Poeme-France : Lecture Écrit Désordre

Prose : Bizarre Promenade.

Prose Désordre
Publié le 30/10/2012 18:05

L'écrit contient 669 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Loup Gris

Bizarre Promenade.

En ce matin d’automne, j’étais sorti très tôt de la maison, j’aime les senteurs que la terre dispense généreusement de bon matin, alors que le silence règne encore en maître avant les premiers cris d’oiseaux, et le brouhaha de la vie moderne. Habitant non loin de la campagne, j’avais déjà parcouru un bon bout de chemin dans la brume de l’aube alors que le jour pointait à peine.
Inconsciemment, je suivais le petit chemin caillouteux champêtre que j’affectionne habituellement.
Je ne saurais dire pourquoi, mais mon chien qui m’accompagne habituellement dans mes promenades n’était pas à mes côtés ! Ce détail retint mon attention car il me fit penser que j’étais arrivé à cet endroit sans me rappeler aucunement le chemin parcouru… D’habitude, nous venons en voiture jusqu’à l’entrée de ce chemin et je gare celle ci sur la grand route avant de partir avec Dana, ma chienne, pour une bonne promenade. Celle ci nous mène à travers champs jusqu’au « Bois de l’arbre tout seul », drôle de nom pour une étendue boisée contenant des centaines d’essences diverses, mais ce n’est pas mon propos de connaître l’origine de ce nom.
Déjà, je pouvais en apercevoir l’orée, mais mon esprit, continuant sur sa lancée, commençait à se poser des questions qui restaient sans réponses. Pourquoi étais je sorti si tôt ? Pourquoi à pied ? Pourquoi sans voiture comme à l’accoutumée ? Pourquoi ? Un frisson me parcourut tout le corps, j’avais froid, dans la lumière faiblarde du jour naissant, je me découvris curieusement habillé de mon pyjama de soie bleue, alors que je désirais fermer ma veste de cuir que je porte lors de ces sorties nature.
Me rendant compte de l’absurdité de la chose, une impression désagréable d’incompréhension et d’inconfort m’envahit… Pas un bruit, rien, au loin derrière moi, seuls quelques points jaunâtres trouant un voile cotonneux, les premières lueurs du village sans doute !
La clarté prenant le pas sur la pénombre, il me sembla distinguer quelques hirondelles retardataires
rasant les champs fraîchement labourés, cherchant quelques insectes à gober sans doute.
La même question taraudait mon cerveau, y prenait toute la place, pourquoi donc me trouvais je là habillé de la sorte ?
Jamais je n’avais souffert de dédoublement de la personnalité, pas plus que de somnambulisme, alors… Quoi ! Une douleur me traversa la poitrine et l’instant d’après, je dus m’asseoir. Je me sentais mal, j’avais l’impression de disparaître, et puis plus rien, je sombrai dans un trou noir.
Quelques minutes ou quelques heures plus tard que sais je ? Je me réveillai, en sueur, il faisait toujours nuit noire. Je devais avoir la tête sous l’oreiller car j’avais la respiration saccadée, inefficace, ma couette semblait peser une tonne, bref j’étouffais littéralement. Je me sentais complètement gelé tandis qu’une espèce d’humidité malsaine enveloppait mon corps tout entier, sans doute étais je fiévreux, il me fallait trouver sans attendre un remède. Je résolus de me lever, « Que diable, pouvait il faire si froid en automne ? »
Et cette couette, cet oreiller d’un poids inexplicable m’étaient pénibles. Je dus faire preuve d’une force surhumaine pour soulever l’ensemble. Avec l’énergie du désespoir, je pus faire basculer le tout et m’en débarrasser. Enfin, je respirais mieux, j’avais même l’impression de sentir un souffle d’air, comme d’avoir ouvert une fenêtre.
Soulagé, je ne pris guère attention au bruit affreux que fit la couette et l’oreiller en tombant sur le plancher. Même la fièvre avait disparu et si j’étais totalement trempé, je ne ressentais plus le froid. C’est alors que je m’aperçus que je me trouvais allongé sous la voûte céleste.
Encadré de quatre murs suintant l’eau de toutes parts. Étais je devenu fou ?
Décidément, cette journée n’était certes pas la meilleure de ma vie. (A suivre pour ceux qui désirent ! )
  • Phonétique : Bizarre Promenade.

    ɑ̃ sə matɛ̃ dotɔmnə, ʒetε sɔʁti tʁε to də la mεzɔ̃, ʒεmə lε sɑ̃tœʁ kə la teʁə dispɑ̃sə ʒeneʁøzəmɑ̃ də bɔ̃ matɛ̃, alɔʁ kə lə silɑ̃sə ʁεɲə ɑ̃kɔʁə ɑ̃ mεtʁə avɑ̃ lε pʁəmje kʁi dwazo, e lə bʁuaa də la vi mɔdεʁnə. abitɑ̃ nɔ̃ lwɛ̃ də la kɑ̃paɲə, ʒavε deʒa paʁkuʁy œ̃ bɔ̃ bu də ʃəmɛ̃ dɑ̃ la bʁymə də lobə alɔʁ kə lə ʒuʁ pwɛ̃tε a pεnə.
    ɛ̃kɔ̃sjamɑ̃, ʒə sɥivε lə pəti ʃəmɛ̃ kajutø ʃɑ̃pεtʁə kə ʒafεksjɔnə-abitɥεllmɑ̃.
    ʒə nə soʁε diʁə puʁkwa, mε mɔ̃ ʃjɛ̃ ki makɔ̃paɲə-abitɥεllmɑ̃ dɑ̃ mε pʁɔmənadə netε pa a mε kote ! sə detaj ʁətɛ̃ mɔ̃n- atɑ̃sjɔ̃ kaʁ il mə fi pɑ̃se kə ʒetεz- aʁive a sεt ɑ̃dʁwa sɑ̃ mə ʁapəle okynəmɑ̃ lə ʃəmɛ̃ paʁkuʁy… dabitydə, nu vənɔ̃z- ɑ̃ vwatyʁə ʒyska lɑ̃tʁe də sə ʃəmɛ̃ e ʒə ɡaʁə sεllə si syʁ la ɡʁɑ̃ ʁutə avɑ̃ də paʁtiʁ avεk dana, ma ʃjεnə, puʁ ynə bɔnə pʁɔmənadə. sεllə si nu mεnə a tʁavεʁ ʃɑ̃ ʒysko « bwa də laʁbʁə tu səl », dʁolə də nɔ̃ puʁ ynə etɑ̃dɥ bwaze kɔ̃tənɑ̃ dε sɑ̃tεnə desɑ̃sə divεʁsə, mε sə nε pa mɔ̃ pʁɔpo də kɔnεtʁə lɔʁiʒinə də sə nɔ̃.
    deʒa, ʒə puvεz- ɑ̃n- apεʁsəvwaʁ lɔʁe, mε mɔ̃n- εspʁi, kɔ̃tinɥɑ̃ syʁ sa lɑ̃se, kɔmɑ̃sε a sə poze dε kεstjɔ̃ ki ʁεstε sɑ̃ ʁepɔ̃sə. puʁkwa etε ʒə sɔʁti si to ? puʁkwa a pje ? puʁkwa sɑ̃ vwatyʁə kɔmə a lakutyme ? puʁkwa ? œ̃ fʁisɔ̃ mə paʁkuʁy tu lə kɔʁ, ʒavε fʁwa, dɑ̃ la lymjεʁə fεblaʁdə dy ʒuʁ nεsɑ̃, ʒə mə dekuvʁi kyʁjøzəmɑ̃-abije də mɔ̃ piʒama də swa blø, alɔʁ kə ʒə deziʁε fεʁme ma vεstə də kɥiʁ kə ʒə pɔʁtə lɔʁ də sε sɔʁti natyʁə.
    mə ʁɑ̃dɑ̃ kɔ̃tə də labsyʁdite də la ʃozə, ynə ɛ̃pʁesjɔ̃ dezaɡʁeablə dɛ̃kɔ̃pʁeɑ̃sjɔ̃ e dɛ̃kɔ̃fɔʁ mɑ̃vai… pa œ̃ bʁɥi, ʁjɛ̃, o lwɛ̃ dəʁjεʁə mwa, səl kεlk pwɛ̃ ʒonatʁə- tʁuɑ̃ œ̃ vwalə kɔtɔnø, lε pʁəmjεʁə lɥœʁ dy vilaʒə sɑ̃ dutə !
    la klaʁte pʁənɑ̃ lə pa syʁ la penɔ̃bʁə, il mə sɑ̃bla distɛ̃ɡe kεlkz- iʁɔ̃dεllə ʁətaʁdatεʁə
    ʁazɑ̃ lε ʃɑ̃ fʁεʃəmɑ̃ labuʁe, ʃεʁʃɑ̃ kεlkz- ɛ̃sεktəz- a ɡɔbe sɑ̃ dutə.
    la mεmə kεstjɔ̃ taʁodε mɔ̃ sεʁvo, i pʁənε tutə la plasə, puʁkwa dɔ̃k mə tʁuvε ʒə la-abije də la sɔʁtə ?
    ʒamε ʒə navε sufεʁ də dedubləmɑ̃ də la pεʁsɔnalite, pa plys kə də sɔmnɑ̃bylismə, alɔʁ… kwa ! ynə dulœʁ mə tʁavεʁsa la pwatʁinə e lɛ̃stɑ̃ dapʁε, ʒə dy masəwaʁ. ʒə mə sɑ̃tε mal, ʒavε lɛ̃pʁesjɔ̃ də dispaʁεtʁə, e pɥi plys ʁjɛ̃, ʒə sɔ̃bʁε dɑ̃z- œ̃ tʁu nwaʁ.
    kεlk minytəz- u kεlkz- œʁ plys taʁ kə sε ʒə ? ʒə mə ʁevεjε, ɑ̃ sɥœʁ, il fəzε tuʒuʁ nɥi nwaʁə. ʒə dəvεz- avwaʁ la tεtə su lɔʁεje kaʁ ʒavε la ʁεspiʁasjɔ̃ sakade, inefikasə, ma kuεtə sɑ̃blε pəze ynə tɔnə, bʁεf ʒetufε liteʁaləmɑ̃. ʒə mə sɑ̃tε kɔ̃plεtəmɑ̃ ʒəle tɑ̃di kynə εspεsə dymidite malsεnə ɑ̃vəlɔpε mɔ̃ kɔʁ tut- ɑ̃tje, sɑ̃ dutə etε ʒə fjevʁø, il mə falε tʁuve sɑ̃z- atɑ̃dʁə œ̃ ʁəmεdə. ʒə ʁezɔlys də mə ləve, « kə djablə, puvε il fεʁə si fʁwa ɑ̃n- otɔmnə ? »
    e sεtə kuεtə, sεt ɔʁεje dœ̃ pwaz- inεksplikablə metε peniblə. ʒə dy fεʁə pʁəvə dynə fɔʁsə syʁymεnə puʁ suləve lɑ̃sɑ̃blə. avεk lenεʁʒi dy dezεspwaʁ, ʒə py fεʁə baskyle lə tut- e mɑ̃ debaʁase. ɑ̃fɛ̃, ʒə ʁεspiʁε mjø, ʒavε mεmə lɛ̃pʁesjɔ̃ də sɑ̃tiʁ œ̃ suflə dεʁ, kɔmə davwaʁ uvεʁ ynə fənεtʁə.
    sulaʒe, ʒə nə pʁi ɡεʁə atɑ̃sjɔ̃ o bʁɥi afʁø kə fi la kuεtə e lɔʁεje ɑ̃ tɔ̃bɑ̃ syʁ lə plɑ̃ʃe. mεmə la fjεvʁə avε dispaʁy e si ʒetε tɔtaləmɑ̃ tʁɑ̃pe, ʒə nə ʁəsɑ̃tε plys lə fʁwa. sεt- alɔʁ kə ʒə mapεʁsys kə ʒə mə tʁuvεz- alɔ̃ʒe su la vutə selεstə.
    ɑ̃kadʁe də katʁə myʁ sɥɛ̃tɑ̃ lo də tutə paʁ. etε ʒə dəvəny fu ?
    desidemɑ̃, sεtə ʒuʁne netε sεʁtə- pa la mεjəʁə də ma vi. (a sɥivʁə puʁ sø ki deziʁe ! )

PostScriptum

Un autre essai d’écriture en automate, pendant une nuit sans sommeil, d’après les indications des maîtres du surréalisme écrit !

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
30/10/2012 18:37Glaze

Alors c’est donc ca...
c’est... spécial
En tout cas , j’ai hate de voir la suite 😉
Amitié
Glaze

Auteur de Poésie
30/10/2012 19:31Loup Gris

Merci à toi Luky, c’est un texte divisé en trois parties, demain la deuxième...

Auteur de Poésie
30/10/2012 19:33Loup Gris

Merci à toi cher Glaze, la suite demain, 2ème partie si tu es intéressé!

Auteur de Poésie
30/10/2012 22:03Tulipe Noire

Jolie Histoire j’aimerai connaître si c’est un rêve ou réalité, merci de ce partage.

Auteur de Poésie
31/10/2012 01:29Skrame2014

J’aime le style et l’histoire qui est bien orchestrée...Bravo mon ami!
Amitié,
Skrame

Auteur de Poésie
31/10/2012 11:25Nouga

bravo ami l’insomnie te vas bien

Auteur de Poésie
31/10/2012 17:14Oliver

Le bois de l’arbre tout seul. Bizarre... Et un loup en pyjama, étrange...

Auteur de Poésie
31/10/2012 17:48Loup Gris

A vous tous qui avez eu le courage de me lire et de me complimenter en plus, MERCI, pour vous punir de cette gentillesse, je vous offre la seconde partie!

Auteur de Poésie
01/11/2012 09:54Eden33

très intéressant,
merci
amitiés

Auteur de Poésie
01/11/2012 21:33Moz

Intéressante et agréable lecture!
Amicalement Moz...

Auteur de Poésie
01/01/2013 07:16La Petite Etoile

Beau style d’écriture qui nous tient en haleine ! Je vais lire la suite tout de suite ! ^^

Auteur de Poésie
02/01/2013 17:08Loup Gris

Content du commentaire, amitiés, Loup