Poeme-France : Lecture Écrit Absurde

Texte : Les Oiseaux Venimeux (D’Après Kaamelott)

Texte Absurde
Publié le 12/11/2017 22:11

L'écrit contient 1523 mots qui sont répartis dans 85 strophes.

Poete : Margezen

A Propos du Texte

Ecrit d’après un extrait du Livre VI, Dux Bellorum d’Alexandre Astier

Les Oiseaux Venimeux (D’Après Kaamelott)

SCÈNE 1 : Arthur et Perceval

Perceval et le Roi Arthur se trouvent dans un souterrain de Kaamelott.
Arthur porte son casque sur la tête et tiens Excalibur dressée devant lui.
Perceval le suit en tenant son casque sous le bras.

Perceval : — Sire, y’a plein de bruit, là ! Si ça se trouve c’est bourré d’oiseaux venimeux. Y’en a des rouges, des jaunes, des re-rouges et des pourpres ! Y bouffent que des noisettes et des escalopes de veau. Et quand ils vous donnent un coup de bec vous voyez une grande lumière et ça vous donne la diarrhée ! (Extrait du Livre VI, Dux Bellorum) …

Arthur : — Je n’entends rien.

Perceval : — C’est le casque, c’est sûr, il vous couvre les oreilles, du coup vous n’entendez pas les oiseaux qui craillent.

Arthur : — Qui… quoi ? …

Perceval : — Qui craillent avant de vous becquer.
(Après un moment de réflexion) : — C’est pas comme ça qu’on dit ?

Arthur : — Mais si… Ils craillent… ajoute le roi découragé tout en levant les yeux au ciel.

Perceval : — Faut vraiment se méfier de ces oiseaux venimeux…

Arthur l’interrompt :
Arthur : — Des serpents… ce sont les serpents qui sont venimeux.

Perceval : — Ah bon, vous êtes sûr, mais en tout cas, ils craillent autant que les oiseaux.

Arthur (qui en a vraiment marre) : — Bon, voilà, j’enlève mon casque
(il l’enlève et le tend à Perceval)
(Et… Surpris) : — ben c’est vrai qu’il y a du bruit…

Perceval : — Je vous l’avais bien dit… Et vous êtes certain que ce ne sont pas des oiseaux ? ? ?

Arthur : — Je n’en sais rien. Et inquiet : — où est Merlin ?

(Il crie) : — Merlin ! … Merlin ! …

(Il marmonne) : — Jamais là quand on a besoin de lui celui-là…

Perceval : — Merlin… Il viendra pas, karadoc l’a enfermé.

Arthur : — Quoi ? … Comment enfermé, et pourquoi il l’a enfermé cet abruti.

Perceval : — Merlin refusait de lui préparer une potion qui donne de l’appétit.

Arthur : — Et qu’est-ce qu’il a besoin d’une potion d’appétit, il n’arrête pas de bouffer ce con.

Perceval : — Pas pour lui… Pour moi… Il me trouve trop maigre.
Il a insisté sur le fait qu’il faut bien manger pour profiter des meilleures choses que la vie nous offre.
Que ce n’était pas abuser de consommer à foison de la bonne nourriture

Arthur : — C’est vrai que vous n’êtes pas gros, mais de là à enfermer Merlin…

Perceval : — Vous avez peur que les serpents vous becquent vous aussi,
(Pensif) : — je ne voudrais pas attraper la diarrhée surtout ici.

Perceval, que l’on distingue à peine dans la pénombre s’agite derrière Arthur.

Arthur : — Mais, qu’est-ce que vous faites encore ? …

Perceval : — Je remets mon casque, un conseil, faites comme moi Sire, on ne les entendra plus mais au moins on sera protégé, c’est ce qu’ils préfèrent vous becquer la tête, des vicieux j’vous dis.

Arthur : — Très bien ! … Oiseaux ou serpents, moi je m’tire.

SCÈNE 2 : Arthur, Perceval, Merlin et Karadoc

Merlin arrive en courant, suivit par karadoc

Merlin (essoufflé) : — Sire, Sire j’arrive…

Karadoc attrape Merlin par le bras

Arthur : — Ah vous voilà enfin !

Merlin : — C’est la faute à Karadoc…

Arthur : — je suis au courant

Merlin (crie en se débattant sur karadoc qui l’a agrippé) :
— Mais allez-vous me lâcher à la fin

Arthur : — Mais oui lâchez- le… (en grondant il répète) : Karadoc, je vous dis de le lâcher

Karadoc (qui lui lâche enfin le bras) : — c’est bon, c’est bon…

Arthur : — Merlin approchez (et merlin s’exécute)
Pouvez-vous me fabriquer votre boule de feu incandescente ?
(demande-t-il en faisant le geste avec les mains)

Merlin : — Oui bien sûr… Mais là, tout de suite ? Et ils sont où vos ennemis ?
Ajoute-t-il en regardant autour de lui

Arthur : — ce ne sont pas vraiment des ennemis… Plutôt des bestioles.

Merlin : — Des bestioles, et quelles sortes de bestioles ?

Arthur : — D’après Perceval des oiseaux… ou… des serpents.

Perceval : — Moi je dirais plutôt des oiseaux.

Merlin : — Je vous arrête tout de suite, je ne vois rien d’ici.
Et je vous rappelle que je suis un Druide… pas un éclaireur.

Arthur : — Cessez de discuter, espèce d’andouille.
On vous suit et je vous éclaire avec mon épée, et dès que vous les voyez lancer leur votre boule de feu.

Merlin : — Bon, moi je veux bien… mais si ça tourne mal, n’allez pas vous plaindre après coup.
La boule incandescente peut très bien rebondir et nous griller tous.

Arthur (plus calme) : — Ça va, alors… Oublions ça.
Qu’est-ce que vous avez d’autre ? … Un sort, une potion ?

Merlin : — Pour lancer un sort j’aurai besoin de mon grimoire,
et on ne m’a pas prévenu que je devrai faire de la magie

. Arthur : — Bon sang bougre d’idiot si je vous fais venir ce n’est pas pour avoir de la compagnie, vous êtes magicien oui ou merde.

Merlin : — J’ai bien une potion sur moi (dit-il tout en fouillant ses poches)

Arthur : — ben voilà…

Merlin : — c’est la potion d’appétit pour karadoc (dit-il en lui tendant une fiole)

Arthur (éberlué) : — J’y crois pas, une potion d’appétit…
Mais c’est pas nous becquer qu’elles vont faire ces bestioles mais nous dévorer.

Merlin : — Attendez, je vois quelque chose la devant, mais oui, c’est Lancelot et la Reine.

SCÈNE 3 ; Arthur, Lancelot, Guenièvre, Perceval et Karadoc.

En effet, Lancelot et Guenièvre qui se trouvaient au bout du souterrain apparaissent soudain.

Arthur : — Mais qu’est-ce que vous fichez dans le souterrain vous deux ?

Lancelot : — J’ai pris la liberté de faire visiter les lieux à votre Dame Messire.

Arthur : — Alors, on ne vous voit pour ainsi dire JAMAIS aux réunions de la table ronde, mais vous trouvez tout de même le temps de jouer au guide touristique… Et en plus avec la Reine.

Guenièvre : — Et si j’en ai envie MOI de visiter le souterrain.
Je dois bien trouver une occupation, vous n’êtes jamais là.
La plupart du temps vous guerroyer… et quand enfin vous daigner vous montrer à Kaamelott, c’est pour fricoter avec l’une de vos maîtresses.

Arthur : — Mais je fais ce qu’il me plait figurez-vous…
Et si vous vous ennuyer, passez donc votre temps libre aux cuisines.
Ce sera peut-être un peu moins DÉGUEULASSE que les repas que nous prépare votre mère.
Après avoir bouffé les cochonneries qu’elle nous sert, je n’ai pas besoin d’être becqué par les oiseaux de Perceval pour choper une bonne diarrhée.

Perceval : — C’est pas faux ! … Mais pour les oiseaux que fait-on ? …

Guenièvre (En criant) : — Vous êtes injuste ! Et je vous défends de parler de ma mère comme vous le faites.

(Lancelot compréhensif console la douce Guenièvre)

Arthur (s’addresse à Karadoc qui vient de s’asseoir à terre) :
— Karadoc ! …
Et plus fort : … KARADOC ! ! ! …

Karadoc : — Oui Sire ? …

Arthur : — Mais qu’est-ce que vous fichez ? …

Karadoc : — Ben, ça se voit Sire…
Moi à vous entendre parler de nourriture ça m’a donné faim.
C’est juste un petit casse-dalle. Vous voulez un morceau de fromage ? …

Devant le refus du Roi il ajoute : — Et vous Perceval ? …

Perceval : — Je dirai pas non, mais en ce moment avec tous ces oiseaux, j’ai vraiment pas très faim.

Karadoc : — Je vous l’avais dit, ce qu’il vous faut c’est une potion qui donne de l’appétit.

Karadoc a terminé son en-cas et tout en se frottant pour se débarrasser des miettes de fromage accrochées à lui, il se relève.

SCÈNE 4 : Bohort, Perceval, Arthur, Lancelot et Merlin

A ce moment essoufflé d’avoir couru, Bohort vient les avertir que les barbares sont aux portes du domaine et s’approchent de Kaamelott… …

Bohort : — Sire, sire, des barbares, des centaines de barbares s’approchent de Kaamelott, nous devons intervenir au plus vite avant d’être submergé.

Perceval (au Roi) : Et pour les oiseaux… Qu’est-ce qu’on fait ?

Arthur (à Perceval) : Mais vous allez la fermer oui.
Ça fait deux heures que vous me bourré le mou avec ces satanés oiseaux et on est là comme une bande de cons au fond de ce souterrain, et pendant ce temps-là, personne sur les remparts.
Laissez Kamelott sans protection ! … Mais vous êtes tous de foutus débiles.
Ah ! Ils doivent bien se marrer les Ostrogoths.

(Et désignant Lancelot) :
— Et l’autre taré qui fait des visites guidées.

Lancelot : — Messire… Je ne vous permets pas, j’ai toujours été le plus dévoué de vos chevaliers et je vous l’ai prouvé à maintes reprises.

Merlin : — Je regrette Sire, mais c’est vous-même qui m’avez mandé, et si Karadoc ne m’avait pas enfermé je serai venu plus tôt.

Arthur : — Bon ! Magnez-vous bande de nuls. Mon casque ! ? … (Perceval lui tend son casque)

Allons-y. Merlin, vous venez avec moi.

Bohort se met à courir en criant : — Aux armes ! ! ! … Aux armes ! ! ! …

Bohort sort le premier suivit par Arthur et Merlin ensuite viennent Perceval et Karadoc et en dernier lieu Lancelot toujours collé à Guenièvre.

FIN
  • Phonétique : Les Oiseaux Venimeux (D’Après Kaamelott)

    sεnə œ̃ : aʁtyʁ e pεʁsəval

    pεʁsəval e lə ʁwa aʁtyʁ sə tʁuve dɑ̃z- œ̃ suteʁɛ̃ də kaaməlɔt.
    aʁtyʁ pɔʁtə sɔ̃ kaskə syʁ la tεtə e tjɛ̃z- εkskalibyʁ dʁese dəvɑ̃ lɥi.
    pεʁsəval lə sɥi ɑ̃ tənɑ̃ sɔ̃ kaskə su lə bʁa.

    pεʁsəval : siʁə, ia plɛ̃ də bʁɥi, la ! si sa sə tʁuvə sε buʁʁe dwazo vənimø. iɑ̃n- a dε ʁuʒə, dε ʒonə, dε ʁə ʁuʒəz- e dε puʁpʁə ! i bufe kə dε nwazεtəz- e dεz- εskalɔpə də vo. e kɑ̃t- il vu dɔne œ̃ ku də bεk vu vwajez- ynə ɡʁɑ̃də lymjεʁə e sa vu dɔnə la djaʁe ! (εkstʁε dy livʁə vi, dyks bεllɔʁym) …

    aʁtyʁ : ʒə nɑ̃tɑ̃ ʁjɛ̃.

    pεʁsəval : sε lə kaskə, sε syʁ, il vu kuvʁə lεz- ɔʁεjə, dy ku vu nɑ̃tɑ̃de pa lεz- wazo ki kʁaje.

    aʁtyʁ : ki… kwa ? …

    pεʁsəval : ki kʁaje avɑ̃ də vu bεke.
    (apʁεz- œ̃ mɔmɑ̃ də ʁeflεksjɔn) : sε pa kɔmə sa kɔ̃ di ?

    aʁtyʁ : mε si… il kʁaje… aʒutə lə ʁwa dekuʁaʒe tut- ɑ̃ ləvɑ̃ lεz- iøz- o sjεl.

    pεʁsəval : fo vʁεmɑ̃ sə mefje də sεz- wazo vənimø…

    aʁtyʁ lɛ̃teʁɔ̃ :
    aʁtyʁ : dε sεʁpɑ̃… sə sɔ̃ lε sεʁpɑ̃ ki sɔ̃ vənimø.

    pεʁsəval : a bɔ̃, vuz- εtə syʁ, mεz- ɑ̃ tu ka, il kʁaje otɑ̃ kə lεz- wazo.

    aʁtyʁ (ki ɑ̃n- a vʁεmɑ̃ maʁə) : bɔ̃, vwala, ʒɑ̃lεvə mɔ̃ kaskə
    (il lɑ̃lεvə e lə tɑ̃t- a pεʁsəval)
    (εt… syʁpʁis) : bεn sε vʁε kil i a dy bʁɥi…

    pεʁsəval : ʒə vu lavε bjɛ̃ di… e vuz- εtə sεʁtɛ̃ kə sə nə sɔ̃ pa dεz- wazo ? ? ?

    aʁtyʁ : ʒə nɑ̃ sε ʁjɛ̃. e ɛ̃kjε : u ε mεʁlɛ̃ ?

    (il kʁjə) : mεʁlɛ̃ ! … mεʁlɛ̃ ! …

    (il maʁmɔnə) : ʒamε la kɑ̃t- ɔ̃n- a bəzwɛ̃ də lɥi səlɥi la…

    pεʁsəval : mεʁlɛ̃… il vjɛ̃dʁa pa, kaʁadɔk la ɑ̃fεʁme.

    aʁtyʁ : kwa ? … kɔmɑ̃ ɑ̃fεʁme, e puʁkwa il la ɑ̃fεʁme sεt abʁyti.

    pεʁsəval : mεʁlɛ̃ ʁəfyzε də lɥi pʁepaʁe ynə pɔsjɔ̃ ki dɔnə də lapeti.

    aʁtyʁ : e kε sə kil a bəzwɛ̃ dynə pɔsjɔ̃ dapeti, il naʁεtə pa də bufe sə kɔ̃.

    pεʁsəval : pa puʁ lɥi… puʁ mwa… il mə tʁuvə tʁo mεɡʁə.
    il a ɛ̃siste syʁ lə fε kil fo bjɛ̃ mɑ̃ʒe puʁ pʁɔfite dε mεjəʁə ʃozə kə la vi nuz- ɔfʁə.
    kə sə netε pa abyze də kɔ̃sɔme a fwazɔ̃ də la bɔnə nuʁʁityʁə

    aʁtyʁ : sε vʁε kə vu nεtə pa ɡʁo, mε də la a ɑ̃fεʁme mεʁlɛ̃…

    pεʁsəval : vuz- ave pœʁ kə lε sεʁpɑ̃ vu bεke vuz- osi,
    (pɑ̃sif) : ʒə nə vudʁε pa atʁape la djaʁe syʁtu isi.

    pεʁsəval, kə lɔ̃ distɛ̃ɡ a pεnə dɑ̃ la penɔ̃bʁə saʒitə dəʁjεʁə aʁtyʁ.

    aʁtyʁ : mε, kε sə kə vu fεtəz- ɑ̃kɔʁə ? …

    pεʁsəval : ʒə ʁəmε mɔ̃ kaskə, œ̃ kɔ̃sεj, fεtə kɔmə mwa siʁə, ɔ̃ nə lεz- ɑ̃tɑ̃dʁa plys mεz- o mwɛ̃z- ɔ̃ səʁa pʁɔteʒe, sε sə kil pʁefεʁe vu bεke la tεtə, dε visjø ʒvu di.

    aʁtyʁ : tʁε bjɛ̃ ! … wazoz- u sεʁpɑ̃, mwa ʒə mtiʁə.

    sεnə dø : aʁtyʁ, pεʁsəval, mεʁlɛ̃ e kaʁadɔk

    mεʁlɛ̃ aʁivə ɑ̃ kuʁɑ̃, sɥivi paʁ kaʁadɔk

    mεʁlin (esufle) : siʁə, siʁə ʒaʁivə…

    kaʁadɔk atʁapə mεʁlɛ̃ paʁ lə bʁa

    aʁtyʁ : a vu vwala ɑ̃fɛ̃ !

    mεʁlɛ̃ : sε la fotə a kaʁadɔk…

    aʁtyʁ : ʒə sɥiz- o kuʁɑ̃

    mεʁlin (kʁi ɑ̃ sə debatɑ̃ syʁ kaʁadɔk ki la aɡʁipe) :
    mεz- ale vu mə laʃe a la fɛ̃

    aʁtyʁ : mεz- ui laʃe lə… (εn ɡʁɔ̃dɑ̃ il ʁepεtə) : kaʁadɔk, ʒə vu di də lə laʃe

    kaʁadɔk (ki lɥi laʃə ɑ̃fɛ̃ lə bʁas) : sε bɔ̃, sε bɔ̃…

    aʁtyʁ : mεʁlɛ̃ apʁoʃəz (εt mεʁlɛ̃ sεɡzekytə)
    puve vu mə fabʁike vɔtʁə bulə də fø ɛ̃kɑ̃desɑ̃tə ?
    (dəmɑ̃də til ɑ̃ fəzɑ̃ lə ʒεstə avεk lε mɛ̃s)

    mεʁlɛ̃ : ui bjɛ̃ syʁ… mε la, tu də sɥitə ? e il sɔ̃t- u voz- εnəmi ?
    aʒutə til ɑ̃ ʁəɡaʁdɑ̃ otuʁ də lɥi

    aʁtyʁ : sə nə sɔ̃ pa vʁεmɑ̃ dεz- εnəmi… plyto dε bεstjɔlə.

    mεʁlɛ̃ : dε bεstjɔlə, e kεllə sɔʁtə- də bεstjɔlə ?

    aʁtyʁ : dapʁε pεʁsəval dεz- wazo… u… dε sεʁpɑ̃.

    pεʁsəval : mwa ʒə diʁε plyto dεz- wazo.

    mεʁlɛ̃ : ʒə vuz- aʁεtə tu də sɥitə, ʒə nə vwa ʁjɛ̃ disi.
    e ʒə vu ʁapεllə kə ʒə sɥiz- œ̃ dʁɥidə… pa œ̃n- eklεʁœʁ.

    aʁtyʁ : sese də diskyte, εspεsə dɑ̃dujə.
    ɔ̃ vu sɥi e ʒə vuz- eklεʁə avεk mɔ̃n- epe, e dε kə vu lε vwaje lɑ̃se lœʁ vɔtʁə bulə də fø.

    mεʁlɛ̃ : bɔ̃, mwa ʒə vø bjɛ̃… mε si sa tuʁnə mal, nale pa vu plɛ̃dʁə apʁε ku.
    la bulə ɛ̃kɑ̃desɑ̃tə pø tʁε bjɛ̃ ʁəbɔ̃diʁ e nu ɡʁije tus.

    aʁtyʁ (plys kalmə) : sa va, alɔʁ… ubljɔ̃ sa.
    kε sə kə vuz- ave dotʁə ? … œ̃ sɔʁ, ynə pɔsjɔ̃ ?

    mεʁlɛ̃ : puʁ lɑ̃se œ̃ sɔʁ ʒoʁε bəzwɛ̃ də mɔ̃ ɡʁimwaʁə,
    e ɔ̃ nə ma pa pʁevəny kə ʒə dəvʁε fεʁə də la maʒi

    . aʁtyʁ : bɔ̃ sɑ̃ buɡʁə didjo si ʒə vu fε vəniʁ sə nε pa puʁ avwaʁ də la kɔ̃paɲi, vuz- εtə maʒisjɛ̃ ui u mεʁdə.

    mεʁlɛ̃ : ʒε bjɛ̃ ynə pɔsjɔ̃ syʁ mwa (dit til tut- ɑ̃ fujɑ̃ sε poʃəs)

    aʁtyʁ : bεn vwala…

    mεʁlɛ̃ : sε la pɔsjɔ̃ dapeti puʁ kaʁadɔk (dit til ɑ̃ lɥi tɑ̃dɑ̃ ynə fjɔlə)

    aʁtyʁ (ebεʁlye) : ʒi kʁwa pa, ynə pɔsjɔ̃ dapeti…
    mε sε pa nu bεke kεllə vɔ̃ fεʁə sε bεstjɔlə mε nu devɔʁe.

    mεʁlɛ̃ : atɑ̃de, ʒə vwa kεlkə ʃozə la dəvɑ̃, mεz- ui, sε lɑ̃səlo e la ʁεnə.

    sεnə tʁwa, aʁtyʁ, lɑ̃səlo, ɡənjεvʁə, pεʁsəval e kaʁadɔk.

    ɑ̃n- efε, lɑ̃səlo e ɡənjεvʁə ki sə tʁuvε o bu dy suteʁɛ̃ apaʁεse sudɛ̃.

    aʁtyʁ : mε kε sə kə vu fiʃe dɑ̃ lə suteʁɛ̃ vu dø ?

    lɑ̃səlo : ʒε pʁi la libεʁte də fεʁə vizite lε ljøz- a vɔtʁə damə mesiʁə.

    aʁtyʁ : alɔʁ, ɔ̃ nə vu vwa puʁ ɛ̃si diʁə ʒamεz- o ʁeynjɔ̃ də la tablə ʁɔ̃də, mε vu tʁuve tu də mεmə lə tɑ̃ də ʒue o ɡidə tuʁistikə… e ɑ̃ plysz- avεk la ʁεnə.

    ɡənjεvʁə : e si ʒɑ̃n- ε ɑ̃vi mwa də vizite lə suteʁɛ̃.
    ʒə dwa bjɛ̃ tʁuve ynə ɔkypasjɔ̃, vu nεtə ʒamε la.
    la plypaʁ dy tɑ̃ vu ɡeʁwaje… e kɑ̃t- ɑ̃fɛ̃ vu dεɲe vu mɔ̃tʁe a kaaməlɔt, sε puʁ fʁikɔte avεk lynə də vo mεtʁesə.

    aʁtyʁ : mε ʒə fε sə kil mə plε fiɡyʁe vu…
    e si vu vuz- ɑ̃nyie, pase dɔ̃k vɔtʁə tɑ̃ libʁə o kɥizinə.
    sə səʁa pø tεtʁə œ̃ pø mwɛ̃ deɡəlasə kə lε ʁəpa kə nu pʁepaʁə vɔtʁə mεʁə.
    apʁεz- avwaʁ bufe lε koʃɔnəʁi kεllə nu sεʁ, ʒə nε pa bəzwɛ̃ dεtʁə bεke paʁ lεz- wazo də pεʁsəval puʁ ʃɔpe ynə bɔnə djaʁe.

    pεʁsəval : sε pa fo ! … mε puʁ lεz- wazo kə fε tɔ̃ ? …

    ɡənjεvʁə (εn kʁjɑ̃t) : vuz- εtəz- ɛ̃ʒystə ! e ʒə vu defɑ̃ də paʁle də ma mεʁə kɔmə vu lə fεtə.

    (lɑ̃səlo kɔ̃pʁeɑ̃sif kɔ̃sɔlə la dusə ɡənjεvʁə)

    aʁtyʁ (sadʁεsə a kaʁadɔk ki vjɛ̃ də sasəwaʁ a teʁə) :
    kaʁadɔk ! …
    e plys fɔʁ : … kaʁadɔk ! ! ! …

    kaʁadɔk : ui siʁə ? …

    aʁtyʁ : mε kε sə kə vu fiʃe ? …

    kaʁadɔk : bεn, sa sə vwa siʁə…
    mwa a vuz- ɑ̃tɑ̃dʁə paʁle də nuʁʁityʁə sa ma dɔne fɛ̃.
    sε ʒystə œ̃ pəti kasə dalə. vu vulez- œ̃ mɔʁso də fʁɔmaʒə ? …

    dəvɑ̃ lə ʁəfy dy ʁwa il aʒutə : e vu pεʁsəval ? …

    pεʁsəval : ʒə diʁε pa nɔ̃, mεz- ɑ̃ sə mɔmɑ̃ avεk tus sεz- wazo, ʒε vʁεmɑ̃ pa tʁε fɛ̃.

    kaʁadɔk : ʒə vu lavε di, sə kil vu fo sεt- ynə pɔsjɔ̃ ki dɔnə də lapeti.

    kaʁadɔk a tεʁmine sɔ̃n- ɑ̃ ka e tut- ɑ̃ sə fʁɔtɑ̃ puʁ sə debaʁase dε mjεtə də fʁɔmaʒə akʁoʃez- a lɥi, il sə ʁəlεvə.

    sεnə katʁə : bɔɔʁ, pεʁsəval, aʁtyʁ, lɑ̃səlo e mεʁlɛ̃

    a sə mɔmɑ̃ esufle davwaʁ kuʁy, bɔɔʁ vjɛ̃ lεz- avεʁtiʁ kə lε baʁbaʁə sɔ̃t- o pɔʁtə- dy dɔmεnə e sapʁoʃe də kaaməlɔt…

    bɔɔʁ : siʁə, siʁə, dε baʁbaʁə, dε sɑ̃tεnə də baʁbaʁə sapʁoʃe də kaaməlɔt, nu dəvɔ̃z- ɛ̃tεʁvəniʁ o plys vitə avɑ̃ dεtʁə sybmεʁʒe.

    pεʁsəval (o ʁwa) : e puʁ lεz- wazo… kε sə kɔ̃ fε ?

    aʁtyʁ (a pεʁsəval) : mε vuz- ale la fεʁme ui.
    sa fε dø œʁ kə vu mə buʁʁe lə mu avεk sε satanez- wazoz- e ɔ̃n- ε la kɔmə ynə bɑ̃də də kɔ̃z- o fɔ̃ də sə suteʁɛ̃, e pɑ̃dɑ̃ sə tɑ̃ la, pεʁsɔnə syʁ lε ʁɑ̃paʁ.
    lεse kaməlɔt sɑ̃ pʁɔtεksjɔ̃ ! … mε vuz- εtə tus də futys debilə.
    a ! il dwave bjɛ̃ sə maʁe lεz- ɔstʁɔɡɔt.

    (εt deziɲɑ̃ lɑ̃səlɔt) :
    e lotʁə taʁe ki fε dε vizitə ɡide.

    lɑ̃səlo : mesiʁə… ʒə nə vu pεʁmε pa, ʒε tuʒuʁz- ete lə plys devue də vo ʃəvaljez- e ʒə vu lε pʁuve a mɛ̃tə ʁəpʁizə.

    mεʁlɛ̃ : ʒə ʁəɡʁεtə siʁə, mε sε vu mεmə ki mave mɑ̃de, e si kaʁadɔk nə mavε pa ɑ̃fεʁme ʒə səʁε vəny plys to.

    aʁtyʁ : bɔ̃ ! maɲe vu bɑ̃də də nyl. mɔ̃ kaskə ! ? … (pεʁsəval lɥi tɑ̃ sɔ̃ kaskə)

    alɔ̃z- i. mεʁlɛ̃, vu vənez- avεk mwa.

    bɔɔʁ sə mεt a kuʁiʁ ɑ̃ kʁjɑ̃ : oz- aʁmə ! ! ! … oz- aʁmə ! ! ! …

    bɔɔʁ sɔʁ lə pʁəmje sɥivi paʁ aʁtyʁ e mεʁlɛ̃ ɑ̃sɥitə vjεne pεʁsəval e kaʁadɔk e ɑ̃ dεʁnje ljø lɑ̃səlo tuʒuʁ kɔle a ɡənjεvʁə.

    fɛ̃

Historique des Modifications

12/11/2017 22:14

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
17/07/2018Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre resentit, un encouragement, un conseille ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.