Poeme-France : Lecture Écrit - Sans Thème -

Prose : Froide Obscurité

Prose - Sans Thème -
Publié le 10/05/2012 09:41

L'écrit contient 616 mots qui sont répartis dans 2 strophes.

Poete : Glad

Froide Obscurité

Euphorie glaciale qui te hante, monte, monte encore, pour finalement gagner tout ton corps. Tu es gelée de l’intérieur, t ca fait tellement bizarre que tu crois que c’est cette chaleur que tu désire tant. . Mais sais-tu encore faire la différence entre cette chaleur dont tu dépends tellement et ce froid glacial de ceux qui ne sont la que pour une chose ? . .
L’amour t’enivre, tu le sais, quelques sourires, de belles paroles, et c’est parti, le voila ce soleil qui arrive, vient te réchauffer. . Tu ne demande pas mieux à vrai dire, un peu de chaleur, même fictive, tant que cela peut t’aider à te croire en vie. .
Oui, croire. Car tu n’es pas en vie, tu le sais, tu le vois, et chaque jour, ces sombres pensées te le rappellent. . Tu es revenue. Chose étrange pourtant, impensable même, et pourtant…
Ta tombe était déjà creusée, petit à petit, sombres pensées, sombres écrits, sombres étaient ces lignes que tu tracais sur ton bras dans l’espoir que ta vie change, encore et encore. . Tu le faisais pour elle, je le sais. Tous le savent, je dois l’avouer… Tu ne voulais que la comprendre, pouvoir partager avec elle sa douleur. . Mais tu as un jour voulu la rejoindre, elle qui était partie trop tot, emportant tous tes espoirs de bonheur avec elle, son sang t’a subjuguée, possédée, tu ne voulais que le voir encore et encore pour vérifier si tu étais toujours en vie, pour t’assurer que tu ne rêvais pas de cet enfer qui était pourtant ton quotidien…
Alors un nouvel ange est arrivé. . N’étant plus une ombre parmi les ombres, les premiers compliments arrivèrent, et avec eux l’envie de rester en vie. . Tu as arrêté, pour lui, pas pour toi, car une part de toi voulait toujours partir la rejoindre, tu n’avais à vrai dire que ca en tête. . Sauf quand il te parlait. mais c’était sans plus, la distance oblige, tu l’aimais pourtant tellement que même aujourd’hui encore, tu pleure sa disparition à lui aussi. . Pourquoi, quand, comment ? Personne ne peut l’expliquer, mais tu avais peine arrêté de creuser ta tombe que tu t’es jetée dedans. . Tu y serais restée si tu n’avais pas téléphoné, et c’est ainsi qu’on t’a trouvé, tremblante, plaquettes éparpillées autour de toi, c’était il y a trois ans et demis à présent, pourtant la douleur des hallucinations est toujous la même. . Tu ressens encore ces mains qui te tenaient, étaient-elles réelles au moins ? Tu entends ces voix, et parmi elles, la sienne, ton ange évanoui que tu avais presque atteint. .
Retour brutal à la réalité, solitude, hopital, cathéter et autres fils, tu as mal, la tête te tourne encore. . Tu t’es laissée dépérir, mais tu vas survivre, tu lui as promis, car maintenant tu te rend compte que ce n’était pas un rêve, tu étais bel et bien en vie. . Mais la déchéance ne s’arrête pas là, à peine sortie de la tombe qu’on t’y rejette, ou presque, tas d’analyses et d’autopsies. . Thérapie qu’ils disent. .

Fin de l’histoire. Le soleil pointe parfois ses rayons, mais il semble que les nuages sont le toit de ta vie tant la chaleur t’a quittée. . Tu n’as à présent plus de sang, plus d’espoir parfois, même si tes anges t’en rapportent. . Tu vois tout de même, dans ce petit jardin de vie, un carré de terre fraichement retournée, qui tous les jours te rappelle que, ombre parmi les ombres, tu as bien failli nous quitter…
  • Phonétique : Froide Obscurité

    əfɔʁi ɡlasjalə ki tə-ɑ̃tə, mɔ̃tə, mɔ̃tə ɑ̃kɔʁə, puʁ finaləmɑ̃ ɡaɲe tu tɔ̃ kɔʁ. ty ε ʒəle də lɛ̃teʁjœʁ, te ka fε tεllmɑ̃ bizaʁə kə ty kʁwa kə sε sεtə ʃalœʁ kə ty deziʁə tɑ̃. mε sε ty ɑ̃kɔʁə fεʁə la difeʁɑ̃sə ɑ̃tʁə sεtə ʃalœʁ dɔ̃ ty depɑ̃ tεllmɑ̃ e sə fʁwa ɡlasjal də sø ki nə sɔ̃ la kə puʁ ynə ʃozə ? .
    lamuʁ tɑ̃nivʁə, ty lə sε, kεlk suʁiʁə, də bεllə paʁɔlə, e sε paʁti, lə vwala sə sɔlεj ki aʁivə, vjɛ̃ tə ʁeʃofe. ty nə dəmɑ̃də pa mjøz- a vʁε diʁə, œ̃ pø də ʃalœʁ, mεmə fiktivə, tɑ̃ kə səla pø tεde a tə kʁwaʁə ɑ̃ vi.
    ui, kʁwaʁə. kaʁ ty nε pa ɑ̃ vi, ty lə sε, ty lə vwa, e ʃakə ʒuʁ, sε sɔ̃bʁə- pɑ̃se tə lə ʁapεlle. ty ε ʁəvənɥ. ʃozə etʁɑ̃ʒə puʁtɑ̃, ɛ̃pɑ̃sablə mεmə, e puʁtɑ̃…
    ta tɔ̃bə etε deʒa kʁøze, pəti a pəti, sɔ̃bʁə- pɑ̃se, sɔ̃bʁəz- ekʁi, sɔ̃bʁəz- etε sε liɲə kə ty tʁakε syʁ tɔ̃ bʁa dɑ̃ lεspwaʁ kə ta vi ʃɑ̃ʒə, ɑ̃kɔʁə e ɑ̃kɔʁə. ty lə fəzε puʁ εllə, ʒə lə sε. tus lə save, ʒə dwa lavue… ty nə vulε kə la kɔ̃pʁɑ̃dʁə, puvwaʁ paʁtaʒe avεk εllə sa dulœʁ. mε ty a œ̃ ʒuʁ vuly la ʁəʒwɛ̃dʁə, εllə ki etε paʁti tʁo to, ɑ̃pɔʁtɑ̃ tus tεz- εspwaʁ də bɔnœʁ avεk εllə, sɔ̃ sɑ̃ ta sybʒyɡe, pɔsede, ty nə vulε kə lə vwaʁ ɑ̃kɔʁə e ɑ̃kɔʁə puʁ veʁifje si ty etε tuʒuʁz- ɑ̃ vi, puʁ tasyʁe kə ty nə ʁεvε pa də sεt ɑ̃fe ki etε puʁtɑ̃ tɔ̃ kɔtidjɛ̃…
    alɔʁz- œ̃ nuvεl ɑ̃ʒə εt- aʁive. netɑ̃ plysz- ynə ɔ̃bʁə paʁmi lεz- ɔ̃bʁə, lε pʁəmje kɔ̃plimɑ̃z- aʁivεʁe, e avεk ø lɑ̃vi də ʁεste ɑ̃ vi. ty a aʁεte, puʁ lɥi, pa puʁ twa, kaʁ ynə paʁ də twa vulε tuʒuʁ paʁtiʁ la ʁəʒwɛ̃dʁə, ty navεz- a vʁε diʁə kə ka ɑ̃ tεtə. sof kɑ̃t- il tə paʁlε. mε setε sɑ̃ plys, la distɑ̃sə ɔbliʒə, ty lεmε puʁtɑ̃ tεllmɑ̃ kə mεmə oʒuʁdɥi ɑ̃kɔʁə, ty plœʁə sa dispaʁisjɔ̃ a lɥi osi. puʁkwa, kɑ̃, kɔmɑ̃ ? pεʁsɔnə nə pø lεksplike, mε ty avε pεnə aʁεte də kʁøze ta tɔ̃bə kə ty tε ʒəte dədɑ̃. ty i səʁε ʁεste si ty navε pa telefɔne, e sεt- ɛ̃si kɔ̃ ta tʁuve, tʁɑ̃blɑ̃tə, plakεtəz- epaʁpijez- otuʁ də twa, setε il i a tʁwaz- ɑ̃ e dəmiz- a pʁezɑ̃, puʁtɑ̃ la dulœʁ dεz- alysinasjɔ̃z- ε tuʒus la mεmə. ty ʁəsɛ̃z- ɑ̃kɔʁə sε mɛ̃ ki tə tənε, etε tεllə ʁeεlləz- o mwɛ̃ ? ty ɑ̃tɑ̃ sε vwa, e paʁmi εllə, la sjεnə, tɔ̃n- ɑ̃ʒə evanui kə ty avε pʁεskə atɛ̃.
    ʁətuʁ bʁytal a la ʁealite, sɔlitydə, ɔpital, katete e otʁə- fis, ty a mal, la tεtə tə tuʁnə ɑ̃kɔʁə. ty tε lεse depeʁiʁ, mε ty va syʁvivʁə, ty lɥi a pʁɔmi, kaʁ mɛ̃tənɑ̃ ty tə ʁɑ̃ kɔ̃tə kə sə netε pa œ̃ ʁεvə, ty etε bεl e bjɛ̃ ɑ̃ vi. mε la deʃeɑ̃sə nə saʁεtə pa la, a pεnə sɔʁti də la tɔ̃bə kɔ̃ ti ʁəʒεtə, u pʁεskə, tas danalizəz- e dotɔpsi. teʁapi kil dize.

    fɛ̃ də listwaʁə. lə sɔlεj pwɛ̃tə paʁfwa sε ʁεjɔ̃, mεz- il sɑ̃blə kə lε nɥaʒə sɔ̃ lə twa də ta vi tɑ̃ la ʃalœʁ ta kite. ty na a pʁezɑ̃ plys də sɑ̃, plys dεspwaʁ paʁfwa, mεmə si tεz- ɑ̃ʒə tɑ̃ ʁapɔʁte. ty vwa tu də mεmə, dɑ̃ sə pəti ʒaʁdɛ̃ də vi, œ̃ kaʁe də teʁə fʁεʃəmɑ̃ ʁətuʁne, ki tus lε ʒuʁ tə ʁapεllə kə, ɔ̃bʁə paʁmi lεz- ɔ̃bʁə, ty a bjɛ̃ faji nu kite…

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
26/09/2021Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.