Poeme-France : Lecture Écrit - Sans Thème -

Poeme : Maman…

Poème - Sans Thème -
Publié le 13/02/2014 23:03

L'écrit contient 241 mots qui sont répartis dans 7 strophes.

Poete : Tifeufeu

Maman…

Même si ma mémoire a toujours cherché à t’effacé
Je me souviens d’une chanson que tu aimais
« Les roses blanches » qu’Edith PIAF chantait
Tu l’aimais cette chanson, même si elle te faisait pleurer

Je m’en souviens de cette chanson et pour moi maintenant
Elle n’est plus qu’un de mes tristes souvenirs d’enfant
Alors,
« C’est aujourd’hui dimanche, tiens ma joli maman
Voici des roses blanches, cette chanson que tu aimais tant… . .

Tu sais quand je suis devenu grand, j’ai oublié ma vie d’enfant
Et mes promesses de t’offrir le plus beau des bouquets
Mon printemps est passé si vite que l’automne est là à présent
Je n’ai pas eu le temps de comprendre que l’hiver en toi, s’était installé

Maintenant les roses pour moi, ne seront plus jamais blanches
Entachées par mon cœur devenu triste comme un dimanche
Même si mes souvenirs de toi ont toujours voulu t’effacer
J’ai compris trop tard que mon cœur lui ne t’aurait jamais oublié.

Au-revoir et bientôt ma maman
Moi qui trop tard, viens de comprendre que je t’aime tant… . .

Alors une dernière fois pour toi ma maman… . .

» C’est aujourd’hui dimanche, tiens ma jolie maman
Voici des roses blanches, toi qui les aimais tant
Et quand tu t’en iras, au grand jardin là-bas
Toutes ces roses blanches, tu les emporteras… . .
  • Pieds Hyphénique: Maman…

    même=si=ma=mé=moi=rea=tou=jours=cher=ché=à=tef=fa=cé 14
    je=me=sou=viens=du=ne=chan=son=que=tu=ai=mais 12
    les=ro=ses=blan=ches=que=di=th=piaf=chan=tait 12
    tu=lai=mais=cette=chan=son=mê=me=si=elle=te=fai=sait=pleu=rer 15

    je=men=sou=viens=de=cette=chan=son=et=pour=moi=main=te=nant 14
    el=le=nest=plus=quun=de=mes=tris=tes=sou=ve=nirs=den=fant 14
    a=lors 2
    cest=au=jourd=hui=di=man=che=tiens=ma=jo=li=ma=man 14
    voi=ci=des=roses=blan=ches=cet=te=chan=son=que=tu=ai=mais=tant 15

    tu=sais=quand=je=suis=de=ve=nu=grand=jai=ou=blié=ma=vie=den=fant 16
    et=mes=pro=mes=ses=de=tof=frir=le=plus=beau=des=bou=quets 14
    mon=prin=temps=est=pas=sé=si=vite=que=lau=tom=neest=là=à=présent 15
    je=nai=pas=eu=le=temps=de=compren=dre=que=lhi=ver=en=toi=sé=tait=ins=tal=lé 19

    mainte=nant=les=ro=ses=pour=moi=ne=se=ront=plus=ja=mais=blanches 14
    en=ta=chées=par=mon=cœur=de=ve=nu=triste=com=meun=di=manche 14
    même=si=mes=sou=ve=nirs=de=toi=ont=tou=jours=vou=lu=tef=fa=cer 16
    jai=com=pris=trop=tard=que=mon=cœur=lui=ne=tau=rait=ja=mais=ou=blié 16

    au=re=voir=et=bien=tôt=ma=ma=man 9
    moi=qui=trop=tard=viens=de=com=pren=dre=que=je=tai=me=tant 14

    a=lors=u=ne=der=ni=è=re=fois=pour=toi=ma=ma=man 14

    cest=au=jourd=hui=di=man=che=tiens=ma=jo=lie=ma=man 14
    voi=ci=des=ro=ses=blan=ches=toi=qui=les=ai=mais=tant 13
    et=quand=tu=ten=i=ras=au=grand=jar=din=là=bas 12
    tou=tes=ces=ro=ses=blan=ches=tu=les=em=por=te=ras 13
  • Phonétique : Maman…

    mεmə si ma memwaʁə a tuʒuʁ ʃεʁʃe a tefase
    ʒə mə suvjɛ̃ dynə ʃɑ̃sɔ̃ kə ty εmε
    « ləs ʁozə blɑ̃ʃəs » kədit pjaf ʃɑ̃tε
    ty lεmε sεtə ʃɑ̃sɔ̃, mεmə si εllə tə fəzε pləʁe

    ʒə mɑ̃ suvjɛ̃ də sεtə ʃɑ̃sɔ̃ e puʁ mwa mɛ̃tənɑ̃
    εllə nε plys kœ̃ də mε tʁistə suvəniʁ dɑ̃fɑ̃
    alɔʁ,
    « sεt- oʒuʁdɥi dimɑ̃ʃə, tjɛ̃ ma ʒɔli mamɑ̃
    vwasi dε ʁozə blɑ̃ʃə, sεtə ʃɑ̃sɔ̃ kə ty εmε tɑ̃…

    ty sε kɑ̃ ʒə sɥi dəvəny ɡʁɑ̃, ʒε ublje ma vi dɑ̃fɑ̃
    e mε pʁɔmesə də tɔfʁiʁ lə plys bo dε bukε
    mɔ̃ pʁɛ̃tɑ̃z- ε pase si vitə kə lotɔmnə ε la a pʁezɑ̃
    ʒə nε pa y lə tɑ̃ də kɔ̃pʁɑ̃dʁə kə livεʁ ɑ̃ twa, setε ɛ̃stale

    mɛ̃tənɑ̃ lε ʁozə puʁ mwa, nə səʁɔ̃ plys ʒamε blɑ̃ʃə
    ɑ̃taʃe paʁ mɔ̃ kœʁ dəvəny tʁistə kɔmə œ̃ dimɑ̃ʃə
    mεmə si mε suvəniʁ də twa ɔ̃ tuʒuʁ vuly tefase
    ʒε kɔ̃pʁi tʁo taʁ kə mɔ̃ kœʁ lɥi nə toʁε ʒamεz- ublje.

    o ʁəvwaʁ e bjɛ̃to ma mamɑ̃
    mwa ki tʁo taʁ, vjɛ̃ də kɔ̃pʁɑ̃dʁə kə ʒə tεmə tɑ̃…

    alɔʁz- ynə dεʁnjεʁə fwa puʁ twa ma mamɑ̃…

    » sεt- oʒuʁdɥi dimɑ̃ʃə, tjɛ̃ ma ʒɔli mamɑ̃
    vwasi dε ʁozə blɑ̃ʃə, twa ki lεz- εmε tɑ̃
    e kɑ̃ ty tɑ̃n- iʁa, o ɡʁɑ̃ ʒaʁdɛ̃ la ba
    tutə sε ʁozə blɑ̃ʃə, ty lεz- ɑ̃pɔʁtəʁa…
  • Pieds Phonétique : Maman…

    mε=mə=si=ma=me=mwa=ʁə=a=tu=ʒuʁ=ʃεʁ=ʃe=a=te=fa=se 16
    ʒə=mə=su=vj=ɛ̃=dy=nə=ʃɑ̃=sɔ̃=kə=ty=ε=mε 13
    ləs=ʁo=zə=blɑ̃=ʃəs=kə=dit=pjaf=ʃɑ̃=tε 11
    ty=lε=mε=sεtə=ʃɑ̃=sɔ̃=mε=mə=si=εl=lə=tə=fə=zε=plə=ʁe 16

    ʒə=mɑ̃=su=vj=ɛ̃=də=sε=tə=ʃɑ̃=sɔ̃=e=puʁ=mwa=mɛ̃=tə=nɑ̃ 16
    εl=lə=nε=plys=kœ̃=də=mε=tʁis=tə=su=və=niʁ=dɑ̃=fɑ̃ 14
    a=lɔʁ 2
    sε=to=ʒuʁ=dɥi=di=mɑ̃=ʃə=tj=ɛ̃=ma=ʒɔ=li=ma=mɑ̃ 15
    vwa=si=dε=ʁo=zə=blɑ̃=ʃə=sε=tə=ʃɑ̃=sɔ̃=kə=ty=ε=mε=tɑ̃ 16

    ty=sε=kɑ̃=ʒə=sɥi=də=və=ny=ɡʁɑ̃=ʒε=u=blje=ma=vi=dɑ̃=fɑ̃ 16
    e=mε=pʁɔ=me=sə=də=tɔ=fʁiʁ=lə=plys=bo=dε=bu=kε 14
    mɔ̃=pʁɛ̃=tɑ̃=zε=pase=si=vi=tə=kə=lo=tɔm=nəε=la=a=pʁe=zɑ̃ 16
    ʒə=nε=pa=ylə=tɑ̃=də=kɔ̃=pʁɑ̃=dʁə=kə=li=vεʁ=ɑ̃=twa=se=tε=ɛ̃s=ta=le 19

    mɛ̃=tə=nɑ̃=lε=ʁo=zə=puʁ=mwa=nə=sə=ʁɔ̃=plys=ʒa=mε=blɑ̃=ʃə 16
    ɑ̃=ta=ʃe=paʁ=mɔ̃=kœʁ=də=və=ny=tʁis=tə=kɔ=mə=œ̃=di=mɑ̃ʃə 16
    mε=mə=si=mε=su=və=niʁ=də=twa=ɔ̃=tu=ʒuʁ=vu=ly=te=fase 16
    ʒε=kɔ̃=pʁi=tʁo=taʁ=kə=mɔ̃=kœʁ=lɥi=nə=to=ʁε=ʒa=mε=zu=blje 16

    o=ʁə=vwaʁ=e=bj=ɛ̃=to=ma=ma=mɑ̃ 10
    mwa=ki=tʁo=taʁ=vj=ɛ̃=də=kɔ̃=pʁɑ̃=dʁə=kə=ʒə=tε=mə=tɑ̃ 15

    a=lɔʁ=zy=nə=dεʁ=njεʁ=ə=fwa=puʁ=twa=ma=ma=mɑ̃ 13

    sε=to=ʒuʁ=dɥi=di=mɑ̃=ʃə=tj=ɛ̃=ma=ʒɔ=li=ma=mɑ̃ 15
    vwa=si=dε=ʁo=zə=blɑ̃=ʃə=twa=ki=lε=zε=mε=tɑ̃ 13
    e=kɑ̃=ty=tɑ̃=ni=ʁa=o=ɡʁɑ̃=ʒaʁ=dɛ̃=la=ba 12
    tu=tə=sε=ʁo=zə=blɑ̃=ʃə=ty=lε=zɑ̃=pɔʁ=tə=ʁa 13

PostScriptum

Si vous aimez quelqu’un, n’attendez qu’il soit trop tard pour lui dire…
Il y a des mots qui restent sans écho et qui sont plus douloureux que l’on aurait pu croire…
Maman 15 mai 1950/12 février 2014.
Je t’aime et tu ne l’a jamais su…

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
14/02/2014 12:50Inmortuum

Ami,pourquoi nous dire de façon si austère
Que l’amour éternel que votre âme a conçu,
est rester inconnue sans cesse pour votre mère ?
Et comment supposer qu’elle n’en n’ai jamais rien su ?

Non,cette amour ne pouvais passer inaperçu
et vous n’auriez pas du croire qu’il était un mystère
Parfois les choses les plus évidentes se font taire
mais cela ne veut pas dire que jamais il ne fut !
Pourtant vous auriez voulu dire plus de ces mots tendres,
Qu’elle est eu plus de temps,pour ces mots ,entendre...
Mais elle est encore là suivant tous vos pas
Celle qui maintenant se repose au ciel
Lis,ému, aujourd’hui ces vers tout rempli d’elle.
Cette amour ! Elle l’a toujours su...avant son trépas

Auteur de Poésie
15/02/2014 14:04Melly-Mellow

Poème douloureux qui résonne atrocement en moi.. Je ne peux qu’aimer, je ne peux que me taire et compatir silencieusement à cette douleur inhumaine..
"Les roses ne seront plus jamais blanches, entachées par mon cœur devenu triste" => Une perle de citation..

Amicalement, mon soutien..

Auteur de Poésie
16/02/2014 09:39Daniel

Respect et silence.... recueillement....
Amitié...Dan...

Auteur de Poésie
14/12/2014 16:58Ocean Crye

Bonsoir mon ami 😉 je viens de passée sur ton blog toujours aussi vrais dans tes poèmes celui ci me touche beaucoup j’espère que tu te porte bien depuis tout ce temps ^^ quand je te lis cela me rappelle de bon souvenir de nos début sur ce site je t’envoie toute mes Amitié et peut être que l’ont se croisera un jour
oceancrye 😉 patrick ^^

Auteur de Poésie
04/05/2015 00:31La Petite Etoile

Très beau poème, touchant et émouvant....

J’ai envie de citer un poète que je connais un peu. Un jour il m’a dit cela :

"Et les cris de ses silences s’évanouissent dans la nuit
Comme un écho sans voix, une larme gravée sur le cœur
Sentir son ombre près de soi, morsure qui blesse la vie
Il y a des peines qui nous empêchent d’espérer le bonheur

Tu sais qu’il y a toujours nos rêves….."

Alors continue de rêver...

Amitiés de ta Petite Etoile