Prose : Mal À L’ame

Mal À L’ame

Que m’importe de vivre ou de mourir si je n’attends plus rien de la vie. J’ai le corps et l’esprit vide que d’avoir tout donner, que d’avoir trop pensé.
Maintenant je ne suis plus sur de rien, je n’ai plus envie de rien, je ne peux et ne veux plus me projeter vers le lointain.
Je ne sais pas ou va me conduire le chemin, je ne sais pas de quoi sera fait demain, c’est l’inconnu au quotidien.
J’ai l’impression d’être dans un éternel hiver. Les saisons passent et défilent comme des courants d’airs que rien ne dérangent ni n’altèrent,
Lutter pourquoi, lutter pour qui, lutter pourquoi faire. Juste envie de m’allonger là sur l’asphalte et me laisser mourir, sans personne pour me secourir.
Fatigué de tout, de la vie qui me laboure de ses crocs aiguisés. Fatiguer de ne pas savoir ce que je suis et qui je suis. Fatigué de porter des bagages qui ne sont pas les miens, des bagages trop lourds, remplis de souvenir qui ne m’appartienne pas.
D’avoir l’impression de jouer un interminable rôle qui n’est pas le mien. De jouer la comédie et de montrer l’image que les autres veulent seulement voir. Je me suis perdu quelque part sur la route un soir, et je n’arrive pas à rejoindre le chemin qui me mènera à l’espoir. En ai-je encore seulement l’envie de le retrouver. Rester comme cela au bord de la route comme un paquet abandonné et jamais rapporté aux objets trouvés. Mis dans la case perte sans profit.
Je ne suis maintenant que doute et incertitude, je suis devenu que l’ombre de moi-même.
Pourtant je rêve que tout s’allume et s’illumine, que la lumière face reculer les ténèbres et avec elle mes peurs et mes incertitudes.
J’aimerais que cela soit la fin de la fin d’une vie qui sombre et partir pour reprendre un nouveau départ vers un nouveau destin, cette fois sans ombres.
J’ai l’impression que je retiens et répands ma vie par mes doigts posés sur ce clavier, qui tapent des mots les un après les autres et qui s’inscrivent sur l’écran pour former des phrases qui traduisent mon état d’âme. Ordinateur, être désincarné prolongation de mes pensés, les plus secrètes.
Je suis là, au bord d’un gouffre immense devant moi, avec une citation à comparaitre dans les mains.
Une citation à comparaitre pour un tribunal ou je suis à la fois le juge et le coupable, l’avocat et le procureur. Procès ou tout est déjà joué avec une sentence jugée et prononcée d’avance.
Vivre ou Mourir voici le choix qui s’offre à moi, et je ne sais pas quelle est la condamnation la plus terrible pour moi. Les deux m’attirent, les deux m’aspirent.
J’ai l’impression de marcher à reculons, de ne plus avancer, de stagner. D’être dans une forme de régression qui me tire vers le fond.
Je comprends bien que c’est une façon pour moi de me replier, de faire une sorte d’arrêt sur image, une immobilisation du temps.
Comme ci cela pouvait changer quelque chose. Vaine et dérisoire illusion, d’un esprit désespéré.
Cela signifie en réalité aussi une perte de temps et un repli morale, une fuite devant des responsabilités ou des décisions à prendre et même en allant plus loin dans le raisonnement, cela peut être aussi une incapacité pour moi à affronter la réalité.
Un mur comme une barrière pour me protéger. Mais me protéger de quoi, me protéger de qui. Je n’ai de plus grand ennemie que celui que me renvoie le reflet de mon miroir.
W. L.
10/07/2011

Syllabation De L'Écrit

  • Syllabes Hyphénique: Mal À L’ame


  • Phonétique : Mal À L’ame

    kə mɛ̃pɔʁtə də vivʁə u də muʁiʁ si ʒə natɑ̃ plys ʁjɛ̃ də la vi. ʒε lə kɔʁz- e lεspʁi vidə kə davwaʁ tu dɔne, kə davwaʁ tʁo pɑ̃se.
    mɛ̃tənɑ̃ ʒə nə sɥi plys syʁ də ʁjɛ̃, ʒə nε plysz- ɑ̃vi də ʁjɛ̃, ʒə nə pøz- e nə vø plys mə pʁɔʒəte vεʁ lə lwɛ̃tɛ̃.
    ʒə nə sε pa u va mə kɔ̃dɥiʁə lə ʃəmɛ̃, ʒə nə sε pa də kwa səʁa fε dəmɛ̃, sε lɛ̃kɔny o kɔtidjɛ̃.
    ʒε lɛ̃pʁesjɔ̃ dεtʁə dɑ̃z- œ̃n- etεʁnεl ivεʁ. lε sεzɔ̃ pase e defile kɔmə dε kuʁɑ̃ dεʁ kə ʁjɛ̃ nə deʁɑ̃ʒe ni naltεʁe,
    lyte puʁkwa, lyte puʁ ki, lyte puʁkwa fεʁə. ʒystə ɑ̃vi də malɔ̃ʒe la syʁ lasfaltə e mə lεse muʁiʁ, sɑ̃ pεʁsɔnə puʁ mə səkuʁiʁ.
    fatiɡe də tu, də la vi ki mə labuʁə də sε kʁoz- εɡize. fatiɡe də nə pa savwaʁ sə kə ʒə sɥiz- e ki ʒə sɥi. fatiɡe də pɔʁte dε baɡaʒə ki nə sɔ̃ pa lε mjɛ̃, dε baɡaʒə tʁo luʁd, ʁɑ̃pli də suvəniʁ ki nə mapaʁtjεnə pa.
    davwaʁ lɛ̃pʁesjɔ̃ də ʒue œ̃n- ɛ̃tεʁminablə ʁolə ki nε pa lə mjɛ̃. də ʒue la kɔmedi e də mɔ̃tʁe limaʒə kə lεz- otʁə- vəle sələmɑ̃ vwaʁ. ʒə mə sɥi pεʁdy kεlkə paʁ syʁ la ʁutə œ̃ swaʁ, e ʒə naʁivə pa a ʁəʒwɛ̃dʁə lə ʃəmɛ̃ ki mə mεnəʁa a lεspwaʁ. ɑ̃n- ε ʒə ɑ̃kɔʁə sələmɑ̃ lɑ̃vi də lə ʁətʁuve. ʁεste kɔmə səla o bɔʁ də la ʁutə kɔmə œ̃ pakε abɑ̃dɔne e ʒamε ʁapɔʁte oz- ɔbʒε tʁuve. mi dɑ̃ la kazə pεʁtə sɑ̃ pʁɔfi.
    ʒə nə sɥi mɛ̃tənɑ̃ kə dutə e ɛ̃sεʁtitydə, ʒə sɥi dəvəny kə lɔ̃bʁə də mwa mεmə.
    puʁtɑ̃ ʒə ʁεvə kə tu salymə e silyminə, kə la lymjεʁə fasə ʁəkyle lε tenεbʁəz- e avεk εllə mε pœʁz- e mεz- ɛ̃sεʁtitydə.
    ʒεməʁε kə səla swa la fɛ̃ də la fɛ̃ dynə vi ki sɔ̃bʁə e paʁtiʁ puʁ ʁəpʁɑ̃dʁə œ̃ nuvo depaʁ vεʁz- œ̃ nuvo dεstɛ̃, sεtə fwa sɑ̃z- ɔ̃bʁə.
    ʒε lɛ̃pʁesjɔ̃ kə ʒə ʁətjɛ̃z- e ʁepɑ̃ ma vi paʁ mε dwa poze syʁ sə klavje, ki tape dε mo lεz- œ̃n- apʁε lεz- otʁəz- e ki sɛ̃skʁive syʁ lekʁɑ̃ puʁ fɔʁme dε fʁazə ki tʁadɥize mɔ̃n- eta damə. ɔʁdinatœʁ, εtʁə dezɛ̃kaʁne pʁɔlɔ̃ɡasjɔ̃ də mε pɑ̃se, lε plys sεkʁεtə.
    ʒə sɥi la, o bɔʁ dœ̃ ɡufʁə imɑ̃sə dəvɑ̃ mwa, avεk ynə sitasjɔ̃ a kɔ̃paʁεtʁə dɑ̃ lε mɛ̃.
    ynə sitasjɔ̃ a kɔ̃paʁεtʁə puʁ œ̃ tʁibynal u ʒə sɥiz- a la fwa lə ʒyʒə e lə kupablə, lavɔka e lə pʁɔkyʁœʁ. pʁɔsεz- u tut- ε deʒa ʒue avεk ynə sɑ̃tɑ̃sə ʒyʒe e pʁonɔ̃se davɑ̃sə.
    vivʁə u muʁiʁ vwasi lə ʃwa ki sɔfʁə a mwa, e ʒə nə sε pa kεllə ε la kɔ̃damnasjɔ̃ la plys teʁiblə puʁ mwa. lε dø matiʁe, lε dø maspiʁe.
    ʒε lɛ̃pʁesjɔ̃ də maʁʃe a ʁəkylɔ̃, də nə plysz- avɑ̃se, də staɲe. dεtʁə dɑ̃z- ynə fɔʁmə də ʁeɡʁesjɔ̃ ki mə tiʁə vεʁ lə fɔ̃.
    ʒə kɔ̃pʁɑ̃ bjɛ̃ kə sεt- ynə fasɔ̃ puʁ mwa də mə ʁəplje, də fεʁə ynə sɔʁtə daʁε syʁ imaʒə, ynə imɔbilizasjɔ̃ dy tɑ̃.
    kɔmə si səla puvε ʃɑ̃ʒe kεlkə ʃozə. vεnə e deʁizwaʁə ilyzjɔ̃, dœ̃n- εspʁi dezεspeʁe.
    səla siɲifi ɑ̃ ʁealite osi ynə pεʁtə də tɑ̃z- e œ̃ ʁəpli mɔʁalə, ynə fɥitə dəvɑ̃ dε ʁεspɔ̃sabilitez- u dε desizjɔ̃z- a pʁɑ̃dʁə e mεmə ɑ̃n- alɑ̃ plys lwɛ̃ dɑ̃ lə ʁεzɔnəmɑ̃, səla pø εtʁə osi ynə ɛ̃kapasite puʁ mwa a afʁɔ̃te la ʁealite.
    œ̃ myʁ kɔmə ynə baʁjεʁə puʁ mə pʁɔteʒe. mε mə pʁɔteʒe də kwa, mə pʁɔteʒe də ki. ʒə nε də plys ɡʁɑ̃t- εnəmi kə səlɥi kə mə ʁɑ̃vwa lə ʁəflε də mɔ̃ miʁwaʁ.
    dubləve. εl.
    di- slaʃ zeʁo sεt slaʃ dø milə ɔ̃zə
  • Syllabes Phonétique : Mal À L’ame


Récompense

0
2
0

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
02/01/2016 10:14Claude408

Ce poème triste et émouvant que tu écrit en juillet 2011, n’est plus d’actualité, mon cher Willy. Tu repars pour cette année qui commence, avec plein de bonnes résolutions et des soleils qui vont briller, pour illuminer ta vie.

Auteur de Poésie
02/01/2016 12:01Newmad

Excellent!!

Auteur de Poésie
02/01/2016 14:45Mistou

Très beau poème, il date "dieu" merci 🙂

Auteur de Poésie
02/01/2016 16:17Gramo

Hello Willy

Très bon texte...dans lequel on comprend bien la profonde dépression qui fut tienne. La déstructuration de l’âme et son errance son bien exposées.
Heureusement il date, d’une certaine façon tu t’en es donc sorti . Normal, il y avait dans tes rêves un chemin d’espérance et tu l’as suivi.

Courage pour 2016

Amitiés

Emile