Poeme-France : Lecture Écrit Société

Prose : Maman M’A Dit. (Bâton Merdeux No2)

Prose Société
Publié le 09/11/2017 19:26

L'écrit contient 227 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Gilbertilo

A Propos de cette Prose

Suite de bâton merdeux.

Maman M’A Dit. (Bâton Merdeux No2)

J’ai jamais eu les couilles ; casser la gueule à ce paternel tyrannique et violent. Qu’il soit parti prématurément m’a encore rapproché de ma chère maman. Je suis sa raison de vivre, elle est ma lumière. Nous habitions en province, un pavillon aux tuiles rouges, coquettement enserré dans un ilot de verdure. La nostalgie m’étreint quand le délicat parfum des rosiers sauvages agrippés aux entrelacs de béton, stimule la mémoire de mes années si douces après que mon persécuteur se fit la belle. Ma chambre comme un incubateur ou le seul désordre s’il en est ; fut la perturbation physiologique et les interrogations légitimes de l’adolescence. Dehors c’est autre chose. Maman m’a inscrit à l’école publique voisine. La France est désormais une mosaïque de cultures, confessions etc… Pas question que je fréquente une école catholique avec toutes ces ouailles blanches (quoique beaucoup d’élèves soient d’origine musulmane) Je dois apprendre à voler en escadrille, peut-être m’affûter les ergots. Sauf que je suis un petit garçon trop tranquille : les petits teigneux mal élevés du quartier d’à côté, avec leur sans gêne crèvent ma jolie bulle. Ah je me souviens de cet avertissement du petit Rachid dont je m’étais pourtant fait un copain : « si ta mère ne me ramène pas en voiture, je te casse la gueule ».
  • Phonétique : Maman M’A Dit. (Bâton Merdeux No2)

    ʒε ʒamεz- y lε kujə, kase la ɡələ a sə patεʁnεl tiʁanikə e vjɔle. kil swa paʁti pʁematyʁemɑ̃ ma ɑ̃kɔʁə ʁapʁoʃe də ma ʃεʁə mamɑ̃. ʒə sɥi sa ʁεzɔ̃ də vivʁə, εllə ε ma lymjεʁə. nu-abisjɔ̃z- ɑ̃ pʁɔvɛ̃sə, œ̃ pavilɔ̃ o tɥilə ʁuʒə, kɔkεtəmɑ̃ ɑ̃seʁe dɑ̃z- œ̃n- ilo də vεʁdyʁə. la nɔstalʒi metʁɛ̃ kɑ̃ lə delika paʁfœ̃ dε ʁozje sovaʒəz- aɡʁipez- oz- ɑ̃tʁəlak də betɔ̃, stimylə la memwaʁə də mεz- ane si dusəz- apʁε kə mɔ̃ pεʁsekytœʁ sə fi la bεllə. ma ʃɑ̃bʁə kɔmə œ̃n- ɛ̃kybatœʁ u lə səl dezɔʁdʁə sil ɑ̃n- ε, fy la pεʁtyʁbasjɔ̃ fizjɔlɔʒikə e lεz- ɛ̃teʁɔɡasjɔ̃ leʒitimə də ladɔlesɑ̃sə. dəɔʁ sεt- otʁə ʃozə. mamɑ̃ ma ɛ̃skʁi a lekɔlə pyblikə vwazinə. la fʁɑ̃sə ε dezɔʁmεz- ynə mozajkə də kyltyʁə, kɔ̃fesjɔ̃z- εtseteʁa… pa kεstjɔ̃ kə ʒə fʁekɑ̃tə ynə ekɔlə katɔlikə avεk tutə sεz- uajə blɑ̃ʃəs (kwakə boku delεvə swae dɔʁiʒinə myzylmanə) ʒə dwaz- apʁɑ̃dʁə a vɔle ɑ̃n- εskadʁijə, pø tεtʁə mafyte lεz- εʁɡo. sof kə ʒə sɥiz- œ̃ pəti ɡaʁsɔ̃ tʁo tʁɑ̃kjə : lε pəti tεɲø mal eləve dy kaʁtje da kote, avεk lœʁ sɑ̃ ʒεnə kʁεve ma ʒɔli bylə. a ʒə mə suvjɛ̃ də sεt avεʁtisəmɑ̃ dy pəti ʁaʃid dɔ̃ ʒə metε puʁtɑ̃ fε œ̃ kɔpɛ̃ : « si ta mεʁə nə mə ʁamεnə pa ɑ̃ vwatyʁə, ʒə tə kasə la ɡələ ».

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
06/06/2020Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre resentit, un encouragement, un conseille ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.