Poeme-France : Lecture Écrit État d'âme

Poeme : Aux Confins Des Sens

Poème État d'âme
Publié le 01/08/2016 21:04

L'écrit contient 109 mots qui sont répartis dans 4 strophes. La composition des vers de ce poème suivent la forme classique du Sonnet.

Formes poétique utilisées

Alexandrin
Sonnet

Poete : Outrenoir

Aux Confins Des Sens

C’est un haillon vermeil, embrasant la montagne,
Qui gagne mon regard ; ce grand brasier sans fonds
Pulvérise les ombres, immergeant la campagne,
Qui constelle sans fin de mon cœur les tréfonds.

D’amères impressions dès l’aurore charmante,
D’embruns sucrés du vin et de sève de grappe
Instillent insidieux, l’illusion enivrante
D’une geste aux confins que l’ineffable drape.

L’ultime havre intime, d’une fuite amnésique !
Quand la faim et la soif se tarissent en moi,
Avivé par la flamme ; tout mon être en émoi,

Réveille lentement la dolente musique…
Ô étouffés murmures et psaumes bucoliques,
De mon âme marrie d’un air mélancolique !
  • Pieds Hyphénique: Aux Confins Des Sens

    cest=un=haillon=ver=meil=em=bra=sant=la=mon=ta=gne 12
    qui=ga=gne=mon=re=gard=ce=grand=bra=sier=sans=fonds 12
    pul=vé=ri=se=les=ombres=im=mer=geant=la=cam=pagne 12
    qui=cons=tel=le=sans=fin=de=mon=cœur=les=tré=fonds 12

    da=mè=res=im=pres=sions=dès=lau=ro=re=char=mante 12
    dem=bruns=su=crés=du=vin=et=de=sè=ve=de=grappe 12
    ins=til=lent=in=si=dieux=lil=lu=sion=en=ivran=te 12
    dune=ges=te=aux=con=fins=que=li=nef=fa=ble=drape 12

    lul=time=ha=vrein=ti=me=du=ne=fui=te=a=mné=si=que 14
    quand=la=faim=et=la=soif=se=ta=ris=sent=en=moi 12
    avi=vé=par=la=flamme=tout=mon=ê=tre=en=é=moi 12

    ré=veille=len=te=ment=la=do=len=te=mu=si=que 12
    ô=é=touf=fés=mur=mures=et=p=sau=mes=bu=co=li=ques 14
    de=mon=â=me=mar=rie=dun=air=mé=lan=co=li=que 13
  • Phonétique : Aux Confins Des Sens

    sεt- œ̃-ajɔ̃ vεʁmεj, ɑ̃bʁazɑ̃ la mɔ̃taɲə,
    ki ɡaɲə mɔ̃ ʁəɡaʁ, sə ɡʁɑ̃ bʁazje sɑ̃ fɔ̃
    pylveʁizə lεz- ɔ̃bʁə, imεʁʒɑ̃ la kɑ̃paɲə,
    ki kɔ̃stεllə sɑ̃ fɛ̃ də mɔ̃ kœʁ lε tʁefɔ̃.

    damεʁəz- ɛ̃pʁesjɔ̃ dε loʁɔʁə ʃaʁmɑ̃tə,
    dɑ̃bʁœ̃ sykʁe dy vɛ̃ e də sεvə də ɡʁapə
    ɛ̃stije ɛ̃sidjø, lilyzjɔ̃ ɑ̃nivʁɑ̃tə
    dynə ʒεstə o kɔ̃fɛ̃ kə linefablə dʁapə.

    lyltimə-avʁə ɛ̃timə, dynə fɥitə amnezikə !
    kɑ̃ la fɛ̃ e la swaf sə taʁise ɑ̃ mwa,
    avive paʁ la flamə, tu mɔ̃n- εtʁə ɑ̃n- emwa,

    ʁevεjə lɑ̃təmɑ̃ la dɔlɑ̃tə myzikə…
    o etufe myʁmyʁəz- e psomə bykɔlik,
    də mɔ̃n- amə maʁi dœ̃n- εʁ melɑ̃kɔlikə !
  • Pieds Phonétique : Aux Confins Des Sens

    sε=tœ̃-a=jɔ̃=vεʁ=mεj=ɑ̃=bʁa=zɑ̃=la=mɔ̃=taɲə 12
    ki=ɡa=ɲə=mɔ̃=ʁə=ɡaʁ=sə=ɡʁɑ̃=bʁa=zje=sɑ̃=fɔ̃ 12
    pyl=ve=ʁi=zə=lε=zɔ̃bʁə=i=mεʁ=ʒɑ̃=la=kɑ̃=paɲə 12
    ki=kɔ̃s=tεl=lə=sɑ̃=fɛ̃=də=mɔ̃=kœʁ=lε=tʁe=fɔ̃ 12

    da=mε=ʁə=zɛ̃=pʁe=sjɔ̃=dε=lo=ʁɔ=ʁə=ʃaʁ=mɑ̃tə 12
    dɑ̃=bʁœ̃=sy=kʁe=dy=vɛ̃=e=də=sε=və=də=ɡʁapə 12
    ɛ̃s=ti=je=ɛ̃=si=djø=li=ly=zjɔ̃=ɑ̃=ni=vʁɑ̃tə 12
    dynə=ʒεs=tə=o=kɔ̃=fɛ̃=kə=li=ne=fa=blə=dʁapə 12

    lyl=ti=mə-avʁəɛ̃=ti=mə=dy=nə=fɥi=tə=am=ne=zikə 13
    kɑ̃=la=fɛ̃=e=la=swaf=sə=ta=ʁi=se=ɑ̃=mwa 12
    a=vi=ve=paʁ=la=flamə=tu=mɔ̃=nε=tʁəɑ̃=ne=mwa 12

    ʁe=vε=jə=lɑ̃=tə=mɑ̃=la=dɔ=lɑ̃=tə=my=zikə 12
    o=e=tu=fe=myʁ=myʁə=ze=pso=mə=by=kɔ=lik 12
    də=mɔ̃=na=mə=ma=ʁi=dœ̃=nεʁ=me=lɑ̃=kɔ=likə 12

PostScriptum

Un paysage… qui met en éveil les sens, fait naître des impressions et trouve un écho en nous-même. Il nous amène irrémédiablement à la confrontation de nos sensations les plus intimes, là où le dicible à l’indicible se joint… Il en ressort une musique, aux diverses tonalités et déclinaisons, que nous tentons vainement d’appréhender. C’est elle qui nous appréhende et nous traverse, témoins immobiles de la mélancolie…

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
01/08/2016 23:51Coburitc

un beau partage , une aurore superbement racontée.
Jean-Pierre

Auteur de Poésie
02/08/2016 00:16Outrenoir

Un grand merci Coburitc !
Amitiés poétiques

Auteur de Poésie
02/08/2016 01:23Apathique Phoenix

J’aime également beaucoup c’est agréable à lire 🙂

Auteur de Poésie
02/08/2016 11:35Outrenoir

Merci bien Apathique Phoenix !
Amicalement

Auteur de Poésie
02/08/2016 18:23Willy25

Quelque petite erreur sur la longueur des pieds mais cela n’enlève rien à l’attrait poétique du texte