Poeme-France : Lecture Écrit Lumière

Prose : Boulevard Des Yeux Clos.

Prose Lumière
Publié le 04/11/2012 00:18

L'écrit contient 788 mots qui sont répartis dans 5 strophes.

Poete : Cobainette

Boulevard Des Yeux Clos.

Le temps est quelque peu frais. Je remonte le col de mon blouson et fais plusieurs tours de cou avec ma fine étole. Je ferme la porte derrière moi et attaque mon périple, livre en main. Il s’agit d’un livre épais qui parle de bio-psychologie, sous-titré « la biologie des psychologues ». Après tout, les psychologues sont tous un peu fous, alors leur biologie est unique. Au final, son imposant volume ne regorgeait que d’une trentaine de pages utiles à mon auto-formation.

Je suis la longue ligne droite qui me mène jusqu’à un carrefour. Face à moi se trouve la faculté d’Art. Derrière l’une des grandes baies vitrées, au premier étage du bâtiment, j’apperçois une jeune étudiante, caméra à la main, filmant la porte face à elle. Ralentissant mon allure, je tente de distinguer la suite des évènements, mais arrivée au bord du trottoir, je me stoppe. Il faut que je me fasse à l’idée, je ne connaîtrais pas la suite, et la pensée de rester en spectateur clandestin me déplaît. Je tourne donc le dos à la mystérieuse scène, laissant à mon imagination tout le loisir de se faire son idée.
J’accélère l’allure, pressée par le froid et la nuit tombante. Heureusement, les rues sont amplement éclairées, et encore bondées de monde. Il n’est que 18h et malgré les caractéristiques hivernales, les gens continuent leurs trains de vie, c’est inexorable. Je croise plusieurs étudiants, rentrant le pas rapide et la tête lourde vers leurs logements. Se demande t’il pourquoi je fais le chemin inverse d’eux ? J’en doute fort. Remarque t’on vraiment les gens qu’on croise dans la rue ? S’en souvient on encore le soir en se couchant ?
Mes réflexions m’ont menées sans que je m’en rende compte tout près d’un rond point, je tourne ici. Plus que quelques minutes de marche. Au loin, je vois le grand parc de la ville. A quelques pas de son entrée, il y a un manège dont j’apperçois les vives lumières.
Hypnotisée par ses lueurs que je n’avais pas encore eu l’occasion de voir, je ralentis l’allure sans m’en rendre compte, et les petites minutes en temps normal, deviennent de longs instants de rêverie. J’ai du mal à discerner si le manège est en marche tant les lumières me paraissent fixes. Je me dis que me rapprocher m’apportera réponse, et je détourne quelques instants le regard.
Un tram passe sur la voie à mon opposé. Il est bondé d’étudiants, d’hommes en costume-cravate, de femmes, même d’enfants, et pire des landaux. Tous sont aplatis contre les vitres, les visages défaits et les lèvres cousues. La triste tragédie des contacts humains. Des milliers de gens, et aucun regard, aucun bonjour.
Alors que je soupire, un garçon de mon âge lève les yeux de son portable vers moi depuis le tram, je lui souris mais trop tard. . La vitesse de l’engin l’a déjà emmené vers les grandes tours grises en arrière plan. Déçue de cette morosité, je retourne à mon manège. Il est proche maintenant et je peux affirmer de l’endroit où je suis qu’il est immobile. C’est dommage me dis-je. . Un tour de manège après l’école, et les petits bobos de la cour s’efface à dos de cheval blanc.
D’un coup, les lumières s’éteignent, plongeant le cheval blanc dans le noir obscur. Je me stoppe, comme traumatisée que la ballade du carrousel s’arrête. Les agents du parc lancent le signal aux derniers retardataires, une alarme stridente qui sonne la fin de l’errance. J’ai envie de courir et de leur hurler de continuer la magie de la nuit et des lumières, mais ça serait tellement stupide. Je me raisonne, descendant la rampe d’accès qui me plonge dans la fosse servant d’entrée à la bibliothèque, et je vais calmement remettre le manuel du savoir biologique. .

Cela n’a pris que quelques secondes, juste le temps de couper deux bibliothécaires jacasses. Je sortais de la bibliothèque quand un marque-pages vint valser au rythme du vent. Je le prie au vol. Une main vint me réclamer le bout de papier, et tout en le tendant, je lis l’inscription qui l’ornait :

« Une vie est faite de détails, mais un détail peut changer la vie. »
Goyer Rémi

Souriant calmement, je relevais la tête en lâchant prise.
« - J’aurai juré vous avoir vu dans le tram tout à l’heure. . Étonnant, non ?
- J’aurai juré vous avoir vu un livre à la main tout à l’heure. . Charmant, non ? »
  • Phonétique : Boulevard Des Yeux Clos.

    lə tɑ̃z- ε kεlkə pø fʁε. ʒə ʁəmɔ̃tə lə kɔl də mɔ̃ bluzɔ̃ e fε plyzjœʁ tuʁ də ku avεk ma finə etɔlə. ʒə fεʁmə la pɔʁtə dəʁjεʁə mwa e atakə mɔ̃ peʁiplə, livʁə ɑ̃ mɛ̃. il saʒi dœ̃ livʁə epε ki paʁlə də bjo psikɔlɔʒi, su titʁe « la bjɔlɔʒi dε psikɔlɔɡəs ». apʁε tu, lε psikɔlɔɡ sɔ̃ tusz- œ̃ pø fus, alɔʁ lœʁ bjɔlɔʒi εt- ynikə. o final, sɔ̃n- ɛ̃pozɑ̃ vɔlymə nə ʁəɡɔʁʒε kə dynə tʁɑ̃tεnə də paʒəz- ytiləz- a mɔ̃n- oto fɔʁmasjɔ̃.

    ʒə sɥi la lɔ̃ɡ liɲə dʁwatə ki mə mεnə ʒyska œ̃ kaʁəfuʁ. fasə a mwa sə tʁuvə la fakylte daʁ. dəʁjεʁə lynə dε ɡʁɑ̃də bε vitʁe, o pʁəmje etaʒə dy ba=ti=mɑ̃, ʒapεʁswaz- ynə ʒənə etydjɑ̃tə, kameʁa a la mɛ̃, filmɑ̃ la pɔʁtə fasə a εllə. ʁalɑ̃tisɑ̃ mɔ̃n- alyʁə, ʒə tɑ̃tə də distɛ̃ɡe la sɥitə dεz- evεnəmɑ̃, mεz- aʁive o bɔʁ dy tʁɔtwaʁ, ʒə mə stɔpə. il fo kə ʒə mə fasə a lide, ʒə nə kɔnεtʁε pa la sɥitə, e la pɑ̃se də ʁεste ɑ̃ spεktatœʁ klɑ̃dεstɛ̃ mə deplε. ʒə tuʁnə dɔ̃k lə doz- a la misteʁjøzə sεnə, lεsɑ̃ a mɔ̃n- imaʒinasjɔ̃ tu lə lwaziʁ də sə fεʁə sɔ̃n- ide.
    ʒakselεʁə lalyʁə, pʁese paʁ lə fʁwa e la nɥi tɔ̃bɑ̃tə. œʁøzəmɑ̃, lε ʁy sɔ̃t- ɑ̃pləmɑ̃ eklεʁe, e ɑ̃kɔʁə bɔ̃de də mɔ̃də. il nε kə diz- ɥi aʃ e malɡʁe lε kaʁakteʁistikz- ivεʁnalə, lε ʒɑ̃ kɔ̃tinɥe lœʁ tʁɛ̃ də vi, sεt- inεksɔʁablə. ʒə kʁwazə plyzjœʁz- etydjɑ̃, ʁɑ̃tʁɑ̃ lə pa ʁapidə e la tεtə luʁdə vεʁ lœʁ lɔʒəmɑ̃. sə dəmɑ̃də til puʁkwa ʒə fε lə ʃəmɛ̃ ɛ̃vεʁsə dø ? ʒɑ̃ dutə fɔʁ. ʁəmaʁkə tɔ̃ vʁεmɑ̃ lε ʒɑ̃ kɔ̃ kʁwazə dɑ̃ la ʁy ? sɑ̃ suvjɛ̃ ɔ̃n- ɑ̃kɔʁə lə swaʁ ɑ̃ sə kuʃɑ̃ ?
    mε ʁeflεksjɔ̃ mɔ̃ məne sɑ̃ kə ʒə mɑ̃ ʁɑ̃də kɔ̃tə tu pʁε dœ̃ ʁɔ̃ pwɛ̃, ʒə tuʁnə isi. plys kə kεlk minytə də maʁʃə. o lwɛ̃, ʒə vwa lə ɡʁɑ̃ paʁk də la vilə. a kεlk pa də sɔ̃n- ɑ̃tʁe, il i a œ̃ manεʒə dɔ̃ ʒapεʁswa lε vivə lymjεʁə.
    ipnɔtize paʁ sε lɥœʁ kə ʒə navε pa ɑ̃kɔʁə y lɔkazjɔ̃ də vwaʁ, ʒə ʁalɑ̃ti lalyʁə sɑ̃ mɑ̃ ʁɑ̃dʁə kɔ̃tə, e lε pətitə minytəz- ɑ̃ tɑ̃ nɔʁmal, dəvjεne də lɔ̃ɡz- ɛ̃stɑ̃ də ʁεvəʁi. ʒε dy mal a disεʁne si lə manεʒə εt- ɑ̃ maʁʃə tɑ̃ lε lymjεʁə mə paʁεse fiksə. ʒə mə di kə mə ʁapʁoʃe mapɔʁtəʁa ʁepɔ̃sə, e ʒə detuʁnə kεlkz- ɛ̃stɑ̃ lə ʁəɡaʁ.
    œ̃ tʁam pasə syʁ la vwa a mɔ̃n- ɔpoze. il ε bɔ̃de detydjɑ̃, dɔməz- ɑ̃ kɔstymə kʁavatə, də famə, mεmə dɑ̃fɑ̃, e piʁə dε lɑ̃do. tus sɔ̃t- aplati kɔ̃tʁə lε vitʁə, lε vizaʒə defεz- e lε lεvʁə- kuzɥ. la tʁistə tʁaʒedi dε kɔ̃taktz- ymɛ̃. dε milje də ʒɑ̃, e okœ̃ ʁəɡaʁ, okœ̃ bɔ̃ʒuʁ.
    alɔʁ kə ʒə supiʁə, œ̃ ɡaʁsɔ̃ də mɔ̃n- aʒə lεvə lεz- iø də sɔ̃ pɔʁtablə vεʁ mwa dəpɥi lə tʁam, ʒə lɥi suʁi mε tʁo taʁ. la vitεsə də lɑ̃ʒɛ̃ la deʒa aməne vεʁ lε ɡʁɑ̃də tuʁ ɡʁizəz- ɑ̃n- aʁjεʁə plɑ̃. desɥ də sεtə mɔʁozite, ʒə ʁətuʁnə a mɔ̃ manεʒə. il ε pʁoʃə mɛ̃tənɑ̃ e ʒə pøz- afiʁme də lɑ̃dʁwa u ʒə sɥi kil εt- imɔbilə. sε dɔmaʒə mə di ʒə. œ̃ tuʁ də manεʒə apʁε lekɔlə, e lε pəti bɔbo də la kuʁ sefasə a do də ʃəval blɑ̃.
    dœ̃ ku, lε lymjεʁə setεɲe, plɔ̃ʒɑ̃ lə ʃəval blɑ̃ dɑ̃ lə nwaʁ ɔpskyʁ. ʒə mə stɔpə, kɔmə tʁomatize kə la baladə dy kaʁuzεl saʁεtə. lεz- aʒɑ̃ dy paʁk lɑ̃se lə siɲal o dεʁnje ʁətaʁdatεʁə, ynə alaʁmə stʁidɑ̃tə ki sɔnə la fɛ̃ də leʁɑ̃sə. ʒε ɑ̃vi də kuʁiʁ e də lœʁ yʁle də kɔ̃tinɥe la maʒi də la nɥi e dε lymjεʁə, mε sa səʁε tεllmɑ̃ stypidə. ʒə mə ʁεzɔnə, desɑ̃dɑ̃ la ʁɑ̃pə daksε ki mə plɔ̃ʒə dɑ̃ la fɔsə sεʁvɑ̃ dɑ̃tʁe a la bibljɔtεkə, e ʒə vε kalməmɑ̃ ʁəmεtʁə lə manɥεl dy savwaʁ bjɔlɔʒikə.

    səla na pʁi kə kεlk səɡɔ̃də, ʒystə lə tɑ̃ də kupe dø bibljɔtekεʁə ʒakasə. ʒə sɔʁtε də la bibljɔtεkə kɑ̃t- œ̃ maʁkə paʒə vɛ̃ valse o ʁitmə dy vɑ̃. ʒə lə pʁi o vɔl. ynə mɛ̃ vɛ̃ mə ʁeklame lə bu də papje, e tut- ɑ̃ lə tɑ̃dɑ̃, ʒə li lɛ̃skʁipsjɔ̃ ki lɔʁnε :

    « ynə vi ε fεtə də detaj, mεz- œ̃ detaj pø ʃɑ̃ʒe la vi. »
    ɡwaje ʁemi

    suʁjɑ̃ kalməmɑ̃, ʒə ʁələvε la tεtə ɑ̃ laʃɑ̃ pʁizə.
    « ʒoʁε ʒyʁe vuz- avwaʁ vy dɑ̃ lə tʁam tut- a lœʁ. etɔnɑ̃, nɔ̃ ?
    ʒoʁε ʒyʁe vuz- avwaʁ vy œ̃ livʁə a la mɛ̃ tut- a lœʁ. ʃaʁmɑ̃, nɔ̃ ? »

PostScriptum

Un petit texte qui change de ce que j’ai eu l’habitude de proposer, mais bon pendant la semaine, j’ai du allé rendre un livre à la bibliothèque (Sinon retard et amende ! ) . Et lors de mon périple, j’ai noté quelques petites choses que d’habitude je ne regarde pas puisque je suis pressée, fatiguée ou ennuyée. . Et voilà, j’ai décide vous offrir un petit récit fantasque d’une ballade dans la ville !

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
09/11/2012 21:47Glaze

Tiens , un texte en prose , original 😉
Une petite lecture de ce genre fait toujours du bien , merci du partage 🙂
Amitié
Glaze

Auteur de Poésie
09/11/2012 21:48Cobainette

Faut pas s’enfermer dans un style comme qui dirait ! Merci du passage & du commentaire.
Bises et amitiés ! Gaëlle !

Auteur de Poésie
10/12/2013 19:16Gramo

Hello Cobainette
Cela fait quelque temps que ce beau texte a été écrit...Le hasard veut que ce soit celui là que j’ai choisi entre mille. Sa longueur a certainement dû décourager plus d’un poète. Les longueurs ils aiment pas trop...
Pourtant il est bien écrit et même avec talent .C’est une très belle histoire qui raconte des choses vraies quant à l’indifférence dans les villes et cités.
On voudrait cependant que la finale fut vraie...mais elle, elle est fantasque puisque tu le dit.
C’était fort bien imaginé.
Et depuis, que devient Cobainette si je puis me permettre de le demander?
Amitiés

GRAMO

Auteur de Poésie
26/05/2014 23:27Melly-Mellow

Je me demande sincèrement comment j’ai pu passé à coté d’un si bel écrit.... Je suis bouleversée et totalement coi devant un talent pareil ! C’est beau, c’est magique... Et ceux qui se sont découragés à le lire en entier devrait avoir honte d’avoir raté quelque chose comme ça.. Quand on commence, on ne s’arrête plus.. C’est intelligent, drôle, tragique et mélodieux.. C’est un coup de cœur plein et entier.. Et la citation, je la retiendrai...
Tu manques au site Cobainette, je serai ravie au même titre que Gramo d’obtenir de tes nouvelles et de te revoir écrire parmi nous !
Amicalement-