Poeme-France : Lecture Écrit Vie

Prose : Pensée

Prose Vie
Publié le 16/04/2012 10:14

L'écrit contient 377 mots qui sont répartis dans 9 strophes.

Poete : Valli

Pensée

La conscience n’a de limite que la frontière entre la concrétisation de notre condition humaine et l’irréalité abstraite de la mort.

Ainsi, la notion de survie prend tout son sens puisqu’on ne peut admettre l’achèvement de la vie sans atteinte d’un but inné ou construit. Or, les utopies sont par définition illusoires donc inaténiables. L’homme se voit donc contraint à admettre l’injustice notoire et flagrante de notre destinée.

Personne ne choisit de naître mais chacun peut choisir le moment de sa disparition. Et pourquoi s’y refuse-t-on, sachant que cette finalité est commune à tous ?

L’intelligence, la réflexion, la pensée tout simplement nous conditionnent à parcourir ce chemin de spiritualité. Nous avons été créé pour accomplir une mission et nous lui donnons sa substance par la réalisation d’objectifs agissant comme des écrans pour mieux cacher notre peur du futur.

Nos parades sont multiples face à la méconnaissance de l’avenir. Nous économisons de l’argent, contractons des assurances, préparons au mieux nos enfants à affronter les marasmes de la vie.
Et pourtant la fin est irrémédiable. Alors, d’où nous vient cette force imperceptible qui nous pousse à survivre ?

Certains évoqueront la puissance ou la volonté divine. D’autres opteront pour le négationnisme des évidences. Une chose est certaine : quelle que soit notre résistance et son moyen d’expression, nous sommes contraints à accepter la fatalité de l’existence.

Les plus grands philosophes ont démontré que ce qui nous différencie des animaux est justement cet état de conscience propre à l’homme. Cette conscience nous rend-elle plus heureux pour autant ?

La maîtrise des sciences et la compréhension du monde qui nous entoure peuvent nous aider à répondre à cette question. Elles nous donnent des clés, nous ouvrent des portes, nous rassurent. Nous sommes ainsi fait que notre intelligence, bien que perfectible, n’est pas à la hauteur de la complexité de notre existence.

Chacun apporte sa pierre à l’édifice jusqu’au moment où une nouvelle découverte réduit à néant nos certitudes. La vie est ainsi faite : les désillusions font suite aux plus grandes réalisations, elles est un éternel recommencement. Et c’est bien pour cette raison qu’elle vaut la peine d’être vécue !
  • Phonétique : Pensée

    la kɔ̃sjɑ̃sə na də limitə kə la fʁɔ̃tjεʁə ɑ̃tʁə la kɔ̃kʁetizasjɔ̃ də nɔtʁə kɔ̃disjɔ̃ ymεnə e liʁealite abstʁεtə də la mɔʁ.

    ɛ̃si, la nɔsjɔ̃ də syʁvi pʁɑ̃ tu sɔ̃ sɑ̃s pɥiskɔ̃ nə pø admεtʁə laʃεvəmɑ̃ də la vi sɑ̃z- atɛ̃tə dœ̃ byt ine u kɔ̃stʁɥi. ɔʁ, lεz- ytɔpi sɔ̃ paʁ definisjɔ̃ ilyzwaʁə dɔ̃k inatenjablə. lɔmə sə vwa dɔ̃k kɔ̃tʁɛ̃ a admεtʁə lɛ̃ʒystisə nɔtwaʁə e flaɡʁɑ̃tə də nɔtʁə dεstine.

    pεʁsɔnə nə ʃwazi də nεtʁə mε ʃakœ̃ pø ʃwaziʁ lə mɔmɑ̃ də sa dispaʁisjɔ̃. e puʁkwa si ʁəfyzə tɔ̃, saʃɑ̃ kə sεtə finalite ε kɔmynə a tus ?

    lɛ̃tεlliʒɑ̃sə, la ʁeflεksjɔ̃, la pɑ̃se tu sɛ̃pləmɑ̃ nu kɔ̃disjɔne a paʁkuʁiʁ sə ʃəmɛ̃ də spiʁitɥalite. nuz- avɔ̃z- ete kʁee puʁ akɔ̃pliʁ ynə misjɔ̃ e nu lɥi dɔnɔ̃ sa sybstɑ̃sə paʁ la ʁealizasjɔ̃ dɔbʒεktifz- aʒisɑ̃ kɔmə dεz- ekʁɑ̃ puʁ mjø kaʃe nɔtʁə pœʁ dy fytyʁ.

    no paʁadə sɔ̃ myltiplə fasə a la mekɔnεsɑ̃sə də lavəniʁ. nuz- ekɔnɔmizɔ̃ də laʁʒe, kɔ̃tʁaktɔ̃ dεz- asyʁɑ̃sə, pʁepaʁɔ̃z- o mjø noz- ɑ̃fɑ̃z- a afʁɔ̃te lε maʁasmə də la vi.
    e puʁtɑ̃ la fɛ̃ εt- iʁemedjablə. alɔʁ, du nu vjɛ̃ sεtə fɔʁsə ɛ̃pεʁsεptiblə ki nu pusə a syʁvivʁə ?

    sεʁtɛ̃z- evɔkəʁɔ̃ la pɥisɑ̃sə u la vɔlɔ̃te divinə. dotʁəz- ɔptəʁɔ̃ puʁ lə neɡasjɔnismə dεz- evidɑ̃sə. ynə ʃozə ε sεʁtεnə : kεllə kə swa nɔtʁə ʁezistɑ̃sə e sɔ̃ mwajɛ̃ dεkspʁesjɔ̃, nu sɔmə kɔ̃tʁɛ̃z- a aksεpte la fatalite də lεɡzistɑ̃sə.

    lε plys ɡʁɑ̃ filozɔfəz- ɔ̃ demɔ̃tʁe kə sə ki nu difeʁɑ̃si dεz- animoz- ε ʒystəmɑ̃ sεt eta də kɔ̃sjɑ̃sə pʁɔpʁə a lɔmə. sεtə kɔ̃sjɑ̃sə nu ʁɑ̃t- εllə plysz- œʁø puʁ otɑ̃ ?

    la mεtʁizə dε sjɑ̃səz- e la kɔ̃pʁeɑ̃sjɔ̃ dy mɔ̃də ki nuz- ɑ̃tuʁə pəve nuz- εde a ʁepɔ̃dʁə a sεtə kεstjɔ̃. εllə nu dɔne dε kle, nuz- uvʁe dε pɔʁtə, nu ʁasyʁe. nu sɔməz- ɛ̃si fε kə nɔtʁə ɛ̃tεlliʒɑ̃sə, bjɛ̃ kə pεʁfεktiblə, nε pa a la-otœʁ də la kɔ̃plεksite də nɔtʁə εɡzistɑ̃sə.

    ʃakœ̃ apɔʁtə sa pjeʁə a ledifisə ʒysko mɔmɑ̃ u ynə nuvεllə dekuvεʁtə ʁedɥi a neɑ̃ no sεʁtitydə. la vi εt- ɛ̃si fεtə : lε dezijyzjɔ̃ fɔ̃ sɥitə o plys ɡʁɑ̃də ʁealizasjɔ̃, εlləz- εt- œ̃n- etεʁnεl ʁəkɔmɑ̃səmɑ̃. e sε bjɛ̃ puʁ sεtə ʁεzɔ̃ kεllə vo la pεnə dεtʁə vekɥ !

Commentaire Sur La Poesie


Auteur de Poésie
17/04/2012 04:17Likkoa

J’aime bien votre façon de penser 😉
Merci