Poeme-France : Lecture Écrit Désordre

Prose : Bizarre Promenade. Deuxième Partie.

Prose Désordre
Publié le 31/10/2012 18:09

L'écrit contient 781 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Loup Gris

Bizarre Promenade. Deuxième Partie.

Suite de Bizarre promenade. Deuxième partie.
Mon étonnement s’accentua lorsque passant une main sur l’une des parois, j’en constatai la rugosité humide. M’avait on fait une blague de mauvais goût ? Ma fièvre m’avait elle joué des tours ? Je me perdais en conjectures quand je pris enfin la seule décision qui s’imposait : sortir de mon prétendu lit. Je me relevai donc, bien péniblement je l’avoue et j’entrepris dans l’obscurité mon ascension vers la seule porte de sortie, ce qui me semblait être un ciel étoilé !
Quelle énergie je dus dépenser pour atteindre le sommet, je ne vous en dirai pas plus, vidé, crevé, consumé j’étais. Quelle connerie… Si c’était une blague, elle avait du coûter cher à ses auteurs et ça ne me faisait point rire du tout. Enfin, mon esprit était perdu et passait en revue tout ce qui aurait pu être la cause de cet état de choses, et l’histoire de la blague ne me satisfaisait pas vraiment ! Lorsque j’atteignis enfin le bord extérieur de ma couche, un effort et j’étais debout.
Je fus sidéré. Un choc, une explosion suivie d’une implosion, devant mes yeux hallucinés, une vision de cauchemar ! En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, je me rendis compte du spectacle s’offrant à mes yeux, vêtu de mon plus joli costume, je me tenais au milieu d’un cimetière éclairé par une lune blafarde. Je n’osais, je ne voulais pas y croire, je n’avais aucune raison d’être en ces lieux, je n’y comprenais rien : Peut on mourir sans en être conscient ? Je me perdais dans des élucubrations pitoyables. Mais pourquoi ces satanées hirondelles me frôlaient elles le visage ? Je m’aperçus avec effroi que ce n’était pas des oiseaux, mais ces mammifères qu’on appelle chauve-souris. Comme un idiot, je leur trouvais nettement moins de charme et doutais de leur part qu’elles soient messagères d’amour ! Seul, perdu, je vis passer une ombre et je la hélai poliment.
Je lui demandai si elle savait ce que je faisais ici, question lancinante s’il en était… L’ectoplasme cotonneux que j’avais eu tort de prendre pour une personne me dit d’une voix peu amène que son statut de gardien ne l’obligeait pas à s’occuper de tout ici ! Il avait d’ailleurs fort à faire en cette veille de Toussaint avec les anciens. Devant mon insistance, il consentit cependant à me dire que tous les gentils n’étaient plus ici, seuls restaient les plus méchants. Il me conseilla de ne plus être là quand ils arriveraient. « Tellement méchants qu’ils font pleurer les pierres » ajouta t il.
« Mais que dois je faire alors ? » suppliais je… Excédé, il me fit la réponse suivante « Sans doute venez vous d’arriver ? Prenez l’allée centrale et allez au calvaire qui se trouve au fond du cimetière, entrez et attendez derrière la croix, face au mur. ». Sur ce il disparut comme un feu follet, me laissant dans l’expectative. N’ayant plus rien à perdre, vous en conviendrez, je fis exactement ce qu’il avait prescrit. Je me rendis donc dans la chapelle décrépie ouverte à tous les vents, et je me plaçai face au mur du fond, derrière la croix comme avait dit la chose, enfin le gardien, bref…
Je ne savais pas trop qui ou quoi.
L’attente ne fut pas très longue, je vis alors le mur se liquéfier littéralement. Une lueur aveuglante régnait de l’autre côté mais bizarrement ne sortait pas au delà du mur. Toujours dans l’ombre de la nuit, j’attendais, pétrifié d’angoisse, aucune parole ne fut prononcée mais j’entendis clairement en moi l’ordre clair d’entrer dans la lumière ; ce que je fis tel un robot, ayant définitivement renoncé à me questionner encore sur ces faits !
C’était un endroit assez exigu, d’une blancheur extrême, baigné d’une clarté aveuglante, mais que je qualifierais de chaude et d’apaisante. Dans cette pièce si c’en était une, rien, pas un meuble, rien du tout à part moi, les bras ballants ne sachant comment faire pour adopter une certaine attitude, mais laquelle aurait pu convenir ?
Mentalement, de la même manière que précédemment, je reçus une question étrange posée par la même voix qui envahissait ma tête, sans qu’elle soit audible.
« Eh bien mon ami, sais tu que tu viens de passer le mur de Monsieur Planck, et ce que cela veut dire ? ». Qui était ce Planck, pourquoi avait il bâti un mur juste là, étais je arrivé en Absurdie ?
  • Phonétique : Bizarre Promenade. Deuxième Partie.

    sɥitə də bizaʁə pʁɔmənadə. døzjεmə paʁti.
    mɔ̃n- etɔnəmɑ̃ saksɑ̃tɥa lɔʁskə pasɑ̃ ynə mɛ̃ syʁ lynə dε paʁwa, ʒɑ̃ kɔ̃statε la ʁyɡozite ymidə. mavε ɔ̃ fε ynə blaɡ də movε ɡu ? ma fjεvʁə mavε εllə ʒue dε tuʁ ? ʒə mə pεʁdεz- ɑ̃ kɔ̃ʒεktyʁə kɑ̃ ʒə pʁiz- ɑ̃fɛ̃ la sələ desizjɔ̃ ki sɛ̃pozε : sɔʁtiʁ də mɔ̃ pʁetɑ̃dy li. ʒə mə ʁələvε dɔ̃k, bjɛ̃ penibləmɑ̃ ʒə lavu e ʒɑ̃tʁəpʁi dɑ̃ lɔpskyʁite mɔ̃n- asɑ̃sjɔ̃ vεʁ la sələ pɔʁtə də sɔʁti, sə ki mə sɑ̃blε εtʁə œ̃ sjεl etwale !
    kεllə enεʁʒi ʒə dy depɑ̃se puʁ atɛ̃dʁə lə sɔmε, ʒə nə vuz- ɑ̃ diʁε pa plys, vide, kʁəve, kɔ̃syme ʒetε. kεllə kɔnəʁi… si setε ynə blaɡ, εllə avε dy kute ʃεʁ a sεz- otœʁz- e sa nə mə fəzε pwɛ̃ ʁiʁə dy tu. ɑ̃fɛ̃, mɔ̃n- εspʁi etε pεʁdy e pasε ɑ̃ ʁəvɥ tu sə ki oʁε py εtʁə la kozə də sεt eta də ʃozə, e listwaʁə də la blaɡ nə mə satisfəzε pa vʁεmɑ̃ ! lɔʁskə ʒatεɲiz- ɑ̃fɛ̃ lə bɔʁ εksteʁjœʁ də ma kuʃə, œ̃n- efɔʁ e ʒetε dəbu.
    ʒə fy sideʁe. œ̃ ʃɔk, ynə εksplozjɔ̃ sɥivi dynə ɛ̃plozjɔ̃, dəvɑ̃ mεz- iø-alysine, ynə vizjɔ̃ də koʃəmaʁ ! ɑ̃ mwɛ̃ də tɑ̃ kil nɑ̃ fo puʁ lə diʁə, ʒə mə ʁɑ̃di kɔ̃tə dy spεktaklə sɔfʁɑ̃ a mεz- iø, vεty də mɔ̃ plys ʒɔli kɔstymə, ʒə mə tənεz- o miljø dœ̃ simətjεʁə eklεʁe paʁ ynə lynə blafaʁdə. ʒə nozε, ʒə nə vulε pa i kʁwaʁə, ʒə navεz- okynə ʁεzɔ̃ dεtʁə ɑ̃ sε ljø, ʒə ni kɔ̃pʁənε ʁjɛ̃ : pø ɔ̃ muʁiʁ sɑ̃z- ɑ̃n- εtʁə kɔ̃sjɑ̃ ? ʒə mə pεʁdε dɑ̃ dεz- elykybʁasjɔ̃ pitwajablə. mε puʁkwa sε satanez- iʁɔ̃dεllə mə fʁolε εllə lə vizaʒə ? ʒə mapεʁsysz- avεk efʁwa kə sə netε pa dεz- wazo, mε sε mamifεʁə kɔ̃n- apεllə ʃovə suʁi. kɔmə œ̃n- idjo, ʒə lœʁ tʁuvε nεtəmɑ̃ mwɛ̃ də ʃaʁmə e dutε də lœʁ paʁ kεllə swae mesaʒεʁə damuʁ ! səl, pεʁdy, ʒə vis pase ynə ɔ̃bʁə e ʒə la elε pɔlime.
    ʒə lɥi dəmɑ̃dε si εllə savε sə kə ʒə fəzεz- isi, kεstjɔ̃ lɑ̃sinɑ̃tə sil ɑ̃n- etε… lεktɔplasmə kɔtɔnø kə ʒavεz- y tɔʁ də pʁɑ̃dʁə puʁ ynə pεʁsɔnə mə di dynə vwa pø amεnə kə sɔ̃ staty də ɡaʁdjɛ̃ nə lɔbliʒε pa a sɔkype də tut- isi ! il avε dajœʁ fɔʁ a fεʁə ɑ̃ sεtə vεjə də tusɛ̃ avεk lεz- ɑ̃sjɛ̃. dəvɑ̃ mɔ̃n- ɛ̃sistɑ̃sə, il kɔ̃sɑ̃ti səpɑ̃dɑ̃ a mə diʁə kə tus lε ʒɑ̃til netε plysz- isi, səl ʁεstε lε plys meʃɑ̃. il mə kɔ̃sεja də nə plysz- εtʁə la kɑ̃t- ilz- aʁivəʁε. « tεllmɑ̃ meʃɑ̃ kil fɔ̃ pləʁe lε pjeʁəs » aʒuta te il.
    « mε kə dwa ʒə fεʁə alɔʁ ? » sypljε ʒə… εksede, il mə fi la ʁepɔ̃sə sɥivɑ̃tə « sɑ̃ dutə vəne vu daʁive ? pʁəne lale sɑ̃tʁalə e alez- o kalvεʁə ki sə tʁuvə o fɔ̃ dy simətjεʁə, ɑ̃tʁez- e atɑ̃de dəʁjεʁə la kʁwa, fasə o myʁ. ». syʁ sə il dispaʁy kɔmə œ̃ fø fɔlε, mə lεsɑ̃ dɑ̃ lεkspεktativə. nεjɑ̃ plys ʁjɛ̃ a pεʁdʁə, vuz- ɑ̃ kɔ̃vjɛ̃dʁe, ʒə fi εɡzaktəmɑ̃ sə kil avε pʁεskʁi. ʒə mə ʁɑ̃di dɔ̃k dɑ̃ la ʃapεllə dekʁepi uvεʁtə a tus lε vɑ̃, e ʒə mə plasε fasə o myʁ dy fɔ̃, dəʁjεʁə la kʁwa kɔmə avε di la ʃozə, ɑ̃fɛ̃ lə ɡaʁdjɛ̃, bʁεf…
    ʒə nə savε pa tʁo ki u kwa.
    latɑ̃tə nə fy pa tʁε lɔ̃ɡ, ʒə vis alɔʁ lə myʁ sə likefje liteʁaləmɑ̃. ynə lɥœʁ avøɡlɑ̃tə ʁeɲε də lotʁə kote mε bizaʁəmɑ̃ nə sɔʁtε pa o dəla dy myʁ. tuʒuʁ dɑ̃ lɔ̃bʁə də la nɥi, ʒatɑ̃dε, petʁifje dɑ̃ɡwasə, okynə paʁɔlə nə fy pʁonɔ̃se mε ʒɑ̃tɑ̃di klεʁəmɑ̃ ɑ̃ mwa lɔʁdʁə klεʁ dɑ̃tʁe dɑ̃ la lymjεʁə, sə kə ʒə fi tεl œ̃ ʁɔbo, εjɑ̃ definitivəmɑ̃ ʁənɔ̃se a mə kεstjɔne ɑ̃kɔʁə syʁ sε fε !
    setε œ̃n- ɑ̃dʁwa asez- εɡziɡy, dynə blɑ̃ʃœʁ εkstʁεmə, bεɲe dynə klaʁte avøɡlɑ̃tə, mε kə ʒə kalifjəʁε də ʃodə e dapεzɑ̃tə. dɑ̃ sεtə pjεsə si sɑ̃n- etε ynə, ʁjɛ̃, pa œ̃ məblə, ʁjɛ̃ dy tut- a paʁ mwa, lε bʁa balɑ̃ nə saʃɑ̃ kɔmɑ̃ fεʁə puʁ adɔpte ynə sεʁtεnə atitydə, mε lakεllə oʁε py kɔ̃vəniʁ ?
    mɑ̃taləmɑ̃, də la mεmə manjεʁə kə pʁesedamɑ̃, ʒə ʁəsysz- ynə kεstjɔ̃ etʁɑ̃ʒə poze paʁ la mεmə vwa ki ɑ̃vaisε ma tεtə, sɑ̃ kεllə swa odiblə.
    « ε bjɛ̃ mɔ̃n- ami, sε ty kə ty vjɛ̃ də pase lə myʁ də məsjø plɑ̃k, e sə kə səla vø diʁə ? ». ki etε sə plɑ̃k, puʁkwa avε il bati œ̃ myʁ ʒystə la, etε ʒə aʁive ɑ̃n- absyʁdi ?

PostScriptum

Tout ceci fut tiré d’un rêve lors d’une nuit de fièvre ou je finis par perdre le sommeil, j’en profitai pour réécrire ce rêve en écriture automate, comme je l’ai déjà expliqué en première partie.

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
31/10/2012 18:16Ludothum

Etrange, ce rêve, tout à fait dans le ton d’aujourd’hui.... Un vent glacial m’envahit et me met le frisson...
A quand la suite??

Auteur de Poésie
01/11/2012 09:59Eden33

j’adore
vite, qui est Mr Kant ? !!!
ton abonnée

Auteur de Poésie
01/11/2012 10:05Glaze

Tu parles d’un reve toi ?
A ce niveau la , c’est plus un reve , c’est carrement glauque
Mais j’ai hate de voir la suite quand meme 😉
Amitié
Glaze

Auteur de Poésie
01/11/2012 10:10Glaze

Pour repondre a ta question , Emmanuel Kant , c’est un philosophe allemand , mais j’en sais pas plus 😉

Auteur de Poésie
01/11/2012 11:15Nouga

voila tu as creer des accros, Harry Potter a qu’a bien se tenir lol

Auteur de Poésie
01/11/2012 14:38Loup Gris

D’abord, un merci gigantesque à toutes celles et ceux qui ont voulu découvrir cette suite, avant d’écrire la dernière partie, je me devais de vous informer d’une erreur, Glaze a raison au sujet de Kant mais je me suis trompé de nom en réécrivant le sujet, il s’agit de monsieur Planck, correction a été apportée. La suite ce soir comme il se doit...

Auteur de Poésie
01/11/2012 18:34Tulipe Noire

Qu’il soit un rêve ou cauchemar, ou un conte , je trouve formidable , j’aime beaucoup les histoires de ce genre, çà te laisse planer, merci.

Auteur de Poésie
01/11/2012 18:45Loup Gris

Merci de ton avis très plaisant pour moi, je dois dire, amitiés, Loup.

Auteur de Poésie
01/01/2013 07:22La Petite Etoile

rêve ou cauchemard, en tout cas tu en as fait un récit palpitant ! Je vais de ce pas lire la suite !

Auteur de Poésie
02/01/2013 17:29Loup Gris

Cela fait toujours plaisir à lire, un commentaire tel que le tien, Petite etoile, merci d’aimer ! Amitiés, Loup