Poeme-France : Lecture Écrit Colère

Prose : Requisitoire, Partie 2

Prose Colère
Publié le 13/05/2012 21:54

L'écrit contient 586 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Caramel3730

Requisitoire, Partie 2

Sous vos airs angéliques, vous n’êtes pas trompeur, je connais votre véritable visage,
Cette pseudo clarté dont vos pensez irradier n’est que le pur fruit de votre imagination, de près comme de loin, je sens le parfum de la mort et de la destruction vous coller à la peau, il vous ronge. S’il vous faut choisir entre vivre et mourir, je choisirais pour vous, j’irais moi même vous asséner le coup final. Ma haine peut paraître se confondre avec la folie, pourtant je ne suis que raison dans ce débat infini. J’accuse, oui monsieur, vous êtes coupable, vous m’avez nourrie de la haine que vous entretenez avec le monde entier, toute cette enfance que vous avez brisée au profit de votre souffrance. Votre devoir ? Je n’veux plus y croire tant il est noir. Un père ? Jamais vous n’avez su l’être, vous n’êtes vous même pas un adulte, bloqué dans votre immaturité. Confier un si grand pouvoir à un fou comme vous, revient à laisser la voiture à un enfant de 7 ans, rendez-vous compte, vouloir faire de sa fille, sa femme et sa mère, tant d’affront que depuis toujours je refoule, mais cela ne va pas durer, non, s’en est trop, il est temps pour moi de tout simplement parler, le sang va couler, de mes mots je vous tuerais, je le veux, je l’aurais. Ma volonté et d’acier, croyiez moi, je vous ferais casser, jamais vous ne vous relèverez. A mon tour d’être méchante, moi l’enfant machiavélique et manipulatrice, n’est il pas ? Enfoiré, je vous hais. Du plus profond de mon cœur je vous hais, tout autant que vous ne m’avez jamais, au grand jamais aimée. Mensonges, vous ne teniez à moi que pour vous nourrir de ma déchéance, je le sais, vous n’aimez que vous et votre douleur vous sert d’engrais, vous fabriquez chaque jour un peu plus votre forteresse de pitié, pour que le monde soit à vos pieds, hélas personne n’est dupe, comprenez bien, que personne ne s’y trompe, vous êtes piégé, pris au piège dans vos propres filets, cessez de vouloir vous inventer un monde de douleur, petit schizophrène raté, vous avez eu les moyens de vous en sortir, mille fois les clés pour aller mieux, jamais vous ne les avez prise, je vous ai vu, les refuser poliment, pour dire après que tout va mal, que le sort est contre vous, par la faute d’autrui. Mensonges ! Toute cette douleur n’est que la résultante de votre propre volonté, abrutit profond que vous êtes, si vous ne voulez pas vous en sortir, si vous voulez couler pour vous faire plaindre, je vais vous y aider, croyiez moi je le ferais, avec plaisir, là reste le souci. Trop longtemps vous vous êtes fait passé pour la victime et moi la méchante, trop longtemps j’y ai cru, maintenant je vais vous montrer ce qu’est la vrai déchéance, la vrai douleur et la vraie dépression, pas celle que l’on s’invente et qui fini par devenir vraie. Faux martyr, vous mentez à tout le monde et à vous même. Voulez vous voir ce qu’est le fond, voulez vous voir le gouffre qui fut longtemps mon antre et mon quotidien ? Ça va saigner, pas de doute possible, vous allez voir, c’est promis, je vais faire éclater la vérité, ça va péter, une effusion acide de vrai.
  • Phonétique : Requisitoire, Partie 2

    su voz- εʁz- ɑ̃ʒelik, vu nεtə pa tʁɔ̃pœʁ, ʒə kɔnε vɔtʁə veʁitablə vizaʒə,
    sεtə psødo klaʁte dɔ̃ vo pɑ̃sez- iʁadje nε kə lə pyʁ fʁɥi də vɔtʁə imaʒinasjɔ̃, də pʁε kɔmə də lwɛ̃, ʒə sɑ̃s lə paʁfœ̃ də la mɔʁ e də la dεstʁyksjɔ̃ vu kɔle a la po, il vu ʁɔ̃ʒə. sil vu fo ʃwaziʁ ɑ̃tʁə vivʁə e muʁiʁ, ʒə ʃwaziʁε puʁ vu, ʒiʁε mwa mεmə vuz- asene lə ku final. ma-εnə pø paʁεtʁə sə kɔ̃fɔ̃dʁə avεk la fɔli, puʁtɑ̃ ʒə nə sɥi kə ʁεzɔ̃ dɑ̃ sə deba ɛ̃fini. ʒakyzə, ui məsjø, vuz- εtə kupablə, vu mave nuʁʁi də la-εnə kə vuz- ɑ̃tʁətənez- avεk lə mɔ̃də ɑ̃tje, tutə sεtə ɑ̃fɑ̃sə kə vuz- ave bʁize o pʁɔfi də vɔtʁə sufʁɑ̃sə. vɔtʁə dəvwaʁ ? ʒə nvø plysz- i kʁwaʁə tɑ̃ il ε nwaʁ. œ̃ pεʁə ? ʒamε vu nave sy lεtʁə, vu nεtə vu mεmə pa œ̃n- adyltə, blɔke dɑ̃ vɔtʁə imatyʁite. kɔ̃fje œ̃ si ɡʁɑ̃ puvwaʁ a œ̃ fu kɔmə vu, ʁəvjɛ̃ a lεse la vwatyʁə a œ̃n- ɑ̃fɑ̃ də sεt ɑ̃, ʁɑ̃de vu kɔ̃tə, vulwaʁ fεʁə də sa fijə, sa famə e sa mεʁə, tɑ̃ dafʁɔ̃ kə dəpɥi tuʒuʁ ʒə ʁəfulə, mε səla nə va pa dyʁe, nɔ̃, sɑ̃n- ε tʁo, il ε tɑ̃ puʁ mwa də tu sɛ̃pləmɑ̃ paʁle, lə sɑ̃ va kule, də mε mo ʒə vu tɥəʁε, ʒə lə vø, ʒə loʁε. ma vɔlɔ̃te e dasje, kʁwajje mwa, ʒə vu fəʁε kase, ʒamε vu nə vu ʁəlεvəʁe. a mɔ̃ tuʁ dεtʁə meʃɑ̃tə, mwa lɑ̃fɑ̃ maʃjavelikə e manipylatʁisə, nεt- il pa ? ɑ̃fwaʁe, ʒə vu-ε. dy plys pʁɔfɔ̃ də mɔ̃ kœʁ ʒə vu-ε, tut- otɑ̃ kə vu nə mave ʒamε, o ɡʁɑ̃ ʒamεz- εme. mɑ̃sɔ̃ʒə, vu nə tənjez- a mwa kə puʁ vu nuʁʁiʁ də ma deʃeɑ̃sə, ʒə lə sε, vu nεme kə vuz- e vɔtʁə dulœʁ vu sεʁ dɑ̃ɡʁε, vu fabʁike ʃakə ʒuʁ œ̃ pø plys vɔtʁə fɔʁtəʁεsə də pitje, puʁ kə lə mɔ̃də swa a vo pje, ela pεʁsɔnə nε dypə, kɔ̃pʁəne bjɛ̃, kə pεʁsɔnə nə si tʁɔ̃pə, vuz- εtə pjeʒe, pʁiz- o pjεʒə dɑ̃ vo pʁɔpʁə- filε, sese də vulwaʁ vuz- ɛ̃vɑ̃te œ̃ mɔ̃də də dulœʁ, pəti skizɔfʁεnə ʁate, vuz- avez- y lε mwajɛ̃ də vuz- ɑ̃ sɔʁtiʁ, milə fwa lε kle puʁ ale mjø, ʒamε vu nə lεz- ave pʁizə, ʒə vuz- ε vy, lε ʁəfyze pɔlime, puʁ diʁə apʁε kə tu va mal, kə lə sɔʁ ε kɔ̃tʁə vu, paʁ la fotə dotʁɥi. mɑ̃sɔ̃ʒə ! tutə sεtə dulœʁ nε kə la ʁezyltɑ̃tə də vɔtʁə pʁɔpʁə vɔlɔ̃te, abʁyti pʁɔfɔ̃ kə vuz- εtə, si vu nə vule pa vuz- ɑ̃ sɔʁtiʁ, si vu vule kule puʁ vu fεʁə plɛ̃dʁə, ʒə vε vuz- i εde, kʁwajje mwa ʒə lə fəʁε, avεk plεziʁ, la ʁεstə lə susi. tʁo lɔ̃tɑ̃ vu vuz- εtə fε pase puʁ la viktimə e mwa la meʃɑ̃tə, tʁo lɔ̃tɑ̃ ʒi ε kʁy, mɛ̃tənɑ̃ ʒə vε vu mɔ̃tʁe sə kε la vʁε deʃeɑ̃sə, la vʁε dulœʁ e la vʁε depʁesjɔ̃, pa sεllə kə lɔ̃ sɛ̃vɑ̃tə e ki fini paʁ dəvəniʁ vʁε. fo maʁtiʁ, vu mɑ̃tez- a tu lə mɔ̃də e a vu mεmə. vule vu vwaʁ sə kε lə fɔ̃, vule vu vwaʁ lə ɡufʁə ki fy lɔ̃tɑ̃ mɔ̃n- ɑ̃tʁə e mɔ̃ kɔtidjɛ̃ ? sa va sεɲe, pa də dutə pɔsiblə, vuz- ale vwaʁ, sε pʁɔmi, ʒə vε fεʁə eklate la veʁite, sa va pete, ynə efyzjɔ̃ asidə də vʁε.

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
15/12/2018Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre resentit, un encouragement, un conseille ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.