Poeme : Siphon Sanguinaire

Siphon Sanguinaire

Accoutumant une période dénué de sens
Il était une lueur a travers les morts
Son drapeau couleur sang sur corps
Il trébuchait d’une vaine esperance

La larme de ce chaos, il longeait les cieux
Un docteur en réanimation, qu’ils n’étaient pas vaincus
Même si la douleur était maître, la blessure accrue
L’existence devait venir de l’esprit audacieux

Massues, lances, arcs de l’art
L’entrainante musique de mozard
Chevaux, sièges, glaives du courage
Bléssons nous d’une surprenante rage
Arbalètes, balles, armes de la distance
Tirer ou rater, elle dépend de la chance
Mitraille, aviation, nucléaire de la nouvelle ère
Nettoyer, détruire sur de bonnes affaires

Une longue plaine surposé de chaire inanimée
« Relevez vous ! ! ! » sur son cri, perçant le silence
La remontée des cadavres pour reprendre la séquence
Répercute le grincement des amres, toujours à s’achevé

La guerre d’un infini temps d’attente sur le sol marron
Toujours les même gémissement de douleur au terrain
Toujours le même déchirement, la terre du saint
Un infatiguable moment où la terreur règnera sans questions

Syllabation De L'Écrit

  • Syllabes Hyphénique: Siphon Sanguinaire

    ac=cou=tu=mant=u=ne=pé=ri=o=de=dé=nué=de=sens 14
    il=é=tait=une=lueur=a=tra=vers=les=morts 10
    son=dra=peau=cou=leur=sang=sur=corps 8
    il=tré=bu=chait=dune=vai=ne=es=pe=rance 10

    la=lar=me=de=ce=chaos=il=lon=geait=les=cieux 11
    un=doc=teur=en=ré=a=ni=ma=tion=quils=né=taient=pas=vain=cus 15
    même=si=la=dou=leur=é=tait=maî=tre=la=bles=su=reac=crue 14
    lexisten=ce=de=vait=ve=nir=de=les=prit=au=da=cieux 12

    mas=sues=lan=ces=arcs=de=lart 7
    len=trai=nan=te=mu=si=que=de=mo=zard 10
    che=vaux=siè=ges=glai=ves=du=cou=ra=ge 10
    blés=sons=nous=du=ne=sur=pre=nan=te=rage 10
    ar=ba=lètes=bal=les=ar=mes=de=la=dis=tance 11
    ti=rer=ou=ra=ter=el=le=dé=pend=de=la=chance 12
    mi=traille=a=via=tion=nu=clé=aire=de=la=nou=vel=le=ère 14
    net=toyer=dé=truire=sur=de=bon=nes=af=faires 10

    une=lon=gue=plai=ne=sur=po=sé=de=chai=re=i=na=ni=mée 15
    re=le=vez=vous=sur=son=cri=per=çant=le=si=lence 13
    la=re=mon=tée=des=ca=davres=pour=re=prendre=la=sé=quence 13
    ré=per=cute=le=grin=ce=ment=des=am=res=tou=jours=à=sa=che=vé 16

    la=guerre=dun=in=fi=ni=temps=dat=ten=te=sur=le=sol=mar=ron 15
    tou=jours=les=même=gé=mis=se=ment=de=dou=leur=au=ter=rain 14
    tou=jours=le=même=dé=chi=re=ment=la=ter=re=du=saint 13
    un=in=fa=ti=guable=mo=ment=où=la=ter=reur=rè=gne=ra=sans=ques=tions 17
  • Phonétique : Siphon Sanguinaire

    akutymɑ̃ ynə peʁjɔdə denye də sɑ̃s
    il etε ynə lɥœʁ a tʁavεʁ lε mɔʁ
    sɔ̃ dʁapo kulœʁ sɑ̃ syʁ kɔʁ
    il tʁebyʃε dynə vεnə εspəʁɑ̃sə

    la laʁmə də sə ʃao, il lɔ̃ʒε lε sjø
    œ̃ dɔktœʁ ɑ̃ ʁeanimasjɔ̃, kil netε pa vɛ̃kys
    mεmə si la dulœʁ etε mεtʁə, la blesyʁə akʁy
    lεɡzistɑ̃sə dəvε vəniʁ də lεspʁi odasjø

    masɥ, lɑ̃sə, aʁk də laʁ
    lɑ̃tʁεnɑ̃tə myzikə də mɔzaʁ
    ʃəvo, sjεʒə, ɡlεvə dy kuʁaʒə
    blesɔ̃ nu dynə syʁpʁənɑ̃tə ʁaʒə
    aʁbalεtə, balə, aʁmə- də la distɑ̃sə
    tiʁe u ʁate, εllə depɑ̃ də la ʃɑ̃sə
    mitʁajə, avjasjɔ̃, nykleεʁə də la nuvεllə εʁə
    nεtwaje, detʁɥiʁə syʁ də bɔnəz- afεʁə

    ynə lɔ̃ɡ plεnə syʁpoze də ʃεʁə inanime
    « ʁələve vu ! ! ! » syʁ sɔ̃ kʁi, pεʁsɑ̃ lə silɑ̃sə
    la ʁəmɔ̃te dε kadavʁə- puʁ ʁəpʁɑ̃dʁə la sekɑ̃sə
    ʁepεʁkytə lə ɡʁɛ̃səmɑ̃ dεz- amʁə, tuʒuʁz- a saʃəve

    la ɡeʁə dœ̃n- ɛ̃fini tɑ̃ datɑ̃tə syʁ lə sɔl maʁɔ̃
    tuʒuʁ lε mεmə ʒemisəmɑ̃ də dulœʁ o teʁɛ̃
    tuʒuʁ lə mεmə deʃiʁəmɑ̃, la teʁə dy sɛ̃
    œ̃n- ɛ̃fatiɡablə mɔmɑ̃ u la teʁœʁ ʁεɲəʁa sɑ̃ kεstjɔ̃
  • Syllabes Phonétique : Siphon Sanguinaire

    a=ku=ty=mɑ̃=y=nə=pe=ʁjɔ=də=de=ny=e=də=sɑ̃s 14
    il=e=tε=y=nə=lɥœ=ʁə=a=tʁa=vεʁ=lε=mɔʁ 12
    sɔ̃=dʁa=po=ku=lœ=ʁə=sɑ̃=syʁ=kɔʁ 9
    il=tʁe=by=ʃε=dy=nə=vε=nə=εs=pə=ʁɑ̃=sə 12

    la=laʁ=mə=də=sə=ʃa=o=il=lɔ̃=ʒε=lε=sj=ø 13
    œ̃=dɔk=tœʁ=ɑ̃=ʁe=a=ni=ma=sjɔ̃=kil=ne=tε=pa=vɛ̃=kys 15
    mεmə=si=la=du=lœʁ=e=tε=mε=tʁə=la=ble=sy=ʁəa=kʁy 14
    lεɡ=zis=tɑ̃=sə=də=vε=və=niʁ=də=lεs=pʁi=o=da=sjø 14

    masɥ=lɑ̃=sə=aʁk=də=laʁ 6
    lɑ̃=tʁε=nɑ̃=tə=my=zi=kə=də=mɔ=zaʁ 10
    ʃə=vo=sj=ε=ʒə=ɡlε=və=dy=ku=ʁa=ʒə 11
    ble=sɔ̃=nu=dy=nə=syʁ=pʁə=nɑ̃=tə=ʁa=ʒə 11
    aʁ=ba=lε=tə=ba=lə=aʁ=mə=də=la=dis=tɑ̃=sə 13
    ti=ʁe=u=ʁa=te=εl=lə=de=pɑ̃=də=la=ʃɑ̃=sə 13
    mi=tʁajə=a=vja=sjɔ̃=ny=kle=εʁə=də=la=nu=vεl=lə=εʁə 14
    nε=twa=j=e=det=ʁɥi=ʁə=syʁ=də=bɔ=nə=za=fεʁ=ə 14

    ynə=lɔ̃ɡ=plε=nə=syʁ=po=ze=də=ʃε=ʁə=i=na=ni=me 14
    ʁə=lə=ve=vu=syʁ=sɔ̃=kʁi=pεʁ=sɑ̃=lə=si=lɑ̃=sə 14
    la=ʁə=mɔ̃=te=dε=ka=davʁə=puʁ=ʁə=pʁɑ̃=dʁə=la=se=kɑ̃sə 14
    ʁe=pεʁ=kytə=lə=ɡʁɛ̃=sə=mɑ̃=dε=zam=ʁə=tu=ʒuʁ=za=sa=ʃə=ve 16

    la=ɡeʁə=dœ̃=nɛ̃=fi=ni=tɑ̃=da=tɑ̃tə=syʁ=lə=sɔl=ma=ʁɔ̃ 14
    tu=ʒuʁ=lε=mε=mə=ʒe=misə=mɑ̃=də=du=lœʁ=o=te=ʁɛ̃ 14
    tu=ʒuʁ=lə=mε=mə=de=ʃi=ʁə=mɑ̃=la=te=ʁə=dy=sɛ̃ 14
    œ̃=nɛ̃=fa=ti=ɡablə=mɔ=mɑ̃=u=la=te=ʁœʁ=ʁε=ɲə=ʁa=sɑ̃=kεs=tjɔ̃ 17

Récompense

0
0
0

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
23/09/2004 00:00Marie_15290

je ressens ton poème comme un parcours dur à parcourir.
j’aime cette sensation, et sa fait du bien de souffler à la fin de ton poème 😉
très beau!
biz et continue
amitié (#)

Auteur de Poésie
23/09/2004 00:00Désespoir666

très beau poème, un peu sanguinaire lol ! comme dit marie c’est bien de souffler à la fin !
biz continue

Auteur de Poésie
23/09/2004 00:00Emyraud

pas mal crow, cela me semble la metaphore d’une guerre dont on ne sort pas toujours vainqueur, mais il y a tant d’exemples. . . je me demande quelles etaient tes inspirations sur le moment. . .

Auteur de Poésie
23/09/2004 00:00Larmesnoires

merci de mavoir expliké un pe lol jaime bcp a façon decrire je la trouv mysterieuse
, sombre. . . . . . . . tt ce ke jaime!! gro bisous. . . .

Auteur de Poésie
24/09/2004 00:00Triste Inconnu

encore un bo poM que dire tu écrit super bien. . . tu fait des super poM. . . lol
mais tous ca tu le sais déja. . .
en tout cas bravo. . .
amicalement

Auteur de Poésie
25/09/2004 00:00Jmc

Terrible, mais très beau en même temps. Bravo
amtiés

Auteur de Poésie
25/09/2004 00:00Kugaiji

[période dénuée, à travers, espérance, douleur était maîtresse, Mozart, blessons-nous,
"surposer" ne veut rien dire, de chairs inanimées, grincement des armes, à s’achever,
les mêmes gémissements, infatigable, sans question]
Un poème très noir mais pas malsain, j’aime bien!

Auteur de Poésie
26/09/2004 00:00Djedje Khiter

C’est quoi ? La description d’un champs de bataille ???
bon, je suis triste déjà, alors à lire ça en plus. . . pfff
Ce qu’il y a c’est que moi, ce n’est qu’un passage alors que ces images n’en finissent pas et nous suivent. . .
(-)(-)

Auteur de Poésie
28/09/2004 00:00Ancien Membre

Très joli. Une détresse très bien éxprimée, une écriture coulante, facile à lire, mais très intéressante.