Poeme-France : Lecture Écrit État d'âme

Texte : A Dieu

Texte État d'âme
Publié le 06/04/2018 15:29

L'écrit contient 423 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Âme Perdue

A Dieu

« Njik rabek njik, juste donne-moi du temps… » Ce sont tes paroles gravées ds ma mémoire, du temps je t’ai attendu cinq ans c quoi attendre encore quelques semaines ou quelques mois devant cinq longues années ! ! ! Tu es parti finalement, oui tu as raison je te comprend, on se faisait du mal, je te faisais du mal, beaucoup plus sans doute. J’étais égoïste, moi je t’aimais sans réfléchir. Tu es parti sans me donner la chance de te voir en chair et en os, sans me donner l’occasion de faire ce selfie dont on parlait tout le temps. Pendant cinq ans je gardais espoir que nous allons être ensemble, au moins une fois au moins une petite heure, mais voila, tu es parti pour de bon. Comme si je n’avais jamais existé, comme si on s’est jamais rencontré, comme si jamais on s’est tant désirer. Tu es parti tout simplement en emportant tout avec toi, me laissant seule face à ma douleur, seule à combattre le démon de tes souvenirs. Plus j’essaye de chasser une image, une autre me revient plus claire plus intense. Tu vis en moi, tu me hantes. Tu es mon âme sœur, je suis née pour toi, oui mais ; le destin en a voulu autrement. Je me suis habituée à ton absence mon cœur est meurtri par la douleur, le désespoir m’a vaincu. Tu ne m’appartiens pas. Notre histoire s’est passée comme un joli rêve, et pour moi tu étais et tu restera mon plus beau rêve, ma plus belle histoire. Mon cœur te trouvera toujours des excuses pour qu’il t’aime encore. On dit que les plus belles histoires ce sont celle qu’on n’a pas eu l temps de vivre, c’est bien vrais car notre histoire, Notre amour est plus beau pour qu’il soit réel. J’ai gardé quelques photos de toi, pour qu’un jour, lorsque mes larmes me trahiront j’aurai une preuve pour justifier mon chagrin. Je ne t’oublierais jamais, tout est ici pour me rappeler notre folie, notre péché. Ces murs sont témoins de mes gémissements de mes cris étouffés, ces draps racontent la chaleur de mn corps, elle racontent ma jouissance d’une nuit de folie, ces oreillers parlent de toutes les larmes que je versais en silence, et mon reflet dans le miroir me rappelle combien ta présence me rendait heureuse. Mon seul regret c’est ne pas t’avoir avouer tout mon amour avant.
  • Phonétique : A Dieu

    « nʒik ʁabεk nʒik, ʒystə dɔnə mwa dy tɑ̃… » sə sɔ̃ tε paʁɔlə ɡʁave de εs ma memwaʁə, dy tɑ̃ ʒə tε atɑ̃dy sɛ̃k ɑ̃ se kwa atɑ̃dʁə ɑ̃kɔʁə kεlk səmεnəz- u kεlk mwa dəvɑ̃ sɛ̃k lɔ̃ɡz- ane ! ! ! ty ε paʁti finaləmɑ̃, ui ty a ʁεzɔ̃ ʒə tə kɔ̃pʁɑ̃, ɔ̃ sə fəzε dy mal, ʒə tə fəzε dy mal, boku plys sɑ̃ dutə. ʒetεz- eɡɔistə, mwa ʒə tεmε sɑ̃ ʁefleʃiʁ. ty ε paʁti sɑ̃ mə dɔne la ʃɑ̃sə də tə vwaʁ ɑ̃ ʃεʁ e ɑ̃n- os, sɑ̃ mə dɔne lɔkazjɔ̃ də fεʁə sə sεlfi dɔ̃ ɔ̃ paʁlε tu lə tɑ̃. pɑ̃dɑ̃ sɛ̃k ɑ̃ ʒə ɡaʁdεz- εspwaʁ kə nuz- alɔ̃z- εtʁə ɑ̃sɑ̃blə, o mwɛ̃z- ynə fwaz- o mwɛ̃z- ynə pətitə œʁ, mε vwala, ty ε paʁti puʁ də bɔ̃. kɔmə si ʒə navε ʒamεz- εɡziste, kɔmə si ɔ̃ sε ʒamε ʁɑ̃kɔ̃tʁe, kɔmə si ʒamεz- ɔ̃ sε tɑ̃ deziʁe. ty ε paʁti tu sɛ̃pləmɑ̃ ɑ̃n- ɑ̃pɔʁtɑ̃ tut- avεk twa, mə lεsɑ̃ sələ fasə a ma dulœʁ, sələ a kɔ̃batʁə lə demɔ̃ də tε suvəniʁ. plys ʒesεj də ʃase ynə imaʒə, ynə otʁə mə ʁəvjɛ̃ plys klεʁə plysz- ɛ̃tɑ̃sə. ty vis ɑ̃ mwa, ty mə-ɑ̃tə. ty ε mɔ̃n- amə sœʁ, ʒə sɥi ne puʁ twa, ui mε, lə dεstɛ̃ ɑ̃n- a vuly otʁəmɑ̃. ʒə mə sɥi-abitye a tɔ̃n- absɑ̃sə mɔ̃ kœʁ ε məʁtʁi paʁ la dulœʁ, lə dezεspwaʁ ma vɛ̃ky. ty nə mapaʁtjɛ̃ pa. nɔtʁə istwaʁə sε pase kɔmə œ̃ ʒɔli ʁεvə, e puʁ mwa ty etεz- e ty ʁεstəʁa mɔ̃ plys bo ʁεvə, ma plys bεllə istwaʁə. mɔ̃ kœʁ tə tʁuvəʁa tuʒuʁ dεz- εkskyzə puʁ kil tεmə ɑ̃kɔʁə. ɔ̃ di kə lε plys bεlləz- istwaʁə sə sɔ̃ sεllə kɔ̃ na pa y εl tɑ̃ də vivʁə, sε bjɛ̃ vʁε kaʁ nɔtʁə istwaʁə, nɔtʁə amuʁ ε plys bo puʁ kil swa ʁeεl. ʒε ɡaʁde kεlk fɔto də twa, puʁ kœ̃ ʒuʁ, lɔʁskə mε laʁmə- mə tʁaiʁɔ̃ ʒoʁε ynə pʁəvə puʁ ʒystifje mɔ̃ ʃaɡʁɛ̃. ʒə nə tubljəʁε ʒamε, tut- εt- isi puʁ mə ʁapəle nɔtʁə fɔli, nɔtʁə peʃe. sε myʁ sɔ̃ temwɛ̃ də mε ʒemisəmɑ̃ də mε kʁiz- etufe, sε dʁa ʁakɔ̃te la ʃalœʁ də εm εn kɔʁ, εllə ʁakɔ̃te ma ʒuisɑ̃sə dynə nɥi də fɔli, sεz- ɔʁεje paʁle də tutə lε laʁmə- kə ʒə vεʁsεz- ɑ̃ silɑ̃sə, e mɔ̃ ʁəflε dɑ̃ lə miʁwaʁ mə ʁapεllə kɔ̃bjɛ̃ ta pʁezɑ̃sə mə ʁɑ̃dε œʁøzə. mɔ̃ səl ʁəɡʁε sε nə pa tavwaʁ avue tu mɔ̃n- amuʁ avɑ̃.

PostScriptum

« Njik rabek njik » c’est une expression en arabe au sens « je viendrais putain je viendrais »

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
06/04/2018 20:43Tulipe Noire

j’ai lu ton joli écrit et cette douleur d’amour que j’ai beaucoup apprécié, mais je vois pour quoi ce Njik etc...je la vois insignifiante comme terme poétique, c’est un avis d’ami, merci du partage.

Auteur de Poésie
03/05/2018 00:04Mathi

Écrit intéressant mais je n’ai pas compris le sens. Il y a beaucoup de fautes de français et de conjugaisons. Cela dit apart le sens un peu chaotique , cest pas mal du tout. Continuez

👍
Auteur de Poésie
03/05/2018 01:37El Papangue

Personnellement, j’ai dû relire ton poème plusieurs fois pour enfin comprendre ton ressenti ! Ouf ! J’ai tout pigé ! Bravo l’amie, Si tu veux mon avis il manque un tout petit quelque chose pour lier l’expression au reste du texte sinon susse était parfait, les expressions sonnent fort ! Merci du partage ! ELPP mes excuses à TLN et Mathi . Amicalement à ts les trois ELPP

👍
Auteur de Poésie
03/05/2018 20:57Mick-Jhon

Tu as de belles choses à dire, même si elles sont tristes, c’est beau.

👍
Auteur de Poésie
21/05/2019 01:57X4Txjyjna7Vv2Wk

Votre 1er dévoilé qui n’est peut-être pas le 1er écris ! Votre style dans cette poésie est merveilleusement émouvant.
Pour avoir lu vos derniers écrits en ces instants ! Je tenais à vous le dire, pour également avoir lu votre profil et pour une durée en un petit peu plus d’une année d’écart, vous avez extrêmement évoluer. Bravo

👍