Poeme-France : Lecture Écrit - Sans Thème -
Menu Site

Prose : Souffre ! Souffre ! Souffre !

de Inspi Naissante

Publié le 04/01/2010 00:00

Souffre ! Souffre ! Souffre !

Souffrance accumulée, génération de haine, implosive, puissante
Si le corps ne meurs pas, l’âme le ferra, si noire, quelle n’aime même plus sa propre inexistence
Si noire, que la vie elle-même, est une ennemie, a détruire
La mort, devenue adorée, et désirée, chagrin noir, et faux mortelle
Les yeux noirs, pourtant inconcevables, sont toujours rivés sur cette épave de la vie
L’ombre qui s’étend petit à petit, qui s’approprie l’âme martyrisée
La main qui s’approche, sans jamais sentir le contact froid du corps vide d’espoir
L’haleine putride, qui se fait sentir dans les narines épuisées de respirer pour rien de l’être perdu
Elle se tient debout, devant lui, le regard rougis, impénétrable, le manteau noir, qui tombe en lambeau et qui traîne sur le sol
Sa tête est cachée par l’ombre d’un capuchon et ses mains, squelettiques, tiennent une faux aiguisée a tel point qu’elle fend l’air
Elle admire son œuvre, l’homme, emplis d’une certaine joie, apercevant l’emprunte de l’énergie négative pure
Il pleure, implore sa mort, mais l’ombre ne bouge pas, et un sourire carnassier se fait voir au travers de l’ombre, un sourire sadique, de fierté, un sourire… Meurtrier
La mort joue, avec cet esprit mort-vivant
Un rire satanique se fait entendre, la mort ris, elle est heureuse, heureuse, de sa souffrance, heureuse de voir a quel point il n’en peux plus, et pourtant, elle le laisse vivre, juste pour le plaisir
L’homme comprend qu’elle ne l’aidera pas, il aura beau s’ouvrir toutes les veines, il vivra, il est le pion d’un jeu sadique, le jouet d’un esprit fou, mais lucide, intelligent, mais sadique
Et la mort approche, elle approche son visage du sien, lui murmure quelques mots, l’homme se fige, mort de peur, paralysé par les mots tels des poignards qui viennent de s’enfoncer dans sa carcasse
Et la mort souris, puis disparus, laissant derrière elle une plume noire, et une odeur putride
L’homme vécu pendant 200 ans, la mort lui rendu une dernière visite, rigolant plus, et lui tranchant enfin le faible lien qui le tenait en vie, horrible malédiction…

Inspi Naissante

Commentaire Sur La Poesie


Auteur de Poésie
Inspi Naissante05/01/2010 17:49

Merci ^^

Récompense

💝
0
👍
0
👎
0