nə ʁəswa pa sa dozə kɔtidjεnə də bəʁə dəmi sεl ε famə u ɔmə mɔʁ.
    syʁ sə pwɛ̃, nu plεɲɔ̃ boku no vwazɛ̃ fʁɑ̃sε, (apəlez- osi « sø də lɛ̃teʁjəʁ » paʁ noz- amiz- alsasjεns) ki badiʒɔne lœʁ taʁtinəz- avεk ynə sɔʁtə də ɡʁεsə sɑ̃ sεl, sɑ̃ ɡu, ɑ̃fɛ̃, ynə veʁitablə maʁɡaʁinə imɑ̃ʒablə e a pεnə bɔnə a lybʁifje lə mɔtœʁ də ma tɔ̃døzə.
    tut- ɑ̃n- i pɑ̃sɑ̃, il mə sɑ̃blə, finaləmɑ̃, kə ʒε ynə tɔ̃døzə elεktʁikə.
    ui, ui, sε səla, pɥiskə ʒə nə vε ʒamε dɑ̃z- ynə stasjɔ̃ sεʁvisə puʁ i ʃεʁʃe də lesɑ̃sə dεstine a ma tɔ̃døzə elεktʁikə.
    də manjεʁə ʒeneʁalə, ʒə mi ʁɑ̃ paʁfwa, puʁ fεʁə tu bεtəmɑ̃, kɔmə boku, lə plɛ̃ desɑ̃sə də mɔ̃n- otomobilə.
    pətitə anεkdɔtə, lε bʁətɔ̃ nə vɔ̃ ʒamε dɑ̃z- ynə stasjɔ̃ sεʁvisə puʁ pʁɑ̃dʁə kεlk litʁə- desɑ̃sə, nɔ̃, nɔ̃ il dizεnt « kil fɔ̃ də lesɑ̃sə ».
    il sɔ̃ fɔʁ tu də mεmə sε ɡajaʁd ! dε kilz- ɔ̃ ynə pɔ̃pə ɑ̃ mɛ̃, vla ti pa kil sə mεte a tə fabʁike dy petʁɔlə ! ʒɑ̃ ʁεstəʁε tuʒuʁ fɔʁtəmɑ̃ ɛ̃pʁesjɔne.

    ʒə kozə, ʒə kozə… mε, u ɑ̃n- etε ʒə ?
    .
    a ui, vu vulje vu fεʁə εme də ma pεʁsɔnə.
    ɑ̃tʁə nu, ʒə pɑ̃sə kə sεt- ynə bjɛ̃ ʁiʃə ide. nɑ̃n- abyze pa puʁ otɑ̃ !

    plase, mɛ̃tənɑ̃, dɑ̃ lasjεtə ynə ɑ̃dujə də ɡeməne.
    ʒε bjɛ̃ di ynə ɑ̃dujə də ɡeməne, pa ynə otʁə.
    kʁwaje bjɛ̃, kə lεkspεʁ kə ʒə sɥi fəʁa tu də sɥitə la difeʁɑ̃sə e sapεʁsεvʁa də lɛ̃famə sypεʁʃəʁi.
    vu puve tɑ̃te də vuz- amyze a vuz- ɑ̃tεte dɑ̃ vɔtʁə kʁimə də lεzə maʒεste.
    swaje tutəfwa ɡaʁɑ̃ti, kə mεmə si vɔtʁə vylɡεʁə kɔpi dɑ̃dujə ε bjɛ̃ imite, la vaʁjasjɔ̃ də la tajə dœ̃ bozɔ̃ də iɡ səʁa imedjatəmɑ̃ detεkte paʁ mɔ̃ fɛ̃ palε.

    ʁəmεʁsjɔ̃z- o pasaʒə pəte iɡ, salyɔ̃ lə diɲəmɑ̃, pʁɔstεʁnɔ̃ nu dəvɑ̃ sɔ̃n- ɛ̃fini e imɑ̃sə saʒεsə, maɲifjɔ̃ sε tʁavoz- εtseteʁa, εtseteʁa.
    bɔ̃, bɔ̃ sε bjɛ̃, vu puve mɛ̃tənɑ̃ vu ʁələve, nu nalɔ̃ pa pase nɔtʁə ʒuʁne a lɥi siʁe lε pɔ̃pə. tu də mεmə !
    syʁtu kɑ̃t- ɔ̃ vwa lε mwajɛ̃ devəlɔpe puʁ detεkte sə futy bozɔ̃.
    ɛ̃kʁwajablə, il i a dε tipə kɔ̃plεtəmɑ̃ dɛ̃ɡ ki ɔ̃ depɑ̃se dε fɔʁtynə puʁ kɔ̃stʁɥiʁə œ̃ ɡʁɑ̃t- ano suteʁɛ̃ də plyzjœʁ kilɔmεtʁə- də djamεtʁə puʁ ʁəʃεʁʃe œ̃ tʁyk kə pεʁsɔnə nə veʁa.

    ʁəvənɔ̃ dɔ̃k a noz- ɑ̃dujə !
    vu mave, ɛ̃ finə, sεʁvi ynə veʁitablə sɛ̃tə ɑ̃dujə də ɡeməne.
    asyʁemɑ̃ vuz- εtəz- ɑ̃ tʁɛ̃ də vu fεʁə εme.
    e nu nə puvɔ̃ kə vu fεʁə ɡʁasə.
    tutəfwa, il ε saʒə də vuz- elwaɲe də nɔtʁə pεʁsɔnə dynə bɔnə dizεnə də mεtʁə.
    puʁkwa vuz- elwaɲe ? vu ditə vu ?
    kaʁ, a sə mɔmɑ̃ sɔpεʁə la tʁɑ̃sfɔʁmasjɔ̃, kə di ʒə, la mytasjɔ̃.
    œ̃n- ɛ̃teʁyptœʁ, lɔkalize kεlkə paʁ dɑ̃ lə fɛ̃ fɔ̃ də mɔ̃ sεʁvo, pεʁmytə e fεt « tilt ».
    lε pwal də mɔ̃ do sə dʁəse, mε mɛ̃ sə tetanize syʁ lε kuvεʁ.
    mɔ̃ ʁəɡaʁ skʁytə lεz- alɑ̃tuʁ, syʁvεjə la mwɛ̃dʁə pʁezɑ̃sə dœ̃n- evɑ̃tɥεl votuʁ.
    il εt- alɔʁ, fɔʁ dekɔ̃sεje a tut- animal də tu pwal ynə pʁezɑ̃sə dɑ̃z- œ̃ peʁimεtʁə do mwɛ̃ di- mεtʁə.
    də plys, la pʁezɑ̃sə dœ̃n- otʁə bʁətɔ̃ dɑ̃ lε sɛ̃- sɑ̃ mεtʁəz- εt- evidamɑ̃ a pʁɔskʁiʁə.
    ɑ̃fɛ̃ ʒə sɥi pʁε a la batajə e, lɑ̃dujə nə syʁvivʁa pa o kaʁ dœʁ. ʒə vu lasyʁə…
    fɔʁ amyzɑ̃, nɔ̃ ?
    e vu vuz- εtə fε εme.

    puʁ tεʁmine, ʒε ɔpsεʁve ynə ʃozə ʁasyʁɑ̃tə.
    fasə a sεʁtɛ̃ pla ʒə nə sɥi pa lə səl a avwaʁ də bizaʁə- kɔ̃pɔʁtəmɑ̃.
    si ʒə pʁɑ̃ lə ka, paʁ εɡzɑ̃plə, dynə ami pʁoʃə. (ʃy, ɑ̃tʁə nu, nə paʁ ʁepete, sε ma famə… )
    il vu syfi də plase o miljø dynə pjεsə œ̃ po də kɑ̃kwalɔtə.
    mεmə ekipe dœ̃ kɔlje etʁɑ̃ɡlœʁ, lanimal vu kasəʁa la lεsə.
    ɛ̃kʁwajablə ! nɔ̃ !

    lɔik ʁusəlo

PostScriptum

Etant uniquement raciste envers la bêtise, vous comprendrez évidement que je n’ai rien contre les Suédois asiatiques ni contre les Coréens du Sud… habitants du 9. 3.

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
28/11/2014 17:56Delideal

Tu mets un collier étrangleur à ta femme pour ne pas qu’elle se précipite sur la cancoillotte... Curieuse méthodes de régimes dans ces contrées barbares et reculées. Sinon, c’est drôle, léger, plutôt bien écrit. Comme d’habitude.

Auteur de Poésie
28/11/2014 18:27Loic Rousselot

C’est en effet un texte loufoque.
Merci de l’avoir lu. C’est fort sympa...
Pour ma femme... Chuuuutttt....J’l’avais dis ... bon sang... Hé ! hé !
Amicalement Delideal...
L. ROUSSELOT

Auteur de Poésie
29/11/2014 09:19Coburitc

AAA, pour ce texte, andouille , andouillettes, dans l’assiette.
Amitié
Jean-Pierre

Auteur de Poésie
29/11/2014 09:33Daniel

Un texte qui se lit d’un trait, d’une belle fluidité et qui prend le lecteur du début à la fin, comme une andouillette
accrochée à l’esse du charcutier...Une plume toujours subtile et agréable comment ne pas déposer un coup de coeur et un 10/10 tellement mérités.....BRAVO et SUPERBE......

DAN.........