Poeme-France : Lecture Écrit Amour

Prose : "tu Veux La Joie ? Demande-La À L’Ivresse Et À L’Inconscienc

Prose Amour
Publié le 30/10/2012 16:41

L'écrit contient 512 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Camryane

"tu Veux La Joie ? Demande-La À L’Ivresse Et À L’Inconscienc

Je l’ai perdue, j’ai perdu une partie de moi même. Elle ne m’appartenait pas, mais son cœur m’appartenait. La terre peut elle continuer de tourner alors que mon univers s’est arrêté ? Voilà que le dernier timide rayon de soleil se cache. Voilà une interminable journée qui touche à sa fin. Voilà deux ans que je parle le langage des larmes. Elle n’est pas hors de mes pensées simplement parce qu’elle est hors de ma vue. Voilà deux ans qu’elle n’est plus là. Voilà deux ans mais je la vois.
Chaque soir sa perte côtoyait la boisson qui soulait ma peine, grisait mon cœur et le fessait battre. Sur un rythme lyrique, il me semble que je te bois « Et si j’ai l’âme grise, tu sècheras mes pleurs ». petite fée Verte ton frais parfum m’envoute. Je repasse en boucle ce refrain « Et je t’aime et je t’aime, oh mon dieu que c’est beau » en pensant à chaque trait de son visage. Tu me fais supporter la vie Tu te vends à mon esprit et le fait voyager vers l’infini, Tu agrandi ce qui n’a pas de borne et prolonge l’illimité. Je me perds dans tes yeux verts, ainsi que ce doux chant berçant ma mélancolie « J’aime entendre encore et puis encore la chanson des amours ». Absinthe tu rempli mon âme, mes veines et fait battre mon cœur. Cette chanson me ronge ainsi que son absence, je me noie dans mes larmes. « Voilà que je m’enivre, je suis ton bateau ivre ».
Absinthe voilà que tu t’empare de moi, tout tourne autour de moi. Les murs coulent comme des ruisseaux d’eau, ces voix féminines raisonnantes dans ma tête se percutent entre elles. Un arc en ciel se dresse face a moi, je suis dans tous les coins du monde Je suis de toutes les couleurs et je n’ai pas de frontière. J’affranchis la terre entière, mon cerveau dégénère. , Une main se pose devant mes yeux, ainsi s’abaisse mes paupière face à cette terre qui m’éblouit. Dans un sommeil sans fin, je retrouve ma déesse, loin de la réalité, la notre est bien plus belle. Je fredonnes cette mélodie que j’entend à peine « Avec toi je dérive », qui se déforme puis se tait. Ma matrone m’entraine dans l’abîme, plus je m’y perds, plus il grandit. Dans la nuit sombre est éternelle, mon corps est comme mort. Doucement je m’abandonne, dans ces rêves qui m’emprisonnes. Peu à peu l’imaginaire tisse sa toile de soie, la réalité se déchire, je quitte ma dimension. Sa beauté dépasse toutes mes espérances. . Se souvient-elle de notre histoire ? Le ciel sans teinte est étoilé, Je me fais emporté par le flot dans un monde où tout vas mieux. Ses cheveux d’ébène hors de son lit de bois, seul à seul avec elle, omniprésente dans ce monde où seul les anges vagabondent. Toute cette ambiance me rend heureux.
  • Phonétique : "tu Veux La Joie ? Demande-La À L’Ivresse Et À L’Inconscienc

    ʒə lε pεʁdɥ, ʒε pεʁdy ynə paʁti də mwa mεmə. εllə nə mapaʁtənε pa, mε sɔ̃ kœʁ mapaʁtənε. la teʁə pø εllə kɔ̃tinɥe də tuʁne alɔʁ kə mɔ̃n- ynive sεt- aʁεte ? vwala kə lə dεʁnje timidə ʁεjɔ̃ də sɔlεj sə kaʃə. vwala ynə ɛ̃tεʁminablə ʒuʁne ki tuʃə a sa fɛ̃. vwala døz- ɑ̃ kə ʒə paʁlə lə lɑ̃ɡaʒə dε laʁmə. εllə nε pa ɔʁ də mε pɑ̃se sɛ̃pləmɑ̃ paʁsə kεllə ε ɔʁ də ma vɥ. vwala døz- ɑ̃ kεllə nε plys la. vwala døz- ɑ̃ mε ʒə la vwa.
    ʃakə swaʁ sa pεʁtə kotwajε la bwasɔ̃ ki sulε ma pεnə, ɡʁizε mɔ̃ kœʁ e lə fesε batʁə. syʁ œ̃ ʁitmə liʁikə, il mə sɑ̃blə kə ʒə tə bwas « εt si ʒε lamə ɡʁizə, ty sεʃəʁa mε pləʁs ». pətitə fe vεʁtə tɔ̃ fʁε paʁfœ̃ mɑ̃vutə. ʒə ʁəpasə ɑ̃ buklə sə ʁəfʁεn « εt ʒə tεmə e ʒə tεmə, ɔ mɔ̃ djø kə sε bo » εn pɑ̃sɑ̃ a ʃakə tʁε də sɔ̃ vizaʒə. ty mə fε sypɔʁte la vi ty tə vɑ̃z- a mɔ̃n- εspʁi e lə fε vwajaʒe vεʁ lɛ̃fini, ty aɡʁɑ̃di sə ki na pa də bɔʁnə e pʁɔlɔ̃ʒə lilimite. ʒə mə pεʁd dɑ̃ tεz- iø vεʁ, ɛ̃si kə sə du ʃɑ̃ bεʁsɑ̃ ma melɑ̃kɔljə « ʒεmə ɑ̃tɑ̃dʁə ɑ̃kɔʁə e pɥiz- ɑ̃kɔʁə la ʃɑ̃sɔ̃ dεz- amuʁs ». absɛ̃tə ty ʁɑ̃pli mɔ̃n- amə, mε vεnəz- e fε batʁə mɔ̃ kœʁ. sεtə ʃɑ̃sɔ̃ mə ʁɔ̃ʒə ɛ̃si kə sɔ̃n- absɑ̃sə, ʒə mə nwa dɑ̃ mε laʁmə. « vwala kə ʒə mɑ̃nivʁə, ʒə sɥi tɔ̃ bato ivʁə ».
    absɛ̃tə vwala kə ty tɑ̃paʁə də mwa, tu tuʁnə otuʁ də mwa. lε myʁ kule kɔmə dε ʁɥiso do, sε vwa femininə ʁεzɔnɑ̃tə dɑ̃ ma tεtə sə pεʁkyte ɑ̃tʁə εllə. œ̃n- aʁk ɑ̃ sjεl sə dʁεsə fasə a mwa, ʒə sɥi dɑ̃ tus lε kwɛ̃ dy mɔ̃də ʒə sɥi də tutə lε kulœʁz- e ʒə nε pa də fʁɔ̃tjεʁə. ʒafʁɑ̃ʃi la teʁə ɑ̃tjεʁə, mɔ̃ sεʁvo deʒenεʁə. , ynə mɛ̃ sə pozə dəvɑ̃ mεz- iø, ɛ̃si sabεsə mε popjεʁə fasə a sεtə teʁə ki meblui. dɑ̃z- œ̃ sɔmεj sɑ̃ fɛ̃, ʒə ʁətʁuvə ma deεsə, lwɛ̃ də la ʁealite, la nɔtʁə ε bjɛ̃ plys bεllə. ʒə fʁədɔnə sεtə melɔdi kə ʒɑ̃tɑ̃t- a pεnə « avεk twa ʒə deʁivə », ki sə defɔʁmə pɥi sə tε. ma matʁɔnə mɑ̃tʁεnə dɑ̃ labimə, plys ʒə mi pεʁd, plysz- il ɡʁɑ̃di. dɑ̃ la nɥi sɔ̃bʁə εt- etεʁnεllə, mɔ̃ kɔʁz- ε kɔmə mɔʁ. dusəmɑ̃ ʒə mabɑ̃dɔnə, dɑ̃ sε ʁεvə ki mɑ̃pʁizɔnə. pø a pø limaʒinεʁə tisə sa twalə də swa, la ʁealite sə deʃiʁə, ʒə kitə ma dimɑ̃sjɔ̃. sa bote depasə tutə mεz- εspeʁɑ̃sə. sə suvjɛ̃ tεllə də nɔtʁə istwaʁə ? lə sjεl sɑ̃ tɛ̃tə εt- etwale, ʒə mə fεz- ɑ̃pɔʁte paʁ lə flo dɑ̃z- œ̃ mɔ̃də u tu va mjø. sε ʃəvø debεnə ɔʁ də sɔ̃ li də bwa, səl a səl avεk εllə, ɔmnipʁezɑ̃tə dɑ̃ sə mɔ̃də u səl lεz- ɑ̃ʒə vaɡabɔ̃de. tutə sεtə ɑ̃bjɑ̃sə mə ʁɑ̃t- œʁø.

Récompense

0
2
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
23/07/2021Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.