Poeme-France : Lecture Écrit Mutilation

Prose : Chaînes

Prose Mutilation
Publié le 10/05/2012 09:38

L'écrit contient 577 mots qui sont répartis dans 7 strophes.

Poete : Glad

Chaînes

A vous mes amies, mes amours, à vous qui m’avez soutenue depuis toujours. . Je vous ai créées, embrassées, vous qui avez causé ma perte. Mais c’est grace à vous que je reste en vie, car pour vous j’ai failli mourir, mais je suis ici, et chaque seconde qui passe je me souviens de vous, de ce sourire, de ces traces que vous avez laissées, et laisserez. .

Car je vous aime, vous qui avez failli me tuer, encore et encore me pourchassiez chaque jour qui passai. . Chaque matin, chaque soir, vous m’attendiez, vous faisiez tout pour ou contre moi, aviez votre vie propre, et en âme et conscience m’attiriez à vous. . Je vous aime mes créatures, que maintenant que j’ai bannies. . Votre fantôme me hante encore et toujours, je ne peux m’en défaire. .

Ces cicatrices me collent à la peau, je ne peux rien y faire, je l’ai voulu. Et j’ai beau espérer qu’un jour plus personne ne le verra, je vous vois rouges comme au premier jour, je ne peux me voir dans un miroir sans que vous attiriez votre attention à moi, et ca me fait peur, car je sais que vous ne me quitterez jamais. .
Chacun vous voit, chacun me juge, personne ne comprend, mais malgré cela, j’espère que quelqu’un, un jour, saura me voir sans ces marques que j’ai causées, désirées, aimées. . J’espère que quelqu’un saura retirer la douleur que chaque jour vous provoquez, car mon cœur saigne même si mon bras ne le fait plus, et quand je le vois mon esprit pleure avec lui de toute cette rage renflouée. .

A vous mes fantômes du passé, vous qui n’avez jamais changé, qui ne changerez jamais si ce n’est que pour vous rendre encore plus visible chaque jour qui passe, vous que je hais mais sans qui je ne pourrai vivre. . Vous dont chacun, même moi, s’interroge sur la nature et le pourquoi de l’existence, mais qui pourtant existez, juste de part votre nom. . Mutilation…

Et je la ressens, cette douleur, qui encore et toujours me hante, me réveille la nuit, m’empeche de dormir, je vois tout ce sang qui coule, sent encore son gout sucré sur mes lèvres, je revois mon sourire maculé de rouge dans la glace, sourire derrière mes larmes, car je pleure, mais je suis en vie, est-ce un bonheur ou une malédiction, je n’en sais rien je m’en fous. .
Lumière brève, un flash photographique, qui immortalise dans un bref éclat de lumière ce petit reflet qui a jailli pour faire couler mon sang. . C’est si bon cette douleur, cette chaleur qui t’enivre alors que tu meurs de froid toute seule dans ce lit trop grand pour toi. .

Les yeux s’ouvrent, ce n’était qu’un rêve, la douleur est tout de même la, les larmes aussi. . Je revois ces larmes de sang qui dévalaient mon bras tandis que cette seule eau salée inonde mon visage, et j’ai mal, j’ai honte de tout ce que je me suis infligée, et le regard des autres me fait mal, tellement mal. .

Et je rêve de celui qui un jour ne les verra pas, elles qui semblent luire de rouge et crier au monde qu’elles sont la. .
Et je rêve d’un jour celui qui saura m’aimer malgré elles,
Les aimer malgré moi…
  • Phonétique : Chaînes

    a vu mεz- ami, mεz- amuʁ, a vu ki mave sutənɥ dəpɥi tuʒuʁ. ʒə vuz- ε kʁee, ɑ̃bʁase, vu ki ave koze ma pεʁtə. mε sε ɡʁasə a vu kə ʒə ʁεstə ɑ̃ vi, kaʁ puʁ vu ʒε faji muʁiʁ, mε ʒə sɥiz- isi, e ʃakə səɡɔ̃də ki pasə ʒə mə suvjɛ̃ də vu, də sə suʁiʁə, də sε tʁasə kə vuz- ave lεse, e lεsəʁe.

    kaʁ ʒə vuz- εmə, vu ki ave faji mə tɥe, ɑ̃kɔʁə e ɑ̃kɔʁə mə puʁʃasje ʃakə ʒuʁ ki pasε. ʃakə matɛ̃, ʃakə swaʁ, vu matɑ̃dje, vu fəzje tu puʁ u kɔ̃tʁə mwa, avje vɔtʁə vi pʁɔpʁə, e ɑ̃n- amə e kɔ̃sjɑ̃sə matiʁjez- a vu. ʒə vuz- εmə mε kʁeatyʁə, kə mɛ̃tənɑ̃ kə ʒε bani. vɔtʁə fɑ̃tomə mə-ɑ̃tə ɑ̃kɔʁə e tuʒuʁ, ʒə nə pø mɑ̃ defεʁə.

    sε sikatʁisə mə kɔle a la po, ʒə nə pø ʁjɛ̃ i fεʁə, ʒə lε vuly. e ʒε bo εspeʁe kœ̃ ʒuʁ plys pεʁsɔnə nə lə veʁa, ʒə vu vwa ʁuʒə kɔmə o pʁəmje ʒuʁ, ʒə nə pø mə vwaʁ dɑ̃z- œ̃ miʁwaʁ sɑ̃ kə vuz- atiʁje vɔtʁə atɑ̃sjɔ̃ a mwa, e ka mə fε pœʁ, kaʁ ʒə sε kə vu nə mə kitəʁe ʒamε.
    ʃakœ̃ vu vwa, ʃakœ̃ mə ʒyʒə, pεʁsɔnə nə kɔ̃pʁɑ̃, mε malɡʁe səla, ʒεspεʁə kə kεlkœ̃, œ̃ ʒuʁ, soʁa mə vwaʁ sɑ̃ sε maʁk kə ʒε koze, deziʁe, εme. ʒεspεʁə kə kεlkœ̃ soʁa ʁətiʁe la dulœʁ kə ʃakə ʒuʁ vu pʁɔvɔke, kaʁ mɔ̃ kœʁ sεɲə mεmə si mɔ̃ bʁa nə lə fε plys, e kɑ̃ ʒə lə vwa mɔ̃n- εspʁi plœʁə avεk lɥi də tutə sεtə ʁaʒə ʁɑ̃flue.

    a vu mε fɑ̃tomə dy pase, vu ki nave ʒamε ʃɑ̃ʒe, ki nə ʃɑ̃ʒəʁe ʒamε si sə nε kə puʁ vu ʁɑ̃dʁə ɑ̃kɔʁə plys viziblə ʃakə ʒuʁ ki pasə, vu kə ʒə-ε mε sɑ̃ ki ʒə nə puʁʁε vivʁə. vu dɔ̃ ʃakœ̃, mεmə mwa, sɛ̃teʁɔʒə syʁ la natyʁə e lə puʁkwa də lεɡzistɑ̃sə, mε ki puʁtɑ̃ εɡziste, ʒystə də paʁ vɔtʁə nɔ̃. mytilasjɔ̃…

    e ʒə la ʁəsɛ̃, sεtə dulœʁ, ki ɑ̃kɔʁə e tuʒuʁ mə-ɑ̃tə, mə ʁevεjə la nɥi, mɑ̃pεʃə də dɔʁmiʁ, ʒə vwa tu sə sɑ̃ ki kulə, sɑ̃ ɑ̃kɔʁə sɔ̃ ɡu sykʁe syʁ mε lεvʁə, ʒə ʁəvwa mɔ̃ suʁiʁə makyle də ʁuʒə dɑ̃ la ɡlasə, suʁiʁə dəʁjεʁə mε laʁmə, kaʁ ʒə plœʁə, mε ʒə sɥiz- ɑ̃ vi, ε sə œ̃ bɔnœʁ u ynə malediksjɔ̃, ʒə nɑ̃ sε ʁjɛ̃ ʒə mɑ̃ fus.
    lymjεʁə bʁεvə, œ̃ flaʃ fɔtɔɡʁafikə, ki imɔʁtalizə dɑ̃z- œ̃ bʁεf ekla də lymjεʁə sə pəti ʁəflε ki a ʒaji puʁ fεʁə kule mɔ̃ sɑ̃. sε si bɔ̃ sεtə dulœʁ, sεtə ʃalœʁ ki tɑ̃nivʁə alɔʁ kə ty mœʁ də fʁwa tutə sələ dɑ̃ sə li tʁo ɡʁɑ̃ puʁ twa.

    lεz- iø suvʁe, sə netε kœ̃ ʁεvə, la dulœʁ ε tu də mεmə la, lε laʁməz- osi. ʒə ʁəvwa sε laʁmə- də sɑ̃ ki devalε mɔ̃ bʁa tɑ̃di kə sεtə sələ o sale inɔ̃də mɔ̃ vizaʒə, e ʒε mal, ʒε ɔ̃tə də tu sə kə ʒə mə sɥiz- ɛ̃fliʒe, e lə ʁəɡaʁ dεz- otʁə- mə fε mal, tεllmɑ̃ mal.

    e ʒə ʁεvə də səlɥi ki œ̃ ʒuʁ nə lε veʁa pa, εllə ki sɑ̃ble lɥiʁə də ʁuʒə e kʁje o mɔ̃də kεllə sɔ̃ la.
    e ʒə ʁεvə dœ̃ ʒuʁ səlɥi ki soʁa mεme malɡʁe εllə,
    lεz- εme malɡʁe mwa…

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
31/07/2021Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.