Poeme-France : Lecture Écrit Hommage

Texte : À Toi, Mon Frère.

Texte Hommage
Publié le 25/05/2019 14:46

L'écrit contient 300 mots qui sont répartis dans 5 strophes.

Poete : Lesmotsbleus

A Propos du Texte

J’ai écrit ce texte pour mon frère, sa chanson préférée étant’’Mistral gagnant’’. je me suis inspirée de la mélodie. 15 ans qui n’apaisent en rien sa disparition.

À Toi, Mon Frère.

Ce texte été écrit il y a bientôt 10 ans, suite au décès de mon frère, en Espagne à Bilbao.

J’ai l’image en mémoire d’un p’tit garçon maigreux,
de bagares, d’un sourire malicieux,
les billes, les chemins d’fer que t’envoyais en l’air
c’était ça aussi mon p’tit frère,
des jeux improvisés avec les gosses du quartier,
les blessures que tu faisais soigner,
et les francs épargnés qui partaient en fumée,
les friandises, parfois chapardées.
C’était pas l’enfer, pas non plus l’paradis,
une enfance troublée par des adultes aigris,
t’avais rien demandé, juste à grandir tranquille,
c’était pas l’paradis…

Et ce deuil qui t’frappa, tu n’t’en remettras pas,
c’était celui de papa,
parti mourir trop loin et dans notr’ désarroi,
s’inventer une tombe, une croix,
y’a bien fallu grandir, faire des choix et partir,
chacun suivant sa voie.
T’as mené ta vie d’homme, mais souvent seul en somme,
essayé de te reconstruire,
te laissant t’échouer, aller à la dérive,
cherchant ta liberté, celle dont on te prive,
artifices, faux semblants et en doses massives,
tu t’crées ton paradis…

Tu étais bénévole, à l’image de ton idole,
tu servais dans « d’célèbres restos »,
à croire que la misère, la détresse des clodos,
t’ rassuraient sur ta position.
Pour construire ton futur, partir sur ton passé,
oublier tes souvenirs tourmentés, .
Au détour d’une rue, d’où t’es jamais revenu,
enterré comme le soldat inconnu,
un bout d’terre, une croix, c’est tout c’qui reste de toi,
sans fleurs et sans couronnes, d’ailleurs y’avait personne,
j’espère que c’est pas pourri,
là… dans ton paradis.

Lesmotsbleus le 01/08/2007.
  • Phonétique : À Toi, Mon Frère.

    sə tεkstə ete ekʁi il i a bjɛ̃to diz- ɑ̃, sɥitə o desε də mɔ̃ fʁεʁə, ɑ̃n- εspaɲə a bilbao.

    ʒε limaʒə ɑ̃ memwaʁə dœ̃ ptit ɡaʁsɔ̃ mεɡʁø,
    də baɡaʁə, dœ̃ suʁiʁə malisjø,
    lε bijə, lε ʃəmɛ̃ dfεʁ kə tɑ̃vwajεz- ɑ̃ lεʁ
    setε sa osi mɔ̃ ptit fʁεʁə,
    dε ʒøz- ɛ̃pʁɔvizez- avεk lε ɡɔsə dy kaʁtje,
    lε blesyʁə kə ty fəzε swaɲe,
    e lε fʁɑ̃kz- epaʁɲe ki paʁtε ɑ̃ fyme,
    lε fʁjɑ̃dizə, paʁfwa ʃapaʁde.
    setε pa lɑ̃fe, pa nɔ̃ plys lpaʁadi,
    ynə ɑ̃fɑ̃sə tʁuble paʁ dεz- adyltəz- εɡʁi,
    tavε ʁjɛ̃ dəmɑ̃de, ʒystə a ɡʁɑ̃diʁ tʁɑ̃kjə,
    setε pa lpaʁadi…

    e sə dəj ki tfʁapa, ty ntɑ̃ ʁəmεtʁa pa,
    setε səlɥi də papa,
    paʁti muʁiʁ tʁo lwɛ̃ e dɑ̃ nɔtʁdezaʁwa,
    sɛ̃vɑ̃te ynə tɔ̃bə, ynə kʁwa,
    ia bjɛ̃ faly ɡʁɑ̃diʁ, fεʁə dε ʃwa e paʁtiʁ,
    ʃakœ̃ sɥivɑ̃ sa vwa.
    ta məne ta vi dɔmə, mε suvɑ̃ səl ɑ̃ sɔmə,
    esεje də tə ʁəkɔ̃stʁɥiʁə,
    tə lεsɑ̃ teʃue, ale a la deʁivə,
    ʃεʁʃɑ̃ ta libεʁte, sεllə dɔ̃ ɔ̃ tə pʁivə,
    aʁtifisə, fo sɑ̃blɑ̃z- e ɑ̃ dozə masivə,
    ty tkʁe tɔ̃ paʁadi…

    ty etε benevɔlə, a limaʒə də tɔ̃n- idɔlə,
    ty sεʁvε dɑ̃s « dselεbʁə- ʁεstɔs »,
    a kʁwaʁə kə la mizεʁə, la detʁεsə dε klɔdo,
    tʁasyʁε syʁ ta pozisjɔ̃.
    puʁ kɔ̃stʁɥiʁə tɔ̃ fytyʁ, paʁtiʁ syʁ tɔ̃ pase,
    ublje tε suvəniʁ tuʁmɑ̃te, .
    o detuʁ dynə ʁy, du tε ʒamε ʁəvəny,
    ɑ̃teʁe kɔmə lə sɔlda ɛ̃kɔny,
    œ̃ bu dteʁə, ynə kʁwa, sε tu ski ʁεstə də twa,
    sɑ̃ flœʁz- e sɑ̃ kuʁɔnə, dajœʁz- iavε pεʁsɔnə,
    ʒεspεʁə kə sε pa puʁʁi,
    la… dɑ̃ tɔ̃ paʁadi.

    lεsmɔtzbløs lə zeʁo œ̃ slaʃ zeʁo ɥi slaʃ dø milə sεt.

PostScriptum

À toi, mon frère.

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
25/05/2019 17:40Ed

Je continue ma lecture, cet homme éveille ma curiosité 🙂 vais-je lire son prénom dans me suivant poème ? Mystere 🙂

Auteur de Poésie
26/05/2019 03:32Patjan

Très joli écrit plein de tendresse