Poeme-France : Lecture Écrit Mort

Poeme : Ailleurs

Poème Mort
Publié le 14/07/2017 19:50

L'écrit contient 122 mots qui sont répartis dans 6 strophes. Toutes les strophes sont composés de 4 vers. Il est possible que le texte suive une forme de poésie classique.

Poete : Morisson

Ailleurs

Lorsqu’il pleut l’endroit est plus triste que d’ordinaire
Je le vois souvent
En ce lieu bien solitaire
Y passant de court instant

Ou s’éternisent les gens d’hier
Si profondément
Dans un coin du cimetière
Allongés silencieusement

En famille entière
Ou bien séparément
Sous une dalle en pierre
Et si peu d’ornements

En souvenir de la lumière
Subsiste un nom seulement
Puis des dates viennent derrière
Contenu sur un monument

Ou s’attardent les prières
Et les pensés du passant
Composant des lendemains plein de mystère
Proche de la tombe de l’enfant

A qui l’on pense en fermant les paupières
Si loin de nous maintenant
Parmi ces êtres chers
Que l’on aimera toujours tendrement
  • Pieds Hyphénique: Ailleurs

    lors=quil=pleut=len=droit=est=plus=tris=te=que=dor=di=naire 13
    je=le=vois=souvent 4
    en=ce=lieu=bien=so=li=taire 7
    y=pas=sant=de=court=ins=tant 7

    ou=sé=ter=ni=sent=les=gens=dhier 8
    si=pro=fon=dé=ment 5
    dans=un=coin=du=ci=me=tière 7
    al=lon=gés=si=len=cieu=se=ment 8

    en=fa=mil=leen=tière 5
    ou=bien=sé=pa=ré=ment 6
    sous=u=ne=dal=leen=pierre 6
    et=si=peu=dor=ne=ments 6

    en=sou=ve=nir=de=la=lu=mière 8
    sub=sis=teun=nom=seu=le=ment 7
    puis=des=da=tes=vien=nent=der=rière 8
    conte=nu=sur=un=mo=nu=ment 7

    ou=sat=tar=dent=les=prières 6
    et=les=pen=sés=du=pas=sant 7
    com=po=sant=des=len=de=mains=plein=de=mys=tère 11
    pro=che=de=la=tom=be=de=len=fant 9

    a=qui=lon=pen=seen=fer=mant=les=pau=pières 10
    si=loin=de=nous=main=te=nant 7
    par=mi=ces=ê=tres=chers 6
    que=lon=ai=me=ra=tou=jours=ten=dre=ment 10
  • Phonétique : Ailleurs

    lɔʁskil plø lɑ̃dʁwa ε plys tʁistə kə dɔʁdinεʁə
    ʒə lə vwa suvɑ̃
    ɑ̃ sə ljø bjɛ̃ sɔlitεʁə
    i pasɑ̃ də kuʁ ɛ̃stɑ̃

    u setεʁnize lε ʒɑ̃ djεʁ
    si pʁɔfɔ̃demɑ̃
    dɑ̃z- œ̃ kwɛ̃ dy simətjεʁə
    alɔ̃ʒe silɑ̃sjøzəmɑ̃

    ɑ̃ famijə ɑ̃tjεʁə
    u bjɛ̃ sepaʁemɑ̃
    suz- ynə dalə ɑ̃ pjeʁə
    e si pø dɔʁnəmɑ̃

    ɑ̃ suvəniʁ də la lymjεʁə
    sybzistə œ̃ nɔ̃ sələmɑ̃
    pɥi dε datə vjεne dəʁjεʁə
    kɔ̃təny syʁ œ̃ mɔnyme

    u sataʁde lε pʁjεʁə
    e lε pɑ̃se dy pasɑ̃
    kɔ̃pozɑ̃ dε lɑ̃dəmɛ̃ plɛ̃ də mistεʁə
    pʁoʃə də la tɔ̃bə də lɑ̃fɑ̃

    a ki lɔ̃ pɑ̃sə ɑ̃ fεʁmɑ̃ lε popjεʁə
    si lwɛ̃ də nu mɛ̃tənɑ̃
    paʁmi sεz- εtʁə- ʃεʁ
    kə lɔ̃n- εməʁa tuʒuʁ tɑ̃dʁəmɑ̃
  • Pieds Phonétique : Ailleurs

    lɔʁ=skil=plø=lɑ̃=dʁwa=ε=plys=tʁis=tə=kə=dɔʁ=di=nεʁə 13
    ʒə=lə=vwa=su=vɑ̃ 5
    ɑ̃=sə=ljø=bjɛ̃=sɔ=li=tεʁə 7
    i=pa=sɑ̃=də=kuʁ=ɛ̃s=tɑ̃ 7

    u=se=tεʁ=ni=ze=lε=ʒɑ̃=djεʁ 8
    si=pʁɔ=fɔ̃=de=mɑ̃ 5
    dɑ̃=zœ̃=kwɛ̃=dy=si=mə=tjεʁə 7
    a=lɔ̃=ʒe=si=lɑ̃=sjø=zə=mɑ̃ 8

    ɑ̃=fa=mi=jəɑ̃=tjεʁə 5
    u=bjɛ̃=se=pa=ʁe=mɑ̃ 6
    su=zy=nə=da=ləɑ̃=pj=e=ʁə 8
    e=si=pø=dɔʁ=nə=mɑ̃ 6

    ɑ̃=su=və=niʁ=də=la=ly=mjεʁə 8
    syb=zis=təœ̃=nɔ̃=sə=lə=mɑ̃ 7
    pɥi=dε=da=tə=vjε=ne=də=ʁjεʁə 8
    kɔ̃=tə=ny=syʁ=œ̃=mɔ=ny=me 8

    u=sa=taʁ=de=lε=pʁjεʁə 6
    e=lε=pɑ̃=se=dy=pa=sɑ̃ 7
    kɔ̃=po=zɑ̃=dε=lɑ̃=də=mɛ̃=plɛ̃=də=mis=tεʁə 11
    pʁo=ʃə=də=la=tɔ̃=bə=də=lɑ̃=fɑ̃ 9

    a=ki=lɔ̃=pɑ̃=səɑ̃=fεʁ=mɑ̃=lε=po=pjεʁə 10
    si=lwɛ̃=də=nu=mɛ̃=tə=nɑ̃ 7
    paʁ=mi=sε=zε=tʁə=ʃεʁ 6
    kə=lɔ̃=nε=mə=ʁa=tu=ʒuʁ=tɑ̃=dʁə=mɑ̃ 10

Récompense

0
2
0

Texte des commentateurs

Commentaire Sur La Poesie


Auteur de Poésie
15/07/2017 17:03Henri

Même prosaïque, le premier vers est superbe. Dans l’écriture, si certains grands poètes, comme Mallarmé, suppriment la ponctuation, c’est pour offrir au lecteur une lecture différente. Ici, je ne crois pas que la découpe en quatrains, où le sens déborde sur le suivant, apporte quoi que ce soit. (sauf entre les strophes 3 et 4). On a l’impression que vous ne savez pas ponctuer.
En détail, au vers 3, "bien" fait cheville, et plus loin "ou" vers 5 et 17, méritent un accent grave.
J’ai une faiblesse pour le verbe "éternisent" au vers 5, que je considère comme une trouvaille.
Chapeau.