Poème-France.com

Poeme : Reves De Toi



Reves De Toi

Quand je me laisse aller à rêver,
Les yeux ouverts, bien éveillée,
Mes désirs les plus inavoués,
Mes songes, deviennent réalité.

Quand je me laisse aller à rêver,
Je nous vois calmement nous promener,
Au soleil couchant, nos mains se joindre
Puis tes bras tendrement m’étreindre.

Quand je me laisse aller à rêver,
Tu approches ton visage intimidé,
Et tes lèvres se posent délicatement
Sur les miennes en les effleurant.

Quand je me laisse aller à rêver,
Nos langues se mêlent l’une à l’autre,
Et dans ce doux baiser échangé,
Nos cœurs enfin nous transportent.

Quand je me laisse aller à rêver,
Je sens tes mains sur moi se perdre,
Tes légères caresses me font vibrer,
Un long frisson parcourt mon être.

Quand je me laisse aller à rêver,
Nous découvrons nos corps échauffés,
Et ta peau nue contre la mienne,
Je deviens toute entière tienne.

Quand je me laisse aller à rêver,
J’imagine nos êtres fusionner,
Nos sens à l’écoute de l’autre,
Et ce plaisir qui est le nôtre.

Quand je me laisse aller à rêver,
Nos corps repus et épuisés
S’enlacent encore sous les draps,
Et je m’endors dans tes bras.

Quand je me laisse aller à rêver,
Nos yeux pétillent au réveil,
Et la douce chaleur du soleil
Vient filtrer à travers les volets.

Quand je me laisse aller à rêver,
Je voudrais chaque matin m’éveiller,
Et sentir ta tendresse à mes côtés,
Laisser mon esprit ne plus penser.

Quand je me laisse aller à rêver,
Je partage chaque instant de ma vie
Auprès du meilleur des maris,
Et je sens son enfant en moi bouger.

Quand je me laisse aller à rêver,
Je ne veux plus me réveiller,
Car mes rêves ne sont pas réalité
Et j’ai mal d’y être confrontée.

Fais de mes rêves un conte de fées,
Toi mon p’tit prince bien aimé,
Rends-les réels pour notre bonheur,
Unis ton cœur à mon cœur.

Car mon amour n’est pas un rêve,
Il vit au plus profond de moi,
Jamais je ne veux qu’il s’achève,
Il ne peut exister que pour toi.
Sophie Chazel

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
lεz- iøz- uvεʁ, bjɛ̃ evεje,
mε deziʁ lε plysz- inavue,
mε sɔ̃ʒə, dəvjεne ʁealite.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
ʒə nu vwa kalməmɑ̃ nu pʁɔməne,
o sɔlεj kuʃɑ̃, no mɛ̃ sə ʒwɛ̃dʁə
pɥi tε bʁa tɑ̃dʁəmɑ̃ metʁɛ̃dʁə.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
ty apʁoʃə tɔ̃ vizaʒə ɛ̃timide,
e tε lεvʁə- sə poze delikatəmɑ̃
syʁ lε mjεnəz- ɑ̃ lεz- efləʁɑ̃.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
no lɑ̃ɡ sə mεle lynə a lotʁə,
e dɑ̃ sə du bεze eʃɑ̃ʒe,
no kœʁz- ɑ̃fɛ̃ nu tʁɑ̃spɔʁte.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
ʒə sɑ̃s tε mɛ̃ syʁ mwa sə pεʁdʁə,
tε leʒεʁə kaʁesə mə fɔ̃ vibʁe,
œ̃ lɔ̃ fʁisɔ̃ paʁkuʁ mɔ̃n- εtʁə.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
nu dekuvʁɔ̃ no kɔʁz- eʃofe,
e ta po nɥ kɔ̃tʁə la mjεnə,
ʒə dəvjɛ̃ tutə ɑ̃tjεʁə tjεnə.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
ʒimaʒinə noz- εtʁə- fyzjɔne,
no sɑ̃sz- a lekutə də lotʁə,
e sə plεziʁ ki ε lə notʁə.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
no kɔʁ ʁəpysz- e epɥize
sɑ̃lase ɑ̃kɔʁə su lε dʁa,
e ʒə mɑ̃dɔʁ dɑ̃ tε bʁa.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
noz- iø petije o ʁevεj,
e la dusə ʃalœʁ dy sɔlεj
vjɛ̃ filtʁe a tʁavεʁ lε vɔlε.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
ʒə vudʁε ʃakə matɛ̃ mevεje,
e sɑ̃tiʁ ta tɑ̃dʁεsə a mε kote,
lεse mɔ̃n- εspʁi nə plys pɑ̃se.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
ʒə paʁtaʒə ʃakə ɛ̃stɑ̃ də ma vi
opʁε dy mεjœʁ dε maʁi,
e ʒə sɑ̃s sɔ̃n- ɑ̃fɑ̃ ɑ̃ mwa buʒe.

kɑ̃ ʒə mə lεsə ale a ʁεve,
ʒə nə vø plys mə ʁevεje,
kaʁ mε ʁεvə nə sɔ̃ pa ʁealite
e ʒε mal di εtʁə kɔ̃fʁɔ̃te.

fε də mε ʁεvəz- œ̃ kɔ̃tə də fe,
twa mɔ̃ ptit pʁɛ̃sə bjɛ̃ εme,
ʁɑ̃ lε ʁeεl puʁ nɔtʁə bɔnœʁ,
yni tɔ̃ kœʁ a mɔ̃ kœʁ.

kaʁ mɔ̃n- amuʁ nε pa œ̃ ʁεvə,
il vit o plys pʁɔfɔ̃ də mwa,
ʒamε ʒə nə vø kil saʃεvə,
il nə pø εɡziste kə puʁ twa.