Poeme-France : Lecture Écrit Âge

Prose : Questions Enfantines

Prose Âge
Publié le 03/10/2017 10:01

L'écrit contient 1060 mots qui sont répartis dans 4 strophes.

Poete : Guillaume Racidet

A Propos de cette Prose

Prose particulière. J’espère qu’elle vous plaira.

Questions Enfantines

-M’man pourquoi on dit que pleurer c’est pour les filles ?
-Parce que c’est mieux d’être solide comme un roc.
-Pourquoi ?
-Bah, regarde ma famille ils sont tous solides comme des rocs, et puis c’est chiant de pleurer.
-Mais est-ce que ça veut dire que si on est un garçon, on ne peut pas pleurer ?
-Bah, non mais c’est mieux de ne pas se laisser submerger par les larmes.
-Ça veut dire quoi supmerger ?
-Submerger Valentin. On va dire c’est quand quelque chose prend le dessus sur toi.
-D’accord mais pourquoi c’est mieux de pas se faire supmerger ?
-Submerger. Bah, parce qu’il vaut mieux paraître fort que de paraître faible, non ?
-Ça veut dire que pleurer c’est être faible ?
-Bah, un peu vu qu’on pleure. Il faut toujours être solide, être impassible c’est comme ça qu’on montre qu’on est fort.
-Ça veut dire quoi impassible ?
-Ça veut dire être droit, rester debout sans bouger.
-Mais est-ce que ça veut dire que les sentiments, c’est mal ?
-Non pas tous. L’amour ce n’est pas mal. Mais tes crises de colère, c’est mal.
-Oui mais c’est pas de ma faute, c’est parce que je ne suis pas content.
-Oui mais c’est mal, il faut que tu t’exprimes autrement que par des colères et des larmes.
-Mais comment on fait ?
-Tu comprendras en grandissant.
-Mais est-ce que c’est mal de pleurer devant des gens ?
-Euh, on va dire c’est mieux que tu contrôles tes larmes. Il faut être fort dans la vie.
-D’accord. Bah, désolé maman.
-Pourquoi ?
-Parce que j’ai pleuré devant des gens.

-M’man, m’man j’ai eu un dix sur dix en français, la meilleure note de la classe.
-Ah, bon en français, et sur quoi ?
-Récitation de poésie.
-Et c’était quel poète ? Baudelaire ?
-C’est qui Baudelaire ?
-C’est un poète connu que tu verras plus tard. Alors c’était quel poème ?
-Le dormeur du val.
-C’est de qui déjà ?
-Arthur Rimbaud.
-Ah, d’accord, mais tu l’as révisé avec qui ?
-Tout seul dans ma chambre.
-Mais tu as tout compris.
-Non pas tous les mots, mais j’ai compris le poème.
-D’accord et bah c’est bien.
-La maîtresse a dit que je l’avais ému, que l’on sentait mes émotions, que j’étais très fort pour réciter les poèmes et que c’était un bel hommage à Arthur Rimbaud.
-Et bah, c’est bien.
-Mais ça veut dire quoi ému ?
-Ça veut dire qu’elle allait presque pleurer.
-Ah bon, j’irai m’excuser demain alors.
-Hein, non c’est positif.
-Mais tu as dit que faire pleurer quelqu’un c’est pas bien.
-Mais là, c’est différent. Est-ce que vous l’aviez étudié avant ?
-Oui, on l’avait lu en classe. Et on a vu une photo d’Arthur Rimbaud.
-D’accord, très bien.
-Il est beau.
-Mais enfin Valentin, c’est un garçon.
-Bah qu’est-ce qu’il y a ?
-Bah, c’est juste que quand on est un garçon… Comment dire euh, un garçon peut pas dire qu’un autre garçon est beau.
-Bah, pourquoi ? S’il est beau, pourquoi je ne peux pas le dire ?
-Bah, c’est juste que… Voilà. Et puis de toute façon il est beaucoup plus vieux que toi.
-Et alors, il est quand même beau.
-Il était déjà, il est mort et puis arrête de dire qu’il est beau.
-Pourquoi ?
-Parce que ça surprend.
-Pourquoi ? Tu le trouves moche.
-Je ne sais pas, je le n’ai pas vu. Mais je n’ai jamais vu un garçon de ton âge dire que quelqu’un de beaucoup plus vieux est beau.
-Bah, c’est juste ce que j’ai pensé quand j’ai vu la photo. Mais maman ça veut dire quoi homosexuel ?
-Bah, c’est quand un garçon aime un autre garçon et une fille aime une fille.
-Mais aimer comment ?
-Bah, avec un amour très fort.
-Comme ce que j’ai dit ?
-Non toi tu as juste dit qu’il était beau, pas que tu l’aimais.
-Mais pourquoi c’est pas bien d’être homosexuel ?
-C’est juste bizarre, car la plupart du temps un garçon aime une fille, c’est tout.
-D’accord.
-Mais pourquoi tu me poses ça ?
-Parce que la maîtresse elle a dit qu’il était homosexuel.
-D’accord et bah, voilà tu sais ce que c’est maintenant. Mais tu as aimé son poème ?
-Oui beaucoup.
-Mais comment tu as révisé ?
-Je ne sais pas, je l’ai juste dit dans ma chambre comme si j’étais devant Arthur Rimbaud.
-Sans chercher un ton particulier ?
-Hein, c’est quoi un ton ?
-C’est pas grave, laisse tomber.
-Maman comment on écrit un poème ?
-Je n’en sais rien Valentin, dans la famille on est des scientifiques. Tu n’as qu’a demandé à Arthur Rimbaud.
-Ah oui, tu penses qu’il va m’aider ?
-Hein ? ! Mais non Valentin, il est mort, les morts ne parlent pas.
-Ah bon ?
-Aller, aller arrête de te faire plus bête que tu ne l’es.
-Je suis sûr qu’ils peuvent parler.
-Valentin arrête !

-M’man c’est vrai que Napoléon il était fort ?
-Je ne sais pas Valentin.
-Ah d’accord.
-Pourquoi tu t’intéresses autant à des personnes du passé. D’abord Arthur Rimbaud ensuite Napoléon.
-Pour les connaître.
-Mais ce n’est pas en regardant dans le passé, que tu vas vivre.
-Bah, pourquoi ?
-Parce qu’il est plus important de penser au futur que de penser au passé, non ?
-Mais maman si tu ne connais pas le passé, tu ne peux pas avancer.

-M’man.
-Oui ?
-Pourquoi on fait la guerre ?
-C’est compliqué.
-C’est toujours compliqué.
-Pour faire simple c’est pour avoir la paix.
-Mais maman on l’a fait tout le temps et on n’a jamais eu la paix.
-Oui, tu as raison c’est pas très intelligent, mais c’est comme ça.
-C’est bête.
-Pourquoi tu poses toujours pleins de questions ?
-Bah, parce que je ne sais pas la réponse.
-Mais pourquoi tu te poses ces questions-là ?
-Je ne sais pas, je suis un enfant.
  • Phonétique : Questions Enfantines

    mmɑ̃ puʁkwa ɔ̃ di kə pləʁe sε puʁ lε fijə ?
    paʁsə kə sε mjø dεtʁə sɔlidə kɔmə œ̃ ʁɔk.
    puʁkwa ?
    ba, ʁəɡaʁdə ma famijə il sɔ̃ tus sɔlidə kɔmə dε ʁɔk, e pɥi sε ʃjɑ̃ də pləʁe.
    mεz- ε sə kə sa vø diʁə kə si ɔ̃n- εt- œ̃ ɡaʁsɔ̃, ɔ̃ nə pø pa pləʁe ?
    ba, nɔ̃ mε sε mjø də nə pa sə lεse sybmεʁʒe paʁ lε laʁmə.
    sa vø diʁə kwa sypmεʁʒe ?
    sybmεʁʒe valɑ̃tɛ̃. ɔ̃ va diʁə sε kɑ̃ kεlkə ʃozə pʁɑ̃ lə dəsy syʁ twa.
    dakɔʁ mε puʁkwa sε mjø də pa sə fεʁə sypmεʁʒe ?
    sybmεʁʒe. ba, paʁsə kil vo mjø paʁεtʁə fɔʁ kə də paʁεtʁə fεblə, nɔ̃ ?
    sa vø diʁə kə pləʁe sεt- εtʁə fεblə ?
    ba, œ̃ pø vy kɔ̃ plœʁə. il fo tuʒuʁz- εtʁə sɔlidə, εtʁə ɛ̃pasiblə sε kɔmə sa kɔ̃ mɔ̃tʁə kɔ̃n- ε fɔʁ.
    sa vø diʁə kwa ɛ̃pasiblə ?
    sa vø diʁə εtʁə dʁwa, ʁεste dəbu sɑ̃ buʒe.
    mεz- ε sə kə sa vø diʁə kə lε sɑ̃timɑ̃, sε mal ?
    nɔ̃ pa tus. lamuʁ sə nε pa mal. mε tε kʁizə də kɔlεʁə, sε mal.
    ui mε sε pa də ma fotə, sε paʁsə kə ʒə nə sɥi pa kɔ̃tɑ̃.
    ui mε sε mal, il fo kə ty tεkspʁiməz- otʁəmɑ̃ kə paʁ dε kɔlεʁəz- e dε laʁmə.
    mε kɔmɑ̃ ɔ̃ fε ?
    ty kɔ̃pʁɑ̃dʁaz- ɑ̃ ɡʁɑ̃disɑ̃.
    mεz- ε sə kə sε mal də pləʁe dəvɑ̃ dε ʒɑ̃ ?
    ø, ɔ̃ va diʁə sε mjø kə ty kɔ̃tʁolə tε laʁmə. il fo εtʁə fɔʁ dɑ̃ la vi.
    dakɔʁ. ba, dezɔle mamɑ̃.
    puʁkwa ?
    paʁsə kə ʒε pləʁe dəvɑ̃ dε ʒɑ̃.

    mmɑ̃, mmɑ̃ ʒε y œ̃ di- syʁ diz- ɑ̃ fʁɑ̃sε, la mεjəʁə nɔtə də la klasə.
    a, bɔ̃ ɑ̃ fʁɑ̃sε, e syʁ kwa ?
    ʁesitasjɔ̃ də pɔezi.
    e setε kεl pɔεtə ? bodəlεʁə ?
    sε ki bodəlεʁə ?
    sεt- œ̃ pɔεtə kɔny kə ty veʁa plys taʁ. alɔʁ setε kεl pɔεmə ?
    lə dɔʁmœʁ dy val.
    sε də ki deʒa ?
    aʁtyʁ ʁɛ̃bo.
    a, dakɔʁ, mε ty la ʁevize avεk ki ?
    tu səl dɑ̃ ma ʃɑ̃bʁə.
    mε ty a tu kɔ̃pʁi.
    nɔ̃ pa tus lε mo, mε ʒε kɔ̃pʁi lə pɔεmə.
    dakɔʁ e ba sε bjɛ̃.
    la mεtʁεsə a di kə ʒə lavεz- emy, kə lɔ̃ sɑ̃tε mεz- emɔsjɔ̃, kə ʒetε tʁε fɔʁ puʁ ʁesite lε pɔεməz- e kə setε œ̃ bεl ɔmaʒə a aʁtyʁ ʁɛ̃bo.
    e ba, sε bjɛ̃.
    mε sa vø diʁə kwa emy ?
    sa vø diʁə kεllə alε pʁεskə pləʁe.
    a bɔ̃, ʒiʁε mεkskyze dəmɛ̃ alɔʁ.
    ɛ̃, nɔ̃ sε pozitif.
    mε ty a di kə fεʁə pləʁe kεlkœ̃ sε pa bjɛ̃.
    mε la, sε difeʁɑ̃. ε sə kə vu lavjez- etydje avɑ̃ ?
    ui, ɔ̃ lavε ly ɑ̃ klasə. e ɔ̃n- a vy ynə fɔto daʁtyʁ ʁɛ̃bo.
    dakɔʁ, tʁε bjɛ̃.
    il ε bo.
    mεz- ɑ̃fɛ̃ valɑ̃tɛ̃, sεt- œ̃ ɡaʁsɔ̃.
    ba kε sə kil i a ?
    ba, sε ʒystə kə kɑ̃t- ɔ̃n- εt- œ̃ ɡaʁsɔ̃… kɔmɑ̃ diʁə ø, œ̃ ɡaʁsɔ̃ pø pa diʁə kœ̃n- otʁə ɡaʁsɔ̃ ε bo.
    ba, puʁkwa ? sil ε bo, puʁkwa ʒə nə pø pa lə diʁə ?
    ba, sε ʒystə kə… vwala. e pɥi də tutə fasɔ̃ il ε boku plys vjø kə twa.
    e alɔʁ, il ε kɑ̃ mεmə bo.
    il etε deʒa, il ε mɔʁ e pɥiz- aʁεtə də diʁə kil ε bo.
    puʁkwa ?
    paʁsə kə sa syʁpʁɑ̃.
    puʁkwa ? ty lə tʁuvə moʃə.
    ʒə nə sε pa, ʒə lə nε pa vy. mε ʒə nε ʒamε vy œ̃ ɡaʁsɔ̃ də tɔ̃n- aʒə diʁə kə kεlkœ̃ də boku plys vjøz- ε bo.
    ba, sε ʒystə sə kə ʒε pɑ̃se kɑ̃ ʒε vy la fɔto. mε mamɑ̃ sa vø diʁə kwa omosεksɥεl ?
    ba, sε kɑ̃t- œ̃ ɡaʁsɔ̃ εmə œ̃n- otʁə ɡaʁsɔ̃ e ynə fijə εmə ynə fijə.
    mεz- εme kɔmɑ̃ ?
    ba, avεk œ̃n- amuʁ tʁε fɔʁ.
    kɔmə sə kə ʒε di ?
    nɔ̃ twa ty a ʒystə di kil etε bo, pa kə ty lεmε.
    mε puʁkwa sε pa bjɛ̃ dεtʁə omosεksɥεl ?
    sε ʒystə bizaʁə, kaʁ la plypaʁ dy tɑ̃z- œ̃ ɡaʁsɔ̃ εmə ynə fijə, sε tu.
    dakɔʁ.
    mε puʁkwa ty mə pozə sa ?
    paʁsə kə la mεtʁεsə εllə a di kil etε omosεksɥεl.
    dakɔʁ e ba, vwala ty sε sə kə sε mɛ̃tənɑ̃. mε ty a εme sɔ̃ pɔεmə ?
    ui boku.
    mε kɔmɑ̃ ty a ʁevize ?
    ʒə nə sε pa, ʒə lε ʒystə di dɑ̃ ma ʃɑ̃bʁə kɔmə si ʒetε dəvɑ̃ aʁtyʁ ʁɛ̃bo.
    sɑ̃ ʃεʁʃe œ̃ tɔ̃ paʁtikylje ?
    ɛ̃, sε kwa œ̃ tɔ̃ ?
    sε pa ɡʁavə, lεsə tɔ̃be.
    mamɑ̃ kɔmɑ̃ ɔ̃n- ekʁi œ̃ pɔεmə ?
    ʒə nɑ̃ sε ʁjɛ̃ valɑ̃tɛ̃, dɑ̃ la famijə ɔ̃n- ε dε siifik. ty na ka dəmɑ̃de a aʁtyʁ ʁɛ̃bo.
    a ui, ty pɑ̃sə kil va mεde ?
    ɛ̃ ? ! mε nɔ̃ valɑ̃tɛ̃, il ε mɔʁ, lε mɔʁ nə paʁle pa.
    a bɔ̃ ?
    ale, ale aʁεtə də tə fεʁə plys bεtə kə ty nə lε.
    ʒə sɥi syʁ kil pəve paʁle.
    valɑ̃tɛ̃ aʁεtə !

    mmɑ̃ sε vʁε kə napɔleɔ̃ il etε fɔʁ ?
    ʒə nə sε pa valɑ̃tɛ̃.
    a dakɔʁ.
    puʁkwa ty tɛ̃teʁesəz- otɑ̃ a dε pεʁsɔnə dy pase. dabɔʁ aʁtyʁ ʁɛ̃bo ɑ̃sɥitə napɔleɔ̃.
    puʁ lε kɔnεtʁə.
    mε sə nε pa ɑ̃ ʁəɡaʁdɑ̃ dɑ̃ lə pase, kə ty va vivʁə.
    ba, puʁkwa ?
    paʁsə kil ε plysz- ɛ̃pɔʁtɑ̃ də pɑ̃se o fytyʁ kə də pɑ̃se o pase, nɔ̃ ?
    mε mamɑ̃ si ty nə kɔnε pa lə pase, ty nə pø pa avɑ̃se.

    mmɑ̃.
    ui ?
    puʁkwa ɔ̃ fε la ɡeʁə ?
    sε kɔ̃plike.
    sε tuʒuʁ kɔ̃plike.
    puʁ fεʁə sɛ̃plə sε puʁ avwaʁ la pε.
    mε mamɑ̃ ɔ̃ la fε tu lə tɑ̃z- e ɔ̃ na ʒamεz- y la pε.
    ui, ty a ʁεzɔ̃ sε pa tʁεz- ɛ̃tεlliʒe, mε sε kɔmə sa.
    sε bεtə.
    puʁkwa ty pozə tuʒuʁ plɛ̃ də kεstjɔ̃ ?
    ba, paʁsə kə ʒə nə sε pa la ʁepɔ̃sə.
    mε puʁkwa ty tə pozə sε kεstjɔ̃ la ?
    ʒə nə sε pa, ʒə sɥiz- œ̃n- ɑ̃fɑ̃.

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
06/06/2020Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre resentit, un encouragement, un conseille ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.