Poeme-France : Lecture Écrit Société

Prose : L’Oeuvre Du Monde N’A De Valeur, Que Celle Qu’On Lui Donne.

Prose Société
Publié le 02/03/2012 15:51

L'écrit contient 487 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Kabda

L’Oeuvre Du Monde N’A De Valeur, Que Celle Qu’On Lui Donne.

Laissons nous tomber si l’on sent que la vie nous pèse. Laissons nous briller si l’on sent que le monde nous traine. A notre grand cœur de laine, il nous tient chaud ne l’oublions pas.
On danse dans le vent pour oublier que nos pieds touchent la terre. On vend nos rêves pour pouvoir y croire, pour pouvoir les vivre, mais on ne les comprend pas.
On donne au temps la place qu’il mérite mais dans le fond c’est lui qui nous tient. La route est longue et chaque pas nous fait dériver parce que ce n’est pas une ligne, c’est un plan aux infinies dimensions. Un espace vide où l’on décide de la valeur des choses sans savoir ce qu’elles sont.
Notre chair est amère quand on ne croit plus et notre sang boue quand on a la haine. Rien ne nous plait réellement puisqu’on envie toujours autre chose. Le désir n’a pas de fin, il ne sera jamais rassasié. Il n’y a pas une étoile que nous envions, nous les voulons toutes, c’est beau mais cruel, parce que jamais on ne pourra avoir tout ce que l’on veut.
On cherche dans le vide les raisons de notre éveil, mais les matins sont tous les mêmes, c’est nous qui créons leur image ; si l’on veut que le ciel soit triste, alors il le sera. On ne commande pas la vie, ni sa couleur, on choisit seulement l’effet que ça nous provoque.
On n’a pas de pays, on s’attache à ce qu’on décide mais tout est pareil. On donne de la valeur aux choses, mais au final elles sont comme nous, elles viennent du même monde.
On créé la différence pour se sentir unique, on créé le mauvais pour se croire bon. Le haut n’existe pas sans le bas. On a besoin d’image pour avancer, c’est une direction, un but, mais au final il n’y a qu’un cœur qui bat et des cellules en mouvement.
On met des mots pour comprendre le monde, mais on ne comprend que les mots, on ne sait ce qu’il y a derrière.
On avance malgré nous car le temps nous y pousse, parce qu’on va mourir. On ne décide pas de notre sort, on ne peut que choisir entre les quelques portes face à nous. On les choisit sans savoir ce qu’il y a derrière, c’est une poignée… une couleur qui nous enchante mais on marche tous vers l’inconnu. On est fier d’en avoir ouvert une, mais il y en a toujours une autre derrière et on a beau s’essouffler il faut bien continuer, pour ne pas étouffer et puis parce que ça pousse derrière.
On nait dans le ventre du monde, il nous digère jusqu’à la mort.
  • Phonétique : L’Oeuvre Du Monde N’A De Valeur, Que Celle Qu’On Lui Donne.

    lεsɔ̃ nu tɔ̃be si lɔ̃ sɑ̃ kə la vi nu pεzə. lεsɔ̃ nu bʁije si lɔ̃ sɑ̃ kə lə mɔ̃də nu tʁεnə. a nɔtʁə ɡʁɑ̃ kœʁ də lεnə, il nu tjɛ̃ ʃo nə lubljɔ̃ pa.
    ɔ̃ dɑ̃sə dɑ̃ lə vɑ̃ puʁ ublje kə no pje tuʃe la teʁə. ɔ̃ vɑ̃ no ʁεvə puʁ puvwaʁ i kʁwaʁə, puʁ puvwaʁ lε vivʁə, mεz- ɔ̃ nə lε kɔ̃pʁɑ̃ pa.
    ɔ̃ dɔnə o tɑ̃ la plasə kil meʁitə mε dɑ̃ lə fɔ̃ sε lɥi ki nu tjɛ̃. la ʁutə ε lɔ̃ɡ e ʃakə pa nu fε deʁive paʁsə kə sə nε pa ynə liɲə, sεt- œ̃ plɑ̃ oz- ɛ̃fini dimɑ̃sjɔ̃. œ̃n- εspasə vidə u lɔ̃ desidə də la valœʁ dε ʃozə sɑ̃ savwaʁ sə kεllə sɔ̃.
    nɔtʁə ʃεʁ εt- amεʁə kɑ̃t- ɔ̃ nə kʁwa plysz- e nɔtʁə sɑ̃ bu kɑ̃t- ɔ̃n- a la-εnə. ʁjɛ̃ nə nu plε ʁeεllmɑ̃ pɥiskɔ̃n- ɑ̃vi tuʒuʁz- otʁə ʃozə. lə deziʁ na pa də fɛ̃, il nə səʁa ʒamε ʁasazje. il ni a pa ynə etwalə kə nuz- ɑ̃vjɔ̃, nu lε vulɔ̃ tutə, sε bo mε kʁyεl, paʁsə kə ʒamεz- ɔ̃ nə puʁʁa avwaʁ tu sə kə lɔ̃ vø.
    ɔ̃ ʃεʁʃə dɑ̃ lə vidə lε ʁεzɔ̃ də nɔtʁə evεj, mε lε matɛ̃ sɔ̃ tus lε mεmə, sε nu ki kʁeɔ̃ lœʁ imaʒə, si lɔ̃ vø kə lə sjεl swa tʁistə, alɔʁz- il lə səʁa. ɔ̃ nə kɔmɑ̃də pa la vi, ni sa kulœʁ, ɔ̃ ʃwazi sələmɑ̃ lefε kə sa nu pʁɔvɔkə.
    ɔ̃ na pa də pεi, ɔ̃ sataʃə a sə kɔ̃ desidə mε tut- ε paʁεj. ɔ̃ dɔnə də la valœʁ o ʃozə, mεz- o final εllə sɔ̃ kɔmə nu, εllə vjεne dy mεmə mɔ̃də.
    ɔ̃ kʁee la difeʁɑ̃sə puʁ sə sɑ̃tiʁ ynikə, ɔ̃ kʁee lə movε puʁ sə kʁwaʁə bɔ̃. lə-o nεɡzistə pa sɑ̃ lə ba. ɔ̃n- a bəzwɛ̃ dimaʒə puʁ avɑ̃se, sεt- ynə diʁεksjɔ̃, œ̃ byt, mεz- o final il ni a kœ̃ kœʁ ki ba e dε sεllyləz- ɑ̃ muvəmɑ̃.
    ɔ̃ mεt dε mo puʁ kɔ̃pʁɑ̃dʁə lə mɔ̃də, mεz- ɔ̃ nə kɔ̃pʁɑ̃ kə lε mo, ɔ̃ nə sε sə kil i a dəʁjεʁə.
    ɔ̃n- avɑ̃sə malɡʁe nu kaʁ lə tɑ̃ nuz- i pusə, paʁsə kɔ̃ va muʁiʁ. ɔ̃ nə desidə pa də nɔtʁə sɔʁ, ɔ̃ nə pø kə ʃwaziʁ ɑ̃tʁə lε kεlk pɔʁtə- fasə a nu. ɔ̃ lε ʃwazi sɑ̃ savwaʁ sə kil i a dəʁjεʁə, sεt- ynə pwaɲe… ynə kulœʁ ki nuz- ɑ̃ʃɑ̃tə mεz- ɔ̃ maʁʃə tus vεʁ lɛ̃kɔny. ɔ̃n- ε fje dɑ̃n- avwaʁ uvεʁ ynə, mεz- il i ɑ̃n- a tuʒuʁz- ynə otʁə dəʁjεʁə e ɔ̃n- a bo sesufle il fo bjɛ̃ kɔ̃tinɥe, puʁ nə pa etufe e pɥi paʁsə kə sa pusə dəʁjεʁə.
    ɔ̃ nε dɑ̃ lə vɑ̃tʁə dy mɔ̃də, il nu diʒεʁə ʒyska la mɔʁ.

PostScriptum

« On nait dans le ventre du monde, il nous digère jusqu’à la mort » Là, le monde ne signifie pas seulement la Terre, l’Univers ou l’existance, mais plutôt le système politico-social, les morales de vie et les lois, en fait, ça signifie l’humanité.

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
04/08/2021Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.