Univers de poésie d'un auteur

Texte:Lettre A Cœur Ouvert…

Le Texte

Mon ange,
Je reprends ma plume pour t’écrire,
Ce qui rend ce choix si difficile,
Je remonte le temps afin de ne jamais oublié,
L’essence même de nos « je t’aime »
Un chien, une séparation compliqué, de l’aide et nos premiers messages…
Un jeu se crée, très vite tu hante mes pensées, malgré nos promesses de ne pas s’attaché…
Nos cœurs commence à ce lié sans que l’on puisse les arrêter…
Une nuit enneigé mes mots se sont évadé… Un au-revoir meller d’un « je t’aime »…
Mon cœur c’est exprimé sans avoir pu le retenir…
6 mois de bonheur, de passion, d’excitation…
15j a n’être presque que nous
Un conte de fée même si il n’était pas parfait, il était a nous
Mais qu’importe la perfection, la passion était si forte, de l’amour, de la passion, des « je t’aime » et tant de promesses…
Une nuit si parfaite, je me souviens encore du vent qui caresser nos corps enlacés dans les galets, des étreinte si enflammé de notre course pour voir le soleil sur la mer se couché
Un temps ou j’aimerais m’échapper en cette instants…
Je me souviens encore de nos corps en sueur, … a chaque endroit où notre désirs nous conduisait…
pour moi les moments, les plus heureux que l’on es pu connaître
Mais un en particulier, dans les premiers jour de février…
Un matin, un jour de deuil, mais tu étais là…
Ce matin là tu m’a prise dans tes bras pour glisser a mon oreille ce mot qui m’a faite renaître c’est 4 dernière année…
Un simple « je t’aime » mais comme une promesse d’un futur remplie de tendresse
6 mois se sont écoulés…
Une simple soirée…
Mon monde s’écroule, la chute es dur a encaisser. .
J’ai pris sur moi, pensant que mes inaction avait fini par me retombe dessus
Mon cœur es anéantie, mes rêves brisés, je ne mange plus, je ne dors plus, je ne vis plus mais il me faut continuer à sourire même si se n’est qu’une façade… Dans les yeux de mon fils je trouve le courage de ne pas succomber à l’appel de la faucheuse quand jour après jour je te vois construire nos rêves avec « elle », celle que tu as appelé ta femme avant de te rappeler pourquoi la vie vous avez séparer…
A chaque fois que l’on se croise, je peu lire dans ton regard… « Pardonne-moi »
Nos sentiments ne sont pas mort, car au delà de la douleur, mon cœur es toujours attaché au tiens…
Malgré « elle », on reprend un peu de nous, on essaie de reconstruire les morceaux brisés…
Je reprends goût à la vie, mais au fond de moi une plaie qui ne veut cicatriser d’avoir été abandonnée subsiste…
Mon cœur toujours plus amoureux de toi, a finalement trouvé le courage de tout plaquer avec cette espoir de nous…
Mais le « nous » attendu reste en suspend et seule il me faut avancer…
Ma solitude fait ressortir ta jalousie, mon manque d’estime en moi même me fait le vivre au plus mal quand j’aurai aimé que tu me dise que tu as confiance et que bientôt c’est ensemble que l’on aurait cette vie… Le temps passe et chaque jour je ressens ta peur encore plus présente… Elle me font changé car dans le noir elle me font retourné, mes messages n’arrive plus à te montré mon désir, hors que du désir pour ton corps, tes caresses, ta folie… J’en avais à revendre… T’es « sois sage » m’angoisse et je réagis par la colère puisque je ne les comprends pas il me rappelle a chaque fois mon passé, ce passé que je veux oublié… Bien avant nous… J’ai ce sentiment que tu pense que je veuille te trahir, a chaque fois que je sort… Alors que non, pour moi… Ma vie sa n’a toujours été que toi…
Mais aujourd’hui, je sais que je te blesse et oui je m’en veux car chaque jour de notre vie je ne l’oublie pas, je sais pourquoi je t’ai aimé et pourquoi je ne pourrai jamais cessé… Désolé de ne pas arrivé a attendre sans souffrir… Je t’aime. .
Partage du Texte avec vos contacts
Poeme de Tristana

Écrivain Tristana

Tristana a publié sur le site 93 écrits. Tristana est membre du site depuis l'année 2018.

Syllabation De L'Écrit

Phonétique : Lettre A Cœur Ouvert…mɔ̃n- ɑ̃ʒə,
ʒə ʁəpʁɑ̃ ma plymə puʁ tekʁiʁə,
sə ki ʁɑ̃ sə ʃwa si difisilə,
ʒə ʁəmɔ̃tə lə tɑ̃z- afɛ̃ də nə ʒamεz- ublje,
lesɑ̃sə mεmə də nɔs « ʒə tεmə »
œ̃ ʃjɛ̃, ynə sepaʁasjɔ̃ kɔ̃plike, də lεdə e no pʁəmje mesaʒə…
œ̃ ʒø sə kʁe, tʁε vitə ty-ɑ̃tə mε pɑ̃se, malɡʁe no pʁɔmesə də nə pa sataʃe…
no kœʁ kɔmɑ̃sə a sə lje sɑ̃ kə lɔ̃ pɥisə lεz- aʁεte…
ynə nɥi εnεʒe mε mo sə sɔ̃t- evade… œ̃n- o ʁəvwaʁ mεlle dyn « ʒə tεmə »…
mɔ̃ kœʁ sεt- εkspʁime sɑ̃z- avwaʁ py lə ʁətəniʁ…
si- mwa də bɔnœʁ, də pasjɔ̃, dεksitasjɔ̃…
kɛ̃zə ʒi a nεtʁə pʁεskə kə nu
œ̃ kɔ̃tə də fe mεmə si il netε pa paʁfε, il etε a nu
mε kɛ̃pɔʁtə la pεʁfεksjɔ̃, la pasjɔ̃ etε si fɔʁtə, də lamuʁ, də la pasjɔ̃, dəs « ʒə tεmə » εt tɑ̃ də pʁɔmesə…
ynə nɥi si paʁfεtə, ʒə mə suvjɛ̃z- ɑ̃kɔʁə dy vɑ̃ ki kaʁese no kɔʁz- ɑ̃lase dɑ̃ lε ɡalε, dεz- etʁɛ̃tə si ɑ̃flame də nɔtʁə kuʁsə puʁ vwaʁ lə sɔlεj syʁ la mεʁ sə kuʃe
œ̃ tɑ̃z- u ʒεməʁε meʃape ɑ̃ sεtə ɛ̃stɑ̃…
ʒə mə suvjɛ̃z- ɑ̃kɔʁə də no kɔʁz- ɑ̃ sɥœʁ, … a ʃakə ɑ̃dʁwa u nɔtʁə deziʁ nu kɔ̃dɥizε…
puʁ mwa lε mɔmɑ̃, lε plysz- œʁø kə lɔ̃n- ε py kɔnεtʁə
mεz- œ̃n- ɑ̃ paʁtikylje, dɑ̃ lε pʁəmje ʒuʁ də fevʁje…
œ̃ matɛ̃, œ̃ ʒuʁ də dəj, mε ty etε la…
sə matɛ̃ la ty ma pʁizə dɑ̃ tε bʁa puʁ ɡlise a mɔ̃n- ɔʁεjə sə mo ki ma fεtə ʁənεtʁə sε katʁə dεʁnjεʁə ane…
œ̃ sɛ̃plə « ʒə tεmə » mε kɔmə ynə pʁɔmεsə dœ̃ fytyʁ ʁɑ̃pli də tɑ̃dʁεsə
si- mwa sə sɔ̃t- ekule…
ynə sɛ̃plə swaʁe…
mɔ̃ mɔ̃də sekʁulə, la ʃytə ε dyʁ a ɑ̃kεse.
ʒε pʁi syʁ mwa, pɑ̃sɑ̃ kə mεz- inaksjɔ̃ avε fini paʁ mə ʁətɔ̃bə dəsy
mɔ̃ kœʁ ε aneɑ̃ti, mε ʁεvə bʁize, ʒə nə mɑ̃ʒə plys, ʒə nə dɔʁ plys, ʒə nə vis plys mεz- il mə fo kɔ̃tinɥe a suʁiʁə mεmə si sə nε kynə fasadə… dɑ̃ lεz- iø də mɔ̃ fis ʒə tʁuvə lə kuʁaʒə də nə pa sykɔ̃be a lapεl də la foʃøzə kɑ̃ ʒuʁ apʁε ʒuʁ ʒə tə vwa kɔ̃stʁɥiʁə no ʁεvəz- avək « εllə », sεllə kə ty a apəle ta famə avɑ̃ də tə ʁapəle puʁkwa la vi vuz- ave sepaʁe…
a ʃakə fwa kə lɔ̃ sə kʁwazə, ʒə pø liʁə dɑ̃ tɔ̃ ʁəɡaʁ… « paʁdɔnə mwa »
no sɑ̃timɑ̃ nə sɔ̃ pa mɔʁ, kaʁ o dəla də la dulœʁ, mɔ̃ kœʁ ε tuʒuʁz- ataʃe o tjɛ̃…
malɡʁe « εllə », ɔ̃ ʁəpʁɑ̃t- œ̃ pø də nu, ɔ̃n- esε də ʁəkɔ̃stʁɥiʁə lε mɔʁso bʁize…
ʒə ʁəpʁɑ̃ ɡu a la vi, mεz- o fɔ̃ də mwa ynə plε ki nə vø sikatʁize davwaʁ ete abɑ̃dɔne sybzistə…
mɔ̃ kœʁ tuʒuʁ plysz- amuʁø də twa, a finaləmɑ̃ tʁuve lə kuʁaʒə də tu plake avεk sεtə εspwaʁ də nu…
mε lə « nus » atɑ̃dy ʁεstə ɑ̃ syspɑ̃t- e sələ il mə fo avɑ̃se…
ma sɔlitydə fε ʁəsɔʁtiʁ ta ʒaluzi, mɔ̃ mɑ̃kə dεstimə ɑ̃ mwa mεmə mə fε lə vivʁə o plys mal kɑ̃ ʒoʁε εme kə ty mə dizə kə ty a kɔ̃fjɑ̃sə e kə bjɛ̃to sεt- ɑ̃sɑ̃blə kə lɔ̃n- oʁε sεtə vi… lə tɑ̃ pasə e ʃakə ʒuʁ ʒə ʁəsɛ̃ ta pœʁ ɑ̃kɔʁə plys pʁezɑ̃tə… εllə mə fɔ̃ ʃɑ̃ʒe kaʁ dɑ̃ lə nwaʁ εllə mə fɔ̃ ʁətuʁne, mε mesaʒə naʁivə plysz- a tə mɔ̃tʁe mɔ̃ deziʁ, ɔʁ kə dy deziʁ puʁ tɔ̃ kɔʁ, tε kaʁesə, ta fɔli… ʒɑ̃n- avεz- a ʁəvɑ̃dʁə… təs « swa saʒə » mɑ̃ɡwasə e ʒə ʁeaʒi paʁ la kɔlεʁə pɥiskə ʒə nə lε kɔ̃pʁɑ̃ pa il mə ʁapεllə a ʃakə fwa mɔ̃ pase, sə pase kə ʒə vøz- ublje… bjɛ̃ avɑ̃ nu… ʒε sə sɑ̃timɑ̃ kə ty pɑ̃sə kə ʒə vœjə tə tʁaiʁ, a ʃakə fwa kə ʒə sɔʁ… alɔʁ kə nɔ̃, puʁ mwa… ma vi sa na tuʒuʁz- ete kə twa…
mεz- oʒuʁdɥi, ʒə sε kə ʒə tə blεsə e ui ʒə mɑ̃ vø kaʁ ʃakə ʒuʁ də nɔtʁə vi ʒə nə lubli pa, ʒə sε puʁkwa ʒə tε εme e puʁkwa ʒə nə puʁʁε ʒamε sese… dezɔle də nə pa aʁive a atɑ̃dʁə sɑ̃ sufʁiʁ… ʒə tεmə.

Récompense

Coup de coeur: 0
J’aime: 0
J’aime pas: 0

Poesie sans commentaire

Commentaire poème
24/05/2024Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.

Texte Amour
Du 16/05/2023 23:04

L'écrit contient 728 mots qui sont répartis dans 1 strophes.