Poeme-France : Lecture Écrit Pensée

Prose : Mise En Garde

Prose Pensée
Publié le 29/05/2017 20:01

L'écrit contient 308 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Guillaume Racidet

Mise En Garde

Attention, ce texte a été écrit par un homme jeune, un jeune homme, n’ayant aucune raison et aucun but dans la vie si ce n’est voyager et partir loin, le plus vite possible. N’ayant aucune morale, aucune force morale et aucun attachement. Insoucieux de tout, ne croyant en rien, n’agissant à rien. Comme beaucoup de jeunes hommes me direz-vous. Sauf que lui, n’est pas comme tout le monde, il n’est pas commun. Toute sa force, physique et morale, et toute son âme ont été élevés et ont grandi par des méchancetés, des erreurs et des larmes tristes. C’est pitoyable ! Mais, il se lasse et s’ennuie de tout ce qu’il fait très vite, plus vite que n’importe qui d’autre. Peut-être trop vite. N’ayant rien, aucune pitié, aucun sentiment, il n’aime pas de femmes, ni d’hommes, bien que sous sa chair, entre ses veines et ses os si tendres un petit cœur bat tout doucement, calmement, ardemment et, jette à son robuste corps extérieurement mais frêle intérieurement du sang noir et mauvais comme le boudin dévoré par les vieux et leurs poussiéreuses histoires.
Mais peut-être se rappellera-t-on du tout jeune homme et de ses histoires avant que le vent vienne emporter l’infime lueur d’innocence qu’il lui reste. Ah, mais prions pour que le temps accepte et désire pardonner à cette âme qui veut la mort et qui est damnée par la colère, la paresse, l’envie, et le désir de pouvoir un jour trouvé la paix. Bientôt, sans patrie, sans famille, sans amis, il brûlera l’honneur des drapeaux. Et pour le faire repentir il faut que les paroles soient justes et les consolations soient dignes !
Mais aucune parole n’est juste et aucune consolation n’est digne !
  • Phonétique : Mise En Garde

    atɑ̃sjɔ̃, sə tεkstə a ete ekʁi paʁ œ̃n- ɔmə ʒənə, œ̃ ʒənə ɔmə, nεjɑ̃ okynə ʁεzɔ̃ e okœ̃ byt dɑ̃ la vi si sə nε vwajaʒe e paʁtiʁ lwɛ̃, lə plys vitə pɔsiblə. nεjɑ̃ okynə mɔʁalə, okynə fɔʁsə mɔʁalə e okœ̃ ataʃəmɑ̃. ɛ̃susjø də tu, nə kʁwajɑ̃ ɑ̃ ʁjɛ̃, naʒisɑ̃ a ʁjɛ̃. kɔmə boku də ʒənəz- ɔmə mə diʁe vu. sof kə lɥi, nε pa kɔmə tu lə mɔ̃də, il nε pa kɔmœ̃. tutə sa fɔʁsə, fizikə e mɔʁalə, e tutə sɔ̃n- amə ɔ̃ ete eləvez- e ɔ̃ ɡʁɑ̃di paʁ dε meʃɑ̃səte, dεz- eʁœʁz- e dε laʁmə- tʁistə. sε pitwajablə ! mε, il sə lasə e sɑ̃nɥi də tu sə kil fε tʁε vitə, plys vitə kə nɛ̃pɔʁtə ki dotʁə. pø tεtʁə tʁo vitə. nεjɑ̃ ʁjɛ̃, okynə pitje, okœ̃ sɑ̃timɑ̃, il nεmə pa də famə, ni dɔmə, bjɛ̃ kə su sa ʃεʁ, ɑ̃tʁə sε vεnəz- e sεz- os si tɑ̃dʁəz- œ̃ pəti kœʁ ba tu dusəmɑ̃, kalməmɑ̃, aʁdamɑ̃ e, ʒεtə a sɔ̃ ʁɔbystə kɔʁz- εksteʁjəʁəmɑ̃ mε fʁεlə ɛ̃teʁjəʁəmɑ̃ dy sɑ̃ nwaʁ e movε kɔmə lə budɛ̃ devɔʁe paʁ lε vjøz- e lœʁ pusjeʁøzəz- istwaʁə.
    mε pø tεtʁə sə ʁapεllʁa tɔ̃ dy tu ʒənə ɔmə e də sεz- istwaʁəz- avɑ̃ kə lə vɑ̃ vjεnə ɑ̃pɔʁte lɛ̃fimə lɥœʁ dinɔsɑ̃sə kil lɥi ʁεstə. a, mε pʁjɔ̃ puʁ kə lə tɑ̃z- aksεptə e deziʁə paʁdɔne a sεtə amə ki vø la mɔʁ e ki ε damne paʁ la kɔlεʁə, la paʁεsə, lɑ̃vi, e lə deziʁ də puvwaʁ œ̃ ʒuʁ tʁuve la pε. bjɛ̃to, sɑ̃ patʁi, sɑ̃ famijə, sɑ̃z- ami, il bʁyləʁa lɔnœʁ dε dʁapo. e puʁ lə fεʁə ʁəpɑ̃tiʁ il fo kə lε paʁɔlə swae ʒystəz- e lε kɔ̃sɔlasjɔ̃ swae diɲə !
    mεz- okynə paʁɔlə nε ʒystə e okynə kɔ̃sɔlasjɔ̃ nε diɲə !

Récompense

0
1
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
29/07/2021Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.