Poeme-France : Lecture Écrit Colère

Prose : Pulsions Ou La Colère D’Un Orage

Prose Colère
Publié le 21/06/2016 12:32

L'écrit contient 831 mots qui sont répartis dans 9 strophes.

Poete : Df

Pulsions Ou La Colère D’Un Orage

C’est un jour pesant, un jour de soleil blanc, écrasant le cœur, un jour d’air lourd, de moiteur collante, un jour où tout devient trop fatigant, tout est effort de volonté, où tout est rendu difficile, un jour où tout nous déprime, un jour où tout commence à prendre fin mais n’y parvient pas… Un jour collé au sol surchauffé des pensées, un de ces jours où l’âme, elle-même, se sent mal. . Un jour de fin du monde annoncée…

On cherche en vain un peu de fraîcheur, un dérivatif, un leurre, sans parvenir à s’échapper de la touffeur, la pesanteur… On traîne les pieds, on râle, on gémit, on se plaint de tout, tout autant que de rien, on accuse cette fichue lumière qui vous écrase, irrespirable tant elle est lourde et visqueuse.

On pressent que ça ne peut durer, que le soleil va s’estomper derrière les nuages qui montent à l’horizon, mais plus les nuages montent et plus l’air se charge de tension, bientôt leur couvercle sombre écrase l’air presque compact, la nuit lourde et collante tombe de tout son poids, la nuit en plein jour, la nature retient son souffle… tout s’arrête, dans l’attente angoissée…
On sait, tous et tout, animaux et végétaux aussi, tout sait et redoute ce qui va arriver, et fini par l’espérer… comme une délivrance…

On sait, oui, de façon obscure, on sait ce qui va se passer et pourtant on prend la route, ce n’est pas sage, mais on se sent bien obligé, on ne peut suspendre le monde ni le temps pour un caprice de la nature… On roule, doucement, on regrette déjà, et si la catastrophe allait se produire ? Le ciel se plombe encore et nous rattrape en chemin… il nous suit… il nous accompagne… on s’arrête on cherche le courage, l’appui d’un ami, une raison de persévérer et on repart… De l’ocre le ciel a viré au bleu nuit d’encre marine… Il faut arriver vite vers ce havre de paix, cet abri de silence, de quiétude et de sérénité loin, très loin de l’agitation annoncée

On sait sans savoir, d’instinct… C’est pour aujourd’hui… On sait mais on ne le comprends pas… On voudrait fuir, éviter l’inévitable… Les nuées s’amoncellent au dessus de nous et dans la lumière glauque on cherche une espérance, et comme les chats nos poils se dressent sous l’effet de l’électricité ambiante.

On s’engouffre alors dans un abri que l’on espère sûr, effrayé de la violence qui va sans aucun doute se déchaîner… On se croit à l’abri… mais l’air sent l’ozone, la même chaleur électrique, le même malaise palpable, ici aussi… il fait sombre, il fait lourd, l’atmosphère sent la déchirure. Ici aussi tout est chargé d’électricité on croit pouvoir se libérer en s’activant comme un forcené, on agit sans plus réfléchir, en espérant s’apaiser dans l’action de ces tensions… Rien n’y fait, au contraire… Les tensions de l’air sont à leur comble et la moindre étincelle met le feu aux poudres, un éclair déchire l’air et le tonnerre tout à coup gronde et frappe… Les éléments se déchaînent… On savait, on redoutait, on voulait rebrousser chemin mais on ne pouvait pas… comme si il le fallait, il fallait l’espérer, il fallait l’accepter il fallait céder, lâcher prise, le laisser éclater enfin… il fallait que ce soit… du bruit, de la violence et des trombes de larmes… tout ce que nul n’aime, tout ce que chacun voudrait fuir, le cri du désarroi… Les éléments perturbés, les pierres qui s’entrechoquent bruyamment, les étincelles indécentes… Et les vagues de colère de la nature humaine qui submergent les digues, déferlement de mots, grondement assourdissant. . déluge…

Des larmes de fond ruissellent encore dans les champs dévastés… Les dégâts sont-ils nombreux ? Sont-ils réparables ou cet orage a-t-il détruit toutes espérances de récoltes futures ? …
La pluie de larme a succédé au feu, elle a lavée le ciel à grande eau, la paix revient doucement avec un soleil neuf, un ciel de traîne encore…
Tout s’apaise, chacun respire à nouveau, le ciel a lui aussi vidé son sac trop lourd… Pulsation du cœur, de l’âme du vivant, les tensions sont tout à coup retombées… La furie est repartie…

Nul n’aime les orages, les déferlements furieux des pulsions passionnelles mais elles font partie aussi de la nature humaine… difficiles à gérer… La colère, parfois on la dit saine… c’est vrai pour l’apaisement qu’elle procure mais c’est faux pour le mal qu’elle peut faire… Elle ne laisse bien souvent que la honte de l’avoir expulsée… de lui avoir cédé…

… « En tout homme résident deux êtres : l’un éveillé dans les ténèbres, l’autre assoupi dans la lumière. »
(Khalil Gibran)
  • Phonétique : Pulsions Ou La Colère D’Un Orage

    sεt- œ̃ ʒuʁ pəzɑ̃, œ̃ ʒuʁ də sɔlεj blɑ̃, ekʁazɑ̃ lə kœʁ, œ̃ ʒuʁ dεʁ luʁ, də mwatœʁ kɔlɑ̃tə, œ̃ ʒuʁ u tu dəvjɛ̃ tʁo fatiɡɑ̃, tut- εt- efɔʁ də vɔlɔ̃te, u tut- ε ʁɑ̃dy difisilə, œ̃ ʒuʁ u tu nu depʁimə, œ̃ ʒuʁ u tu kɔmɑ̃sə a pʁɑ̃dʁə fɛ̃ mε ni paʁvjɛ̃ pa… œ̃ ʒuʁ kɔle o sɔl syʁʃofe dε pɑ̃se, œ̃ də sε ʒuʁz- u lamə, εllə mεmə, sə sɑ̃ mal. œ̃ ʒuʁ də fɛ̃ dy mɔ̃də anɔ̃se…

    ɔ̃ ʃεʁʃə ɑ̃ vɛ̃ œ̃ pø də fʁεʃœʁ, œ̃ deʁivatif, œ̃ ləʁə, sɑ̃ paʁvəniʁ a seʃape də la tufœʁ, la pəzɑ̃tœʁ… ɔ̃ tʁεnə lε pje, ɔ̃ ʁalə, ɔ̃ ʒemi, ɔ̃ sə plɛ̃ də tu, tut- otɑ̃ kə də ʁjɛ̃, ɔ̃n- akyzə sεtə fiʃɥ lymjεʁə ki vuz- ekʁazə, iʁεspiʁablə tɑ̃ εllə ε luʁdə e viskøzə.

    ɔ̃ pʁəse kə sa nə pø dyʁe, kə lə sɔlεj va sεstɔ̃pe dəʁjεʁə lε nɥaʒə ki mɔ̃te a lɔʁizɔ̃, mε plys lε nɥaʒə mɔ̃te e plys lεʁ sə ʃaʁʒə də tɑ̃sjɔ̃, bjɛ̃to lœʁ kuvεʁklə sɔ̃bʁə ekʁazə lεʁ pʁεskə kɔ̃pakt, la nɥi luʁdə e kɔlɑ̃tə tɔ̃bə də tu sɔ̃ pwa, la nɥi ɑ̃ plɛ̃ ʒuʁ, la natyʁə ʁətjɛ̃ sɔ̃ suflə… tu saʁεtə, dɑ̃ latɑ̃tə ɑ̃ɡwase…
    ɔ̃ sε, tusz- e tu, animoz- e veʒetoz- osi, tu sε e ʁədutə sə ki va aʁive, e fini paʁ lεspeʁe… kɔmə ynə delivʁɑ̃sə…

    ɔ̃ sε, ui, də fasɔ̃ ɔpskyʁə, ɔ̃ sε sə ki va sə pase e puʁtɑ̃ ɔ̃ pʁɑ̃ la ʁutə, sə nε pa saʒə, mεz- ɔ̃ sə sɑ̃ bjɛ̃ ɔbliʒe, ɔ̃ nə pø syspɑ̃dʁə lə mɔ̃də ni lə tɑ̃ puʁ œ̃ kapʁisə də la natyʁə… ɔ̃ ʁulə, dusəmɑ̃, ɔ̃ ʁəɡʁεtə deʒa, e si la katastʁɔfə alε sə pʁɔdɥiʁə ? lə sjεl sə plɔ̃bə ɑ̃kɔʁə e nu ʁatʁapə ɑ̃ ʃəmɛ̃… il nu sɥi… il nuz- akɔ̃paɲə… ɔ̃ saʁεtə ɔ̃ ʃεʁʃə lə kuʁaʒə, lapɥi dœ̃n- ami, ynə ʁεzɔ̃ də pεʁseveʁe e ɔ̃ ʁəpaʁ… də lɔkʁə lə sjεl a viʁe o blø nɥi dɑ̃kʁə maʁinə… il fo aʁive vitə vεʁ sə-avʁə də pε, sεt abʁi də silɑ̃sə, də kjetydə e də seʁenite lwɛ̃, tʁε lwɛ̃ də laʒitasjɔ̃ anɔ̃se

    ɔ̃ sε sɑ̃ savwaʁ, dɛ̃stɛ̃… sε puʁ oʒuʁdɥi… ɔ̃ sε mεz- ɔ̃ nə lə kɔ̃pʁɑ̃ pa… ɔ̃ vudʁε fɥiʁ, evite linevitablə… lε nye samɔ̃sεlle o dəsy də nuz- e dɑ̃ la lymjεʁə ɡlokə ɔ̃ ʃεʁʃə ynə εspeʁɑ̃sə, e kɔmə lε ʃa no pwal sə dʁəse su lefε də lelεktʁisite ɑ̃bjɑ̃tə.

    ɔ̃ sɑ̃ɡufʁə alɔʁ dɑ̃z- œ̃n- abʁi kə lɔ̃n- εspεʁə syʁ, efʁεje də la vjɔlɑ̃sə ki va sɑ̃z- okœ̃ dutə sə deʃεne… ɔ̃ sə kʁwa a labʁi… mε lεʁ sɑ̃ lɔzonə, la mεmə ʃalœʁ elεktʁikə, lə mεmə malεzə palpablə, isi osi… il fε sɔ̃bʁə, il fε luʁ, latmɔsfεʁə sɑ̃ la deʃiʁyʁə. isi osi tut- ε ʃaʁʒe delεktʁisite ɔ̃ kʁwa puvwaʁ sə libeʁe ɑ̃ saktivɑ̃ kɔmə œ̃ fɔʁsəne, ɔ̃n- aʒi sɑ̃ plys ʁefleʃiʁ, ɑ̃n- εspeʁɑ̃ sapεze dɑ̃ laksjɔ̃ də sε tɑ̃sjɔ̃… ʁjɛ̃ ni fε, o kɔ̃tʁεʁə… lε tɑ̃sjɔ̃ də lεʁ sɔ̃t- a lœʁ kɔ̃blə e la mwɛ̃dʁə etɛ̃sεllə mεt lə fø o pudʁə, œ̃n- eklεʁ deʃiʁə lεʁ e lə tɔneʁə tut- a ku ɡʁɔ̃də e fʁapə… lεz- elemɑ̃ sə deʃεne… ɔ̃ savε, ɔ̃ ʁədutε, ɔ̃ vulε ʁəbʁuse ʃəmɛ̃ mεz- ɔ̃ nə puvε pa… kɔmə si il lə falε, il falε lεspeʁe, il falε laksεpte il falε sede, laʃe pʁizə, lə lεse eklate ɑ̃fɛ̃… il falε kə sə swa… dy bʁɥi, də la vjɔlɑ̃sə e dε tʁɔ̃bə də laʁmə… tu sə kə nyl nεmə, tu sə kə ʃakœ̃ vudʁε fɥiʁ, lə kʁi dy dezaʁwa… lεz- elemɑ̃ pεʁtyʁbe, lε pjeʁə- ki sɑ̃tʁəʃɔke bʁyiamɑ̃, lεz- etɛ̃sεlləz- ɛ̃desɑ̃tə… e lε vaɡ də kɔlεʁə də la natyʁə ymεnə ki sybmεʁʒe lε diɡ, defεʁləmɑ̃ də mo, ɡʁɔ̃dəmɑ̃ asuʁdisɑ̃. delyʒə…

    dε laʁmə- də fɔ̃ ʁɥisεlle ɑ̃kɔʁə dɑ̃ lε ʃɑ̃ devaste… lε deɡa sɔ̃ til nɔ̃bʁø ? sɔ̃ til ʁepaʁabləz- u sεt ɔʁaʒə a til detʁɥi tutəz- εspeʁɑ̃sə də ʁekɔltə fytyʁə ? …
    la plɥi də laʁmə a syksede o fø, εllə a lave lə sjεl a ɡʁɑ̃də o, la pε ʁəvjɛ̃ dusəmɑ̃ avεk œ̃ sɔlεj nəf, œ̃ sjεl də tʁεnə ɑ̃kɔʁə…
    tu sapεzə, ʃakœ̃ ʁεspiʁə a nuvo, lə sjεl a lɥi osi vide sɔ̃ sak tʁo luʁ… pylsasjɔ̃ dy kœʁ, də lamə dy vivɑ̃, lε tɑ̃sjɔ̃ sɔ̃ tut- a ku ʁətɔ̃be… la fyʁi ε ʁəpaʁti…

    nyl nεmə lεz- ɔʁaʒə, lε defεʁləmɑ̃ fyʁjø dε pylsjɔ̃ pasjɔnεllə mεz- εllə fɔ̃ paʁti osi də la natyʁə ymεnə… difisiləz- a ʒeʁe… la kɔlεʁə, paʁfwaz- ɔ̃ la di sεnə… sε vʁε puʁ lapεsəmɑ̃ kεllə pʁɔkyʁə mε sε fo puʁ lə mal kεllə pø fεʁə… εllə nə lεsə bjɛ̃ suvɑ̃ kə la ɔ̃tə də lavwaʁ εkspylse… də lɥi avwaʁ sede…

    … « εn tu ɔmə ʁezide døz- εtʁə : lœ̃n- evεje dɑ̃ lε tenεbʁə, lotʁə asupi dɑ̃ la lymjεʁə. »
    (kalil ʒibʁan)

PostScriptum

Tout était déjà dit dans l’image…

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
21/06/2016 15:02Willy25

Même si le moral n’a pas l’air d’être en hausse, le texte est très beau....

Auteur de Poésie
21/06/2016 15:50Missmot

il n’a pas le moral, mais la morale est belle...
La colère est un sentiment étrange en soi
il n’est pas bon de la garder mais il le faudrait parfois...
les orages, je n’aime pas ça, surtout la nuit, et pareillement, on les voudrait muets mais la nature en souffrirait car ils annoncent la pluie,
sa survie, et la notre...
Bravo...très bien exprimé. mes amitiés

Auteur de Poésie
21/06/2016 15:54Df

ho non ! je te rassure, rien à voir avec mon moral,ni mes états d’âme, cher Ami, ce n’est qu’un essai descriptif de l’approche d’un orage mis en parallèle avec la montée en puissance d’une saine colère, si tu m’a crue en colère c’est qu’en effet l’effet est réussi..... et le texte aussi.... Je suis en grande zénitude aujourd’hui ce qui ne m’empêche pas de réfléchir à la nature humaine... si proche de la nature.... Bises

Auteur de Poésie
21/06/2016 17:06Df

wouah! jolie morale , Missmot ! ..."les orages.... on les voudrait muets mais la nature en souffrirait".... Merci à toi.... Bises

Auteur de Poésie
21/06/2016 23:05Coburitc

Entre la colère des cieux et d’une femme une comparaison forte , la pluie comme une douche apaise les esprits.
Jean-Pierre