Prose : Folie

Folie

Je vais, je viens, quelle lourdeur ! Mes jambes me pèsent d’avoir tant couru, pourtant, je n’ai pas bougé.
On me dit que ceux qui écrivent sont fous, je les crois. Et pourtant j’écris. Peut-être suis-je folle moi aussi ?
Je réfléchis, mais je ne comprends pas, et on me comprend encore moins. J’ai tellement envie d’y croire, mais je n’y arrive pas. . Quelle absurdité !
Tout autour de moi bourdonne, mais je me tais. J’écoute, mais je n’entends rien qu’un murmure. C’est la vie qui me dit à l’oreille quelque chose, mais ça ne veux rien dire.
M’entends-tu ? Je hurle de douleur, celle d’être dans l’incompréhension. .
Me comprends-tu ? Alors écoute-moi, et ose me dire que c’est logique.
Rien dans ce monde n’est juste ou normal, nous ne sommes que des pions du désespoir.
Pourtant, au loin, je te vois. Bonheur, attends-moi. Prends moi par la main et traversons le monde.
Vois-tu au loin ? Le soleil s’en va, il disparaît de l’horizon. Je veux le poursuivre, l’attraper. Mais il me brûle. Il me brûle pour me montrer que vivre, c’est douloureux.
Nous poursuivons tous nos rêves, mais ceux-ci nous embrasent le cœur.

Syllabation De L'Écrit

  • Syllabes Hyphénique: Folie


  • Phonétique : Folie

    ʒə vε, ʒə vjɛ̃, kεllə luʁdœʁ ! mε ʒɑ̃bə mə pεze davwaʁ tɑ̃ kuʁy, puʁtɑ̃, ʒə nε pa buʒe.
    ɔ̃ mə di kə sø ki ekʁive sɔ̃ fus, ʒə lε kʁwa. e puʁtɑ̃ ʒekʁi. pø tεtʁə sɥi ʒə fɔlə mwa osi ?
    ʒə ʁefleʃi, mε ʒə nə kɔ̃pʁɑ̃ pa, e ɔ̃ mə kɔ̃pʁɑ̃t- ɑ̃kɔʁə mwɛ̃. ʒε tεllmɑ̃ ɑ̃vi di kʁwaʁə, mε ʒə ni aʁivə pa. kεllə absyʁdite !
    tut- otuʁ də mwa buʁdɔnə, mε ʒə mə tε. ʒekutə, mε ʒə nɑ̃tɑ̃ ʁjɛ̃ kœ̃ myʁmyʁə. sε la vi ki mə di a lɔʁεjə kεlkə ʃozə, mε sa nə vø ʁjɛ̃ diʁə.
    mɑ̃tɑ̃ ty ? ʒə yʁlə də dulœʁ, sεllə dεtʁə dɑ̃ lɛ̃kɔ̃pʁeɑ̃sjɔ̃.
    mə kɔ̃pʁɑ̃ ty ? alɔʁz- ekutə mwa, e ozə mə diʁə kə sε lɔʒikə.
    ʁjɛ̃ dɑ̃ sə mɔ̃də nε ʒystə u nɔʁmal, nu nə sɔmə kə dε pjɔ̃ dy dezεspwaʁ.
    puʁtɑ̃, o lwɛ̃, ʒə tə vwa. bɔnœʁ, atɑ̃ mwa. pʁɑ̃ mwa paʁ la mɛ̃ e tʁavεʁsɔ̃ lə mɔ̃də.
    vwa ty o lwɛ̃ ? lə sɔlεj sɑ̃ va, il dispaʁε də lɔʁizɔ̃. ʒə vø lə puʁsɥivʁə, latʁape. mεz- il mə bʁylə. il mə bʁylə puʁ mə mɔ̃tʁe kə vivʁə, sε duluʁø.
    nu puʁsɥivɔ̃ tus no ʁεvə, mε sø si nuz- ɑ̃bʁaze lə kœʁ.
  • Syllabes Phonétique : Folie


Récompense

1
0
0

Commentaire Sur La Poesie


Auteur de Poésie
28/05/2012 16:15Ancien Membre

Si les rêves nous embrasent le cœur, sans eux pourrions-nous seulement vivre ?
J’en doute, ils nous permettent de nous extraire du quotidien et quand par un miracle un de nos rêves se réalise, n’est pas du pur bonheur qui coule en nos veines ?