Poeme-France : Lecture Écrit Père

Prose : Sous Influence.

Prose Père
Publié le 23/05/2020 22:55

L'écrit contient 308 mots qui sont répartis dans 9 strophes. Toutes les strophes sont composés de 4 vers. Il est possible que le texte suive une forme de poésie classique.

Poete : Noureddin

Sous Influence.

Être sous l’influence du temps qui passe.
Voir, autre chose que soi, au fond de la glace.
Avoir des envies soudaines d’être heureux.
Mon Dieu, je profite de l’aubaine pour te prier un peu.

Dans la solitude de ma vie,
Le parfum de Cupidon hante souvent mes nuits.
Les yeux levés vers les cieux, c’est juste pour,
Mon Dieu, pour te faire des prières, mais tu restes sourd.

Elle est belle comme une fleur, qu’on ne peut pas cueillir.
La regarder devrait donc me suffire.
Elle est aussi douce que les seins d’une mère.
Elle est tendre comme les épaules, d’un père.

Être sous l’influence, du charme…
D’une divine fille, d’une dame,
Aux cheveux mi-longs, mi-court,
Aux yeux de l’amour…

Suis-je contraint de m’asservir ?
Mon Dieu, pense à mon avenir.
Elle est belle comme une fleur, que je voudrais cueillir.
La regarder, ne peut plus me suffire.

Être sous l’influence, de l’amour…
Vivre sans défense, quel curieux parcours !
Avoir la peur pour deux, c’est trop lourd.
Mon Dieu, je te fais des prières, mais tu restes sourd.

Elle est belle comme une fleur, que j’essaye de cueillir.
La regarder ne peut plus, me suffire.
Elle est aussi douce que les seins, d’une mère.
Elle est tendre, comme les épaules, d’un père.

Mais, le bouleversement de mes jours,
A surgit, en plein milieu d’un après-midi.
On s’était dit salut, bonjour et sans soucis,
La fille de mes rêves, devint une femme dans ma vie.

Elle est belle comme une fleur, que j’ai fini par cueillir.
La regarder n’a pas pu me suffire.
Elle est aussi douce que les seins d’une mère.
Elle a fait de moi, ce que je suis : Un père.
  • Phonétique : Sous Influence.

    εtʁə su lɛ̃flɥɑ̃sə dy tɑ̃ ki pasə.
    vwaʁ, otʁə ʃozə kə swa, o fɔ̃ də la ɡlasə.
    avwaʁ dεz- ɑ̃vi sudεnə dεtʁə œʁø.
    mɔ̃ djø, ʒə pʁɔfitə də lobεnə puʁ tə pʁje œ̃ pø.

    dɑ̃ la sɔlitydə də ma vi,
    lə paʁfœ̃ də kypidɔ̃-ɑ̃tə suvɑ̃ mε nɥi.
    lεz- iø ləve vεʁ lε sjø, sε ʒystə puʁ,
    mɔ̃ djø, puʁ tə fεʁə dε pʁjεʁə, mε ty ʁεstə suʁ.

    εllə ε bεllə kɔmə ynə flœʁ, kɔ̃ nə pø pa kœjiʁ.
    la ʁəɡaʁde dəvʁε dɔ̃k mə syfiʁə.
    εllə εt- osi dusə kə lε sɛ̃ dynə mεʁə.
    εllə ε tɑ̃dʁə kɔmə lεz- epolə, dœ̃ pεʁə.

    εtʁə su lɛ̃flɥɑ̃sə, dy ʃaʁmə…
    dynə divinə fijə, dynə damə,
    o ʃəvø mi lɔ̃ɡ, mi kuʁ,
    oz- iø də lamuʁ…

    sɥi ʒə kɔ̃tʁɛ̃ də masεʁviʁ ?
    mɔ̃ djø, pɑ̃sə a mɔ̃n- avəniʁ.
    εllə ε bεllə kɔmə ynə flœʁ, kə ʒə vudʁε kœjiʁ.
    la ʁəɡaʁde, nə pø plys mə syfiʁə.

    εtʁə su lɛ̃flɥɑ̃sə, də lamuʁ…
    vivʁə sɑ̃ defɑ̃sə, kεl kyʁjø paʁkuʁ !
    avwaʁ la pœʁ puʁ dø, sε tʁo luʁ.
    mɔ̃ djø, ʒə tə fε dε pʁjεʁə, mε ty ʁεstə suʁ.

    εllə ε bεllə kɔmə ynə flœʁ, kə ʒesεj də kœjiʁ.
    la ʁəɡaʁde nə pø plys, mə syfiʁə.
    εllə εt- osi dusə kə lε sɛ̃, dynə mεʁə.
    εllə ε tɑ̃dʁə, kɔmə lεz- epolə, dœ̃ pεʁə.

    mε, lə buləvεʁsəmɑ̃ də mε ʒuʁ,
    a syʁʒi, ɑ̃ plɛ̃ miljø dœ̃n- apʁε midi.
    ɔ̃ setε di saly, bɔ̃ʒuʁ e sɑ̃ susi,
    la fijə də mε ʁεvə, dəvɛ̃ ynə famə dɑ̃ ma vi.

    εllə ε bεllə kɔmə ynə flœʁ, kə ʒε fini paʁ kœjiʁ.
    la ʁəɡaʁde na pa py mə syfiʁə.
    εllə εt- osi dusə kə lε sɛ̃ dynə mεʁə.
    εllə a fε də mwa, sə kə ʒə sɥi : œ̃ pεʁə.

PostScriptum

Dédier à la mère de mon fils.

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
29/05/2020Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre resentit, un encouragement, un conseille ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.