Poeme-France : Lecture Écrit Voyage

Poeme : Dans La Bouche De L’Enfer

Poème Voyage
Publié le 26/08/2017 12:29

L'écrit contient 211 mots qui sont répartis dans 8 strophes.

Poete : Luma

Dans La Bouche De L’Enfer

Plongeon dans l’avide gorge du Châtelet.
Froid et moiteur dans les halles de ce palais,
Où s’échangent fossiles humains et cœurs de pierre.
Les hordes se dirigent couvertes d’œillères.

Toujours le même trajet automatisé,
La chorégraphie de l’homme civilisé.
Seuls dans le troupeau, les corps se suivent, s’esquivent
Et s’ignorent afin d’oublier leur dérive.

Arrive le vaisseau gris, l’ombre de l’oubli,
Comme le ballon de baudruche il se remplit.
Ni sourire, ni regard, chacun a sa place,
Imbriquée comme un puzzle optimisant l’espace.

Anesthésiés par une journée de labeur,
Les corps sont figés dans un état de torpeur.
Plus d’affinités, plus de voix, le son à prendre.
Les identités carbonisent, au fond des cendres.

Ces êtres dévitalisés aux cœurs absents,
Ces zombies amorphes aux regards méfiants,
Leur énergie se dissipe, leur âme fane,
Leur beauté s’amenuise sans regard profane.

Sur les âmes vierges le désarroi déteint,
Les mains du spleen tremblent au-dessus du pantin,
A leur insu, perdent contrôle des manettes,
Sont les automates d’un système obsolète.

Dans le métro de Paris, Bienvenus humains !
Cette fourmilière où chacun perd son chemin.
Réel progrès ou symbole de déchéance ?
Globules dans les artères de la souffrance.

25/08/17
  • Pieds Hyphénique: Dans La Bouche De L’Enfer

    plon=geon=dans=la=vi=de=gor=ge=du=châ=te=let 12
    froid=et=moi=teur=dans=les=hal=les=de=ce=pa=lais 12
    où=sé=changent=fos=si=les=hu=mains=et=cœurs=de=pierre 12
    les=hor=des=se=di=ri=gent=cou=ver=tes=dœillè=res 12

    tou=jours=le=mê=me=tra=jet=au=to=ma=ti=sé 12
    la=cho=ré=gra=phie=de=l=homme=ci=vi=li=sé 12
    seuls=dans=le=trou=peau=les=corps=se=sui=vent=ses=quivent 12
    et=si=gno=rent=a=fin=dou=blier=leur=dé=ri=ve 12

    ar=ri=ve=le=vais=seau=gris=lom=bre=de=lou=bli 12
    comme=le=bal=lon=de=bau=dru=che=il=se=rem=plit 12
    ni=sou=ri=re=ni=re=gard=cha=cun=a=sa=place 12
    im=bri=quée=commeun=puzz=le=op=ti=mi=sant=les=pace 12

    anes=thé=si=és=par=u=ne=jour=née=de=la=beur 12
    les=corps=sont=fi=gés=dans=un=é=tat=de=tor=peur 12
    plus=daf=fi=ni=tés=plus=de=voix=le=son=à=prendre 12
    les=iden=ti=tés=car=bo=ni=sent=au=fond=des=cendres 12

    ces=ê=tres=dé=vi=ta=li=sés=aux=cœurs=ab=sents 12
    ces=zom=bies=a=mor=phes=aux=re=gards=mé=fi=ants 12
    leur=éner=gie=se=dis=si=pe=leur=â=me=fa=ne 12
    leur=beau=té=sa=me=nui=se=sans=re=gard=pro=fane 12

    sur=les=â=mes=vier=ges=le=dé=sar=roi=dé=teint 12
    les=mains=du=spleen=trem=blent=au=des=sus=du=pan=tin 12
    a=leur=in=su=per=dent=con=trô=le=des=ma=nettes 12
    sont=les=au=to=mates=dun=sys=tè=me=ob=so=lète 12

    dans=le=mé=tro=de=pa=ris=bien=ve=nus=hu=mains 12
    cette=four=mi=liè=re=où=cha=cun=perd=son=che=min 12
    réel=pro=grès=ou=sym=bo=le=de=dé=ché=an=ce 12
    glo=bu=les=dans=les=ar=tè=res=de=la=souf=france 12

    vingt=cinq=s=la=sh=zé=ro=hu=it=s=la=sh=dix=sept 14
  • Phonétique : Dans La Bouche De L’Enfer

    plɔ̃ʒɔ̃ dɑ̃ lavidə ɡɔʁʒə dy ʃatəlε.
    fʁwa e mwatœʁ dɑ̃ lεz- alə də sə palε,
    u seʃɑ̃ʒe fɔsiləz- ymɛ̃z- e kœʁ də pjeʁə.
    lεz- ɔʁdə- sə diʁiʒe kuvεʁtə- dœjlεʁə.

    tuʒuʁ lə mεmə tʁaʒε otɔmatize,
    la kɔʁeɡʁafi də lɔmə sivilize.
    səl dɑ̃ lə tʁupo, lε kɔʁ sə sɥive, sεskive
    e siɲɔʁe afɛ̃ dublje lœʁ deʁivə.

    aʁivə lə vεso ɡʁi, lɔ̃bʁə də lubli,
    kɔmə lə balɔ̃ də bodʁyʃə il sə ʁɑ̃pli.
    ni suʁiʁə, ni ʁəɡaʁ, ʃakœ̃ a sa plasə,
    ɛ̃bʁike kɔmə œ̃ pyzlə ɔptimizɑ̃ lεspasə.

    anεstezje paʁ ynə ʒuʁne də labœʁ,
    lε kɔʁ sɔ̃ fiʒe dɑ̃z- œ̃n- eta də tɔʁpœʁ.
    plys dafinite, plys də vwa, lə sɔ̃n- a pʁɑ̃dʁə.
    lεz- idɑ̃tite kaʁbɔnize, o fɔ̃ dε sɑ̃dʁə.

    sεz- εtʁə- devitalizez- o kœʁz- absɑ̃,
    sε zɔ̃biz- amɔʁfəz- o ʁəɡaʁd mefjɑ̃,
    lœʁ enεʁʒi sə disipə, lœʁ amə fanə,
    lœʁ bote samənɥizə sɑ̃ ʁəɡaʁ pʁɔfanə.

    syʁ lεz- amə vjεʁʒə- lə dezaʁwa detɛ̃,
    lε mɛ̃ dy splin tʁɑ̃ble o dəsy dy pɑ̃tɛ̃,
    a lœʁ ɛ̃sy, pεʁde kɔ̃tʁolə dε manεtə,
    sɔ̃ lεz- otɔmatə dœ̃ sistεmə ɔpsɔlεtə.

    dɑ̃ lə metʁo də paʁi, bjɛ̃vənysz- ymɛ̃ !
    sεtə fuʁmiljεʁə u ʃakœ̃ pεʁ sɔ̃ ʃəmɛ̃.
    ʁeεl pʁɔɡʁεz- u sɛ̃bɔlə də deʃeɑ̃sə ?
    ɡlɔbylə dɑ̃ lεz- aʁtεʁə də la sufʁɑ̃sə.

    vɛ̃t- sɛ̃k slaʃ zeʁo ɥi slaʃ di- sεt
  • Pieds Phonétique : Dans La Bouche De L’Enfer

    plɔ̃=ʒɔ̃=dɑ̃=la=vi=də=ɡɔʁ=ʒə=dy=ʃa=tə=lε 12
    fʁwa=e=mwa=tœʁ=dɑ̃=lε=za=lə=də=sə=pa=lε 12
    use=ʃɑ̃=ʒe=fɔ=si=lə=zy=mɛ̃=ze=kœʁ=də=pjeʁə 12
    lε=zɔʁ=də=sə=di=ʁi=ʒe=ku=vεʁ=tə=dœj=lεʁə 12

    tu=ʒuʁ=lə=mε=mə=tʁa=ʒε=o=tɔ=ma=ti=ze 12
    la=kɔ=ʁe=ɡʁa=fi=də=lɔ=mə=si=vi=li=ze 12
    səl=dɑ̃lə=tʁu=po=lε=kɔʁ=sə=sɥi=ve=sεs=ki=ve 12
    e=si=ɲɔ=ʁe=a=fɛ̃=du=blje=lœʁ=de=ʁi=və 12

    a=ʁi=və=lə=vε=so=ɡʁi=lɔ̃=bʁə=də=lu=bli 12
    kɔmə=lə=ba=lɔ̃=də=bo=dʁy=ʃə=il=sə=ʁɑ̃=pli 12
    ni=su=ʁi=ʁə=ni=ʁə=ɡaʁ=ʃa=kœ̃=a=sa=plasə 12
    ɛ̃=bʁi=ke=kɔmə=œ̃=py=zlə=ɔp=ti=mi=zɑ̃=lεspasə 12

    a=nεs=te=zje=paʁ=y=nə=ʒuʁ=ne=də=la=bœʁ 12
    lε=kɔʁ=sɔ̃=fi=ʒe=dɑ̃=zœ̃=ne=ta=də=tɔʁ=pœʁ 12
    plys=da=fi=ni=te=plys=də=vwa=lə=sɔ̃=na=pʁɑ̃dʁə 12
    lε=zi=dɑ̃=ti=te=kaʁ=bɔ=ni=ze=o=fɔ̃=dεsɑ̃dʁə 12

    sε=zε=tʁə=de=vi=ta=li=ze=zo=kœʁ=zab=sɑ̃ 12
    sε=zɔ̃=bi=za=mɔʁ=fə=zo=ʁə=ɡaʁd=me=fj=ɑ̃ 12
    lœʁ=e=nεʁ=ʒi=sə=di=si=pə=lœʁ=a=mə=fanə 12
    lœʁ=bo=te=sa=mən=ɥi=zə=sɑ̃=ʁə=ɡaʁ=pʁɔ=fanə 12

    syʁ=lε=za=mə=vjεʁ=ʒə=lə=de=za=ʁwa=de=tɛ̃ 12
    lε=mɛ̃=dy=splin=tʁɑ̃=ble=o=də=sy=dy=pɑ̃=tɛ̃ 12
    a=lœʁ=ɛ̃=sy=pεʁ=de=kɔ̃=tʁo=lə=dε=ma=nεtə 12
    sɔ̃=lε=zo=tɔ=matə=dœ̃=sis=tε=mə=ɔp=sɔ=lεtə 12

    dɑ̃=lə=me=tʁo=də=pa=ʁi=bjɛ̃=və=nys=zy=mɛ̃ 12
    sεtə=fuʁ=mi=ljε=ʁə=u=ʃa=kœ̃=pεʁ=sɔ̃=ʃə=mɛ̃ 12
    ʁe=εl=pʁɔ=ɡʁε=zu=sɛ̃=bɔ=lə=də=de=ʃe=ɑ̃sə 12
    ɡlɔ=by=lə=dɑ̃=lε=zaʁ=tε=ʁə=də=la=su=fʁɑ̃sə 12

    vɛ̃t=sɛ̃k=slaʃ=ze=ʁo=ɥi=slaʃ=di=sεt 9

PostScriptum

De passage dans les transports parisiens, l’expérience fût fort déplaisante. Le brouhaha des bus de ma jeunesse avait laissé place au silence pesant d’une foule où chacun s’ignore avec ardeur. Mis à part quelques pianotants sur iphone, les passagers étaient indescriptiblement inexistant, pas un geste à épier, rien.
Rien à voir avec la vie dans les trains, les gens heureux de partir en vacances, les enfants qui jouent et rigolent…

Récompense

0
3
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
17/10/2019Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre resentit, un encouragement, un conseille ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.