Poeme-France : Lecture Écrit Solaire

Poeme : Encore Et Toujours Monotone

Poème Solaire
Publié le 14/09/2004 00:00

L'écrit contient 217 mots qui sont répartis dans 6 strophes. Toutes les strophes sont composés de 4 vers. Il est possible que le texte suive une forme de poésie classique.

Poete : Sheris

Encore Et Toujours Monotone

L’aube toujours rougeoyante enfin se lève
Révélant la campagne sous ses habits d’or
L’incessant combat entre la nuit et le jour s’achève
Laissant place au réveil des âmes et des corps.

Les pâles rayons de cette sublime aurore
Dissipent la brume, laissée par le sommeil
Me voilà donc un peu moins jeune que la veille
Le poids des ans inéxorablement me ramène vers la mort

Que n’ai-je vu de cette splendide lueur ?
Qui me rapproche des ses dures heures de labeurs
Triste qu’est ma vie sans aparat ni même éclat
On recommence encore une fois, encore une fois

C’est ce pathétique rituel qui commence maintenant
J’allume le poste, mauvaise nouvelles en excès :
Trois morts lors d’une prise d’otage, guerre en Iran
Je suis sourde aux cris de ces victimes de la société

Je m’en vais vers ce travail monotone et éphémère
Trimer pendant des semaines pour un salaire de misère
Une larme roule le long de ma frèle joue
A peine de quoi nourrir mes tendres « petits bouts »

Le poids des heures me fatigue, je baille
Et l’horizon tout entier s’enveloppe dans l’ombre
Et le soleil mourant, sur un ciel riche et sombre
Ferme les branches d’or de son rouge éventail
  • Pieds Hyphénique: Encore Et Toujours Monotone

    lau=be=tou=jours=rou=geoyan=te=en=fin=se=lè=ve 12
    ré=vé=lant=la=cam=pa=gne=sous=ses=ha=bits=dor 12
    linces=sant=com=bat=en=tre=la=nuit=et=le=jour=sa=chève 13
    lais=sant=place=au=ré=veil=des=â=mes=et=des=corps 12

    les=pâ=les=rayons=de=cet=te=su=bli=me=au=rore 12
    dis=si=pent=la=bru=me=lais=sée=par=le=som=meil 12
    me=voi=là=donc=un=peu=moins=jeu=ne=que=la=veille 12
    le=poids=des=ans=i=néxo=rable=ment=me=ra=mè=ne=vers=la=mort 15

    que=nai=je=vu=de=cet=te=splen=di=de=lueur 11
    qui=me=rap=proche=des=ses=du=res=heu=res=de=la=beurs 13
    triste=quest=ma=vie=sans=a=pa=rat=ni=mê=meé=clat 12
    on=re=commen=ceen=co=re=u=ne=fois=en=co=re=u=ne=fois 15

    cest=ce=pa=thé=ti=que=ri=tuel=qui=commen=ce=main=te=nant 14
    jal=lume=le=pos=te=mau=vaise=nou=vel=les=en=ex=cès 13
    trois=morts=lors=dune=pri=se=do=ta=ge=guer=reen=i=ran 13
    je=suis=sourdeaux=cris=de=ces=vic=ti=mes=de=la=so=cié=té 14

    je=men=vais=vers=ce=tra=vail=mo=no=toneet=é=phé=mère 13
    tri=mer=pen=dant=des=se=maines=pour=un=sa=lai=re=de=mi=sère 15
    une=lar=me=rou=le=le=long=de=ma=frè=le=joue 12
    a=peine=de=quoi=nour=rir=mes=ten=dres=pe=tits=bouts 12

    le=poids=des=heu=res=me=fa=ti=gue=je=bail=le 12
    et=lho=ri=zon=tout=en=tier=senve=lop=pe=dans=lombre 12
    et=le=so=leil=mou=rant=sur=un=ciel=riche=et=sombre 12
    ferme=les=bran=ches=dor=de=son=rou=ge=é=ven=tail 12
  • Phonétique : Encore Et Toujours Monotone

    lobə tuʒuʁ ʁuʒwajɑ̃tə ɑ̃fɛ̃ sə lεvə
    ʁevelɑ̃ la kɑ̃paɲə su sεz- abi dɔʁ
    lɛ̃sesɑ̃ kɔ̃ba ɑ̃tʁə la nɥi e lə ʒuʁ saʃεvə
    lεsɑ̃ plasə o ʁevεj dεz- aməz- e dε kɔʁ.

    lε palə ʁεjɔ̃ də sεtə syblimə oʁɔʁə
    disipe la bʁymə, lεse paʁ lə sɔmεj
    mə vwala dɔ̃k œ̃ pø mwɛ̃ ʒənə kə la vεjə
    lə pwa dεz- ɑ̃ ineksɔʁabləmɑ̃ mə ʁamεnə vεʁ la mɔʁ

    kə nε ʒə vy də sεtə splɑ̃didə lɥœʁ ?
    ki mə ʁapʁoʃə dε sε dyʁəz- œʁ də labœʁ
    tʁistə kε ma vi sɑ̃z- apaʁa ni mεmə ekla
    ɔ̃ ʁəkɔmɑ̃sə ɑ̃kɔʁə ynə fwa, ɑ̃kɔʁə ynə fwa

    sε sə patetikə ʁitɥεl ki kɔmɑ̃sə mɛ̃tənɑ̃
    ʒalymə lə pɔstə, movεzə nuvεlləz- ɑ̃n- εksε :
    tʁwa mɔʁ lɔʁ dynə pʁizə dɔtaʒə, ɡeʁə ɑ̃n- iʁɑ̃
    ʒə sɥi suʁdə o kʁi də sε viktimə də la sɔsjete

    ʒə mɑ̃ vε vεʁ sə tʁavaj monotɔnə e efemεʁə
    tʁime pɑ̃dɑ̃ dε səmεnə puʁ œ̃ salεʁə də mizεʁə
    ynə laʁmə ʁulə lə lɔ̃ də ma fʁεlə ʒu
    a pεnə də kwa nuʁʁiʁ mε tɑ̃dʁəs « pəti buts »

    lə pwa dεz- œʁ mə fatiɡ, ʒə bajə
    e lɔʁizɔ̃ tut- ɑ̃tje sɑ̃vəlɔpə dɑ̃ lɔ̃bʁə
    e lə sɔlεj muʁɑ̃, syʁ œ̃ sjεl ʁiʃə e sɔ̃bʁə
    fεʁmə lε bʁɑ̃ʃə dɔʁ də sɔ̃ ʁuʒə evɑ̃taj
  • Pieds Phonétique : Encore Et Toujours Monotone

    lo=bə=tu=ʒuʁ=ʁu=ʒwa=jɑ̃=tə=ɑ̃=fɛ̃=sə=lεvə 12
    ʁe=ve=lɑ̃=la=kɑ̃=pa=ɲə=su=sε=za=bi=dɔʁ 12
    lɛ̃se=sɑ̃=kɔ̃=ba=ɑ̃=tʁə=la=nɥi=e=lə=ʒuʁ=saʃεvə 12
    lε=sɑ̃=plasə=o=ʁe=vεj=dε=za=mə=ze=dε=kɔʁ 12

    lε=palə=ʁε=jɔ̃=də=sε=tə=sy=bli=mə=o=ʁɔʁə 12
    di=si=pe=la=bʁy=mə=lε=se=paʁ=lə=sɔ=mεj 12
    mə=vwa=la=dɔ̃k=œ̃=pø=mwɛ̃=ʒə=nə=kə=la=vεjə 12
    lə=pwa=dε=zɑ̃=i=nek=sɔ=ʁablə=mɑ̃=mə=ʁa=mε=nə=vεʁ=la=mɔʁ 16

    kə=nε=ʒə=vy=də=sε=tə=splɑ̃=di=də=lɥœ=ʁə 12
    kimə=ʁa=pʁo=ʃə=dε=sε=dy=ʁə=zœʁ=də=la=bœʁ 12
    tʁistə=kε=ma=vi=sɑ̃=za=pa=ʁa=ni=mε=məe=kla 12
    ɔ̃ʁə=kɔ=mɑ̃=səɑ̃=kɔ=ʁə=y=nə=fwa=ɑ̃=kɔ=ʁə=y=nə=fwa 15

    sεsə=pa=te=ti=kə=ʁit=ɥεl=ki=kɔ=mɑ̃=sə=mɛ̃=tə=nɑ̃ 14
    ʒa=lymə=lə=pɔs=tə=mo=vε=zə=nu=vεllə=zɑ̃=nεk=sε 13
    tʁwa=mɔʁ=lɔʁ=dynə=pʁi=zə=dɔ=ta=ʒə=ɡe=ʁəɑ̃=ni=ʁɑ̃ 13
    ʒə=sɥi=suʁdəo=kʁi=də=sε=vik=ti=mə=də=la=sɔ=sje=te 14

    ʒə=mɑ̃=vε=vεʁsə=tʁa=vaj=mo=no=tɔ=nəe=e=fe=mεʁə 13
    tʁi=me=pɑ̃=dɑ̃=dεsə=mε=nə=puʁ=œ̃=sa=lε=ʁə=də=mi=zεʁə 15
    ynə=laʁ=mə=ʁu=lə=lə=lɔ̃=də=ma=fʁε=lə=ʒu 12
    a=pεnə=də=kwa=nuʁ=ʁiʁ=mε=tɑ̃=dʁəs=pə=ti=buts 12

    lə=pwa=dε=zœ=ʁə=mə=fa=ti=ɡə=ʒə=ba=jə 12
    e=lɔ=ʁi=zɔ̃=tu=tɑ̃=tje=sɑ̃=və=lɔ=pə=dɑ̃lɔ̃bʁə 12
    e=lə=sɔ=lεj=mu=ʁɑ̃=syʁ=œ̃=sjεl=ʁiʃə=e=sɔ̃bʁə 12
    fεʁ=mə=lε=bʁɑ̃=ʃə=dɔʁdə=sɔ̃=ʁu=ʒə=e=vɑ̃=taj 12

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
14/09/2004 00:00Triste Inconnu

bravo c’set un super poM. . . autant le fond que la forme. . .
trés bien écrit je trouve. . . continue ainsi. .
tu sais la monotonie peut être brisé. . . j’aimerais voir un sourire plutot qu’une larme. . .
amicalement

Auteur de Poésie
14/09/2004 00:00+(C+r+o+w)+(S)(S)(S)

Un poeme ki né pourtant pas monotone a nimporte lekel 😉 tu écrits tré bien, et sa ns donne une lescture plus simple.
Continu sur cette voie, tout en te souhaitant ke la banalité ne sera pas maitre éternelemen.
Amicalement CWDE

Auteur de Poésie
14/09/2004 00:00Kugaiji

[révélant, réveil, pâles, me ramène, que n’ai-je vu, Tristes (si ça se rapporte au labeur, sinon, le "qu’" est de trop), je baîlle]
j’ai du mal à comprendre le sens de travail éphémère, car justement s’il est monotone. . . il se montre loin d’être éphémère. . .
Quelques fautes, un poème mélancolique et des sujets récurrents dans les poèmes récents (guerres etc. . . )

Auteur de Poésie
14/09/2004 00:00Sheris

Bahh je pensais principalement a un travail de manufacture Kugaiji. Donc emballer sur une chaîne des bananes ou des oranges, c’est toujours aussi monotone même si le fruit change !!!

Auteur de Poésie
15/09/2004 00:00Zeussinou

Génial. . Je trouve que tu écris vraiment très bien, de plus j’aime particulièrement tes derniers sujets. . Tant de réalité dans tes mots. . Bravo p’tite miss 😉

Auteur de Poésie
15/09/2004 00:00José Azevedo

J’adore ton superbe poème, j’ai eu un plaisir immense à le lire!. . Bravo.
Amitiés de josé (OUI)

Auteur de Poésie
22/09/2004 00:00Edeltayon

Tu l’as trouvé la reponse, sur l’air hagard des gens de la ville, qui trime comme toi, et se sente etouffé par une habitude monotone. . .
Tres beau poeme encore une fois, et bon anniversaire du 15 septembre(enfin je suppose)