Prose : Christmas’tales : 2 - Le Cheval De Bois

Christmas’tales : 2 - Le Cheval De Bois

Qui ne redoute pas la puissance des tyrans
Est un pauvre imbécile, le pauvre Jean
Artisan et propriétaire d’une boutique de jouets
Va dans quelques temps en connaître les méfaits.

A la veille de Noel, pour son petit garçon
Jean dans son atelier a fabriqué un cheval de bois,
Il a choisi avec soin les plus belles essences,
Sans clous, sans vis, il a fait feux de tout bois
Pour assembler le plus parfait des canassons,
De son art la magnifique quintessence.
D’un vernis précieux il a enrichi la robe du destrier,
D’or et de perles précieuses les deux yeux flamboyants,
La crinière en laine d’astrakan blanche comme neige.
La selle en cuir de vache est digne des plus fins selliers,
La bride brille en étincelle, elle est en argent,
Les étriers finement forgés complètent le sortilège.

Voilà le Jean tout en admiration devant son ouvrage
Quand le Grand Duc entre dans sa boutique,
Celui ci pour son fils cherche un cadeau sympathique
Pour Noel qui arrive bientôt, tendre enfantillage.
- « Boutiquier, je cherche un jouet pour Noel,
Je ne vois dans tes rayons rien d’exceptionnel
Que caches tu dans ton atelier ?
J’aperçois un drôle de reflet. »
Le Grand Duc aperçoit le cheval de bois,
Son cœur devant la perfection du jouet est en émois.
- « Je prend le cheval, merveilleux cadeau pour le dauphin
Fais moi un beau paquet, il est mien. »
Jean devient blanc et murmure au tyran :
- « Grand Duc, ce cheval est pour mon fils
Je ne peux pas vous le vendre,
Je peux en fabriquer un autre à l’instant
N’est ce pas un bon compromis ? »
Le Grand Duc devient blanc comme un linge :
- « Comment, que dis tu, ton fils aurait le même cadeau
Que celui que j’offre à mon fils, tu me prends pour un idiot. »
L’homme sort son épée et coupe les deux mains de jean.
- « Je te donne cent louis pour le cheval,
Mais je te prend tes mains, mon fils n’a pas de rival »
Le pauvre Jean s’’écroule par terre dans une mare de sang,
Déjà le Duc a quitté la boutique le cheval emportant.

Ce qui arriva à Jean ne fait plus partie de l’histoire,
Allons de ce pas au château du Grand Duc,
Noel arrive, tout commence ce soir.

Dans sa chambre le fils du Duc, Louis est impatient.
Il a entendu le pas sourd de son père dans les escaliers.
Il sait maintenant que prés du sapin sont posés ses jouets,
Il sort de son lit et ouvre la porte doucement.
- « Votre majesté il faut rester coucher » murmure le garde.
- « Laissez moi voir le sapin et les merveilleux jouets,
Je ne vais pas les ouvrir, seulement les regarder »
- « Alors seulement dix minutes, c’est Noel »
L’enfant sourit au garde et doucement va vers le salon,
Il aperçoit le sapin prés de la cheminée, il est magnifique
Le feu fait des étincelles avec les guirlandes caméléons
Qui changent de couleurs comme un spectacle pyrotechnique.

Tout à coup il aperçoit le cheval de bois devant le sapin,
Les yeux du cheval brillent comme des étoiles,
Sa crinière hermine bouge doucement comme une voile,
L’enfant s’approche et sur la selle pose les mains.
- « Je vais monter dessus deux minutes,
Il est trop beau ce cheval. . »
A peine installé sur la selle que le cheval se met à bouger,
Ses pattes s’échappent des cerceaux le voila en train de galoper,
Le dauphin tient les brides et se met à hurler,
Le cheval aux yeux rouges fait voler les fenêtres
Emportant l’enfant vers les étoiles dans un galop d’enfer.

Le Grand Duc sort de sa chambre,
Le cheval a emporté son fils
Le Duc n’est plus que décombre,
Son cœur à jamais pris dans un maléfice.

Des paysans ont aperçus à la Lune
Le Cheval volant dans les cieux,
Le Dauphin hurlait à en effrayer les plus vieux,
Jamais personne ne blâma son infortune.

Syllabation De L'Écrit

  • Syllabes Hyphénique: Christmas’tales : 2 - Le Cheval De Bois


  • Phonétique : Christmas’tales : 2 - Le Cheval De Bois

    ki nə ʁədutə pa la pɥisɑ̃sə dε tiʁɑ̃
    εt- œ̃ povʁə ɛ̃besilə, lə povʁə ʒɑ̃
    aʁtizɑ̃ e pʁɔpʁjetεʁə dynə butikə də ʒuε
    va dɑ̃ kεlk tɑ̃z- ɑ̃ kɔnεtʁə lε mefε.

    a la vεjə də noεl, puʁ sɔ̃ pəti ɡaʁsɔ̃
    ʒɑ̃ dɑ̃ sɔ̃n- atəlje a fabʁike œ̃ ʃəval də bwa,
    il a ʃwazi avεk swɛ̃ lε plys bεlləz- esɑ̃sə,
    sɑ̃ klus, sɑ̃ vis, il a fε fø də tu bwa
    puʁ asɑ̃ble lə plys paʁfε dε kanasɔ̃,
    də sɔ̃n- aʁ la maɲifikə kɛ̃tesɑ̃sə.
    dœ̃ vεʁni pʁesjøz- il a ɑ̃ʁiʃi la ʁɔbə dy dεstʁje,
    dɔʁ e də pεʁlə- pʁesjøzə lε døz- iø flɑ̃bwajɑ̃,
    la kʁinjεʁə ɑ̃ lεnə dastʁakɑ̃ blɑ̃ʃə kɔmə nεʒə.
    la sεllə ɑ̃ kɥiʁ də vaʃə ε diɲə dε plys fɛ̃ sεllje,
    la bʁidə bʁijə ɑ̃n- etɛ̃sεllə, εllə εt- ɑ̃n- aʁʒe,
    lεz- etʁje finəmɑ̃ fɔʁʒe kɔ̃plεte lə sɔʁtilεʒə.

    vwala lə ʒɑ̃ tut- ɑ̃n- admiʁasjɔ̃ dəvɑ̃ sɔ̃n- uvʁaʒə
    kɑ̃ lə ɡʁɑ̃ dyk ɑ̃tʁə dɑ̃ sa butikə,
    səlɥi si puʁ sɔ̃ fis ʃεʁʃə œ̃ kado sɛ̃patikə
    puʁ noεl ki aʁivə bjɛ̃to, tɑ̃dʁə ɑ̃fɑ̃tijaʒə.
    « butikje, ʒə ʃεʁʃə œ̃ ʒuε puʁ noεl,
    ʒə nə vwa dɑ̃ tε ʁεjɔ̃ ʁjɛ̃ dεksεpsjɔnεl
    kə kaʃə ty dɑ̃ tɔ̃n- atəlje ?
    ʒapεʁswaz- œ̃ dʁolə də ʁəflε. »
    lə ɡʁɑ̃ dyk apεʁswa lə ʃəval də bwa,
    sɔ̃ kœʁ dəvɑ̃ la pεʁfεksjɔ̃ dy ʒuε εt- ɑ̃n- emwa.
    « ʒə pʁɑ̃ lə ʃəval, mεʁvεjø kado puʁ lə dofɛ̃
    fε mwa œ̃ bo pakε, il ε mjɛ̃. »
    ʒɑ̃ dəvjɛ̃ blɑ̃ e myʁmyʁə o tiʁɑ̃ :
    « ɡʁɑ̃ dyk, sə ʃəval ε puʁ mɔ̃ fis
    ʒə nə pø pa vu lə vɑ̃dʁə,
    ʒə pøz- ɑ̃ fabʁike œ̃n- otʁə a lɛ̃stɑ̃
    nε sə pa œ̃ bɔ̃ kɔ̃pʁɔmi ? »
    lə ɡʁɑ̃ dyk dəvjɛ̃ blɑ̃ kɔmə œ̃ lɛ̃ʒə :
    « kɔmɑ̃, kə di ty, tɔ̃ fisz- oʁε lə mεmə kado
    kə səlɥi kə ʒɔfʁə a mɔ̃ fis, ty mə pʁɑ̃ puʁ œ̃n- idjo. »
    lɔmə sɔʁ sɔ̃n- epe e kupə lε dø mɛ̃ də ʒɑ̃.
    « ʒə tə dɔnə sɑ̃ lui puʁ lə ʃəval,
    mε ʒə tə pʁɑ̃ tε mɛ̃, mɔ̃ fis na pa də ʁival »
    lə povʁə ʒɑ̃ sekʁulə paʁ teʁə dɑ̃z- ynə maʁə də sɑ̃,
    deʒa lə dyk a kite la butikə lə ʃəval ɑ̃pɔʁtɑ̃.

    sə ki aʁiva a ʒɑ̃ nə fε plys paʁti də listwaʁə,
    alɔ̃ də sə pa o ʃato dy ɡʁɑ̃ dyk,
    noεl aʁivə, tu kɔmɑ̃sə sə swaʁ.

    dɑ̃ sa ʃɑ̃bʁə lə fis dy dyk, luiz- εt- ɛ̃pasjɑ̃.
    il a ɑ̃tɑ̃dy lə pa suʁ də sɔ̃ pεʁə dɑ̃ lεz- εskalje.
    il sε mɛ̃tənɑ̃ kə pʁe dy sapɛ̃ sɔ̃ poze sε ʒuε,
    il sɔʁ də sɔ̃ li e uvʁə la pɔʁtə dusəmɑ̃.
    « vɔtʁə maʒεste il fo ʁεste kuʃəʁ » myʁmyʁə lə ɡaʁdə.
    « lεse mwa vwaʁ lə sapɛ̃ e lε mεʁvεjø ʒuε,
    ʒə nə vε pa lεz- uvʁiʁ, sələmɑ̃ lε ʁəɡaʁdəʁ »
    « alɔʁ sələmɑ̃ di- minytə, sε noəl »
    lɑ̃fɑ̃ suʁi o ɡaʁdə e dusəmɑ̃ va vεʁ lə salɔ̃,
    il apεʁswa lə sapɛ̃ pʁe də la ʃəmine, il ε maɲifikə
    lə fø fε dεz- etɛ̃sεlləz- avεk lε ɡiʁlɑ̃də kameleɔ̃
    ki ʃɑ̃ʒe də kulœʁ kɔmə œ̃ spεktaklə piʁɔtεknikə.

    tut- a ku il apεʁswa lə ʃəval də bwa dəvɑ̃ lə sapɛ̃,
    lεz- iø dy ʃəval bʁije kɔmə dεz- etwalə,
    sa kʁinjεʁə εʁminə buʒə dusəmɑ̃ kɔmə ynə vwalə,
    lɑ̃fɑ̃ sapʁoʃə e syʁ la sεllə pozə lε mɛ̃.
    « ʒə vε mɔ̃te dəsy dø minytə,
    il ε tʁo bo sə ʃəval. »
    a pεnə ɛ̃stale syʁ la sεllə kə lə ʃəval sə mεt a buʒe,
    sε patə seʃape dε sεʁso lə vwala ɑ̃ tʁɛ̃ də ɡalɔpe,
    lə dofɛ̃ tjɛ̃ lε bʁidəz- e sə mεt a yʁle,
    lə ʃəval oz- iø ʁuʒə fε vɔle lε fənεtʁə
    ɑ̃pɔʁtɑ̃ lɑ̃fɑ̃ vεʁ lεz- etwalə dɑ̃z- œ̃ ɡalo dɑ̃fe.

    lə ɡʁɑ̃ dyk sɔʁ də sa ʃɑ̃bʁə,
    lə ʃəval a ɑ̃pɔʁte sɔ̃ fis
    lə dyk nε plys kə dekɔ̃bʁə,
    sɔ̃ kœʁ a ʒamε pʁi dɑ̃z- œ̃ malefisə.

    dε pεizɑ̃z- ɔ̃ apεʁsysz- a la lynə
    lə ʃəval vɔlɑ̃ dɑ̃ lε sjø,
    lə dofɛ̃ yʁlε a ɑ̃n- efʁεje lε plys vjø,
    ʒamε pεʁsɔnə nə blama sɔ̃n- ɛ̃fɔʁtynə.
  • Syllabes Phonétique : Christmas’tales : 2 - Le Cheval De Bois


Récompense

0
2
0

Commentaire Sur La Poesie


Auteur de Poésie
06/12/2015 09:24Claude408

Merci pour ce conte merveilleux de Noël, montrant la supériorité des puissants face aux misérables, mais la justices a puni ce grand duc en emportant son dauphin fils. Le texte est sublime, j’applaudis des deux mains, avec une pensée pour le pauvre Jean qui lui, les a perdu.