Poeme-France : Lecture Écrit Séparation

Prose : Et Que L’On S’Est Dit Au Revoir Au Printemps

Prose Séparation
Publié le 30/06/2020 22:11

L'écrit contient 424 mots qui sont répartis dans 9 strophes.

Poete : Cactus

Et Que L’On S’Est Dit Au Revoir Au Printemps

Si nous avions pu adoucir la colère
Pour revenir sur notre itinéraire d’amour
Quand je te regardais de loin
Dans un hiver sombre et froid
Lorsque le dernier métro a passé au fond de la nuit
Et que je me perdais dans mes songes
En te regardant, toi, dans la rue en face, parler, rire, saluer,
Tu m’as captivée
Tes yeux étincelants ont appelé cette femme fragile venir vers toi
M’allonger sur ton torse qui depuis m’a apaisée
Tout cela est aujourd’hui très lointain

Toi, Arjuna qui m’a promis du bonheur
La loyauté, l’honnêteté, la sincérité,
Je me suis livrée à toi en toute confiance

Pourtant, la naïveté d’un jeune homme
L’amertume d’un père angoissé
Ont anéanti la femme qui existait
Tu l’as enterrée dans l’ignorance et la rigidité
Du principe et de l’idéalisme irréel
Il n’est resté qu’une femme épuisée, essayant de ramasser les sentiments qui traînaient
Dans les sanglots très secs, dans la saturation qui tua l’âme

Quand finalement on n’avait jamais compris
Comment on pouvait arriver à la séparation
Et que l’on s’est dit au revoir au printemps
Lorsque les fleurs fleurissent joliment

Ici dans la fureur du chagrin, pour celles que l’on aime
Nous sommes tenus de toujours nous voir
Puis on crie du sarcasme dans l’impatience
Abritant le regret rongeant le cœur

Si j’avais pu cerner le problème bien plus tôt
Si j’avais pu te caresser les cheveux et t’embrasser tendrement
Si j’avais pu le courage de me battre l’autoritarisme
Si j’avais pu faire le deuil du vieil amant
Mais je ne pouvais pas le faire par moi même ; je n’en aurais jamais été capable

Parfois j’entends encore le murmure de la mélodie crépusculaire
Revivre un désir qui ne s’est jamais accompli
Je voulais danser avec toi
Tu m’as laissée le faire toute seule
Si tu avais compris à quel point cela était pénible

En vérité, mon grand, derrière la rage et la vengeance
Il s’agit d’une histoire de l’épuisement paralysante
Qui m’arrache à la féminité la plus profonde
Si tu avais su que la peine était extrêmement douloureuse
Quand l’amour et l’espoir ont été terriblement forts

Tellement forts qu’ils m’ont étouffée, tellement forts qu’ils m’ont donnée du courage
Pour enfin se lever et arrêter de supposer
Pour aimer celui devant moi qui m’a invitée à danser
  • Phonétique : Et Que L’On S’Est Dit Au Revoir Au Printemps

    si nuz- avjɔ̃ py adusiʁ la kɔlεʁə
    puʁ ʁəvəniʁ syʁ nɔtʁə itineʁεʁə damuʁ
    kɑ̃ ʒə tə ʁəɡaʁdε də lwɛ̃
    dɑ̃z- œ̃n- ivεʁ sɔ̃bʁə e fʁwa
    lɔʁskə lə dεʁnje metʁo a pase o fɔ̃ də la nɥi
    e kə ʒə mə pεʁdε dɑ̃ mε sɔ̃ʒə
    ɑ̃ tə ʁəɡaʁdɑ̃, twa, dɑ̃ la ʁy ɑ̃ fasə, paʁle, ʁiʁə, salɥe,
    ty ma kaptive
    tεz- iøz- etɛ̃səlɑ̃z- ɔ̃ apəle sεtə famə fʁaʒilə vəniʁ vεʁ twa
    malɔ̃ʒe syʁ tɔ̃ tɔʁsə ki dəpɥi ma apεze
    tu səla εt- oʒuʁdɥi tʁε lwɛ̃tɛ̃

    twa, aʁʒyna ki ma pʁɔmi dy bɔnœʁ
    la lwajote, lɔnεtəte, la sɛ̃seʁite,
    ʒə mə sɥi livʁe a twa ɑ̃ tutə kɔ̃fjɑ̃sə

    puʁtɑ̃, la najvəte dœ̃ ʒənə ɔmə
    lamεʁtymə dœ̃ pεʁə ɑ̃ɡwase
    ɔ̃ aneɑ̃ti la famə ki εɡzistε
    ty la ɑ̃teʁe dɑ̃ liɲɔʁɑ̃sə e la ʁiʒidite
    dy pʁɛ̃sipə e də lidealismə iʁeεl
    il nε ʁεste kynə famə epɥize, esεjɑ̃ də ʁamase lε sɑ̃timɑ̃ ki tʁεnε
    dɑ̃ lε sɑ̃ɡlo tʁε sεk, dɑ̃ la satyʁasjɔ̃ ki tɥa lamə

    kɑ̃ finaləmɑ̃ ɔ̃ navε ʒamε kɔ̃pʁi
    kɔmɑ̃ ɔ̃ puvε aʁive a la sepaʁasjɔ̃
    e kə lɔ̃ sε di o ʁəvwaʁ o pʁɛ̃tɑ̃
    lɔʁskə lε flœʁ fləʁise ʒɔlime

    isi dɑ̃ la fyʁœʁ dy ʃaɡʁɛ̃, puʁ sεllə kə lɔ̃n- εmə
    nu sɔmə tənys də tuʒuʁ nu vwaʁ
    pɥiz- ɔ̃ kʁi dy saʁkasmə dɑ̃ lɛ̃pasjɑ̃sə
    abʁitɑ̃ lə ʁəɡʁε ʁɔ̃ʒɑ̃ lə kœʁ

    si ʒavε py sεʁne lə pʁɔblεmə bjɛ̃ plys to
    si ʒavε py tə kaʁese lε ʃəvøz- e tɑ̃bʁase tɑ̃dʁəmɑ̃
    si ʒavε py lə kuʁaʒə də mə batʁə lotɔʁitaʁismə
    si ʒavε py fεʁə lə dəj dy vjεj amɑ̃
    mε ʒə nə puvε pa lə fεʁə paʁ mwa mεmə, ʒə nɑ̃n- oʁε ʒamεz- ete kapablə

    paʁfwa ʒɑ̃tɑ̃z- ɑ̃kɔʁə lə myʁmyʁə də la melɔdi kʁepyskylεʁə
    ʁəvivʁə œ̃ deziʁ ki nə sε ʒamεz- akɔ̃pli
    ʒə vulε dɑ̃se avεk twa
    ty ma lεse lə fεʁə tutə sələ
    si ty avε kɔ̃pʁiz- a kεl pwɛ̃ səla etε peniblə

    ɑ̃ veʁite, mɔ̃ ɡʁɑ̃, dəʁjεʁə la ʁaʒə e la vɑ̃ʒɑ̃sə
    il saʒi dynə istwaʁə də lepɥizəmɑ̃ paʁalizɑ̃tə
    ki maʁaʃə a la feminite la plys pʁɔfɔ̃də
    si ty avε sy kə la pεnə etε εkstʁεməmɑ̃ duluʁøzə
    kɑ̃ lamuʁ e lεspwaʁ ɔ̃ ete teʁibləmɑ̃ fɔʁ

    tεllmɑ̃ fɔʁ kil mɔ̃ etufe, tεllmɑ̃ fɔʁ kil mɔ̃ dɔne dy kuʁaʒə
    puʁ ɑ̃fɛ̃ sə ləve e aʁεte də sypoze
    puʁ εme səlɥi dəvɑ̃ mwa ki ma ɛ̃vite a dɑ̃se

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
14/07/2020Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.