Poeme-France : Lecture Écrit État d'âme

Texte : Petit Billet Chez L’Anesthesiste

Texte État d'âme
Publié le 19/09/2018 20:55

L'écrit contient 405 mots qui sont répartis dans 4 strophes.

Poete : Raymonde Verney

Petit Billet Chez L’Anesthesiste

Petit billet

Chez l’anesthésiste

Il y de cela quelques années, j’ai été dans l’obligation de subir une intervention chirurgicale
Concernant le pied droit ; épouvantée à l’idée de fréquenter un hôpital (j’aime mieux les admirer de loin) je me suis résolue à prendre rendez-vous avec l’anesthésiste première étape avant l’intervention.
Dans la salle d’attente je me suis liée d’emblée avec une jeune femme un peu forte et nous n’avons pas tari sur les éloges du régime vapeur (que je ne connais pas et pratique encore moins) elle l’a fait durant deux ans et a perdu une trentaine de kilos suite a des éléments perturbant sa vie privée
Cette dame a cessé son régime vapeur et à l’heure actuelle a repris ses trente kilos arborant moi-même un certain surpoids je lui épargne tout commentaire déplacé, sur ce retentit une voix :
Un appel madame VERNEY c’est votre tour le docteur vous attend, j’évite de me presser
Je prends mes aises et me retrouve devant l’anesthésiste une dame revêche pas sympa
Jeune, pourtant, qui me bombarde de questions bonjour tout d’abord luis dis-je
Bonjour madame
Répondez à mes questions avez-vous subi une intervention chirurgicale ces dix dernières années la dernière prise de sang, des radios les avez-vous sur vous ?
Je déteste être bousculée qui plus est par ce cerbère, évidemment troublée je ne me souviens de rien, la prise de sang non je ne l’ai pas fait faire depuis un an et des radios de quoi dites moi ?
La duègne perd les nerfs et monte le ton mais enfin ! Pourquoi ! Quelle négligence !
Sottement je me mets à pleurer je suis fragile et l’opération en vue n’a rien de réjouissant
La charmante personne s’agite et me lance un- je n’en peux plus avec vous-
Ma combativité naturelle reprend le dessus je lui rétorque c’est vous le médecin ou c’est moi
En plus vous êtes d’origine allemande votre accent vous trahit l’anesthésiste me dit oui
Je suis allemande (j’avais trouvé la faille) elle baisse le son et nous terminons l’entretien
Poliment ? en sortant elle me demande l’excuser je l’ai absoute bien évidemment (j’aurais certainement encore à faire à elle)
La secrétaire me souffle au passage je ne l’aime pas réponse moi non plus.

Raymonde verney
  • Phonétique : Petit Billet Chez L’Anesthesiste

    pəti bijε

    ʃe lanεstezistə

    il i də səla kεlkz- ane, ʒε ete dɑ̃ lɔbliɡasjɔ̃ də sybiʁ ynə ɛ̃tεʁvɑ̃sjɔ̃ ʃiʁyʁʒikalə
    kɔ̃sεʁnɑ̃ lə pje dʁwa, epuvɑ̃te a lide də fʁekɑ̃te œ̃n- opital (ʒεmə mjø lεz- admiʁe də lwan) ʒə mə sɥi ʁezɔlɥ a pʁɑ̃dʁə ʁɑ̃de vuz- avεk lanεstezistə pʁəmjεʁə etapə avɑ̃ lɛ̃tεʁvɑ̃sjɔ̃.
    dɑ̃ la salə datɑ̃tə ʒə mə sɥi lje dɑ̃ble avεk ynə ʒənə famə œ̃ pø fɔʁtə e nu navɔ̃ pa taʁi syʁ lεz- elɔʒə dy ʁeʒimə vapəʁ (kə ʒə nə kɔnε pa e pʁatikə ɑ̃kɔʁə mwɛ̃s) εllə la fε dyʁɑ̃ døz- ɑ̃ e a pεʁdy ynə tʁɑ̃tεnə də kilo sɥitə a dεz- elemɑ̃ pεʁtyʁbɑ̃ sa vi pʁive
    sεtə damə a sese sɔ̃ ʁeʒimə vapœʁ e a lœʁ aktɥεllə a ʁəpʁi sε tʁɑ̃tə kiloz- aʁbɔʁɑ̃ mwa mεmə œ̃ sεʁtɛ̃ syʁpwa ʒə lɥi epaʁɲə tu kɔmɑ̃tεʁə deplase, syʁ sə ʁətɑ̃ti ynə vwa :
    œ̃n- apεl madamə vεʁne sε vɔtʁə tuʁ lə dɔktœʁ vuz- atɑ̃, ʒevitə də mə pʁese
    ʒə pʁɑ̃ mεz- εzəz- e mə ʁətʁuvə dəvɑ̃ lanεstezistə ynə damə ʁəvεʃə pa sɛ̃pa
    ʒənə, puʁtɑ̃, ki mə bɔ̃baʁdə də kεstjɔ̃ bɔ̃ʒuʁ tu dabɔʁ lɥi di ʒə
    bɔ̃ʒuʁ madamə
    ʁepɔ̃dez- a mε kεstjɔ̃z- ave vu sybi ynə ɛ̃tεʁvɑ̃sjɔ̃ ʃiʁyʁʒikalə sε di- dεʁnjεʁəz- ane la dεʁnjεʁə pʁizə də sɑ̃, dε ʁadjo lεz- ave vu syʁ vu ?
    ʒə detεstə εtʁə buskyle ki plysz- ε paʁ sə sεʁbεʁə, evidamɑ̃ tʁuble ʒə nə mə suvjɛ̃ də ʁjɛ̃, la pʁizə də sɑ̃ nɔ̃ ʒə nə lε pa fε fεʁə dəpɥiz- œ̃n- ɑ̃ e dε ʁadjo də kwa ditə mwa ?
    la dyεɲə pεʁ lε nεʁfz- e mɔ̃tə lə tɔ̃ mεz- ɑ̃fɛ̃ ! puʁkwa ! kεllə neɡliʒɑ̃sə !
    sɔtəmɑ̃ ʒə mə mεtz- a pləʁe ʒə sɥi fʁaʒilə e lɔpeʁasjɔ̃ ɑ̃ vɥ na ʁjɛ̃ də ʁeʒuisɑ̃
    la ʃaʁmɑ̃tə pεʁsɔnə saʒitə e mə lɑ̃sə œ̃ ʒə nɑ̃ pø plysz- avεk vu
    ma kɔ̃bativite natyʁεllə ʁəpʁɑ̃ lə dəsy ʒə lɥi ʁetɔʁkə sε vu lə medəsɛ̃ u sε mwa
    ɑ̃ plys vuz- εtə dɔʁiʒinə almɑ̃də vɔtʁə aksɑ̃ vu tʁai lanεstezistə mə di ui
    ʒə sɥiz- almɑ̃də (ʒavε tʁuve la fajə) εllə bεsə lə sɔ̃n- e nu tεʁminɔ̃ lɑ̃tʁətjɛ̃
    pɔlime ? ɑ̃ sɔʁtɑ̃ εllə mə dəmɑ̃də lεkskyze ʒə lε absutə bjɛ̃ evidamεnt (ʒoʁε sεʁtεnəmɑ̃ ɑ̃kɔʁə a fεʁə a εllə)
    la sεkʁetεʁə mə suflə o pasaʒə ʒə nə lεmə pa ʁepɔ̃sə mwa nɔ̃ plys.

    ʁεmɔ̃də vεʁne

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
21/10/2019Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre resentit, un encouragement, un conseille ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.