Poeme-France : Lecture Écrit Suicide

Texte : Je Ne Me Ressemble Plus

Texte Suicide
Publié le 21/10/2020 10:36

L'écrit contient 134 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Papifé

Je Ne Me Ressemble Plus

Ma vie est un vrai désastre. Tout est abîmé. Les rares bonnes choses qui me restent encore, je les détruis. Tout ce qui en moi était dans l’écoute des autres est en train de s’éteindre. Je n’ai confiance en personne… Je me coupe de tout, je deviens agressif… Je ne supporte plus personne et encore moins moi-même…
Je ne me ressemble plus.
Chaque jour je sombre un peu plus. Je suis dans une fiction qui ressemble à la vie mais qui n’en est plus une. J’essaie bien de me remplir des petits bonheurs de la vie, j’essaie de rire de tout… mais…
Je crois que je suis cet homme rempli de colère qui défonce le fond de sa barque et se regarde couler tant il se déteste.
  • Phonétique : Je Ne Me Ressemble Plus

    ma vi εt- œ̃ vʁε dezastʁə. tut- εt- abime. lε ʁaʁə bɔnə ʃozə ki mə ʁεste ɑ̃kɔʁə, ʒə lε detʁɥi. tu sə ki ɑ̃ mwa etε dɑ̃ lekutə dεz- otʁəz- εt- ɑ̃ tʁɛ̃ də setɛ̃dʁə. ʒə nε kɔ̃fjɑ̃sə ɑ̃ pεʁsɔnə… ʒə mə kupə də tu, ʒə dəvjɛ̃z- aɡʁesif… ʒə nə sypɔʁtə plys pεʁsɔnə e ɑ̃kɔʁə mwɛ̃ mwa mεmə…
    ʒə nə mə ʁəsɑ̃blə plys.
    ʃakə ʒuʁ ʒə sɔ̃bʁə œ̃ pø plys. ʒə sɥi dɑ̃z- ynə fiksjɔ̃ ki ʁəsɑ̃blə a la vi mε ki nɑ̃n- ε plysz- ynə. ʒesε bjɛ̃ də mə ʁɑ̃pliʁ dε pəti bɔnœʁ də la vi, ʒesε də ʁiʁə də tu… mε…
    ʒə kʁwa kə ʒə sɥi sεt ɔmə ʁɑ̃pli də kɔlεʁə ki defɔ̃sə lə fɔ̃ də sa baʁkə e sə ʁəɡaʁdə kule tɑ̃ il sə detεstə.

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
21/10/2020 14:14Princesse

Parler fait du bien Papifé ! Ce qui est dit n’est déjà plus en vous! Quelle douleur je sent dans ce texte... tout ce que j’ai pu expérimenter, et dont j’ai pu m’extraire, du moins en pensée. Car je portais tout ce qui découle du fait des autres, et mon bon cœur d’enfant, donnait à ceux qui ont abusé, et qui continuent ! J’ai envie de vous dire, prenez avec vos mains, toutes les colères énumérées une à une, et sortez les de votre cœur, en faisant le geste. Elles ne sont pas les votre. Et dites en vous même, "ces colères je les envoie là où personne ne peut plus jamais les utiliser contre personne, pour qu’elles se transforme en bonnes pensées qui me reviennent." Et ne fermez pas la porte, à ceux qui vous écoutent avec bienveillance, sans juger qui que ce soit et quoi que ce soit...

Auteur de Poésie
21/10/2020 19:59Anya

Ecrit touchant, un moment de forte déprime,ressenti bien formulė.
La barque prend l eau mais on ne coulera pas si l on se sert des branchages autour de soi. Avoir conscience que l on est en train de sombrer est déjà un grand pas pour retrouver un peu d’ espoir, et il y a certainement quelque part une âme soeur qui a envie de vous réchauffer le cœur.