Prose : Les Gens Des 1Ers Rangs

Les Gens Des 1Ers Rangs

Les gens des 1ers rangs
On ne les voit que de dos, dos droit, dos voûté, dos jeune, dos vieux, serrés les uns contre les autres, ils semblent changer en statues. Parfois certains dos tressaillent sous l’effet de la douleur, d’autres sont plus détendus surtout quand la personne au cercueil est riche et âgée, et que l’on a pour elle que des sentiments intéressés. Quand le chagrin est immense on entend le silence, les larmes ne font pas de bruit. Parfois les têtes se tournent sur le coté pour regarder cette grande boite où est enfermée la personne chérie dont il faudra à l’heure dite se séparer.
Les gens des 1ers rangs

Sont les proches du défunt, nous les assistons dans leur peine, nous les gens des rangs suivants. Ce n’est pas comme au spectacle, on n’envie pas leur place. Ils prient avec souffrance, dans l’église leurs voix n’est pas sûre quand ils chantent. Ils sont croyants, suspendus à la parole du Prêtre, qui parle de résurrection, d’amour éternel en Jésus Christ. Parfois un sanglot s’échappe d’une gorge trop serrée et résonne sur toute la Communauté, nous rappelant nos morts passés.

Les gens des 1ers rangs

Face à l’autel, aujourd’hui c’est ma famille et dans sa boite bien fermée, c’est la Maman qui s’en va retrouver toute sa défunte parenté, nous sommes les enfants, petits enfants avec le père abandonnés. Aujourd’hui le monde s’est arrêté, plus rien ne compte que cette déchirure dans la poitrine. Celui ou celle qui s’en va emporte une part de nous mêmes et laisse une plaie ouverte qui ne se refermera que le jour où nous reverrons ceux que nous aimions.

A l’église je crains toujours les bancs des 1ers rangs.

Marie-Jo 9/04/05

Syllabation De L'Écrit

  • Syllabes Hyphénique: Les Gens Des 1Ers Rangs


  • Phonétique : Les Gens Des 1Ers Rangs

    lε ʒɑ̃ dεz- œ̃n- es ʁɑ̃ɡ
    ɔ̃ nə lε vwa kə də do, do dʁwa, do vute, do ʒənə, do vjø, seʁe lεz- œ̃ kɔ̃tʁə lεz- otʁə, il sɑ̃ble ʃɑ̃ʒe ɑ̃ statɥ. paʁfwa sεʁtɛ̃ do tʁesaje su lefε də la dulœʁ, dotʁə- sɔ̃ plys detɑ̃dys syʁtu kɑ̃ la pεʁsɔnə o sεʁkœj ε ʁiʃə e aʒe, e kə lɔ̃n- a puʁ εllə kə dε sɑ̃timɑ̃z- ɛ̃teʁese. kɑ̃ lə ʃaɡʁɛ̃ εt- imɑ̃sə ɔ̃n- ɑ̃tɑ̃ lə silɑ̃sə, lε laʁmə- nə fɔ̃ pa də bʁɥi. paʁfwa lε tεtə sə tuʁne syʁ lə kɔte puʁ ʁəɡaʁde sεtə ɡʁɑ̃də bwatə u εt- ɑ̃fεʁme la pεʁsɔnə ʃeʁi dɔ̃ il fodʁa a lœʁ ditə sə sepaʁe.
    lε ʒɑ̃ dεz- œ̃n- es ʁɑ̃ɡ

    sɔ̃ lε pʁoʃə dy defœ̃, nu lεz- asistɔ̃ dɑ̃ lœʁ pεnə, nu lε ʒɑ̃ dε ʁɑ̃ɡ sɥivɑ̃. sə nε pa kɔmə o spεktaklə, ɔ̃ nɑ̃vi pa lœʁ plasə. il pʁje avεk sufʁɑ̃sə, dɑ̃ leɡlizə lœʁ vwa nε pa syʁə kɑ̃t- il ʃɑ̃te. il sɔ̃ kʁwajɑ̃, syspɑ̃dysz- a la paʁɔlə dy pʁεtʁə, ki paʁlə də ʁezyʁεksjɔ̃, damuʁ etεʁnεl ɑ̃ ʒezys kʁist. paʁfwaz- œ̃ sɑ̃ɡlo seʃapə dynə ɡɔʁʒə tʁo seʁe e ʁezɔnə syʁ tutə la kɔmynote, nu ʁapəlɑ̃ no mɔʁ pase.

    lε ʒɑ̃ dεz- œ̃n- es ʁɑ̃ɡ

    fasə a lotεl, oʒuʁdɥi sε ma famijə e dɑ̃ sa bwatə bjɛ̃ fεʁme, sε la mamɑ̃ ki sɑ̃ va ʁətʁuve tutə sa defœ̃tə paʁɑ̃te, nu sɔmə lεz- ɑ̃fɑ̃, pətiz- ɑ̃fɑ̃z- avεk lə pεʁə abɑ̃dɔne. oʒuʁdɥi lə mɔ̃də sεt- aʁεte, plys ʁjɛ̃ nə kɔ̃tə kə sεtə deʃiʁyʁə dɑ̃ la pwatʁinə. səlɥi u sεllə ki sɑ̃ va ɑ̃pɔʁtə ynə paʁ də nu mεməz- e lεsə ynə plε uvεʁtə ki nə sə ʁəfεʁməʁa kə lə ʒuʁ u nu ʁəveʁɔ̃ sø kə nuz- εmjɔ̃.

    a leɡlizə ʒə kʁɛ̃ tuʒuʁ lε bɑ̃ dεz- œ̃n- es ʁɑ̃ɡ.

    maʁi ʒo nəf slaʃ zeʁo katʁə slaʃ zeʁo sɛ̃k
  • Syllabes Phonétique : Les Gens Des 1Ers Rangs


Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
30/01/2023Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.