Prose : Sa Dernière Lettre :

Sa Dernière Lettre :

De M. Gabriel García Marquez, grand écrivain d’Amérique latine, a dit adieu à la vie publique.

« Si, pour un instant Dieu oubliait que je suis juste une marionnette, et me donnait une petite tranche vie en plus, je voudrais profiter de ce moment-là, du mieux que je peux ».

Je ne pourrais probablement pas dire tout ce que je pense, mais je pense vraiment tout ce que je dis.

Je voudrais apprécier les choses non pas pour ce qu’elles valent, mais pour ce qu’elles représentent.

Je voudrais dormir moins et rêver plus. Pour chaque minute ou nous fermons les yeux nous perdons
soixante secondes de lumière.

Je voudrais continuer là où d’autres se sont arrêtés et je voudrais me lever alors que les autres dorment.

Si Dieu m’accorde encore un bout de vie, je m’habillerais plus simplement, j’irais me baigner dans la lumière du soleil, laissant à découvert, non seulement mon corps mais aussi mon âme.

Je voudrais prouver aux hommes combien ils se trompent de penser qu’ils cessent de tomber amoureux quand ils vieillissent, alors qu’ils commencent réellement à vieillir dès qu’ils cessent de tomber amoureux

Je voudrais donner des ailes aux enfants, mais je voudrais laisser l’enfant apprendre à voler tout seul.

Aux anciens, je voudrais leur montrer que la mort ne vient pas avec le processus de vieillissement, mais avec l’oubli.

J’ai appris tant de choses de vous… J’ai appris que tout le monde veut vivre au sommet de la montagne, oubliant que tout ce qui compte c’est comment nous montons.

J’ai appris que quand un nouveau-né saisit le pouce de son père, il le prend pour toujours.

J’ai appris qu’un homme a le droit de regarder quelqu’un de haut, seulement quand il est en train de l’aider à se relever.

J’ai appris tant de choses de vous tous.

Dites toujours ce que vous ressentez et faites ce que vous pensez.

Si je savais qu’aujourd’hui c’était la dernière fois que j’allais vous voir, Je vous serrerais fort dans mes bras pour être le gardien de votre âme.

Si je savais que c’étaient les dernières minutes que je vous voyais, je vous dirais « Je vous aime » sans supposer que vous le saviez.

Il y a toujours un matin où la vie nous donne une autre occasion de faire en sorte que les choses soient bonnes.

Gardez toujours près de vous, vos êtres chers, et dites leur combien vous en avez besoin, aimez-les et prenez soin d’eux. Prenez le temps de dire : « Je suis désolé », « Pardonnez-moi », « s’il vous plaît » « Merci » et tous les mots agréables et gentils que vous connaissez.

Personne ne se souviendra de vous, si vous gardez vos pensées secrètes. Forcez-vous à les exprimer.

Montrez à vos amis et êtres chers combien vous vous souciez d’eux, combien vous les aimez et les chérissez.

Si vous ne le faites pas, demain sera comme aujourd’hui. Et ce ne sera pas plus important…

Pour vous avec beaucoup d’amitié et d’attention.

J’espère que vous avez aimé

Syllabation De L'Écrit

  • Syllabes Hyphénique: Sa Dernière Lettre :


  • Phonétique : Sa Dernière Lettre :

    də εm. ɡabʁjεl ɡaʁkia maʁke, ɡʁɑ̃t- ekʁivɛ̃ dameʁikə latinə, a di adjø a la vi pyblikə.

    « si, puʁ œ̃n- ɛ̃stɑ̃ djø ubljε kə ʒə sɥi ʒystə ynə maʁjɔnεtə, e mə dɔnε ynə pətitə tʁɑ̃ʃə vi ɑ̃ plys, ʒə vudʁε pʁɔfite də sə mɔmɑ̃ la, dy mjø kə ʒə pøks ».

    ʒə nə puʁʁε pʁɔbabləmɑ̃ pa diʁə tu sə kə ʒə pɑ̃sə, mε ʒə pɑ̃sə vʁεmɑ̃ tu sə kə ʒə di.

    ʒə vudʁεz- apʁesje lε ʃozə nɔ̃ pa puʁ sə kεllə valɑ̃, mε puʁ sə kεllə ʁəpʁezɑ̃te.

    ʒə vudʁε dɔʁmiʁ mwɛ̃z- e ʁεve plys. puʁ ʃakə minytə u nu fεʁmɔ̃ lεz- iø nu pεʁdɔ̃
    swasɑ̃tə səɡɔ̃də də lymjεʁə.

    ʒə vudʁε kɔ̃tinɥe la u dotʁə- sə sɔ̃t- aʁεtez- e ʒə vudʁε mə ləve alɔʁ kə lεz- otʁə- dɔʁme.

    si djø makɔʁdə ɑ̃kɔʁə œ̃ bu də vi, ʒə mabijʁε plys sɛ̃pləmɑ̃, ʒiʁε mə bεɲe dɑ̃ la lymjεʁə dy sɔlεj, lεsɑ̃ a dekuvεʁ, nɔ̃ sələmɑ̃ mɔ̃ kɔʁ mεz- osi mɔ̃n- amə.

    ʒə vudʁε pʁuve o ɔmə kɔ̃bjɛ̃ il sə tʁɔ̃pe də pɑ̃se kil sese də tɔ̃be amuʁø kɑ̃t- il vjεjise, alɔʁ kil kɔmɑ̃se ʁeεllmɑ̃ a vjεjiʁ dε kil sese də tɔ̃be amuʁø

    ʒə vudʁε dɔne dεz- εləz- oz- ɑ̃fɑ̃, mε ʒə vudʁε lεse lɑ̃fɑ̃ apʁɑ̃dʁə a vɔle tu səl.

    oz- ɑ̃sjɛ̃, ʒə vudʁε lœʁ mɔ̃tʁe kə la mɔʁ nə vjɛ̃ pa avεk lə pʁɔsesys də vjεjisəmɑ̃, mεz- avεk lubli.

    ʒε apʁi tɑ̃ də ʃozə də vu… ʒε apʁi kə tu lə mɔ̃də vø vivʁə o sɔmε də la mɔ̃taɲə, ubljɑ̃ kə tu sə ki kɔ̃tə sε kɔmɑ̃ nu mɔ̃tɔ̃.

    ʒε apʁi kə kɑ̃t- œ̃ nuvo ne sεzi lə pusə də sɔ̃ pεʁə, il lə pʁɑ̃ puʁ tuʒuʁ.

    ʒε apʁi kœ̃n- ɔmə a lə dʁwa də ʁəɡaʁde kεlkœ̃ də-o, sələmɑ̃ kɑ̃t- il εt- ɑ̃ tʁɛ̃ də lεde a sə ʁələve.

    ʒε apʁi tɑ̃ də ʃozə də vu tus.

    ditə tuʒuʁ sə kə vu ʁəsɑ̃tez- e fεtə sə kə vu pɑ̃se.

    si ʒə savε koʒuʁdɥi setε la dεʁnjεʁə fwa kə ʒalε vu vwaʁ, ʒə vu seʁəʁε fɔʁ dɑ̃ mε bʁa puʁ εtʁə lə ɡaʁdjɛ̃ də vɔtʁə amə.

    si ʒə savε kə setε lε dεʁnjεʁə minytə kə ʒə vu vwajε, ʒə vu diʁεs « ʒə vuz- εmə » sɑ̃ sypoze kə vu lə savje.

    il i a tuʒuʁz- œ̃ matɛ̃ u la vi nu dɔnə ynə otʁə ɔkazjɔ̃ də fεʁə ɑ̃ sɔʁtə kə lε ʃozə swae bɔnə.

    ɡaʁde tuʒuʁ pʁε də vu, voz- εtʁə- ʃεʁ, e ditə lœʁ kɔ̃bjɛ̃ vuz- ɑ̃n- ave bəzwɛ̃, εme lεz- e pʁəne swɛ̃ dø. pʁəne lə tɑ̃ də diʁə : « ʒə sɥi dezɔle », « paʁdɔne mwa », « sil vu plεt » « mεʁsi » εt tus lε moz- aɡʁeabləz- e ʒɑ̃til kə vu kɔnεse.

    pεʁsɔnə nə sə suvjɛ̃dʁa də vu, si vu ɡaʁde vo pɑ̃se sεkʁεtə. fɔʁse vuz- a lεz- εkspʁime.

    mɔ̃tʁez- a voz- amiz- e εtʁə- ʃεʁ kɔ̃bjɛ̃ vu vu susje dø, kɔ̃bjɛ̃ vu lεz- εmez- e lε ʃeʁise.

    si vu nə lə fεtə pa, dəmɛ̃ səʁa kɔmə oʒuʁdɥi. e sə nə səʁa pa plysz- ɛ̃pɔʁtɑ̃…

    puʁ vuz- avεk boku damitje e datɑ̃sjɔ̃.

    ʒεspεʁə kə vuz- avez- εme
  • Syllabes Phonétique : Sa Dernière Lettre :


Récompense

2
0
0

Commentaire Sur La Poesie


Auteur de Poésie
01/05/2012 17:10Rivière

J’adore ! J’adore ! Si j’avais le drot je mettrais 5 coups de coeurs ! Dommage que je ne peut faire un copier coller je l’aurais mis sous cadre ! J’adore !