Prose : Une Famille Formidable

Une Famille Formidable

J’ai rencontré une famille pas familière, une famille en mode fourmilière. Quand je suis rentrée dans leur maison, je n’ai pas pu retenir mes émotions. C’est un univers abracadabrant qui m’a paru irréel tant il est loin de mes connaissances et de mon vécu. Ils m’ont montré la force de l’amour d’une famille et je ne les remercierai jamais assez. On m’avait prévenu, on m’avait dressé une fresque de long en large mais rien ne m’avait vraiment préparé à les rencontrer. J’aurai aimé avoir une famille comme la leur. En ces fêtes de fin d’année, leur image me réchauffe le cœur et j’aimerai vous conter leur mode de vie.
Il y a une dizaine de cultures, qui déjeunent ensemble autour de la même confiture. Les aînés, fiers de leurs parcours, enseignent aux benjamins que la sagesse vaut mieux que de faire le malin dans la cour. Les tamas ornent les murs, quand ils ne viennent pas dans les paumes des anciens. Le tintamarre a toujours lieu avant l’école, et le soir règnent les murmures des enfants qui ont peur d’être grondés.
La maman est une vraie mama africaine qui cuisine pour ce petit régiment avec entrain. Le père travaille là-bas, là où les usines crachent des litres de choléra. Ils ont eu deux/trois enfants, puis ils ont voulu donner une chance à d’autres en adoptant.
Le plus grand des frères est déjà Papa, d’un petit qui fait la fierté de tout l’armada. Il n’est plus à la maison, mais il garde dans son salon, une photo à l’éfigie de toute la patrie. Portugais d’origine, il a vite coloré ses racines à l’arrossoir rempli d’amour et d’eau fraîche de cette atypique famille.
La plus grande des sœurs devient indépendante, mais quand les devoirs se font difficiles, elle redevient présente. Elle sait la misère de ses parents adoptifs, qui chaque jour font des sacrifices pour leurs enfants. Alors elle joue son rôle, se faisant tantôt douce conseillère quand le temps est à la prière, tantôt donneuse de leçons, pour calmer surtout les garçons.
Les petits frères et les petites sœurs se succèdent. Les garçons aiment le foot, et les filles, les poupées. Rien de plus conventionnel, ce sont des petits garçons et des petites filles comme les autres. L’une des petites joue fréquemment avec la poupée que son père lui a acheté pour quelques pièces en revenant de l’usine, Elle a beau être abîmée, son âme est toujours entière, et elle l’aime pour sa valeur et pas pour son prestige. Une autre étudie des tas de livres, car elle sait qu’elle a des preuves à faire au fond de leur hameau français, où être de couleur contraste avec ce que recherche la société. Les petits frères ont le respect des aînés, ils savent que répondre aux clichés serait s’enfoncer, donc ils travaillent sérieusement, car l’amour des proches, c’est la seule chose à laquelle ils tiennent vraiment. Accros à leurs manettes, ils négligent souvent la réalité, car dans les quartiers, le contenu est bien souvent interdit aux moins de 16ans. Les plus jeunes montrent qu’il n’y a pas de quoi faire de différence, quand ils organisent un grand goûter où toute la classe se réunit en toute innocence.
La famille s’aggrandit de jour en jour quand les plus grands ramènent leurs amours. Ils sont tous convier à la grande table de réjouissance, posée au milieu du salon comme un autel sacré. Car dans leur humble demeure, une assiette est toujours posée en évidence comme preuve que pour eux l’appartenance est un mot d’ambiance. Ils ont marié leur fils, ils marieront les autres. Les nouveaux bourgeons formeront vite de robustes branches, sur lesquelles les oiseaux chanteront gaiement. Et bien à l’abri des pluies torrentiels, le grand chêne familial, protégera toujours ses membres. Acceptant tout un chacun, les parents ont dit oui quand leur fille aînée leur a dit qu’elle préférait Eve à Adam.
Le soir à la veillée, il n’y a pas de télé. Les discussions vont bon train & on ne se lasse jamais de l’entrain de certains. L’entracte amène encore quelques plats, que la mama aurait mit du temps à chauffer à l’amour de son cœur. Le père, fatigué, baille et va se coucher, jetant un dernier regard sur la plus belle oeuvre de sa vie d’ouvrier. Le grand frère repart, avec son minot dans les bras, lui aussi assoupi par les cabrioles de ses oncles & tatas. La grande sœur prend la main de son amie, et dans un sourire lui fait comprendre qu’il est temps de s’échapper avant minuit. Les petits frères et sœurs vont se couchaient, car le lendemain l’école va les rappeler, et il ne faudrait pas décevoir, toute la lignée qui les a précédé.
Alors dans la nuit paisible qui vient bercer leurs cœurs, si on écoute à chacune des portes, on écoutera souffler doucement les enfants assoupis ; peut-être ronflait le père endurci ; marmonnait la mère possessive et toujours les tamas, étranges spectateurs silencieux, de ce melting pot ambitieux.

Syllabation De L'Écrit

  • Syllabes Hyphénique: Une Famille Formidable


  • Phonétique : Une Famille Formidable

    ʒε ʁɑ̃kɔ̃tʁe ynə famijə pa familjεʁə, ynə famijə ɑ̃ mɔdə fuʁmiljεʁə. kɑ̃ ʒə sɥi ʁɑ̃tʁe dɑ̃ lœʁ mεzɔ̃, ʒə nε pa py ʁətəniʁ mεz- emɔsjɔ̃. sεt- œ̃n- ynivez- abʁakadabʁɑ̃ ki ma paʁy iʁeεl tɑ̃ il ε lwɛ̃ də mε kɔnεsɑ̃səz- e də mɔ̃ veky. il mɔ̃ mɔ̃tʁe la fɔʁsə də lamuʁ dynə famijə e ʒə nə lε ʁəmεʁsjəʁε ʒamεz- ase. ɔ̃ mavε pʁevəny, ɔ̃ mavε dʁese ynə fʁεskə də lɔ̃ ɑ̃ laʁʒə mε ʁjɛ̃ nə mavε vʁεmɑ̃ pʁepaʁe a lε ʁɑ̃kɔ̃tʁe. ʒoʁε εme avwaʁ ynə famijə kɔmə la lœʁ. ɑ̃ sε fεtə də fɛ̃ dane, lœʁ imaʒə mə ʁeʃofə lə kœʁ e ʒεməʁε vu kɔ̃te lœʁ mɔdə də vi.
    il i a ynə dizεnə də kyltyʁə, ki deʒəne ɑ̃sɑ̃blə otuʁ də la mεmə kɔ̃fityʁə. lεz- εne, fje də lœʁ paʁkuʁ, ɑ̃sεɲe o bɑ̃ʒamɛ̃ kə la saʒεsə vo mjø kə də fεʁə lə malɛ̃ dɑ̃ la kuʁ. lε tamaz- ɔʁne lε myʁ, kɑ̃t- il nə vjεne pa dɑ̃ lε pomə dεz- ɑ̃sjɛ̃. lə tɛ̃tamaʁə a tuʒuʁ ljø avɑ̃ lekɔlə, e lə swaʁ ʁεɲe lε myʁmyʁə dεz- ɑ̃fɑ̃ ki ɔ̃ pœʁ dεtʁə ɡʁɔ̃de.
    la mamɑ̃ εt- ynə vʁε mama afʁikεnə ki kɥizinə puʁ sə pəti ʁeʒime avεk ɑ̃tʁɛ̃. lə pεʁə tʁavajə la ba, la u lεz- yzinə kʁaʃe dε litʁə- də ʃɔleʁa. ilz- ɔ̃ y dø slaʃ tʁwaz- ɑ̃fɑ̃, pɥiz- ilz- ɔ̃ vuly dɔne ynə ʃɑ̃sə a dotʁəz- ɑ̃n- adɔptɑ̃.
    lə plys ɡʁɑ̃ dε fʁεʁəz- ε deʒa papa, dœ̃ pəti ki fε la fjεʁte də tu laʁmada. il nε plysz- a la mεzɔ̃, mεz- il ɡaʁdə dɑ̃ sɔ̃ salɔ̃, ynə fɔto a lefiʒi də tutə la patʁi. pɔʁtyɡε dɔʁiʒinə, il a vitə kɔlɔʁe sε ʁasinəz- a laʁɔswaʁ ʁɑ̃pli damuʁ e do fʁεʃə də sεtə atipikə famijə.
    la plys ɡʁɑ̃də dε sœʁ dəvjɛ̃ ɛ̃depɑ̃dɑ̃tə, mε kɑ̃ lε dəvwaʁ sə fɔ̃ difisilə, εllə ʁədəvjɛ̃ pʁezɑ̃tə. εllə sε la mizεʁə də sε paʁɑ̃z- adɔptif, ki ʃakə ʒuʁ fɔ̃ dε sakʁifisə puʁ lœʁz- ɑ̃fɑ̃. alɔʁz- εllə ʒu sɔ̃ ʁolə, sə fəzɑ̃ tɑ̃to dusə kɔ̃sεjεʁə kɑ̃ lə tɑ̃z- εt- a la pʁjεʁə, tɑ̃to dɔnøzə də ləsɔ̃, puʁ kalme syʁtu lε ɡaʁsɔ̃.
    lε pəti fʁεʁəz- e lε pətitə sœʁ sə syksεde. lε ɡaʁsɔ̃z- εme lə fu, e lε fijə, lε pupe. ʁjɛ̃ də plys kɔ̃vɑ̃sjɔnεl, sə sɔ̃ dε pəti ɡaʁsɔ̃z- e dε pətitə fijə kɔmə lεz- otʁə. lynə dε pətitə ʒu fʁekamɑ̃ avεk la pupe kə sɔ̃ pεʁə lɥi a aʃəte puʁ kεlk pjεsəz- ɑ̃ ʁəvənɑ̃ də lyzinə, εllə a bo εtʁə abime, sɔ̃n- amə ε tuʒuʁz- ɑ̃tjεʁə, e εllə lεmə puʁ sa valœʁ e pa puʁ sɔ̃ pʁεstiʒə. ynə otʁə etydi dε tas də livʁə, kaʁ εllə sε kεllə a dε pʁəvəz- a fεʁə o fɔ̃ də lœʁ-amo fʁɑ̃sε, u εtʁə də kulœʁ kɔ̃tʁastə avεk sə kə ʁəʃεʁʃə la sɔsjete. lε pəti fʁεʁəz- ɔ̃ lə ʁεspε dεz- εne, il save kə ʁepɔ̃dʁə o kliʃe səʁε sɑ̃fɔ̃se, dɔ̃k il tʁavaje seʁjøzəmɑ̃, kaʁ lamuʁ dε pʁoʃə, sε la sələ ʃozə a lakεllə il tjεne vʁεmɑ̃. akʁoz- a lœʁ manεtə, il neɡliʒe suvɑ̃ la ʁealite, kaʁ dɑ̃ lε kaʁtje, lə kɔ̃təny ε bjɛ̃ suvɑ̃ ɛ̃tεʁdi o mwɛ̃ də sεzə ɑ̃. lε plys ʒənə mɔ̃tʁe kil ni a pa də kwa fεʁə də difeʁɑ̃sə, kɑ̃t- ilz- ɔʁɡanize œ̃ ɡʁɑ̃ ɡute u tutə la klasə sə ʁeyni ɑ̃ tutə inɔsɑ̃sə.
    la famijə saɡʁɑ̃di də ʒuʁ ɑ̃ ʒuʁ kɑ̃ lε plys ɡʁɑ̃ ʁamεne lœʁz- amuʁ. il sɔ̃ tus kɔ̃vje a la ɡʁɑ̃də tablə də ʁeʒuisɑ̃sə, poze o miljø dy salɔ̃ kɔmə œ̃n- otεl sakʁe. kaʁ dɑ̃ lœʁ œ̃blə dəməʁə, ynə asjεtə ε tuʒuʁ poze ɑ̃n- evidɑ̃sə kɔmə pʁəvə kə puʁ ø lapaʁtənɑ̃sə εt- œ̃ mo dɑ̃bjɑ̃sə. ilz- ɔ̃ maʁje lœʁ fis, il maʁjəʁɔ̃ lεz- otʁə. lε nuvo buʁʒɔ̃ fɔʁməʁɔ̃ vitə də ʁɔbystə bʁɑ̃ʃə, syʁ lekεllə lεz- wazo ʃɑ̃təʁɔ̃ ɡεmɑ̃. e bjɛ̃ a labʁi dε plɥi tɔʁɑ̃sjεl, lə ɡʁɑ̃ ʃεnə familjal, pʁɔteʒəʁa tuʒuʁ sε mɑ̃bʁə. aksεptɑ̃ tut- œ̃ ʃakœ̃, lε paʁɑ̃z- ɔ̃ di ui kɑ̃ lœʁ fijə εne lœʁ a di kεllə pʁefeʁε əvə a adam.
    lə swaʁ a la vεje, il ni a pa də tele. lε diskysjɔ̃ vɔ̃ bɔ̃ tʁɛ̃ e ɔ̃ nə sə lasə ʒamε də lɑ̃tʁɛ̃ də sεʁtɛ̃. lɑ̃tʁaktə amεnə ɑ̃kɔʁə kεlk pla, kə la mama oʁε mit dy tɑ̃z- a ʃofe a lamuʁ də sɔ̃ kœʁ. lə pεʁə, fatiɡe, bajə e va sə kuʃe, ʒətɑ̃ œ̃ dεʁnje ʁəɡaʁ syʁ la plys bεllə œvʁə də sa vi duvʁje. lə ɡʁɑ̃ fʁεʁə ʁəpaʁ, avεk sɔ̃ mino dɑ̃ lε bʁa, lɥi osi asupi paʁ lε kabʁjɔlə də sεz- ɔ̃kləz- e tata. la ɡʁɑ̃də sœʁ pʁɑ̃ la mɛ̃ də sɔ̃n- ami, e dɑ̃z- œ̃ suʁiʁə lɥi fε kɔ̃pʁɑ̃dʁə kil ε tɑ̃ də seʃape avɑ̃ minɥi. lε pəti fʁεʁəz- e sœʁ vɔ̃ sə kuʃε, kaʁ lə lɑ̃dəmɛ̃ lekɔlə va lε ʁapəle, e il nə fodʁε pa desəvwaʁ, tutə la liɲe ki lεz- a pʁesede.
    alɔʁ dɑ̃ la nɥi pεziblə ki vjɛ̃ bεʁse lœʁ kœʁ, si ɔ̃n- ekutə a ʃakynə dε pɔʁtə, ɔ̃n- ekutəʁa sufle dusəmɑ̃ lεz- ɑ̃fɑ̃z- asupi, pø tεtʁə ʁɔ̃flε lə pεʁə ɑ̃dyʁsi, maʁmɔnε la mεʁə pɔsesivə e tuʒuʁ lε tama, etʁɑ̃ʒə spεktatœʁ silɑ̃sjø, də sə mεltiŋ po ɑ̃bitjø.
  • Syllabes Phonétique : Une Famille Formidable


PostScriptum

« La famille, c’est une grande table, et tout le monde autour. »
Laetitia Casta

Récompense

0
1
1

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
22/12/2012 22:56Illusion

Très beau texte décrivant une famille qui donne envie de vivre avec !

Auteur de Poésie
20/03/2013 21:20Melly-Mellow

Merci de l’avoir lu Illusion ^^

Auteur de Poésie
03/07/2013 13:49Llansa

très bien conté j’ai bien aimé te lire c’est une histoire très touchante Merci pour ce beau partage et de ton commentaire sur mon poème l’air et l’eau !!! bonne journée

Auteur de Poésie
06/09/2013 15:36Firicel

C’est ça la famille:des gens qui vivent ensemble sans oublier le devoir de l’un vers l’autre et qui s’aiment sans raison.
C’est ça la famille : une petite meute ,mais pas animale!
Très beau!

Adriana

Auteur de Poésie
29/10/2013 04:10Rim4u

J’ai topujours pensé que la famille est la vraie source du réel bonheur...en dépit des circonstances et aléas de la vie...
Un écrit en prose savamment poétique!
Merci et bonne journée à vous!
Rin4u

Auteur de Poésie
01/12/2013 15:00Melly-Mellow

Merci à tous les 3 de vos partages et de vos rajouts ! Ils sont tous d’une justesse impeccable 🙂 Merci !
Mes amitiés-

Auteur de Poésie
29/07/2014 22:10Mariezer

très belle histoire qui touche beaucoup bravo

Auteur de Poésie
29/07/2014 23:20Melly-Mellow

Merci pour ton passage & ton appréciation ! C’est moi qui suis touchée 🙂
Amicalement-

Auteur de Poésie
30/07/2014 00:14Melly-Mellow

Malheureusement non.. Petite discorde familiale avec leur fille dont je suis l’amie, et je n’ai pas pu les revoir depuis.. Mais merci de ton passage et de ton appréciation 🙂
Amicalement-

Auteur de Poésie
30/07/2014 12:50Tulipe Noire

Très joli texte bien écrit et ressenti, un voyage dans les couloirs du temps à travers de bons souvenirs....Mes amitiés.

Auteur de Poésie
30/07/2014 13:21Marshal Alex

L’ecrit parle vraiment de notre famille,une famille africaine.J’en suis très touché d’avoir lu une histoire sur notre famille.très beau.

Auteur de Poésie
30/07/2014 15:04Melly-Mellow

Tulipe : Oui en effet, merci d’être passé et d’avoir laissé ton ressenti ! Amicalement..
Marshal Alex : J’en suis plus que ravie si j’ai pu te toucher 🙂 Tout le plaisir est pour moi.. Mes amitiés aussi !

Auteur de Poésie
22/02/2015 08:56Gramo

Bonjour Melly

Peut être un jour reviendras tu me lire "une fois" comme l’on dit souvent en Belgique.
Magnifique histoire que tu racontes avec art.
Cette famille m’a fait penser au big bang....Un big bang d’amour qui sitôt né progresse exponentiellement et donc grandi de plus en plus comme la création du monde ...

Bon dimanche
Emile

Auteur de Poésie
25/05/2015 17:19Melly-Mellow

Oui c’était un peu le cas effectivement 🙂 Oui bien sur que je te relirai, avec grand plaisir même.
Bises, comptes sur moi