Prose : Chronicus Bacchanalis

Chronicus Bacchanalis

Le vent soufflait, froid, la brume masquait la lune et les étoiles qui n’attendaient qu’à être vues. Le temps passe, il s’égraine, alors que je regarde le monde, heureux, soul surement, et mes pensés s’envolent, là où toi, dans ta grande miséricorde me permet de languir. Gros, grosse, énorme, non quantifiable, espoir souverain, la vie saura te faire capituler.

Syllabation De L'Écrit

PostScriptum

… en relisant mes notes je me suis rendu compte que je lorsque je suis soul, je suis incapable d’accorder la 3ème personne du pluriel…

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
03/10/2022Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.