Poeme-France : Lecture Écrit Souffrance

Poeme : Marie Aux Cheveux Dort

Poème Souffrance
Publié le 25/08/2013 18:37

L'écrit contient 459 mots qui sont répartis dans 10 strophes. Toutes les strophes sont composés de 4 vers. Il est possible que le texte suive une forme de poésie classique.

Poete : Melly-Mellow

Marie Aux Cheveux Dort

Bienvenue dans mon monde peint avec tristesse,
Dans lequel aucun rayon au matin ne me caresse…
J’y attends inlassablement mon père en me demandant,
Pourquoi a t’il été si cruel, d’abandonner son enfant ?

Il m’a pourtant voulu ! Oh oui, j’ai ressenti son amour,
Il m’a dessiné pour avoir une fille, un dernier recours. .
C’est pour cela que j’ai pris vie, Il s’est tellement investi.
Je me sens son oeuvre, la dernière empreinte de sa vie. .

Quand je pouvais seulement voir la douleur, il m’a peint le bonheur. .
Personne ne peut croire qu’une peinture peut aimer son créateur ?
Et bien j’espère tellement pouvoir leur prouver qu’ils ont tort !
Je suis fière de mon titre, je m’appelle « Marie aux cheveux dort » !

Je déchirai les pans de ce tableau trop parfait pour en sortir !
J’aimerai l’enlacer et répandre mon amour pour le lui faire sentir. .
Il m’a donné des couleurs, et je sais que je l’adore déjà,
Car à travers la toile, je vois, l’huile et moi : il est mon Papa. .

Les murs de cette prison n’ont aucun amour pour moi ;
Et je crie pour qu’il m’écoute : « Je t’en supplie, libères moi !
Dépêches toi. . Je ne tiendrais pas dans ce monde en carton,
Montres moi que tu me vois, dessines moi vraiment pour de bon ! »

Nous voulons tous être quelqu’un, et j’en fais partie !
Nous voulons tous être quelqu’un, et j’aimerai tant partir d’ici !
Je ne veux plus être une marionnette, une image figée,
Je veux prendre vie comme Pinocchio et pouvoir le rencontrer.

« Est-ce que un jour je verrais le monde comme il me voit ?
Est-ce que je pourrais sortir de ce stupide canevas ?
Apprends moi à faire le bien et à me défendre du mal…
Je te montrerai que je peux être une humaine normale ! »

Telle la bougie, il illuminait ma vie, fragile, mais au vent, farouche ;
Il m’avait donné vie, et avait mit un sourire sur ma bouche ;
Et je voulais le remercier ; lui dire tout simplement « je t’aime »,
Mais désabusé, il a décidé que ma vie n’en valait pas cette peine. .

« Mes pleurs ne peuvent plus s’arrêter, pourquoi est-ce si douloureux ?
Je n’ai rien fait de mal, alors pourquoi être devenu si belliqueux ? »
Ce canevas brûlant devient ton unique et cruelle réponse,
Et maintenant les flammes sans pitié embrasent la nuit qui s’annonce.

Bienvenue dans son monde qui tombe en cendres,
Il y a une mer de feu et aucun moyen de se défendre.
Elle voulait simplement être avec son papa artiste,
Mais Marie, fond, toute seule dans son muet abysse. .
  • Pieds Hyphénique: Marie Aux Cheveux Dort

    bien=ve=nue=dans=mon=mon=de=peint=a=vec=tris=tes=se 13
    dans=le=quel=au=cun=ray=on=au=ma=tin=ne=me=ca=res=se 15
    jy=at=tends=in=las=sa=ble=ment=mon=pè=re=en=me=de=man=dant 16
    pour=quoi=a=til=é=té=si=cru=el=da=ban=don=ner=son=en=fant 16

    il=ma=pour=tant=vou=lu=oh=oui=jai=res=sen=ti=son=a=mour 15
    il=ma=des=si=né=pour=a=voir=u=ne=fille=un=der=nier=re=cours 16
    cest=pour=ce=la=que=jai=pris=vie=il=sest=tel=le=ment=in=ves=ti 16
    je=me=sens=son=oeu=vre=la=der=niè=re=em=prein=te=de=sa=vie 16

    quand=je=pou=vais=seule=ment=voir=la=dou=leur=il=ma=peint=le=bon=heur 16
    per=sonne=ne=peut=croi=re=quu=ne=pein=tu=re=peut=ai=mer=son=cré=a=teur 18
    et=bien=jes=pè=re=tel=le=ment=pou=voir=leur=prou=ver=quils=ont=tort 16
    je=suis=fière=de=mon=ti=tre=je=map=pel=le=ma=rieaux=che=veux=dort 16

    je=dé=chi=rai=les=pans=de=ce=ta=bleau=trop=par=fait=pour=en=sor=tir 17
    jaime=rai=len=la=cer=et=ré=pan=dre=mon=a=mour=pour=le=lui=fai=re=sen=tir 19
    il=ma=don=né=des=cou=leurs=et=je=sais=que=je=la=dore=dé=jà 16
    car=à=tra=vers=la=toile=je=vois=lhui=leet=moi=il=est=mon=pa=pa 16

    les=murs=de=cet=te=pri=son=nont=au=cun=a=mour=pour=moi 14
    et=je=crie=pour=quil=mé=cou=te=je=ten=sup=plie=li=bè=res=moi 16
    dé=pê=ches=toi=je=ne=tien=drais=pas=dans=ce=mon=de=en=car=ton 16
    mon=tres=moi=que=tu=me=vois=des=si=nes=moi=vrai=ment=pour=de=bon 16

    nous=vou=lons=tous=ê=tre=quel=quun=et=jen=fais=par=tie 13
    nous=vou=lons=tous=être=quel=quun=et=jai=me=rai=tant=par=tir=di=ci 16
    je=ne=veux=plus=êtreu=ne=ma=rion=net=te=u=ne=i=ma=ge=fi=gée 17
    je=veux=prendre=vie=com=me=pi=noc=chio=et=pou=voir=le=ren=con=trer 16

    est=ce=que=un=jour=je=ver=rais=le=monde=com=me=il=me=voit 16
    est=ce=que=je=pour=rais=sor=tir=de=ce=stu=pi=de=ca=ne=vas 16
    ap=prends=moi=à=fai=re=le=bien=et=à=me=dé=fen=dre=du=mal 16
    je=te=montre=rai=que=je=peux=ê=treu=ne=hu=mai=ne=nor=ma=le 16

    tel=le=la=bou=gie=il=illu=mi=nait=ma=vie=fra=gile=mais=au=vent=fa=rouche 18
    il=ma=vait=don=né=vie=et=a=vait=mit=un=sou=rire=sur=ma=bouche 16
    et=je=vou=lais=le=re=mer=cier=lui=dire=tout=sim=ple=ment=je=tai=me 17
    mais=dé=sa=bu=sé=il=a=dé=ci=dé=que=ma=vie=nen=va=lait=pas=cette=peine 19

    mes=pleurs=ne=peuvent=plus=sar=rê=ter=pour=quoi=est=ce=si=dou=lou=reux 17
    je=nai=rien=fait=de=mal=a=lors=pour=quoi=être=de=ve=nu=si=bel=li=queux 18
    ce=cane=vas=brû=lant=de=vient=ton=u=ni=que=et=cruel=le=ré=ponse 16
    et=mainte=nant=les=flam=mes=sans=pi=tié=em=bra=sent=la=nuit=qui=san=nonce 17

    bien=ve=nue=dans=son=mon=de=qui=tom=be=en=cen=dres 13
    il=y=a=u=ne=mer=de=feu=et=au=cun=moyen=de=se=dé=fendre 16
    el=le=vou=lait=sim=ple=ment=ê=tre=a=vec=son=pa=pa=ar=tiste 16
    mais=ma=rie=fond=tou=te=seu=le=dans=son=muet=a=bysse 13
  • Phonétique : Marie Aux Cheveux Dort

    bjɛ̃vənɥ dɑ̃ mɔ̃ mɔ̃də pɛ̃ avεk tʁistεsə,
    dɑ̃ ləkεl okœ̃ ʁεjɔ̃ o matɛ̃ nə mə kaʁεsə…
    ʒi atɑ̃z- ɛ̃lasabləmɑ̃ mɔ̃ pεʁə ɑ̃ mə dəmɑ̃dɑ̃,
    puʁkwa a til ete si kʁyεl, dabɑ̃dɔne sɔ̃n- ɑ̃fɑ̃ ?

    il ma puʁtɑ̃ vuly ! ɔ ui, ʒε ʁəsɑ̃ti sɔ̃n- amuʁ,
    il ma desine puʁ avwaʁ ynə fijə, œ̃ dεʁnje ʁəkuʁ.
    sε puʁ səla kə ʒε pʁi vi, il sε tεllmɑ̃ ɛ̃vεsti.
    ʒə mə sɑ̃s sɔ̃n- œvʁə, la dεʁnjεʁə ɑ̃pʁɛ̃tə də sa vi.

    kɑ̃ ʒə puvε sələmɑ̃ vwaʁ la dulœʁ, il ma pɛ̃ lə bɔnœʁ.
    pεʁsɔnə nə pø kʁwaʁə kynə pɛ̃tyʁə pø εme sɔ̃ kʁeatœʁ ?
    e bjɛ̃ ʒεspεʁə tεllmɑ̃ puvwaʁ lœʁ pʁuve kilz- ɔ̃ tɔʁ !
    ʒə sɥi fjεʁə də mɔ̃ titʁə, ʒə mapεllə « maʁi o ʃəvø dɔʁt » !

    ʒə deʃiʁε lε pɑ̃ də sə tablo tʁo paʁfε puʁ ɑ̃ sɔʁtiʁ !
    ʒεməʁε lɑ̃lase e ʁepɑ̃dʁə mɔ̃n- amuʁ puʁ lə lɥi fεʁə sɑ̃tiʁ.
    il ma dɔne dε kulœʁ, e ʒə sε kə ʒə ladɔʁə deʒa,
    kaʁ a tʁavεʁ la twalə, ʒə vwa, lɥilə e mwa : il ε mɔ̃ papa.

    lε myʁ də sεtə pʁizɔ̃ nɔ̃ okœ̃ amuʁ puʁ mwa,
    e ʒə kʁi puʁ kil mekutə : « ʒə tɑ̃ sypli, libεʁə mwa !
    depεʃə twa. ʒə nə tjɛ̃dʁε pa dɑ̃ sə mɔ̃də ɑ̃ kaʁtɔ̃,
    mɔ̃tʁə- mwa kə ty mə vwa, desinə mwa vʁεmɑ̃ puʁ də bɔ̃ ! »

    nu vulɔ̃ tusz- εtʁə kεlkœ̃, e ʒɑ̃ fε paʁti !
    nu vulɔ̃ tusz- εtʁə kεlkœ̃, e ʒεməʁε tɑ̃ paʁtiʁ disi !
    ʒə nə vø plysz- εtʁə ynə maʁjɔnεtə, ynə imaʒə fiʒe,
    ʒə vø pʁɑ̃dʁə vi kɔmə pinɔkjo e puvwaʁ lə ʁɑ̃kɔ̃tʁe.

    « εst sə kə œ̃ ʒuʁ ʒə veʁε lə mɔ̃də kɔmə il mə vwa ?
    ε sə kə ʒə puʁʁε sɔʁtiʁ də sə stypidə kanəva ?
    apʁɑ̃ mwa a fεʁə lə bjɛ̃ e a mə defɑ̃dʁə dy mal…
    ʒə tə mɔ̃tʁəʁε kə ʒə pøz- εtʁə ynə ymεnə nɔʁmalə ! »

    tεllə la buʒi, il ilyminε ma vi, fʁaʒilə, mεz- o vɑ̃, faʁuʃə,
    il mavε dɔne vi, e avε mit œ̃ suʁiʁə syʁ ma buʃə,
    e ʒə vulε lə ʁəmεʁsje, lɥi diʁə tu sɛ̃pləmεnt « ʒə tεmə »,
    mε dezabyze, il a deside kə ma vi nɑ̃ valε pa sεtə pεnə.

    « məs plœʁ nə pəve plys saʁεte, puʁkwa ε sə si duluʁø ?
    ʒə nε ʁjɛ̃ fε də mal, alɔʁ puʁkwa εtʁə dəvəny si bεllikø ? »
    sə kanəva bʁylɑ̃ dəvjɛ̃ tɔ̃n- ynikə e kʁyεllə ʁepɔ̃sə,
    e mɛ̃tənɑ̃ lε flamə sɑ̃ pitje ɑ̃bʁaze la nɥi ki sanɔ̃sə.

    bjɛ̃vənɥ dɑ̃ sɔ̃ mɔ̃də ki tɔ̃bə ɑ̃ sɑ̃dʁə,
    il i a ynə mεʁ də fø e okœ̃ mwajɛ̃ də sə defɑ̃dʁə.
    εllə vulε sɛ̃pləmɑ̃ εtʁə avεk sɔ̃ papa aʁtistə,
    mε maʁi, fɔ̃, tutə sələ dɑ̃ sɔ̃ mɥε abisə.
  • Pieds Phonétique : Marie Aux Cheveux Dort

    bj=ɛ̃=vənɥ=dɑ̃=mɔ̃=mɔ̃=də=pɛ̃=a=vεk=tʁis=tεs=ə 13
    dɑ̃=lə=kεl=o=kœ̃=ʁε=j=ɔ̃=o=ma=tɛ̃=nə=mə=ka=ʁεs=ə 16
    ʒi=a=tɑ̃=zɛ̃=la=sa=blə=mɑ̃=mɔ̃=pε=ʁə=ɑ̃=mə=də=mɑ̃=dɑ̃ 16
    puʁ=kwa=a=til=e=te=si=kʁy=εl=da=bɑ̃=dɔ=ne=sɔ̃=nɑ̃=fɑ̃ 16

    il=ma=puʁ=tɑ̃=vu=ly=ɔ=u=i=ʒε=ʁə=sɑ̃=ti=sɔ̃=na=muʁ 16
    il=ma=de=si=ne=puʁ=a=vwaʁ=ynə=fi=jə=œ̃=dεʁ=nje=ʁə=kuʁ 16
    sε=puʁ=sə=la=kə=ʒε=pʁi=vi=il=sε=tεl=lmɑ̃=ɛ̃=vεs=ti 15
    ʒə=mə=sɑ̃s=sɔ̃=nœ=vʁə=la=dεʁ=njε=ʁə=ɑ̃=pʁɛ̃=tə=də=sa=vi 16

    kɑ̃ʒə=pu=vε=sə=lə=mɑ̃=vwaʁ=la=du=lœʁ=il=ma=pɛ̃=lə=bɔ=nœʁ 16
    pεʁ=sɔnə=nə=pø=kʁwa=ʁə=ky=nə=pɛ̃=ty=ʁə=pø=ε=me=sɔ̃=kʁe=a=tœʁ 18
    e=bj=ɛ̃=ʒεs=pε=ʁə=tεl=lmɑ̃=pu=vwaʁ=lœʁ=pʁu=ve=kil=zɔ̃=tɔʁ 16
    ʒə=sɥi=fjεʁə=də=mɔ̃=ti=tʁə=ʒə=ma=pεllə=ma=ʁi=o=ʃə=vø=dɔʁt 16

    ʒə=de=ʃi=ʁε=lε=pɑ̃də=sə=ta=blo=tʁo=paʁ=fε=puʁ=ɑ̃=sɔʁ=tiʁ 16
    ʒεmə=ʁε=lɑ̃=la=se=e=ʁe=pɑ̃=dʁə=mɔ̃=na=muʁ=puʁ=lə=lɥi=fε=ʁə=sɑ̃=tiʁ 19
    il=ma=dɔ=ne=dε=ku=lœʁ=e=ʒə=sεkə=ʒə=la=dɔ=ʁə=de=ʒa 16
    kaʁ=a=tʁa=vεʁ=la=twalə=ʒə=vwa=lɥi=ləe=mwa=il=ε=mɔ̃=pa=pa 16

    lε=myʁ=də=sε=tə=pʁi=zɔ̃=nɔ̃=o=kœ̃=a=muʁ=puʁ=mwa 14
    e=ʒə=kʁi=puʁ=kil=me=ku=tə=ʒə=tɑ̃=sy=pli=li=bε=ʁə=mwa 16
    de=pε=ʃə=twa=ʒə=nə=tjɛ̃=dʁε=pa=dɑ̃=sə=mɔ̃=də=ɑ̃=kaʁ=tɔ̃ 16
    mɔ̃=tʁə=mwa=kə=ty=mə=vwa=de=si=nə=mwa=vʁε=mɑ̃=puʁ=də=bɔ̃ 16

    nu=vu=lɔ̃=tus=zε=tʁə=kεl=kœ̃=e=ʒɑ̃=fε=paʁ=ti 13
    nu=vu=lɔ̃=tus=zεtʁə=kεl=kœ̃=e=ʒε=mə=ʁε=tɑ̃=paʁ=tiʁ=di=si 16
    ʒə=nə=vø=plys=zεtʁəy=nə=ma=ʁjɔ=nε=tə=y=nə=i=ma=ʒə=fi=ʒe 17
    ʒə=vø=pʁɑ̃dʁə=vi=kɔ=mə=pi=nɔ=kjo=e=pu=vwaʁ=lə=ʁɑ̃=kɔ̃=tʁe 16

    εst=sə=kə=œ̃=ʒuʁʒə=ve=ʁε=lə=mɔ̃=də=kɔ=mə=il=mə=vwa 16
    ε=sə=kə=ʒə=puʁ=ʁε=sɔʁ=tiʁ=də=sə=sty=pi=də=ka=nə=va 16
    a=pʁɑ̃=mwa=a=fε=ʁə=lə=bjɛ̃=e=a=mə=de=fɑ̃=dʁə=dy=mal 16
    ʒə=tə=mɔ̃tʁə=ʁε=kə=ʒə=pø=zε=tʁəy=nə=y=mε=nə=nɔʁ=ma=lə 16

    tεllə=la=bu=ʒi=il=i=ly=mi=nε=ma=vi=fʁa=ʒilə=mε=zo=vɑ̃=fa=ʁuʃə 18
    il=ma=vε=dɔ=ne=vi=e=a=vε=mit=œ̃=su=ʁiʁə=syʁ=ma=buʃə 16
    e=ʒə=vu=lεləʁə=mεʁ=sje=lɥi=di=ʁə=tu=sɛ̃=plə=mεnt=ʒə=tε=mə 16
    mε=de=za=by=ze=il=a=de=si=de=kə=ma=vi=nɑ̃=va=lε=pa=sεtə=pεnə 19

    məs=plœʁ=nə=pə=ve=plys=sa=ʁε=te=puʁ=kwa=εsə=si=du=lu=ʁø 17
    ʒə=nε=ʁjɛ̃=fεdə=mal=a=lɔʁ=puʁ=kwa=ε=tʁə=də=və=ny=si=bεl=li=kø 18
    sə=kanə=va=bʁy=lɑ̃=də=vjɛ̃=tɔ̃=ny=ni=kə=e=kʁy=εllə=ʁe=pɔ̃sə 16
    e=mɛ̃tə=nɑ̃=lε=fla=mə=sɑ̃=pi=tje=ɑ̃=bʁa=ze=la=nɥi=ki=sa=nɔ̃sə 17

    bj=ɛ̃=vənɥ=dɑ̃=sɔ̃=mɔ̃=də=ki=tɔ̃=bə=ɑ̃=sɑ̃=dʁə 13
    il=i=a=ynə=mεʁ=də=fø=e=o=kœ̃=mwa=jɛ̃=də=sə=de=fɑ̃dʁə 16
    εl=lə=vu=lε=sɛ̃=plə=mɑ̃=ε=tʁə=a=vεk=sɔ̃=pa=pa=aʁ=tistə 16
    mε=ma=ʁi=fɔ̃=tu=tə=sə=lə=dɑ̃=sɔ̃=mɥε=a=bi=sə 14

PostScriptum

Un portrait… Littéralement. Pour ceux qui n’auraient donc pas compris, j’ai fait s’exprimer une peinture, du moins la figure représentée dans ce tableau.

L’histoire : Il s’agit d’un peintre qui n’a pas eu d’enfant et a donc mit tout son cœur dans la réalisation du portrait d’une petite fille, tant et si bien (exactement comme dans Pinocchio ! ) que la petite fille a prit vie dans le tableau. Cependant, elle n’a jamais pu traverser la ligne du tableau, rejoindre son créateur, et a donc été mise à muet sur tous ses sentiments d’amour et de reconnaissance.
Le final laisse suggérer que le peintre, qui n’écoutait pas les cris d’amour de sa petite fille dessinée, à brûler le tableau qui ne faisait que lui rappeler qu’il n’aurait jamais de petite fille, et que cette peinture n’était qu’une peinture (en strophe 3 d’ailleurs je rappelle que « personne ne peut croire qu’une peinture peut aimer son créateur », ce qui sous-entend que même l’auteur ne peut pas y croire) .
Les répétitions nombreuses du terme « vie » sont normales. . Elles sont là pour appuyer le fait que le peintre voudrait que sa petite fille existe mais aussi montrer à quel point la petite fille aimerait vivre.

Le titre : J’ai intentionnellement écrit « dort » car à la fin, j’ai repris le sommeil dans l’idée où quand la fille de la peinture meurt, elle s’endort définitivement. . les flammes viennent l’embraser (jeu de mots avec l’embrasser avant qu’elle dorme) et qu’elle tombe dans la nuit, dans l’abysse. .

Je suis désolée pour la longueur, je sais que ça va en rebuter pas mal mais en tout cas, un grand merci à ceux qui auront tout lu ! Cela me touche énormément !

Je tiens à préciser que ce texte est inspiré de quelque chose (juste inspiré, absolument pas copié) mais. . Je n’ai pas envie de révéler ceci, et j’ai envie de voir si quelques personnes reconnaissent ce dont je parle : Petit indice, c’est un jeu vidéo « d’horreur » gratuit dont la fin change selon vos actions. Pour ceux qui reconnaîtront faites moi signe ; ) Pour les autres, ne vous en inquiétez pas, les bases du jeu ne sont absolument pas nécessaires pour apprécier cet écrit.

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
10/09/2013 16:13Illusion

Très beau poème, j’ai adoré du premier mot au dernier 🙂
J’aime bien comment tu a fait vivre la peinture après tout peut être que chacune de nos création on une "âme" et éprouvent des sentiments. Je pense que tu montre par la peinture qui est brûlé non seulement le fait que la peinture rappel a l’artiste qu’il n’a pas d’enfant mais aussi le désir de tout artiste de vouloir faire des créations parfaites et vu que l’artiste trouvait que ça peinture n’avais pas d’âme (même dans ton écrit il se trompe mais il ne s’en aperçoit pas), il la brûle...

Melly-Mellow continue comme ça a nous faire rêver dans tes poèmes

Auteur de Poésie
10/09/2013 16:25Orpailleur

Que ce poème a de forts ressentis.
Je ne peu autrement, que vous attribuer un coup de coeur des plus représentatif.
Merci Melly-Mellow pour ce merveilleux partage. ( Dans deux heures )
Amitié...Jacques

Auteur de Poésie
10/09/2013 18:50Eden33

Bien, j’ai trouvé ma lecture rapide ! Vraiment le ps aide beaucoup, merci. L’idée est originale, souvent j’ai pensé à des tableaux où les personnages avaient une envie d’aller voir ailleurs.
Donc, j’ai un énorme coup de cœur pour ton imagination Melly, j’aime ta fiction sur ce tableau fort bien écrite, très fort ressenti.
Bravo, Eden

Auteur de Poésie
10/09/2013 19:20Eden33

Je n’ai jamais joué aux jeux vidéos, cependant, tu me connais lol, j’ai cherché, vois ta mp,
Merci pour ce petit plus qui m’est très agréable
Eden

Auteur de Poésie
10/09/2013 21:41Melly-Mellow

Illusion : Merci de cet élogieux commentaire ! Et surtout de ton implication dans le poème à essayer de faire un commentaire constructif, j’ai beaucoup aimé ton geste. Je t’embrasse, merci encore de ton passage et de ton commentaire 🙂
Orpailleur : Merci énormément pour le passage, le commentaire et surtout pour le coup de cœur ! ça me touche beaucoup 🙂
Eden : Ah-ah oui ^^ je te connais et j’adore le fait que tu rentres dans le jeu 😉 pour trouver duquel je parle ! Merci pour ton commentaire et ton impression, c’est vrai que l’idée que tu as eu rejoint un peu ce que cette petite fille en peinture pouvait vouloir. C’est donc vraiment pas mal. Merci pour le coup de cœur, ça me touche beaucoup également !
Mes amitiés à vous trois 🙂 Et encore un grand merci.

Auteur de Poésie
11/09/2013 23:26Birdy

Mince je pesais que l’énigme c’était de trouver le tableau dont tu parlais (si tu t’était inspiré d’un tableau évidement) mais en jeu vidéo je connais rien ^^
Cela dit je l’adore ton poème, moi qui adore la peinture il me parle vraiment!
C’est une idée super de parler ainsi d’une peinture qui voudrai prendre vie 🙂 et les images sont superbes et très touchante!

Auteur de Poésie
11/09/2013 23:39Melly-Mellow

Je n’ai pas une grande culture artistique ^^ Et je ne suis pas plus douée en jeux vidéos ! J’ai découvert ce jeu grâce à ma meilleure amie mais je n’y ai pas joué ^^’ Je me cachais derrière son dos pour regarder même !.. Enfin, merci beaucoup d’être passée, d’avoir lue et commentée ! Et surtout d’avoir voulu essayer de résoudre " l’enigme " (entre gros guillemets) ^^ Ton commentaire m’a fait plaisir.. Donc merci beaucoup 🙂 Mes amitiés-

Auteur de Poésie
29/08/2014 11:23Dada22

c’est bien écrit. Merci pour ce poème.
Merci également pour les gentils commentaires que tu as posté sur mes poésies.
amitiés

Auteur de Poésie
31/08/2014 16:26Melly-Mellow

Merci beaucoup de ton passage & de ton appréciation dada22 ! Et pas de soucis, c’est normal quand j’aime une plume 🙂 Amicalement..

Auteur de Poésie
12/09/2014 21:35Loic Rousselot

Joli et sensuel.
J’ai beaucoup aimé.
Amicalement
Loïc ROUSSELOT

Auteur de Poésie
12/09/2014 22:03Melly-Mellow

Merci de ton passage & de ton appréciation Loïc ! Amicalement..

Auteur de Poésie
16/09/2014 14:27Lumière

C’est génial ton poème. J’ai aimé beaucoup ton tableau. Il vit à travers tes mots
Bravo. Cette petite fille vit déjà par le pinceau d’amour de son père.
Merci pour ce partage
amities

Auteur de Poésie
16/09/2014 22:15Melly-Mellow

Et bien tout le plaisir est pour moi Lumière ! C’est le principe de mes vers en effet ^^ Je te remercie grandement de ton passage & de ton appréciation !
Amicalement..