Poeme-France : Lecture Écrit Rencontre

Prose : Maison De La Pomme

Prose Rencontre
Publié le 13/11/2019 16:24

L'écrit contient 123 mots qui sont répartis dans 5 strophes.

Poete : Lau Tatar

Maison De La Pomme

Je tends des fils du vent automnal
à la rouge-vive porte d’une pomme
je frappe trois fois le fruit banal
en attendant connaître ses patrons,
les inviter à bavarder.

On nous a fait entrer un individu grincheux,
plein de bagues et très précipité,
un rocker flétri, à des grands yeux.
On n’arrive rien à le demander,
car il s’est retiré rampant ses collants soyeux.

Quel crétin ! Totalement impolie !

Je sors le couteau de ma poche
et déplie la maison en quatre vents,
je dévoile l’intérieur exigu à des proches,
le dortoir de naines, insuffisant,
des débris alimentaires partout, si moches.

L’individu, il n’y a personne à l’avertir
Qu’une vie de ver aura en avenir ? !
  • Phonétique : Maison De La Pomme

    ʒə tɑ̃ dε fis dy vɑ̃ otɔmnal
    a la ʁuʒə vivə pɔʁtə dynə pɔmə
    ʒə fʁapə tʁwa fwa lə fʁɥi banal
    ɑ̃n- atɑ̃dɑ̃ kɔnεtʁə sε patʁɔ̃,
    lεz- ɛ̃vite a bavaʁde.

    ɔ̃ nuz- a fε ɑ̃tʁe œ̃n- ɛ̃dividy ɡʁɛ̃ʃø,
    plɛ̃ də baɡz- e tʁε pʁesipite,
    œ̃ ʁɔke fletʁi, a dε ɡʁɑ̃z- iø.
    ɔ̃ naʁivə ʁjɛ̃ a lə dəmɑ̃de,
    kaʁ il sε ʁətiʁe ʁɑ̃pɑ̃ sε kɔlɑ̃ swajø.

    kεl kʁetɛ̃ ! tɔtaləmɑ̃ ɛ̃pɔli !

    ʒə sɔʁ lə kuto də ma poʃə
    e depli la mεzɔ̃ ɑ̃ katʁə vɑ̃,
    ʒə devwalə lɛ̃teʁjœʁ εɡziɡy a dε pʁoʃə,
    lə dɔʁtwaʁ də nεnə, ɛ̃syfizɑ̃,
    dε debʁiz- alimɑ̃tεʁə paʁtu, si moʃə.

    lɛ̃dividy, il ni a pεʁsɔnə a lavεʁtiʁ
    kynə vi də vεʁ oʁa ɑ̃n- avəniʁ ? !

Historique des Modifications

16/11/2019 15:35

Récompense

0
1
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
11/08/2020Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.