Poeme-France : Lecture Écrit Passion

Prose : A La Hantise D’Un Tendre Baiser

Prose Passion
Publié le 11/06/2015 11:57

L'écrit contient 533 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Camilingue

A La Hantise D’Un Tendre Baiser

Quand les mots manquent pour,
Réellement traduire, en toute garantie notre sentir,
Il ne nous reste donc,
Plus aucun choix, ni aucune autre alternative,
Que la contemplation comme option,
En guise de refuge !
Comme le silence qui gratifie de ses mots doux,
Elle se veut à la fois berceau et encensement du rêve,
Nous offrant, à son tour, le spectacle
Oh combien notoire d’une nouvelle dimension,
De notre propre réalité a nous,
Trop souvent, et in-consciemment, bafouée par nous-mêmes
Et refoulée au plus profond de l’abîme de notre être,
Dans l’arrière-plan du dérèglement du renoncement et de l’abandon,
Ou tout simplement, pathétiquement non assumé et piétiné ;
Jusqu’à ce qu’à l’aurore ou au crépuscule,
Sous la brise du destin,
Un jour, comme à l’improviste,
Nos sentiment nous trahissent,
En nous infligeant beauté et le charme sans égal,
Quand le moins nous ne nous y attendons,
Et, comme par enchantement nous surprennent et cernent.
Par Dieu ! si ainsi, il en est en image et en son,
A combien plus forte raison,
Plus intense et dense encore, Il l’en sera, en doses en direct.
Ma mie je te le confesse,
Nul, face-à-face n’est en mesure de te résister,
Même pas moi !
Oui, moi le pudique narcissiste qui l’amour platonise.
Tout est à pré-supposer :
Interrogation, confirmation, négation et supposition,
Auxquelles, peut-être, assurément, j’ai la réponse !
Ces lèvres qui ne cessent de peindre en moi,
La sensation, irrésistible tentation
De ce magique mot, dans son hantise de concrétisation,
Qui ne cesse d’être un simple mot, pour se faire verbe,
C’est-à-dire action, matière, œuvre de chair et concupiscence,
Dans sa tendresse, douceur, profondeur, fluidité, mucosité et délice,
Si extraordinaire, qu’il n’envoie que dans la dimension onirique de notre réalité.
Et ce mot n’est autre que B. A. I. S. E. R,
Dans sa plus simple expression,
Mais dans toute sa splendeur,
Tendre, doux, profond, juteux et délicieux !
O ! ma dulcinée, qu’il me plairait,
Encore une fois, rien qu’une fois,
Tes douces lèvres orner,
Et comme au Musée du Louvre,
Mes baisers à ses murs les accrocher,
En vue de notre histoire à nous transcender,
Et en faire celle histoire de l’humanité, tout entière.
Oui, cet épisode si réelle, pourtant non assumé,
Valant la peine d’être au grand jour exposé,
Peu importe les controverses que cela puisse causer.
Tout cela, rien que pour et par amour d’un baiser,
A la hantise de concrétude,
Dans sa verticalité, horizontalité et oblicité,
Qui se veut d’’appartenir au passé, au présent et au futur,
Au travers de tous les styles, courants et tendances artistiques :
Du primitif au naïf,
En passant par le classique, le baroque,
Pour la renaissance du maniérisme surréaliste,
En tout impressionnisme et abstraction,
Dans le cubisme pluridimensionnel du post-modernisme,
Car, tellement réel et vrai,
qu’il aboutit au hyperréalisme de l’éternel futurisme de la contemporanéité.
Tout par et pour l’amour d’un B. A. I. S. E. R,
Pour l’encensement de l’âme, du corps,
Transcendant l’épicentre du désir noyé de l’être spatiotemporel.
  • Phonétique : A La Hantise D’Un Tendre Baiser

    kɑ̃ lε mo mɑ̃ke puʁ,
    ʁeεllmɑ̃ tʁadɥiʁə, ɑ̃ tutə ɡaʁɑ̃ti nɔtʁə sɑ̃tiʁ,
    il nə nu ʁεstə dɔ̃k,
    plysz- okœ̃ ʃwa, ni okynə otʁə altεʁnativə,
    kə la kɔ̃tɑ̃plasjɔ̃ kɔmə ɔpsjɔ̃,
    ɑ̃ ɡizə də ʁəfyʒə !
    kɔmə lə silɑ̃sə ki ɡʁatifi də sε mo du,
    εllə sə vø a la fwa bεʁso e ɑ̃sɑ̃səmɑ̃ dy ʁεvə,
    nuz- ɔfʁɑ̃, a sɔ̃ tuʁ, lə spεktaklə
    ɔ kɔ̃bjɛ̃ nɔtwaʁə dynə nuvεllə dimɑ̃sjɔ̃,
    də nɔtʁə pʁɔpʁə ʁealite a nu,
    tʁo suvɑ̃, e ɛ̃ kɔ̃sjamɑ̃, bafue paʁ nu mεmə
    e ʁəfule o plys pʁɔfɔ̃ də labimə də nɔtʁə εtʁə,
    dɑ̃ laʁjεʁə plɑ̃ dy deʁεɡləmɑ̃ dy ʁənɔ̃səmɑ̃ e də labɑ̃dɔ̃,
    u tu sɛ̃pləmɑ̃, patetikəmɑ̃ nɔ̃ asyme e pjetine,
    ʒyska sə ka loʁɔʁə u o kʁepyskylə,
    su la bʁizə dy dεstɛ̃,
    œ̃ ʒuʁ, kɔmə a lɛ̃pʁɔvistə,
    no sɑ̃timɑ̃e nu tʁaise,
    ɑ̃ nuz- ɛ̃fliʒɑ̃ bote e lə ʃaʁmə sɑ̃z- eɡal,
    kɑ̃ lə mwɛ̃ nu nə nuz- i atɑ̃dɔ̃,
    e, kɔmə paʁ ɑ̃ʃɑ̃təmɑ̃ nu syʁpʁεne e sεʁne.
    paʁ djø ! si ɛ̃si, il ɑ̃n- εt- ɑ̃n- imaʒə e ɑ̃ sɔ̃,
    a kɔ̃bjɛ̃ plys fɔʁtə ʁεzɔ̃,
    plysz- ɛ̃tɑ̃sə e dɑ̃sə ɑ̃kɔʁə, il lɑ̃ səʁa, ɑ̃ dozəz- ɑ̃ diʁεkt.
    ma mi ʒə tə lə kɔ̃fεsə,
    nyl, fasə a fasə nεt- ɑ̃ məzyʁə də tə ʁeziste,
    mεmə pa mwa !
    ui, mwa lə pydikə naʁsisistə ki lamuʁ platɔnizə.
    tut- εt- a pʁe sypoze :
    ɛ̃teʁɔɡasjɔ̃, kɔ̃fiʁmasjɔ̃, neɡasjɔ̃ e sypozisjɔ̃,
    okεllə, pø tεtʁə, asyʁemɑ̃, ʒε la ʁepɔ̃sə !
    sε lεvʁə- ki nə sese də pɛ̃dʁə ɑ̃ mwa,
    la sɑ̃sasjɔ̃, iʁezistiblə tɑ̃tasjɔ̃
    də sə maʒikə mo, dɑ̃ sɔ̃-ɑ̃tizə də kɔ̃kʁetizasjɔ̃,
    ki nə sεsə dεtʁə œ̃ sɛ̃plə mo, puʁ sə fεʁə vεʁbə,
    sεt- a diʁə aksjɔ̃, matjεʁə, œvʁə də ʃεʁ e kɔ̃kypisɑ̃sə,
    dɑ̃ sa tɑ̃dʁεsə, dusœʁ, pʁɔfɔ̃dœʁ, flɥidite, mykozite e delisə,
    si εkstʁaɔʁdinεʁə, kil nɑ̃vwa kə dɑ̃ la dimɑ̃sjɔ̃ ɔniʁikə də nɔtʁə ʁealite.
    e sə mo nεt- otʁə kə be. a. i. εs. ə. εʁ,
    dɑ̃ sa plys sɛ̃plə εkspʁesjɔ̃,
    mε dɑ̃ tutə sa splɑ̃dœʁ,
    tɑ̃dʁə, du, pʁɔfɔ̃, ʒytøz- e delisjø !
    o ! ma dylsine, kil mə plεʁε,
    ɑ̃kɔʁə ynə fwa, ʁjɛ̃ kynə fwa,
    tε dusə lεvʁəz- ɔʁne,
    e kɔmə o myze dy luvʁə,
    mε bεzez- a sε myʁ lεz- akʁoʃe,
    ɑ̃ vɥ də nɔtʁə istwaʁə a nu tʁɑ̃sɑ̃de,
    e ɑ̃ fεʁə sεllə istwaʁə də lymanite, tut- ɑ̃tjεʁə.
    ui, sεt epizɔdə si ʁeεllə, puʁtɑ̃ nɔ̃ asyme,
    valɑ̃ la pεnə dεtʁə o ɡʁɑ̃ ʒuʁ εkspoze,
    pø ɛ̃pɔʁtə lε kɔ̃tʁɔvεʁsə- kə səla pɥisə koze.
    tu səla, ʁjɛ̃ kə puʁ e paʁ amuʁ dœ̃ bεze,
    a la-ɑ̃tizə də kɔ̃kʁetydə,
    dɑ̃ sa vεʁtikalite, ɔʁizɔ̃talite e ɔblisite,
    ki sə vø dapaʁtəniʁ o pase, o pʁezɑ̃ e o fytyʁ,
    o tʁavεʁ də tus lε stilə, kuʁɑ̃z- e tɑ̃dɑ̃səz- aʁtistik :
    dy pʁimitif o najf,
    ɑ̃ pasɑ̃ paʁ lə klasikə, lə baʁɔkə,
    puʁ la ʁənεsɑ̃sə dy manjeʁismə syʁealistə,
    ɑ̃ tut- ɛ̃pʁesjɔnismə e abstʁaksjɔ̃,
    dɑ̃ lə kybismə plyʁidimɑ̃sjɔnεl dy pɔst mɔdεʁnismə,
    kaʁ, tεllmɑ̃ ʁeεl e vʁε,
    kil abuti o ipeʁealismə də letεʁnεl fytyʁismə də la kɔ̃tɑ̃pɔʁaneite.
    tu paʁ e puʁ lamuʁ dœ̃ be. a. i. εs. ə. εʁ,
    puʁ lɑ̃sɑ̃səmɑ̃ də lamə, dy kɔʁ,
    tʁɑ̃sɑ̃dɑ̃ lepisɑ̃tʁə dy deziʁ nwaje də lεtʁə spasjɔtɑ̃pɔʁεl.

PostScriptum

Tout cela, rien que pour et par amour d’un baiser
A la hantise surréaliste !

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
11/06/2015 12:50Daniel

Le temps d’un doux baiser....
DAN..

Auteur de Poésie
11/06/2015 17:16Tulipe Noire

Très beau écrit et fort apprécié.

Auteur de Poésie
12/06/2015 05:21Camilingue

Merci a vous, c’est très gentil.

Auteur de Poésie
12/06/2015 16:25Loic Rousselot

Bonjour,
J’ai lu plusieurs fois votre texte.
Il m’a laissé perplexe.
A la première lecture je n’avais pas aimé. Peut être l’avais je trop survolé.
Alors j’ai fatigué mes restes de neurones éveillés et je me suis appliqué à la lecture.
C’est un fort texte abouti, sous une belle plume maîtrisée.
Je suis content d’être revenu sur mon premier et léger jugement.
Bravo.
Cordialement
Loïc ROUSSELOT

Auteur de Poésie
21/06/2015 04:26Camilingue

Bien merci très cher ami, car le vrai écrivain est d’abord un grand lecteur, sachant lire, tant de maniéré ouverte, sans voile qu’entre les lignes.